« Fête de Pâques » ou Fête de la Pâque » (Gérard Colombat)

 

Fete de paques ou fete de la paque

Bible animée

 

Remis à jour en Avril 2015

Barre de separation

Scène de crucifixion

Scène de crucifixion

Barre de separation

Dans le monde de la Francophonie, le mot « Pâque » se décline selon deux modes, c’est à dire écrit avec ou sans un « s » terminal.

La résurrection de Jésus-Christ constituant la spécificité la plus remarquable du Christianisme, ce chapitre nécessiterait au moins plusieurs semaines de travail de ma part mais l’actualité ne m’a pas permis d’en envisager la rédaction à temps.

Il s’agit donc pour l’instant d’une simple approche succincte afin de mettre en garde les croyants une fois de plus contre les leurres et autres mascarades relevant d’une entreprise de falsification générale dont Rome est bien sûr en grande partie responsable.

"Joyeuses Pâques"?

« Joyeuses Pâques »?

Sources: http://galvirpho.free.fr/patrikblog/uploaded_images/joyeuses-paques-757151.jpg

Que signifie donc l’expression « populaire » « Joyeuses Pâques »?

Ce chapitre important mériterait donc un développement que je ne suis pas en mesure d’assurer avant le « Week-end Pascal » 2011.

œufs de Pâque

« œufs de Pâques »

Sources: http://www.momesdazur.com/images2/paques%20oeufs.jpg

La recherche d’œufs de Pâques dans le jardin est une « tradition » parmi beaucoup d’autres que l’on inculque « traditionnellement » dans la tête de nos enfants… Cela fait partie du lavage de cerveaux collectif visant à conduire un maximum d’âmes en enfer selon l’Agenda et le Plan Occultes de Satan assisté de ses sertviteurs de plus en plus nombreux…

"Lapins de Pâques"

« Lapins de Pâques »

Sources: http://malcontenta.blog.lemonde.fr/files/2010/04/lapin-de-paques-1.1270231937.jpg

On associe même l’œuf au lapin…

logo du magazine Playboy

Sources: http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Logo_Playboy.jpg

deux symboles de fertilité d’origine Babylonienne!

Est-il de souligner le pourquoi du lapin présent dans le logo du magazine Playboy?

Une « recherche » du terme « pâques » écrit avec un « s » ne donne aucun résultat sur une Bible Canonique, c’est à dire constituée des 66 Livres reconnus comme tels.

Une recherche du mot « pâque » donne deux traductions ou interprétations Bibliques possibles:

La référence Strong n° 6453 mentionne:

LSG – pâque: 49 occurrences

pâque = « passer outre, épargner »

1) pâque:

1a) sacrifice de la pâque
1b) animal victime de la pâque
1c) fête de la pâque

et la référence Strong n° 3957:

Pâque: 29 occurrences

1) le sacrifice pascal (que le peuple avait coutume d’offrir en souvenir de sa délivrance d’Egypte)

2) l’agneau pascal, agneau que les Israélites avaient coutume de tuer et manger le quatorzième jour du mois de Nisan (le premier mois de leur année) en mémoire du jour où leurs pères, se préparant à partir d’Egypte, furent appelés par Dieu à tuer et manger un agneau et à asperger les montants de leur portes avec le sang, afin que l’ange destructeur, voyant le sang, passe au dessus de leurs demeures; Christ crucifié est semblable à l’agneau pascal sacrifié.

3) le souper pascal

4) la fête pascale, la fête de la Pâque, s’étendant du 14ème au 20ème jour du mois de Nisan

On relève donc 78 occurrences sur l’ensemble des Ecritures avec deux types de référence suivant la nomenclature Strong.

La passion de Jésus-Christ aurait eu lieu le vendredi 15 nissan de l’An 30 après… J.C.

On peut lire sur le lien wiki qui suit:

http://fr.wikipedia.org/wiki/7_avril

An 30 : Correspondant dans le calendrier hébreu au vendredi 15 nissan, jour de Pessa’h, c’est l’une des dates le plus souvent avancées pour la flagellation, la condamnation à mort et la crucifixion de Jésus de Nazareth.

Signe du zodiaque : 18e jour du signe astrologique du Bélier.

J’ai intentionnellement écrit le chapitre sur le sacrifice du pélican en lien avec celui du bélier pour illustrer ce chapitre.

Ce vendredi 15 nissan de l’An 30 correspond à « notre » 7 Avril sur le calendrier Grégorien, une date particulière en 2011…

Secousse sismique de magnitude 7.4 le 7.4.2011 au Japon

Secousse sismique de magnitude 7.4 le 7.4. 2011 au Japon

Sources: http://img.scoop.it/PclDVQiVf9Le5SFOb0Avezl72eJkfbmt4t8yenImKBU8NzMXDbey6A_oozMjJETc

En effet, comme je pouvais m’y attendre ce jour-là, une réplique sismique de magnitude 7.4 a frappé l’archipel Nippon à la date du 7 Avril, c’est à dire un 7.4!

Un « pur » hasard bien sûr!

Cette date lue selon le standard US inversé donne 4.7 qu’un Francophone assimile à un 4 Juillet, c’est à dire la fête nationale US établie en 1776, un nombre clé dans le cadre de cette page… nous y reviendrons!

En effectuant une recherche identique sur une Bible Anglaise comme la KJV 1611, on ne trouve qu’un seul mot désignant « Pâque » et non « Pâques » à savoir le terme « Passover » signifiant « passer par dessus » ou « passer au-dessus ».

«  [...] Vous répondrez: C’est le sacrifice de Pâque en l’honneur de l’Eternel, qui a passé par-dessus les maisons des enfants d’Israël en Egypte, lorsqu’il frappa l’Egypte et qu’il sauva nos maisons. Le peuple s’inclina et adora. (Exode  12:27)

«  [...] That ye shall say, It is the sacrifice of the LORD’S passover, who passed over the houses of the children of Israel in Egypt, when he smote the Egyptians, and delivered our houses. And the people bowed the head and worshipped. (Exodus 12/27)

 

ange de la mort

  »ange de la mort » survolant une étoile dite « de David »  Eglise St Antonin  Cologne — Décembre 2006 

— Document personnel — Gérard Colombat — Pas de copyright — Gérard Colombat 

Cliquer sur l’image pour obtenir un agrandissement

Le mot « Passover » désigne en effet le passage de l’ange exterminateur, l’ange de la mort frappant lees premiers nés Egyptiens et épargnant ceux du peuple Hébreu encore en esclavage, épargné par la présence de sang d’un agneau sacrifié répandu sur les linteaux de porte.

 

 

Hopital de Sharm-el-Cheikh

Hopital de Sharm-el-Cheikh

Sources: http://static.guim.co.uk/sys-images/Guardian/Pix/pictures/2011/4/13/1302724118363/hosni-mubarak-hospital-007.jpg

http://www.linternaute.com/actualite/depeche/photos/22/741320/818574/photo2.shtml

 

 

Il faut donc consacrer une attention toute particulière à ce qui se passe en Egypte, « libérée » du joug du président Moubarack et bien observer les « signaux » qui accompagnent ces changements qui s’opèrent dans le Maghreb.

7 Jésus leur dit encore: En vérité, en vérité, je vous le dis, je suis la porte des brebis.
8 Tous ceux qui sont venus avant moi sont des voleurs et des brigands; mais les brebis ne les ont point écoutés.
Je suis la porte. Si quelqu’un entre par moi, il sera sauvé; il entrera et il sortira, et il trouvera des pâturages. (Jean 10/7-9)

Ce signe du sang de l’agneau de la pâque déposé sur les linteaux de portes d’entrée préfigurait le sacrifice de Jésus-Christ, l’agneau Pascal dont le sang a coulé sur le bois de la croix en signe de salut de ceux qui ont placé leur foi en LUI.

«  [...] C’est par la foi qu’il immola la Pâque et fit l’aspersion du sang, afin que l’exterminateur ne touche pas aux premiers-nés des Israélites. (Hébreux11:28)

«  [...] Through faith he kept the passover, and the sprinkling of blood, lest he that destroyed the firstborn should touch them. (Hebrews 11:28)

La référence Strong n° 3645 indique:

LSG – exterminateur: 1 occurrence

1) détruire

On ne relève qu’une seule occurrence de ce mot « exterminateur » sur l’ensemble des Ecritures.

Déesse Babylonienne "Ishtar"

Déesse Babylonienne « Ishtar »

Sources: http://farm1.static.flickr.com/36/123814081_ebaaa68103.jpg

Et en ce qui concerne le mot « Pâques » écrit avec un « s », il se traduit par « Easter » en Anglais, un terme qui se distingue de « Passover » et qui désigne « Ishtar », une déesse Babylonienne

Déesse Babylonienne "Ishtar"

Déesse Babylonienne « Ishtar »

Sources: http://a31.idata.over-blog.com/205×300/1/29/38/44/ishtar.jpg

représentée parfois portant une torche illuminatrice…

Statue de la Liberté dans la rade de New York

Statue de la Liberté dans la rade de New York

Sources: http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/6/6d/Liberty-statue-from-front2.jpg

dont la représentation la plus connue se trouve dans le port de New-York sous l’appellation « Liberty »…

Bien entendu…

Original de la statue de la Liberté

Original de la statue la Liberté dans le jardin du Luxembourg

— Pas de copyright  Document personnel  Gérard Colombat  Juin 2010 

Cliquer sur l’image pour obtenir un agrandissement

il serait cependant extrêmement fâcheux…

Statue de la Liberté sur la Seine

 Statue de la Liberté sur la Seine 

 Document personnel  Gérard Colombat  3/04/2008 

— Pas de copyright  Document personnel  Gérard Colombat  3/04/2008 

Cliquer sur l’image pour obtenir un agrandissement

d’oublier les origines et les versions « originales » « traditionnelles » de cette déesse, une « Grande Prostituée »,

Film "le jour d'après"

Vue extraite du film « Le jour d’après« 

Raz de marée contre la statue de la liberté dans le port de New York

- TM and (C) 2004 20th Century Fox -

sans compter les versions cinématographiques de type cataclysmiques…

Réplique de la statue à Ishinomaki dans la préfecture de Miyagi

Réplique de la statue à Ishinomaki dans la préfecture de Miyagi après le tsunami du 11/03/11.

