Il les appelle tous par leur nom (méditation #13 – la maison de la Bible)

Il les appelle tous par leur nom (méditation #13 - la maison de la Bible) dans Partages et Enseignements

 

« Les nations sont pareilles à une goutte d’eau qui tombe d’un seau, elles sont comme de la poussière sur une balance, et les îles comme une fine poussière qui s’envole (…). Toutes les nations sont réduites à rien devant lui, elles comptent moins à ses yeux que le néant et le vide. (…) Qui a créé cela? C’est celui qui fait sortir les corps célestes en bon ordre. Il les appelle tous par leur nom. Son pouvoir est si grand, sa force si puissante que pas un seul ne manque. 

Pourquoi dis-tu, Jacob, et pourquoi affirmes-tu, Israël : « Ma situation échappe à l’Eternel,  mon droit passe inaperçu de mon Dieu » ? Ne le sais-tu pas ?
Ne l’as-tu pas appris ? C’est le Dieu d’éternité, l’Eternel, qui a créé les extrémités de la terre. Il ne se fatigue pas, il ne s’épuise pas. Son intelligence est impénétrable. 

Il donne de la force à celui qui est fatigué et il multiplie les ressources de celui qui est à bout. Les adolescents se fatiguent et s’épuisent, les jeunes gens se mettent à trébucher, mais ceux qui comptent sur l’Eternel renouvellent leur force. Ils prennent leur envol comme les aigles. Ils courent sans s’épuiser, ils marchent sans se fatiguer. » Esaïe 40.15, 17, 26-31 

 

Il les appelle tous par leur nom

Ce texte inaugure la section des chapitres 40 à 48 d’Esaïe, destinée à présenter le Dieu incomparable au peuple juif exilé à Babylone. Dans cette situation d’enfermement, loin de son pays d’origine, le peuple pouvait être exposé à plusieurs tentations : celle de l’idolâtrie et du découragement (Si nous avons été défaits en adorant le Dieu unique, pourquoi ne pas nous tourner vers les dieux des nations ?) et celle de la contestation (Pourquoi l’Eternel ne nous fait pas justice ?).

Dans cette majestueuse introduction, Esaïe va souligner la grandeur de Dieu, son omnipotence et son omniscience, en les opposant à la fragilité et au néant des nations. Et d’un autre côté, il va montrer que l’Eternel se soucie de chaque situation individuelle, qu’il soutient et renouvelle ceux qui comptent sur lui.
Les nations, aujourd’hui ébranlées par un virus d’une taille de 100 nanomètres, et les économies durablement affectées illustrent fort bien le vide et le néant évoqués par Esaïe à leur sujet. Et cela n’est pas nouveau : l’empire Babylonien lui-même a chuté en une seule nuit. Pourtant, « l’histoire nous apprend que l’homme n’apprend rien de l’histoire », remarquait le philosophe Hegel. La crise actuelle nous invite donc à nous tourner vers le Dieu à « l’intelligence impénétrable, qui appelle tous les corps célestes par leur nom, à la force si puissante qu’aucun ne manque », afin de nous reposer et nous fonder sur Lui. Espérance d’un peuple exilé hier, appui aujourd’hui pour un peuple éprouvé.

La conscience d’un Dieu aussi majestueux pourrait cependant nous écraser ou nous inhiber. D’ailleurs, un tel Dieu s’intéresse-t-il à chacun de nous ? La deuxième partie du texte proposé répond avec une vigueur peu commune à cette interrogation. Si l’Eternel voit l’ensemble de l’univers, il discerne également tous les ressorts de chaque situation et voit particulièrement celui qui est fatigué ou à bout. Et non seulement il voit, mais il renouvelle et soutient ceux qui ne savent avoir d’autre alternative que de compter sur lui.

Christophe Argaud 
directeur de la Maison de la Bible – Société Biblique de Genève

Laisser un commentaire

Maisonsaintbenoit |
Salut universel |
Le monde de Rikuko |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Wiccanlife
| Nouvelles Disciplines Pasto...
| Ermitage des heritiers