LION DE JUDA, AGNEAU DE DIEU

« Que chacun de vous, au lieu de regarder à ses propres intérêts, regarde aussi à ceux des autres. Que votre attitude soit identique à celle de Jésus-Christ. »  Philippiens 2.4-5

« Acceptez mes exigences et laissez-vous instruire par moi, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez le repos pour votre âme. »  Matthieu 11.29

LION DE JUDA, AGNEAU DE DIEU

Jésus se présente à nous sous de multiples facettes: il est en même temps appelé «le lion de la tribu de Juda» et «l’Agneau de Dieu».
Le premier titre évoque son autorité, sa puissance, sa royauté, sa divinité. Lors de son parcours sur terre, Jésus s’est présenté comme le maître de la loi et du sabbat, étant souverain sur la maladie, commandant les éléments de la nature, tançant les marchands du temple et, enfin, démontrant sa puissance à travers le don de sa vie («Personne ne me l’enlève, mais je la donne de moi-même» Jean 10.18) et de sa résurrection («…déclaré Fils de Dieu avec puissance par sa résurrection» Rm 1.4).
 
Le titre «Agneau de Dieu» évoque plutôt sa douceur, son humilité, sa soumission, son humanité, révélées à travers sa naissance, son baptême, le discours des béatitudes et, également, le don de sa vie : «Il a été maltraité, il s’est humilié et n’a pas ouvert la bouche. Pareil à un agneau qu’on mène à l’abattoir, à une brebis muette devant ceux qui la tondent» Es 53.7
 
Lorsque je désire chercher et voir Jésus aujourd’hui, quel aspect est-ce que je recherche? Pour discerner ce qu’il ferait à ma place, j’ai plus tendance à être inspiré par les traits d’humilité et de douceur attachés à l’agneau. Les deux textes proposés en entête vont dans le même sens: celui de Philippiens, à travers l’exemple qu’il est par son désintéressement et son abaissement, et celui de l’Evangile selon Matthieu, à travers l’instruction qu’il donne avec douceur et humilité de cœur.
 
Par ailleurs, cette douceur n’insiste pas sur ses droits (Ph 4.5); elle est bienveillante, remplie de grâce. L’humilité de Christ se traduit par une déférence, une soumission, un respect. C’est comme un «roi plein de douceur» qu’il a fait son entrée à Jérusalem (Mt 21.5) et qu’il est venu nous chercher. Et quand il reviendra demain, avec puissance, nous le verrons comme le lion de Juda!
 
Aujourd’hui, alors qu’il s’adonne à une activité pleine de douceur, celle de nous préparer une place auprès de lui, que pouvons-nous faire?
En «attendant et hâtant la venue» de ce moment (2 Pi 3.12), nous pouvons inviter celles et ceux qui n’ont pas encore rencontré Jésus-Christ à trouver leur place aujourd’hui dans l’Eglise, et demain au ciel.
Chercher et voir Jésus ainsi qu’attendre son retour passe aussi par là: le faire connaître, à la fois comme cet Agneau de Dieu et comme ce roi de gloire!

Gérard Roseau
Gérant de la librairie Equilivre Marseille

Laisser un commentaire

Maisonsaintbenoit |
Salut universel |
Le monde de Rikuko |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Wiccanlife
| Nouvelles Disciplines Pasto...
| Ermitage des heritiers