Sources: http://www.20minutes.fr/diaporama/1512-24-0-0-Tsunami-au-Japon-un-air-de-deja-vu.php

qui en annonçaient d’autres, mais en « live » cette fois-ci, comme dans le cas de l’archipel Nippon, le 11 Mars 2011!

Déesse Babylonienne « Ishtar »

Sources: http://rocbo.lautre.net/sas/articles/histoire/ishtar.png

On peut aussi la trouver ailleurs à Paris, comme le musée du Louvre.

Célébrez le Sauveur ressuscité

Célébrez le Sauveur ressuscité

Site « chrétien » anglo-saxon

Sources: http://www.tbnwebstore.org/Easter.asp

A l’image de ces œufs de « Easter » lovés dans la hampe du « T » sur une bannière de site dit « chrétien », (se reporter au chapitre sur les « T-shirts »), on peut apprécier la dérive Babylonienne…

Moai_Rano_raraku_s dans Partages et Enseignements

Moai Rano raraku

Ile de Pâques

Sources: http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/a/a2/Moai_Rano_raraku.jpg

Parmi d’autres prémices, on peut citer l’île de Pâques frappée par un séisme qui a détruit plus de 1.500 000 maisons au Chili en 2010…

Moai Rano raraku  Ile de Pâques

L’île est connue pour ses statues énigmatiques…

Statues de l'Ile de Pâques

Statues de l’Ile de Pâques

Sources: http://www.wikistrike.com/article-les-moai-ile-de-paques-67817447.html

avec la découverte récente…

Statues de l'Ile de Pâques

Sources: http://www.wikistrike.com/article-les-moai-ile-de-paques-67817447.html

qu’elles possédaient un corps!

Bien sûr, « l’île de Pâques » ou « Easter Island » en traduction anglo-saxonne, est liée à « Ishtar » et non un ange exterminateur œuvrant en Egypte!

Le lien Wiki qui suit mentionne:

http://fr.wikipedia.org/wiki/Île_de_Pâques

Le nom de l’île est dû au Hollandais Jakob Roggeveen qui y accosta avec trois navires au cours d’une expédition pour le compte de la Société commerciale des Indes occidentales. Il la découvrit en effet le dimanche de Pâques 1722 et l’appela Paasch-Eyland (île de Pâques). Un des participants à l’expédition était le Mecklenbourgeois Carl Friedrich Behrens dont le rapport publié à Leipzig orienta l’attention de l’Europe vers cette région à peine connue du Pacifique.

Je me suis abstenu à l’époque du séisme Chilien de faire la remarque suivante:

 

 

Easter_Island_map-fr.svg

Ile de Pâques

Sources: http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Easter_Island_map-fr.svg

 

 

«  [...] Elles avaient sur elles comme roi l’ange de l’abîme, nommé en hébreu Abaddon, et en grec Apollyon(Apocalypse 9/11)

Sans être un féru d’Histoire de France, je pense que mes compatriotes seraient tous capables de reconnaître le bicorne (à deux cornes donc) d’un certain Napoléon Bonaparte, un nom voilant à peine celui d’un destructeur, à savoir comme son nom l’indique, Apollyon, l’ange venu de l’abîme auquel j’ai souvent fait référence au cours des années qui ont suivi les évènements du 9/11, c’est à dire « Le nine« /eleven comme on pourrait le prononcer et l’écrire en Franglais.

En français, « Ishtar » (à l’origine du mot anglais « Easter ») est traduit par « Astarté« .

(1 Rois 11:5) «  [...] Salomon alla après Astarté, divinité des Sidoniens, et après Milcom, l’abomination des Ammonites.
(1 Rois 11:33) «  [...] Et cela, parce qu’ils m’ont abandonné, et se sont prosternés devant Astarté, divinité des Sidoniens, devant Kemosch, dieu de Moab, et devant Milcom, dieu des fils d’Ammon, et parce qu’ils n’ont point marché dans mes voies pour faire ce qui est droit à mes yeux et pour observer mes lois et mes ordonnances, comme l’a fait David, père de Salomon.
(1 Rois 15:13) «  [...] Et même il enleva la dignité de reine à Maaca, sa mère, parce qu’elle avait fait une idole pour Astarté. Asa abattit son idole, et la brûla au torrent de Cédron.
(1 Rois 16:33) «  [...] et il fit une idole d’Astarté. Achab fit plus encore que tous les rois d’Israël qui avaient été avant lui, pour irriter l’Eternel, le Dieu d’Israël.
(1 Rois 18:19) «  [...] Fais maintenant rassembler tout Israël auprès de moi, à la montagne du Carmel, et aussi les quatre cent cinquante prophètes de Baal et les quatre cents prophètes d’Astarté qui mangent à la table de Jézabel.
(2 Rois 13:6) «  [...] Mais ils ne se détournèrent point des péchés de la maison de Jéroboam, qui avait fait pécher Israël; ils s’y livrèrent aussi, et même l’idole d’Astarté était debout à Samarie.
(2 Rois 17:16) «  [...] Ils abandonnèrent tous les commandements de l’Eternel, leur Dieu, ils se firent deux veaux en métal fondu, ils fabriquèrent des idoles d’Astarté, ils se prosternèrent devant toute l’armée des cieux, et ils servirent Baal.
(2 Rois 21:3) «  [...] Il rebâtit les hauts lieux qu’Ezéchias, son père, avait détruits, il éleva des autels à Baal, il fit une idole d’Astarté, comme avait fait Achab, roi d’Israël, et il se prosterna devant toute l’armée des cieux et la servit.
(2 Rois 21:7) «  [...] Il mit l’idole d’Astarté, qu’il avait faite, dans la maison de laquelle l’Eternel avait dit à David et à Salomon, son fils: C’est dans cette maison, et c’est dans Jérusalem, que j’ai choisie parmi toutes les tribus d’Israël, que je veux à toujours placer mon nom.
(2 Rois 23:4) «  [...] Le roi ordonna à Hilkija, le souverain sacrificateur, aux sacrificateurs du second ordre, et à ceux qui gardaient le seuil, de sortir du temple de l’Eternel tous les ustensiles qui avaient été faits pour Baal, pour Astarté, et pour toute l’armée des cieux; et il les brûla hors de Jérusalem, dans les champs du Cédron, et en fit porter la poussière à Béthel.
(2 Rois 23:6) «  [...] Il sortit de la maison de l’Eternel l’idole d’Astarté, qu’il transporta hors de Jérusalem vers le torrent de Cédron; il la brûla au torrent de Cédron et la réduisit en poussière, et il en jeta la poussière sur les sépulcres des enfants du peuple.
(2 Rois 23:7) «  [...] Il abattit les maisons des prostitués qui étaient dans la maison de l’Eternel, et où les femmes tissaient des tentes pour Astarté.
(2 Rois 23:13) «  [...] Le roi souilla les hauts lieux qui étaient en face de Jérusalem, sur la droite de la montagne de perdition, et que Salomon, roi d’Israël, avait bâtis à Astarté, l’abomination des Sidoniens, à Kemosch, l’abomination de Moab, et à Milcom, l’abomination des fils d’Ammon.
(2 Chroniques 15:16) «  [...] Le roi Asa enleva même à Maaca, sa mère, la dignité de reine, parce qu’elle avait fait une idole pour Astarté. Asa abattit son idole, qu’il réduisit en poussière, et la brûla au torrent de Cédron.
(2 Chroniques 33:3) «  [...] Il rebâtit les hauts lieux qu’Ezéchias, son père, avait renversés; il éleva des autels aux Baals, il fit des idoles d’Astarté, et il se prosterna devant toute l’armée des cieux et la servit.
(Esaïe 17:8) «  [...] Il ne regardera plus vers les autels, Ouvrage de ses mains, Et il ne contemplera plus ce que ses doigts ont fabriqué, Les idoles d’Astarté et les statues du soleil.
(Esaïe 27:9) «  [...] Ainsi le crime de Jacob a été expié, Et voici le fruit du pardon de son péché: L’Eternel a rendu toutes les pierres des autels Pareilles à des pierres de chaux réduites en poussière; Les idoles d’Astarté et les statues du soleil ne se relèveront plus.
(Jérémie 17:2) «  [...] Comme ils pensent à leurs enfants, ainsi pensent-ils à leurs autels Et à leurs idoles d’Astarté près des arbres verts, Sur les collines élevées.
(Michée 5:14) «  [...] -) J’exterminerai du milieu de toi tes idoles d’Astarté, Et je détruirai tes villes.

La référence Strong n° 842

LSG – idoles 21 occurrences, Astarté 16 occurrences, pieu sacré 3 occurrences; 40 occurrences en tout.

Astarté:

1) déesse Babylonienne de la fortune et du bonheur

1a) les divinités
1b) leurs images
1c) arbres sacrés ou pieux près d’un autel

Ces arbres sacrés peuvent être assimilés aux sapins de Noël et les pieux aux obélisques, c’est à dire le « pénis » de Baal.

 

 

Capitole à Washington

Capitole à Washington

Sources: http://taragona.eu/images/Washington-DC.jpg

Basilique St Pierre avec son obélisque et son sapin au Vatican

Basilique St Pierre avec son obélisque et son sapin au Vatican

Sources: http://www.mondoramas.com/uploads/voyage/med/pt48035.jpg

Sur le plan occulte, le dôme de la basilique St Pierre à Rome ou celui du Capitole à Washington figurent le sein et la matrice de Vénus ensemencée par les obélisques dressés à proximité.

1. Babylone – Ishtar, la « deesse de la lune »
2. Catholicisme – « Vierge Marie » ou « Reine des cieux »
3. Chine – Shingmoo
4. Druides – Virgo Paritura
5. Egypte – Isis
6. Les païens à Ephèse – Diane
7. Etrusques – Nutria
8. Allemagne – Hertha
9. Grèce – Aphrodite/Ceres
10. Inde – Isi/Indrani
11. Hébreux – Ashtaroth (« Reine des cieux »)
12. Rome – Venus/Fortuna
13. Sumeriens – Nana…

Liste non exhaustive bien sûr mais à titre anecdotique, les Français peuvent comprendre d’où vient la véritable origine du terme « nana »…

La Bible, en aucune manière, n’évoque l’idée qu’il y aurait une « fête » de Pâques, et en dehors d’une tradition humaine, encore moins l’idée que l’on pourrait se sentir autorisés à cacher des œufs, présenter des paniers remplis d’œufs ou vendre à profusion des lapins en chocolat ou en sucre comme en regorgent les vitrines de tous les commerces impliqués…

17:1 Puis un des sept anges qui tenaient les sept coupes vint, et il m’adressa la parole, en disant: Viens, je te montrerai le jugement de la grande prostituée qui est assise sur les grandes eaux.
2 C’est avec elle que les rois de la terre se sont livrés à la débauche, et c’est du vin de sa débauche que les habitants de la terre se sont enivrés.
3 Il me transporta en esprit dans un désert. Et je vis une femme assise sur une bête écarlate, pleine de noms de blasphème, ayant sept têtes et dix cornes.
4 Cette femme était vêtue de pourpre et d’écarlate, et parée d’or, de pierres précieuses et de perles. Elle tenait dans sa main une coupe d’or, remplie d’abominations et des impuretés de sa prostitution.
Sur son front était écrit un nom, un mystèreBabylone la grande, la mère des prostituées et des abominations de la terre.
6 Je vis cette femme ivre du sang des saints et du sang des témoins de Jésus. Et, en la voyant, je fus saisi d’un grand étonnement.
7 L’ange me dit: Pourquoi t’étonnes-tu? Je te dirai le mystère de la femme et de la bête qui la porte, qui a les sept têtes et les dix cornes.
8 La bête que tu as vue était, et elle n’est plus. Elle doit monter de l’abîme, et aller à la perdition. Et les habitants de la terre, ceux dont le nom n’a pas été écrit dès la fondation du monde dans le livre de vie, s’étonneront en voyant la bête, parce qu’elle était, et qu’elle n’est plus, et qu’elle reparaîtra. - (Apocalypse17/1-8)

Ce ne sont que des reminiscences liées à la Fertilité et la Mythologie pratiquées depuis le temps de la présence des anges déchus à Babylone, bien avant que Jésus-Christ ne naisse et que l’on retrouve sous l’appellation « Babylone la grande, la mère des prostituées et des abominations de la terre » dans l’Apocalypse de Jean, c’est à dire la Révélation Johannique. Par fertilité il faut aussi intégrer la notion de renaissance et de Printemps par extension naturelle!

Pour être plus clair et plus expéditif, il s’agit de pratiques occultes…

«  [...] Vous avez pour père le diable, et vous voulez accomplir les désirs de votre père. Il a été meurtrier dès le commencement, et il ne se tient pas dans la vérité, parce qu’il n’y a pas de vérité en lui. Lorsqu’il profère le mensonge, il parle de son propre fonds; car il est menteur et le père du mensonge(Jean 8/44)

«  [...] Ces hommes-là sont de faux apôtres, des ouvriers trompeurs, déguisés en apôtres de Christ. Et cela n’est pas étonnant, puisque Satan lui-même se déguise en ange de lumière(2 Corinth. 11/13-14)

«  [...] Soyez sobres, veillez. Votre adversaire, le diable, rôde comme un lion rugissant, cherchant qui il dévorera(1 Pierre 5/8)

Ishtar, sous le nom de Sémiramis, était la femme de Nemrod, un prototype d’antechrist/Antichrist, régnant à Babylone et par conséquent lié à Babel et aux anges déchus puisqu’il était un géant, une de leurs progénitures engendrée par le truchement de leurs « commerces sexuels » avec des filles d’hommes.

«  [...] C’est pourquoi on l’appela du nom de Babel, car c’est là que l’Eternel confondit le langage de toute la terre, et c’est de là que l’Eternel les dispersa sur la face de toute la terre. (Genèse 11/9)

Toutes les religions contrefaites ont Babylone pour origine sous l’action perverse des déchus.

Le jour de fête dédié à Ishtar était celui du Printemps, c’est à dire celui de la réincarnation de la déesse « Nature » que l’on représentait sortant d’un œuf géant tombé du ciel, le long de l’Euphrate.

Selon la légende, l’heureux « élu » qui trouverait cet œuf pour la délivrer faisait l’objet d’une bénédiction spéciale… d’où la superstition actuelle du bonheur associé à la découverte d’un œuf par les enfants.

Je « prie » donc le lecteur de bien garder en mémoire que la V.I.P.ère Benoît XVI… « Benedikt » XVI, le « Serpentecôtiste à sornettes » avait donné sa première « Benediktion » « urbi et orbi » à l’occasion de son anniversaire et du Dimanche de la « Fête » de « Pâques », le 16 Avril 2005, une journée qui se terminait à la 2520e heure de l’année!

De son côté, Nemrod, c’est à dire Satan/Baal/Moloch/Marduck/Tammuz…, le premier rebelle, « grand prêtre » de la religion à mystère, était adoré sous la forme divinisée du Dieu soleil, ce que rappellent toutes les auréoles dorées placées derrière la tête des saints par exemple, c’est à dire les « idoles » qui constituent le Panthéon du Catholicisme.

La « religion » Catholique a été l’une des dernières à relayer ce culte solaire et ces pratiques infernales avec sa diffusion à travers le monde entier!

L’imputation faite à Saddam Hussein d’être lié aux attentats du WTC et la guerre en Irak qui s’en est suivie est une étape majeure sur l’Agenda occulte qui prépare l’Avènement de l’ »Antechrist »/Antichrist…

La pyramide/tour de Babel, une terrasse/observatoire des étoiles, c’est à dire du calendrier stellaire, présente sur le billet vert rappelle cette approche qui devrait être perçue comme une évidence.

Le mot « étoile » se traduit par « Star » en Anglais comme nul ne pourrait l’ignorer et « Stern » en Allemand…

La Déesse de la Fertilité en Allemagne a été vénérée au cours des âges sous plusieurs noms comme:

Ostare, Ostara, Ostern, Eostra, Eostre, Eostur, Eastra, Eastur, Austron, Ausos…

« Pâques » à l’heure actuelle se traduit par Ostern en Suisse Allémanique par exemple.

Tout comme la « fête » de Noël associée à un faux Père céleste, l’existence de la « fête » de Pâques remonte à la fin du… XIXe siècle. Satan étant aussi le maître du commerce, ces deux « fêtes » genèrent des revenus importants dans le monde Judéo-chrétien.

Cette « fête » est donc traditionnelle, cultuelle, culturelle.. mais certainement pas Scripturaire!

Selon une certaine « tradition » en Allemagne les œufs de Pâques sont pondus par des lapins de Pâques… en souvenir de la déesse Ostara qui avait trouvé un  oiseau affamé mourrant de froid dans la neige en traversant une forêt. Elle avait alors décidé de le métamorphoser en lièvre car il est plus facile à un lièvre de se nourrir en hiver.

Oeufs décorés Ukrainiens

Oeufs décorés Ukrainiens

Sources: http://www.france-cei.com/catalog/images/oeufs_ukrainiens_uk4.jpg

La décoration des œufs est un signe de reconnaissance et de gratitude envers la déesse Ostara qui avait opéré cette métamorphose.

La naissance « virginale » miraculeuse de Thammuz après la mort de son père Nemrod est une des légendes créées par Sémiramis/Ishtar, la première Grande Prostituée dont Rome a récupéré le concept avec son culte d’une « Vierge » Marie » et d’une « Immaculée Conception » céleste puisqu’aussi « Reine des cieux ».

Le temps du carême pratiqué dans le Catholicisme sous la houlette de Rome, s’étend sur une période de 40 jours, c’est à dire sur celui des pleureuses payées du temps de Babylone pour pleurer la mort de Thammuz, fils de Sémiramis/Ishtar à l’âge de 40 ans, et né un 25 Décembre… de façon miraculeuse comme nous l’avons déjà vu.

«  [...] Et il me conduisit à l’entrée de la porte de la maison de l’Eternel, du côté du septentrion. Et voici, il y avait là des femmes assises, qui pleuraient Thammuz(Ezechiel 8:14)

Il s’agissait alors pour ces pleureuses professionnelles de consacrer une journée de pleurs pour chaque année vécue par Thammuz et de lui assurer une vie paradisiaque, c’est à dire liée à Isis comme la terminaison « Isiaque » le rappelle encore de nos jours en relation avec les mystères Pythagoriciens.

Lors de sa captivité à Babylone, le peuple Juif avait défilé sous la porte d’Ishtar en signe d’humiliation à Babylone.

Porte d'Ishtar au Pergamum Museum de Berlin

Porte d’Ishtar au Pergamum Museum de Berlin

Sources: http://puertadeishtar.files.wordpress.com/2008/05/ishtar_gate_at_berlin_museum.jpg

Cette porte est à présent reconstituée à Berlin, quelques années avant l’arrivée d’Hitler au pouvoir, dans le musée de Pergame, c’est à dire là où se trouve à présent le trône de Satan dont le mausolée de Lénine est une copie.

«  [...] Il leur répondit: Une génération méchante et adultère demande un miracle; il ne lui sera donné d’autre miracle que celui du prophète Jonas. (Matthieu 12:39)

«  [...] Car, de même que Jonas fut trois jours et trois nuits dans le ventre d’un grand poisson, de même le Fils de l’homme sera trois jours et trois nuits dans le sein de la terre. (Matthieu 12:40)

«  [...] Car, de même que Jonas fut un signe pour les Ninivites, de même le Fils de l’homme en sera un pour cette génération.  (Luc 11:30)

«  [...] Le premier jour de la semaine, Marie de Magdala se rendit au sépulcre dès le matin, comme il faisait encore obscur; et elle vit que la pierre était ôtée du sépulcre. (Jean 20:1)

Trois jours et trois nuits cumulent 72 heures.

Cela prouve que la passion a eu lieu un Jeudi et non un vendredi, jour dédié à Venus… Venus dans lequel on retrouve le mot anglais « sun » écrit à l’envers qui désigne le « soleil ».

Le Dimanche ou « sunday » de Pâques est un jour de culte solaire, qui conclut le Week-end Pascal, selon un rite païen et un Agenda occulte.

31 Alors il commença à leur apprendre qu’il fallait que le Fils de l’homme souffre beaucoup, qu’il soit rejeté par les anciens, par les principaux sacrificateurs et par les scribes, qu’il soit mis à mort, et qu’il ressuscite trois jours après.
32 Il leur disait ces choses ouvertement. Et Pierre, l’ayant pris à part, se mit à le reprendre.
33 Mais Jésus, se retournant et regardant ses disciples, réprimanda Pierre, et dit: Arrière de moi, Satan! car tu ne conçois pas les choses de Dieu, tu n’as que des pensées humaines. (Marc 8/31-33)

«  [...] et dirent: Seigneur, nous nous souvenons que cet imposteur a dit, quand il vivait encore: Après trois jours je ressusciterai. (Matthieu 27:63)

trois jours et trois nuits

«  [...] Celui-ci a dit: Je puis détruire le temple de Dieu, et le rebâtir en trois jours(Matthieu 26:61)
«  [...] en disant: Toi qui détruis le temple, et qui le rebâtis en trois jours, sauve-toi toi-même! Si tu es le Fils de Dieu, descends de la croix! (Matthieu 27:40)

«  [...] qui se moqueront de lui, cracheront sur lui, le battront de verges, et le feront mourir; et, trois jours après, il ressuscitera. (Marc 10:34)
«  [...] Nous l’avons entendu dire: Je détruirai ce temple fait de main d’homme, et en trois jours j’en bâtirai un autre qui ne sera pas fait de main d’homme. (Marc14:58)
«  [...] Les passants l’injuriaient, et secouaient la tête, en disant: Hé! toi qui détruis le temple, et qui le rebâtis en trois jours(Marc 15:29)

«  [...] Jésus leur répondit: Détruisez ce temple, et en trois jours je le relèverai. Les Juifs dirent: Il a fallu quarante-six ans pour bâtir ce temple, et toi, en trois jours tu le relèveras! Mais il parlait du temple de son corps. C’est pourquoi, lorsqu’il fut ressuscité des morts, ses disciples se souvinrent qu’il avait dit cela, et ils crurent à l’Ecriture et à la parole que Jésus avait dite. (Jean( 2/19-21)

Les promesses faites par Jésus avaient été tenues!

Toutes les fêtes instituées par L’Eternel sont consignées dans le chapitre 23 du Lévitique.

23:1 L’Eternel parla à Moïse, et dit:
2 Parle aux enfants d’Israël, et tu leur diras: Les fêtes de l’Eternel, que vous publierez, seront de saintes convocations. Voici quelles sont mes fêtes.
3 On travaillera six jours; mais le septième jour est le sabbat, le jour du repos: il y aura une sainte convocation. Vous ne ferez aucun ouvrage: c’est le sabbat de l’Eternel, dans toutes vos demeures.
4 Voici les fêtes de l’Eternel, les saintes convocations, que vous publierez à leurs temps fixés.
5 Le premier mois, le quatorzième jour du mois, entre les deux soirs, ce sera la Pâque de l’Eternel.
6 Et le quinzième jour de ce mois, ce sera la fête des pains sans levain en l’honneur de l’Eternel; vous mangerez pendant sept jours des pains sans levain. (Levitique23/1-6)

Selon les premiers versets, on y trouve la fête de la Pâque mais nulle part une fête de « Pâques » ou une fête de la résurrection de Jésus-Christ!

 

Barre de separation

«  [...] Il vaudrait mieux pour lui qu’on mette à son cou une pierre de moulin et qu’on le jette dans la mer, que s’il scandalisait un de ces petits. (Luc 17:2)

La pierre qui fermait le tombeau de Jésus était une pierre ronde, à la forme d’une meule, une pierre de moulin que l’on pouvait facilement faire rouler pour ouvrir ou fermer un sépulcre.

Le pape François Ier en couverture du "Rolling Stone"

Le pape François Ier en couverture du « Rolling Stone »

Février 2014

«  [...] Le premier jour de la semaine, Marie de Magdala se rendit au sépulcre dès le matin, comme il faisait encore obscur; et elle vit que la pierre était ôtée du sépulcre. Elle courut vers Simon Pierre et vers l’autre disciple que Jésus aimait, et leur dit: Ils ont enlevé du sépulcre le Seigneur, et nous ne savons où ils l’ont mis. (Jean 20/1-2)

Cette notion de pierre qui roule n’est pas franchement décrite par Jean dans son Evangile, mais pour ce qui concerne les trois autres disciples,

«  [...] Celui qui creuse une fosse y tombe, Et la pierre revient sur celui qui la roule(Proverbes 26:27)

«  [...] et le déposa dans un sépulcre neuf, qu’il s’était fait tailler dans le roc. Puis il roula une grande pierre à l’entrée du sépulcre, et il s’en alla. (Matthieu27:60)

«  [...] Et voici, il y eut un grand tremblement de terre; car un ange du Seigneur descendit du ciel, vint rouler la pierre, et s’assit dessus. (Matthieu 28:2)

«  [...] Et Joseph, ayant acheté un linceul, descendit Jésus de la croix, l’enveloppa du linceul, et le déposa dans un sépulcre taillé dans le roc. Puis il roula une pierre à l’entrée du sépulcre. (Marc 15:46)

«  [...] Elles disaient entre elles: Qui nous roulera la pierre loin de l’entrée du sépulcre? Et, levant les yeux, elles aperçurent que la pierre, qui était très grande, avait été roulée(Marc 16/3-4)

«  [...] Elles trouvèrent que la pierre avait été roulée de devant le sépulcre; (Luc 24:2)

on ne pourrait en douter!

«  [...] And laid it in his own new tomb, which he had hewn out in the rock: and he rolled a great stone to the door of the sepulchre, and departed. (Mt 27:60)

«  [...] And, behold, there was a great earthquake: for the angel of the Lord descended from heaven, and came and rolled back the stone from the door, and sat upon it.(Mt 28:2)

«  [...] And he bought fine linen, and took him down, and wrapped him in the linen, and laid him in a sepulchre which was hewn out of a rock, and rolled a stone unto the door of the sepulchre. (Mr 15:46)

«  [...] And they said among themselves, Who shall roll us away the stone from the door of the sepulchre? And when they looked, they saw that the stone was rolled away: for it was very great. (Mr 16/3-4)

«  [...] And they found the stone rolled away from the sepulchre. (Lu 24:2)

Cette pierre qui roule pourrait être traduit par « Rolling Stone » en Anglais…

Mick Jaeger, le leader des Rolling Stones, un groupe « pop« , a chanté sa sympathie pour le Diable, « son frère » comme il l’avait nommé!

Barre de separation

A propos de crucifixion…

"Piss Christ"

« Piss Christ »

A. Serrano est l’auteur de cette « œuvre » d’art c’est à dire la photo d’un crucifix plongée dans un flacon rempli de son urine…

C’est l’une des « œuvres » présentées dans le cadre d’une expo à Avignon, la cité des papes…

J’ai d’abord pensé à m’en servir comme introduction puis par dégoût, j’ai hésité à la charger…

Mais après tout, je dénonce ce genre de faits à longueur d’année et selon une approche eschatologique, cette « œuvre » parle d’elle-même et je ne peux la passer sous silence!

Film"La Passion"

Scène extraite du Film « La PASSION » de Mel Gibson

[http://www.thepassionofthechrist.com/splash.htm DR ©Icon Productions]

Dans un genre différent, on avait eu droit à une autre époque au film infâme « La Passion » réalisé par le sataniste Mel Gibson dont on parle à présent…

Mel Gibson dans ses œuvres...

Mel Gibson dans ses œuvres…

surtout à la rubrique des faits divers  et autres scandales Hollywoodiens.

Pour rappel le mot « Hollywood » ou « bois de houx » dont est fait la baguette « magique » des sorciers s’écrit avec deux « l » alors que « Holy wood » ou « bois saint » n’en comporte qu’un!

Barre de separation

clou la passion

« Le terme de « clou » est un des équivalents du nom de « Satan » pour les « initiés » de haut grade chez les Mormons, les Maçons et autres groupes occultes. Le mot « clou » au singulier n’existe pas dans le Nouveau Testament et les chapitres consacrés à la Passion n’y font aucune référence.

Accompagnant la sortie de son film « La Passion », le très Catholique Mel Gibson avait tiré de susbstantiels profits avec la vente d’objets promotionnels comme ce clou pendentif…

A l’heure où ces lignes sont rédigées,

Simcha Jacobovici tenant l'un des clous et auteur d'un film documentaire "les clous de la croix"   présenté à l'université de Tel-Aviv le 6 Avril 2011

Sources: http://www.standeyo.com/NEWS/11_Pics_of_Day/110413.pic.of.day.html (Baz Ratner / Reuters)

Simcha Jacobovici tenant l’un des clous et auteur d’un film documentaire « les clous de la croix »

présenté à l’université de Tel-Aviv le 6 Avril 2011

on annonce aux chrétiens que les clous ayant servi à crucifier Jésus

Professeur Israel Hershkovitz présentant les deux clous

Professeur Israel Hershkovitz présentant les deux clous

Sources: http://www.haaretz.com/polopoly_fs/1.355534!/image/1002024062.jpg_gen/derivatives/landscape_468/1002024062.jpg

"les clous de la croix"

« les clous de la croix »…

Sources: http://www.standeyo.com/NEWS/11_Pics_of_Day/110413.pic.of.day.html (Baz Ratner / Reuters)

auraient été retrouvés dans une tombe, celle de Caïphe le souverain sacrificateur réunie à celle de son fils, vieille d’environ 2000 ans à Jérusalem.

57 Ceux qui avaient saisi Jésus l’emmenèrent chez le souverain sacrificateur Caïphe, où les scribes et les anciens étaient assemblés.
58 Pierre le suivit de loin jusqu’à la cour du souverain sacrificateur, y entra, et s’assit avec les serviteurs, pour voir comment cela finirait.
59 Les principaux sacrificateurs et tout le sanhédrin cherchaient quelque faux témoignage contre Jésus, suffisant pour le faire mourir.
60 Mais ils n’en trouvèrent point, quoique plusieurs faux témoins se soient présentés. Enfin, il en vint deux, qui dirent:
61 Celui-ci a dit: Je puis détruire le temple de Dieu, et le rebâtir en trois jours.
62 Le souverain sacrificateur se leva, et lui dit: Ne réponds-tu rien? Qu’est-ce que ces hommes déposent contre toi?
63 Jésus garda le silence. Et le souverain sacrificateur, prenant la parole, lui dit: Je t’adjure, par le Dieu vivant, de nous dire si tu es le Christ, le Fils de Dieu.
64 Jésus lui répondit: Tu l’as dit. De plus, je vous le déclare, vous verrez désormais le Fils de l’homme assis à la droite de la puissance de Dieu, et venant sur les nuées du ciel.
65 Alors le souverain sacrificateur déchira ses vêtements, disant: Il a blasphémé! Qu’avons-nous encore besoin de témoins? Voici, vous venez d’entendre son blasphème. Que vous en semble?
66 Ils répondirent: Il mérite la mort.
67 Là-dessus, ils lui crachèrent au visage, et lui donnèrent des coups de poing et des soufflets en disant:
68 Christ, prophétise; dis-nous qui t’a frappé.
69 Cependant, Pierre était assis dehors dans la cour. Une servante s’approcha de lui, et dit: Toi aussi, tu étais avec Jésus le Galiléen.
70 Mais il le nia devant tous, disant: Je ne sais ce que tu veux dire.
71 Comme il se dirigeait vers la porte, une autre servante le vit, et dit à ceux qui se trouvaient là; Celui-ci était aussi avec Jésus de Nazareth.
72 Il le nia de nouveau, avec serment: Je ne connais pas cet homme.
73 Peu après, ceux qui étaient là, s’étant approchés, dirent à Pierre: Certainement tu es aussi de ces gens-là, car ton langage te fait reconnaître.
74 Alors il se mit à faire des imprécations et à jurer: Je ne connais pas cet homme. Aussitôt le coq chanta.
75 Et Pierre se souvint de la parole que Jésus avait dite: Avant que le coq chante, tu me renieras trois fois. Et étant sorti, il pleura amèrement.
27:1 Dès que le matin fut venu, tous les principaux sacrificateurs et les anciens du peuple tinrent conseil contre Jésus, pour le faire mourir.
2 Après l’avoir lié, ils l’emmenèrent, et le livrèrent à Ponce Pilate, le gouverneur. (Matthieu 26/57-75 et 27/1-2)

Les deux clous en fer ont été découverts à Jérusalem il y a 20 ans lorsque des archéologues ont mis au jour une tombe familiale qui serait celle de Caïphe, le Grand prêtre du Temple juif devant lequel Jésus avait comparu avant d’être livré aux autorités romaines. Un des clous a été collecté dans un des douze coffres en pierre retrouvés dans le caveau. Le deuxième clou se trouvait par terre dans le tombeau.

tablettes_metal_scellees_1

Codex en métal

Sources: http://www.dailymail.co.uk/sciencetech/article-1371290/70-metal-books-Jordan-cave-change-view-Biblical-history.html

Et que dire de ces 70 plaques de métal, datant du premier siècle de l’Ere Chrétienne, des codex authentifiés comme telles suite à une analyse métallurgique,

grotte en Jordanie où auraient été retrouvés les codex métalliques

Grotte en Jordanie où auraient été retrouvés les codex métalliques

Sources: http://www.dailymail.co.uk/sciencetech/article-1371290/70-metal-books-Jordan-cave-change-view-Biblical-history.html

retrouvées dans une grotte en Jordanie, sur un lieu réputé pour être le lieu de refuge de Juifs lors de persécutions,

Codex en métal

Codex en métal

Sources: http://www.dailymail.co.uk/sciencetech/article-1371290/70-metal-books-Jordan-cave-change-view-Biblical-history.html

dont on dit que les sceaux seraient ôtés de main d’homme alors que SEUL, comme l’atteste l’Apocalypse Johannique,

 

 

Vitrail de l'Apocalypse (Détail) — Cathédrale de Clermont-Ferrand

 

Le Christ et le Livre aux 7 sceaux

Détail du vitrail de l’Apocalypse

Cathédrale de Clermont-Ferrand

Exécuté en 1981 par Alain Makaraviez et Edwige Walmé

 

 

SEUL JESUS-CHRIST est jugé digne de le faire!

5:1 Puis je vis dans la main droite de celui qui était assis sur le trône un livre écrit en dedans et en dehors, scellé de sept sceaux.
2 Et je vis un ange puissant, qui criait d’une voix forte: Qui est digne d’ouvrir le livre, et d’en rompre les sceaux?
3 Et personne dans le ciel, ni sur la terre, ni sous la terre, ne put ouvrir le livre ni le regarder.
4 Et je pleurai beaucoup de ce que personne ne fut trouvé digne d’ouvrir le livre ni de le regarder.
5 Et l’un des vieillards me dit: Ne pleure point; voici, le lion de la tribu de Juda, le rejeton de David, a vaincu pour ouvrir le livre et ses sept sceaux.
6 Et je vis, au milieu du trône et des quatre êtres vivants et au milieu des vieillards, un Agneau qui était là comme immolé. Il avait sept cornes et sept yeux, qui sont les sept esprits de Dieu envoyés par toute la terre.
7 Il vint, et il prit le livre de la main droite de celui qui était assis sur le trône.
8 Quand il eut pris le livre, les quatre êtres vivants et les vingt-quatre vieillards se prosternèrent devant l’Agneau, tenant chacun une harpe et des coupes d’or remplies de parfums, qui sont les prières des saints.
9 Et ils chantaient un cantique nouveau, en disant: Tu es digne de prendre le livre, et d’en ouvrir les sceaux; car tu as été immolé, et tu as racheté pour Dieu par ton sang des hommes de toute tribu, de toute langue, de tout peuple, et de toute nation;
10 tu as fait d’eux un royaume et des sacrificateurs pour notre Dieu, et ils régneront sur la terre.
11 Je regardai et j’entendis la voix de beaucoup d’anges autour du trône, des êtres vivants et des vieillards, et leur nombre était des myriades de myriades et des milliers de milliers. (Apocalypse 5/1-11)

The lost tomb of Jesus

« La prétendue tombe de Jésus et de Sa famille »

Sources: http://www.jesusfamilytomb.com/

Et toujours en matière d’explorations archéologiques, on nous avait déjà fait le « coup » de la tombe de Jésus…

Conférence à New York:  Thème: "La tombe de Jésus et sa famille"

Conférence à New-York en Février 2007

Thème: « La tombe de Jésus et sa famille »

avec une promotion assurée par le réalisateur James Cameron, déjà célèbre avec le record de fréquentation de son film « Titanic« ,

Affiche du film "Avatar" de James Cameron

Affiche du film « Avatar » de James Cameron

dont le film « Avatar » prépare façon Blue Beam, le terrain de l’homme impie, du Fils de perdition investissant le corps d’une créature en apparence humaine pour en prendre possession.

Film le tombeau

En début de Minénaire, on avait eu aussi droit au  film « Le tombeau » dont le scénario se résume à la découverte du corps de Jésus-Christ dans son tombeau.

Barre de separation

Portrait de Blaise Pascal

Portrait de Blaise Pascal

A bien des reprises, j’ai rappelé le point suivant:

…//…

Le Dimanche de Pâques 2001, le premier du IIIe Millénaire se terminait à la 2520e heure de l’année et par conséquent du IIIe Millénaire. Cette « fête » de « Pâque(s) », de manière exceptionnelle était commune à la « fête de Pâques » Catholique et à la fête de la Pâque Juive.

Cette 2520e heure était d’autre part la dernière de la Semaine Pascale faisant de ce Dimanche de Pâques 2001 un jour particulier.

Blaise Pascal avait connu sa nuit de feu un 23/11 et à 23:11, au cours de cette 2520e heure, le IIIe Millénaire cumulait exactement 151151 minutes!

…//…

Pour rappel:

Jésus-Christ = 151

et son opposé

Abaddon/Apollyon = 151

C’est en fin de correction de ce chapitre et pendant la 2520e heure de l’année 2011 que je recopie cette remarque, avec ce « signe Pascal »…

Barre de separation

— Chapelle du saint-sacrement - Cathédrale Notre Dame de l'Assomption - Clermont-Ferrand —

 Chapelle du saint-sacrement – Cathédrale Notre Dame de l’Assomption – Clermont-Ferrand 

— Pas de copyright  Document personnel  Gérard Colombat 

Cliquer sur l’image pour obtenir un agrandissement

A propos de prostitution, la falsification des Ecritures par Rome est renforcée par le pouvoir du Verbe, c’est à dire dans le cas présent par la langue Française.

Une lumière rouge signale les « hôtels » de passe où se tiennent les prostituées tout comme une lumière rouge ferait croire que L’Eternel demeure dans un tabernacle placé sur un… « autel« !

— Chapelle en abside - Cathédrale Notre Dame de l'Assomption - Clermont-Ferrand —

 Chapelle en abside – Cathédrale Notre Dame de l’Assomption – Clermont-Ferrand 

— Pas de copyright  Document personnel  Gérard Colombat 

Cliquer sur l’image pour obtenir un agrandissement

La résurrection de Jésus est souvent occultée par l’omniprésence de la croix qui constitue avant tout un signe de torture et de mort tandis que le culte de la Reine des cieux Babylonienne domine dans le Catholicisme et Léclipse

«  [...] Tu ne te feras point d’image taillée, ni de représentation quelconque des choses qui sont en haut dans les cieux, qui sont en bas sur la terre, et qui sont dans les eaux plus bas que la terre. Tu ne te prosterneraspoint devant elles, et tu ne les serviras point ; car moi, l’Eternel, ton Dieu, je suis un Dieu jaloux, qui punis l’iniquité des pères sur les enfants jusqu’à la troisième et la quatrième génération de ceux qui me haïssent, et qui fais miséricorde jusqu’en mille générations à ceux qui m’aiment et qui gardent mes commandements. (Exode 20/4-6)

Et que dire de l’interdit Biblique selon La Parole de L’Eternel de tailler des images et édifier des statues…

«  [...] Vous abandonnez le commandement de Dieu, et vous observez la tradition des hommes. Il leur dit encore; Vous rejetez fort bien le commandement de Dieu, pour garder votre tradition « . (Marc 7/8-9)

«  [...] annulant ainsi la parole de Dieu par votre tradition, que vous avez établie. Et vous faites beaucoup d’autres choses semblables « . (Marc 7/13)

remplacé par le commandement de Rome d’honorer le Dimanche, jour du soleil, selon la tradition des hommes

Barre de separation

Andres Serrano devant son "œuvre" "Piss Christ"

Andres Serrano devant son « œuvre », « Piss Christ », une photographie « d’art »…

lors d’une première vandalisation antérieure à celle de l’expo d’Avignon, en Australie en 1997. ©AFP

Sources: http://www.france-info.com/culture-medias-art-et-spectacle-2011-04-17-deux-oeuvres-dont-piss-christ-detruites-dans-un-musee-d-avignon-530599-36-40.html

A l’heure où je corrige ces lignes, j’apprends que l’ »œuvre » de Andres Serrano a été vandalisée à coups de marteau et de pioche… à Avignon.

Barre de separation

Œufs et lapins à profusion dans le hall d'une église Evangélique...

Œufs et lapins à profusion dans le hall d’une église Evangélique…  Berne 

— Pas de copyright  Document personnel  Gérard Colombat  Mars 2012 

Cliquer sur l’image pour obtenir un agrandissement

Barre de separation

Annexes

Oeuf reptilien Illuminati

Oeuf reptilien Illuminati

Lectures complémentaires:

Barre de separation

Extrait du chapitre: Apocalypse 12

La Pâque (« Pessah »)

La Pâque (ou Pessah »): signifie « passage », faisant allusion au « passage de l’Eternel » pour un jugement sur l’Egypte, tandis qu’Israël a été épargné à cause du sang placé pur les linteaux et les poteaux de leur maison, selon l’ordre de l’Eternel (Ex 12).

Pâque fut un événement extraordinaire pour Israël: libération de l’esclavage par une intervention miraculeuse de Dieu et vie nouvelle de liberté sous la conduite du Seigneur, mais le signe distinctif de cette protection divine était « le sang de l’Agneau couvrant le peuple »: symbole prophétique du rachat et de la délivrance.

- Près de 20 siècles plus tard, en l’an 33 de notre ère et le jour même de la célébration de la Pâque, s’accomplissait exactement le sens prophétique de cette fête: Jésus (dont le nom hébreu est « Yéchoua »), l’Agneau de Dieu, était mis à mort sur une croix à Jérusalem… à l’heure même où, dans le Temple, était mis à mort l’Agneau Pascal du souvenir, pour chaque famille qui allait célébrer le « Séder », le repas de la Pâque!… Sa mort marquait la libération de tous ceux qui, l’ayant reconnu comme « l’Envoyé de Dieu », le « Messie » annoncé par les prophètes, ont compris que « son sang » les purifiait en les libérant de leurs péchés!… N’est-ce pas ce que le prophète Isaïe avait annoncé dans le 5 3e chapitre:  » [...] semblable à un agneauqu’on mène à la boucherie … le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur  »LUI« … « IL«  a été frappé pour les péchés de mon peuple… « IL«  a porté les péchés de beaucoup d’hommeset  »IL«  a intercédé pour les coupables… » (Esaïe 53: 5, 7, 8 et 12).

- Aussi, pensant à cette similitude entre la sortie d’Égypte et la mort du Messie, l’Apôtre Simon Pierre s’écriait:  » [...] vous avez été rachetés par le Sang précieux de Christ (en hébreu: Mashiah = Messie), comme d’un Agneau sans défaut et sans tache, prédestiné avant la fondation du monde et manifesté à la fin des temps… » (1 Pierre 1/19 à 20); d’ailleurs, n’est-ce pas ce que le Talmud dit aussi: « Israël fut délivré de l’Egypte en « Nissan » (allusion à la Pâque qui a lieu en Nissan, 1er mois de l’année); c’est aussi en Nissan qu’Il sera racheté! (R.H 11 a = relevé sur Talmud de A. Cohen, page 419).

- La vraie libération de nos péchés ne peut se faire en essayant de se réformer ou se corriger, ce sont de vains efforts et nous sommes esclaves de nos péchés ! Mais c’est le « Sang Précieux » de Yéchoua Amachiah (Jésus-Christ) l’Agneau de Dieu qui nous délivre parfaitement car, « sans effusion de sang il n’y a pas de pardon » dit l’Ecriture, et Dieu lui-même, prévoyant la mort expiatoire du Messie à Golgotha, a dit prophétiquement à Moïse ces paroles saisissantes de réalisme:  » [...] Le principe vital de la chair fit dans le Sang et MOI je vous l’ai accordé sur l’autel pour procurer l’expiation, à vos personnes, car c’est le Sang qui fait expiation pour la personne!… » (Lévitique 17/11 – Version Zadok Kahn – Rabbinat Français).

- C’était une « vie nouvelle » qui commençait pour Israël, comme c’est aussi une « vie nouvelle »; un « recommencement », une « nouvelle naissance » pour celui qui accepte sa libération dans ce Sang rédempteur. Voilà pourquoi Dieu a précisé à Israël: « Ce mois-ci (celui de Pâque) sera pour vous le premier des mois de l’année » (Exode  12/1 à 2)… mais alors pourquoi, en flagrante contradiction avec la Parole de Dieu, le Judaïsme, célèbre-t-il comme premier mois de l’année, celui qui en est le 7e?, (1) faisant passer la fête des trompettes à la tête, et l’appelant même « Roch Achana » (tête de l’année), déréglant ainsi tout le plan de Dieu avec une inconscience étonnante!

Barre de separation

 

 

Répliques recto-verso du Saint Suaire   Eglise Saint Sulpice à Paris

Répliques recto-verso du Saint Suaire

Eglise Saint Sulpice à Paris

— Document personnel — pas de copyright — Paris — Avril 2006 —

image suaire 3D

 

 

Suaire en 3D

 

Face du Suaire en 3D

 

 

L’animation montre un effet

de zoom 3D effectué

par le VP8 analyser à partir

de l’image 2D du suaire

 

flèche rouge Le saint Suaire de Turin

 

Visage suaire saisi en rotation 3D animée par rapport à l'original

Visage suaire saisi en rotation 3D animée par rapport à l’original

Jésus-Christ

 

flèche rouge Nouvelles découvertes sur saint Suaire de Turin

Les deux Babylones de A. Hislop

Les deux Babylones de A. Hislop

« Les deux Babylones » de A. Hislop: pages 81 à 86

Livre disponible sous format PDF  exemplaire vignette adobe PDF en cliquant sur ce lien

 

 

Venons-en maintenant à la fête de Pâques. Que veut dire le mot de Easter lui-même? Ce n’est pas un nom chrétien: il porte en lui-même son origine Chaldéenne. Pâques (en anglais Easter) n’est pas autre chose que Astarté, l’un des titres de Beltis, la reine des cieux, dont le nom, tel que le prononçaient autrefois les Ninivites, est évidemment identique à celui qui est usité aujourd’hui en Angleterre. Ce nom, tel que Layard l’a retrouvé sur les monuments Assyriens, est « Ishtar ».

Le culte de Bel et d’Astarté fut introduit de très bonne heure en Grande-Bretagne avec les Druides, « prêtres des Bocages ». Quelques personnes se sont imaginées que le culte des Druides fut introduit pour la première fois par les Phéniciens, qui, plusieurs siècles avant l’ère chrétienne, exploitaient les mines d’étain des Cornouailles. Mais on a trouvé des traces incontestables de ce culte dans certaines parties des îles de la Grande-Bretagne où les Phéniciens n’ont jamais pénétré, et il a partout laissé des traces ineffaçables de la profonde impression qu’il doit avoir exercée sur les esprits des premiers Bretons.

Le premier Mai est encore appelé « Beltane » dans l’almanach anglais; et il y a encore aujourd’hui des coutumes anglaises qui ont persisté et qui prouvent combien le culte de Bel ou de Moloch (car les deux noms appartenaient au même dieu) avait été observé même dans le nord de l’Angleterre. « La feue Lady Baird de Fern Tower, dans le comté de Perth, dit un écrivain très versé dans les antiquités anglaises, m’a raconté que, chaque année, à Beltane, (ou le premier Mai) un certain nombre d’hommes et de femmes se réunissent près d’un ancien cercle de pierres druidiques dans sa propriété près de Crieff. Ils allument un feu au milieu, chacun met un morceau de gâteau d’avoine dans un chapeau de berger: puis tous s’asseyent, et, les yeux bandés, prennent un morceau. Un de ces morceaux a été noirci à l’avance et celui qui le prend doit sauter à travers le feu au milieu du cercle et payer une redevance. C’est au fond un reste de l’ancien culte de Baal: la personne
sur laquelle le sort tombait était brûlée en sacrifice.

C’est ce que représente ce passage à travers le feu, et le paiement de l’amende rachète la victime. » Si on adorait ainsi Baal en Bretagne, on croira sans peine que sa compagne Astarté était aussi adorée par les anciens Anglais, et que c’est du nom d’Astarté, qui à Ninive
s’appelait Ishtar, que les solennités religieuses d’avril, comme on les célèbre actuellement, sont appelées en Angleterre du nom d’Easter, ce mois étant appelé par les anciens païens anglais, Easter-monath. – La fête dont nous parle l’histoire de l’Église sous le nom d’Easter (Pâques) aux IIIe et IVe siècles, était une fête toute différente de celle qu’on observe aujourd’hui dans l’Église Romaine, et à cette époque, elle n’était connue par aucun nom se rapprochant d’Easter.

On l’appelait Pascha, ou Pâques, et bien qu’elle ne fût pas une institution apostolique, elle était observée de fort bonne heure par bien des chrétiens déclarés en souvenir de la mort et
de la résurrection du Christ. Cette fête s’accordait à l’origine avec l’époque de la Pâque juive où le Christ fut sacrifié; vers la fin du IIe siècle, du temps de Tertullien, on croyait que c’était le 23 mars.

Cette fête n’était nullement une fête idolâtre, et n’était précédée d’aucun carême. « Il faut savoir, dit le moine Cassien de Marseille, écrivant au Ve siècle et comparant l’Église primitive avec celle de son époque, que l’observation des 40 jours n’existait pas, aussi longtemps que la pureté de cette église demeura intacte. »

D’où venait donc cette observation? Les 40 jours de jeûne du carême étaient directement empruntés aux adorateurs de la déesse Babylonienne. Le jeûne de 40 jours au printemps de l’année est encore observé par les Yezidis ou adorateurs païens du diable dans le Kourdistan, qui l’ont emprunté à leurs anciens maîtres les Babyloniens.
Les païens du Mexique célébraient la même coutume. Humboldt, en effet, nous donne les détails suivants sur les usages des Mexicains: « Trois jours après l’équinoxe du printemps commençait un jeûne solennel de 40 jours en l’honneur du soleil. » – Il en était de même en Égypte comme on peut le voir en consultant Wilkinson. – Ce jeûne égyptien de 40 jours, nous dit Landseer dans ses recherches Sabéennes, était expressément pratiqué en souvenir d’Adonis ou Osiris, le grand dieu médiateur.

Le rapt de Proserpine paraît avoir été célébré de la même manière, car Julius Firmicus nous apprend que pendant 40 jours on se lamentait sur Proserpine, et Arnobe nous dit que le jeûne observé par les païens, et appelé Castus, ou la fête sacrée, passait chez les chrétiens de son temps, pour avoir été à l’origine une imitation du long jeûne de Gérés, alors que pendant bien des jours elle refusa toute nourriture, à cause de sa profonde douleur (violentia moeroris),
c’est-à-dire à cause de la perte de sa fille Proserpine, qui lui fut enlevée par pluton, dieu de l’enfer.

Comme les histoires de Bacchus, d’Adonis et de Proserpine, distinctes à l’origine, se confondirent plus tard, de telle sorte que Bacchus fut appelé Liber et sa femme Ariadne, Libéra, nom qui était l’un de ceux de Proserpine, il est fort probable que les 40 jours de jeûne du carême eurent plus tard rapport à toutes les deux.

Chez les païens, ce jeûne paraît avoir été le préliminaire indispensable de la grande fête annuelle célébrée en souvenir de la mort et de la résurrection de Tammuz, par des larmes, puis par des réjouissances. – Dans bien des pays cette mort était célébrée beaucoup plus tard que la fête chrétienne; en Palestine et en Assyrie, c’était au mois de juin, aussi disait-on de ce mois: c’est le mois de Tammuz; en Égypte, vers le milieu de mai, et en Angleterre, dans le mois d’avril.

Afin de gagner les païens à un christianisme nominal, Rome poursuivant sa tactique habituelle, s’arrangea pour fondre ensemble les fêtes païennes et les fêtes chrétiennes, et par un
ajustement compliqué mais habile de son calendrier, elle n’eut pas de peine en général à faire que le christianisme et le paganisme ne se donnassent la main sur cette question comme sur beaucoup d’autres.

Celui qui servit à faire cet amalgame fut Denys-le-Petit auquel nous devons aussi, comme l’ont démontré des chronologistes modernes, d’avoir reculé de quatre années au-delà de sa véritable date, la date de l’ère chrétienne, ou de la naissance du Christ lui-même. Le fit-il par ignorance ou volontairement? On peut le discuter, mais il est hors de doute que la naissance du Seigneur Jésus fut placée quelques années plus tard qu’elle n’a eu réellement lieu. Ce changement dans le calendrier à propos de Pâques eut les plus désastreuses conséquences.
Il fit entrer dans l’Église la plus grossière corruption et la superstition la plus vile au sujet de l’abstinence du carême. Lisez seulement les atrocités commémorées pendant le jeûne sacré, ou le carême païen tel qu’il est décrit par Arnobe ou Clément d’Alexandrie, et certainement vous rougirez pour le christianisme de ceux qui dans la pleine connaissance de ces abominations, « sont allés demander du secours à l’Égypte » pour secouer la dévotion languissante de l’Église dégénérée, et n’ont pas trouvé de meilleur moyen pour la réveiller, que d’emprunter à une source si dépravée les absurdités et les abominations que les premiers écrivains chrétiens
avaient livrées au mépris.

C’était un mauvais signe que des chrétiens pussent jamais songer à introduire l’abstinence païenne du carême, cela prouvait la profondeur de leur dégradation, et c’était aussi la cause d’un grand mal; cela menait inévitablement à une dégradation encore plus profonde. À l’origine, même à Rome, on ne connaissait pas le carême avec les orgies du carnaval qui le précédaient; et même lorsqu’on crut qu’il était nécessaire de jeûner avant la Pâque chrétienne, ce fut insensiblement qu’on se conforma au rite païen.
On ne voit pas trop combien de temps durait le jeûne dans l’Église Romaine avant le concile de Nicée; mais ce qu’on sait d’une manière certaine, c’est que bien longtemps après ce concile, il ne durait pas plus de trois semaines.
Voici ce que dit Socrate écrivant sur ce sujet, vers 450 après J.-C.: « Ceux qui habitent la grande cité de Rome jeûnent avant Pâques pendant trois semaines excepté le samedi et le jour du Seigneur. »

Mais à la fin lorsque le culte d’Astarté gagna la prépondérance, on prit des mesures pour faire observer le jeûne Chaldéen de six semaines ou 40 jours dans tout l’empire romain d’Occident. La voie fut préparée par un concile tenu à Aurélia à l’époque de Hormisdas évêque de Rome, vers l’année 519, qui décréta que le carême serait solennellement observé avant Pâques.

Ce fut certainement avec l’intention de faire exécuter ce décret que le calendrier fut
peu d’années après modifié par Denys. Mais il ne pouvait pas être observé d’un seul coup. Vers la fin du VIe siècle, la première tentative décisive fut faite pour faire respecter le nouveau calendrier. Cet essai se fit en Bretagne; mais il y rencontra une vigoureuse résistance. La différence, quant à l’époque, de la Pâque chrétienne telle qu’elle était observée en Bretagne par les chrétiens indigènes, et de la Pâque païenne imposée à Rome lorsqu’on l’établit, était d’un mois entier; et ce ne fut que par violence et effusion de sang qu’on put à la fin remplacer par la fête de la déesse anglo-saxonne ou chaldéenne celle qu’on observait en l’honneur de Christ. Voilà l’histoire d’Easter. Les coutumes populaires qui caractérisent encore l’époque où on la célèbre confirment amplement le témoignage de l’histoire sur son caractère Babylonien. Les galettes chaudes marquées d’une croix le Vendredi Saint, et les oeufs coloriés de Pâques, figuraient dans les rites chaldéens, exactement comme aujourd’hui. Les galettes connues aussi par leur même nom de buns étaient en usage  dans le culte de la reine des cieux, la déesse Easter, aux jours même de Cécrops, fondateur d’Athènes, c’est-à-dire vers 1500 avant l’ère chrétienne. « Une espèce de pain sacré, dit Bryant, qu’on avait l’habitude d’offrir aux
dieux, était d’une haute antiquité et s’appelait boun. »

Diogène Laerce, parlant de cette offrande faite par Empédocle, décrit les différents éléments dont elle était composée, et ajoute: Il offrit un des gâteaux sacrés appelés boun, qui étaient faits de fleur de farine et de miel. Le prophète Jérémie fait remarquer ce genre
d’offrandes quand il dit: « Les enfants apportaient du bois, les pères allumaient le feu, et les femmes pétrissaient la pâte pour offrir des gâteaux à la reine des cieux » (Jérémie VII, 18). Aujourd’hui à la fête d’Astarté, on n’offre pas des gâteaux chauds en forme de croix, on les mange, mais cela ne laisse aucun doute sur leur origine. L’origine des oeufs de Pâques est tout à fait aussi claire. Les anciens Druides portaient un oeuf comme emblème sacré de leur ordre.

Dans les Dionysiaques, ou mystères de Bacchus, tels qu’on les célébrait à Athènes, la consécration d’un oeuf formait une partie de la cérémonie nocturne. Les fables hindoues chantent leur oeuf du monde et lui donnent une couleur dorée. Les Japonais disent que leur oeuf sacré était d’airain. En Chine aujourd’hui, on emploie dans les fêtes sacrées des oeufs teints ou peints absolument comme en Angleterre.

Autrefois les oeufs étaient en usage dans les rites religieux des Égyptiens et des Grecs, et on les suspendait dans les temples pour des cérémonies mystiques.
On peut distinctement suivre la trace de l’usage de ces oeufs depuis l’Égypte jusqu’aux bords de l’Euphrate.
Les poètes classiques sont remplis de la fable de l’oeuf mystique des Babyloniens et voici l’histoire qu’en fait l’égyptien Hyginus, le savant secrétaire de la Bibliothèque Palatine à Rome, à l’époque d’Auguste, homme habile dans toute la sagesse de sa patrie: « On dit qu’un oeuf de dimensions extraordinaires tomba du ciel dans l’Euphrate. Les poissons le poussèrent au rivage, là les colombes vinrent se fixer dessus, le couvèrent, et Vénus en sortit bientôt: elle fut appelée la déesse Syrienne » c’est-à-dire Astarté. De là vint l’emploi de l’oeuf comme symbole d’Astarté ou Easter, et, c’est pour cela que dans l’île de Chypre, l’un des sièges favoris du culte de Vénus ou d’Astarté, l’oeuf était représenté comme étant d’une grosseur extraordinaire.

Le sens caché de cet oeuf mystique d’Astarté, sous l’un de ses aspects (car il avait une double signification) se rapportait à l’arche pendant l’époque du déluge, dans laquelle la race humaine était renfermée, comme le poulet est renfermé dans l’oeuf avant son éclosion. Si on demandait comment l’idée a pu venir à l’esprit humain d’employer un moyen si extraordinaire pour un pareil dessein, voici ma réponse: l’oeuf sacré du paganisme, comme je l’ai déjà indiqué (p. 161) était bien connu sous le nom d’oeuf du monde, c’est-à-dire l’oeuf dans lequel était renfermé le monde entier. Or, le monde a deux sens différents: il signifie ou bien la terre matérielle, ou les habitants de la terre. Le dernier sens de ce mot se trouve dans la Genèse: « La terre
entière n’avait qu’un même langage et qu’une même parole » (Genèse XI, 1), c’est-à-dire tous les habitants de la terre. Si donc le monde est renfermé dans un oeuf et flotte sur les eaux, il n’est pas difficile de croire, quelle que soit l’origine de l’idée d’un oeuf, que l’oeuf flottant ainsi sur la surface de la mer universelle, soit simplement la famille de Noé contenant dans son sein le monde entier. – Voici dès lors l’application du mot oeuf à l’arche: le mot hébreu pour oeuf est Baitz, ou au féminin, (car le mot a les deux genres) Baitza, qui en chaldéen et en phénicien devient Baith ou Baitha. Ce mot dans ces deux langues, est aussi employé
d’ordinaire pour désigner une maison. L’oeuf flottant sur les eaux qui contenait le monde, c’était la maison flottant sur les eaux du déluge, renfermant dans son sein les éléments du monde nouveau. L’oeuf tombant du ciel se rapporte évidemment à l’arche préparée par le commandement formel de Noé; et la même chose semble clairement impliquée dans l’histoire égyptienne de l’oeuf du monde qui, dit-on, était sorti de la bouche du grand dieu. Voilà donc une des deux significations de l’oeuf mystique.

Cependant, comme tout ce qui était bon ou utile à l’humanité était représenté par les mystères chaldéens et provenait à quelques égards de la déesse Babylonienne, de même la plus grande bénédiction pour la race humaine que l’arche contenait dans son sein, était Astarté, la grande civilisatrice, la grande bienfaitrice du monde. Quoique la reine déifiée que représentait Astarté n’eût d’existence que quelques siècles après le déluge, cependant, grâce à la doctrine de la métempsycose, fermement établie à Babylone, il était facile de faire croire à ses partisans que dans une précédente incarnation, elle avait vécu dans le monde antédiluvien, et qu’elle avait traversé le déluge pour y échapper.

Or, l’Église Romaine adopta cet oeuf mystique d’Astarté et le consacra comme un symbole de la résurrection du Christ. Une formule de prière fut même désignée pour être faite à ce sujet par le pape Paul V, qui faisait ainsi prier à Pâques ses superstitieux partisans: « Bénis, ô Dieu, nous t’en supplions, cette création qui est la tienne ces oeufs qui sont l’oeuvre de tes mains afin qu’ils deviennent une nourriture fortifiante pour tes serviteurs, qui les mangent en souvenir de notre Seigneur Jésus-Christ. »

– Outre l’oeuf mystique, il y avait aussi un autre emblème d’Easter, la déesse reine de Babylone; c’était la Rimmon ou la grenade. Elle est fréquemment représentée sur les anciennes médailles avec une grenade à la main, et la maison de Rimmon, dans laquelle le roi de Damas, le maître de Naaman le Syrien, célébrait son culte, était aussi, selon toute apparence, le temple d’Astarté, où cette déesse était publiquement adorée avec une grenade. La grenade est un fruit rempli de graines; aussi a-t-on supposé qu’on l’employait comme l’emblème de ce vaisseau dans lequel
étaient conservés les germes de la création nouvelle, par lesquels le monde devait recevoir une nouvelle semence de l’homme et de l’animal, lorsque le déluge aurait achevé son oeuvre de
dévastation. Mais en allant plus au fond, on trouve que Rimmon ou la grenade se
rapporte à quelque chose d’entièrement différent. Astarté ou Cybèle était aussi appelée
Idaia Mater, et la montagne sacrée de Phrygie, fameuse par la célébration des
mystères de cette déesse, était appelée mont Ida, c’est-à-dire en Chaldéen, langue
sacrée de ces mystères, le mont de la science. Idaia Mater, signifie donc la mère de la
Science, en d’autres termes, notre mère Ève, qui la première convoita la connaissance
du bien et du mal, et l’acheta si chèrement pour elle-même et pour ses enfants. Astarté,
comme il est bien facile de le prouver, était adorée non seulement comme incarnation
de l’Esprit de Dieu, mais aussi comme la mère de l’humanité. Aussi quand la mère des
dieux et de la science était représenté avec la grenade à la main invitant ceux
qui gravissaient la montagne sacrée à l’initiation de ses mystères, peut-on douter de la
signification de ce fruit? Elle se rapporte évidemment à son caractère présumé; il doit
être le fruit de l’arbre de la connaissance, « le fruit de cet arbre dont le goût mortel
amena dans le monde la mort et tous nos malheurs ».

La connaissance à laquelle on admettait les sectateurs de la déesse du mont Ida était
précisément de la même espèce que celle qu’Ève obtint en mangeant le fruit défendu,
connaissance pratique de tout ce qui était moralement mal et hideux. Quant à Astarté,
à cet égard, les hommes étaient accoutumés à regarder leur grande bienfaitrice comme
obtenant pour eux la connaissance, et les bénédictions en rapport avec cette connaissance qu’ils auraient en vain attendues de Celui qui est le Père des lumières, et de qui procède tout bien ou tout don parfait. La papauté inspire le même sentiment à l’égard de la déesse romaine, la reine des cieux, et entraîne ses sectateurs à considérer la faute d’Ève de la même manière que le faisait le paganisme. Dans le canon de la messe le service le plus solennel du missel romain, on trouve l’expression suivante, dans l’apostrophe à la faute de nos premiers parents: « O beata culpa, quas talem meruisti Redemptorem42! » Ô faute bénie, qui nous a procuré un tel Rédempteur. – L’idée contenue dans ces paroles est entièrement païenne. Voici à quoi elles reviennent: « Grâces soient rendues à Ève, dont la faute nous a obtenu le glorieux Sauveur. » – Il est vrai que l’idée contenue dans ces mots se trouve identiquement dans les écrits d’Augustin; mais c’est une idée entièrement opposée à l’esprit de l’Évangile, qui fait le péché d’autant plus coupable qu’il a fallu une telle rançon pour nous délivrer de sa malédiction épouvantable. Augustin avait bien des sentiments païens qu’il ne dépouilla jamais complètement. Il est étrange qu’un homme sérieux, éclairé comme Merle d’Aubigné ne voie aucun mal dans ce langage! Comme Rome entretient les mêmes sentiments que le paganisme, elle a adopté les mêmes symboles selon qu’elle le jugeait opportun. En Angleterre et dans beaucoup de pays de l’Europe, on ne trouve pas de grenades; et cependant même en Angleterre, on cherche à entretenir la superstition de la grenade. Au lieu de la grenade, on a l’orange; c’est ainsi que les papistes d’Irlande unissent à Pâques les oranges et les oeufs: c’est ainsi que dans cette cérémonie vaine et prétentieuse où l’évêque Gillis d’Edimbourg il y a quelques années, lava les pieds à douze Irlandais en haillons, il offrit à chacun d’eux une orange et deux oeufs.

Or, cet usage de l’orange comme symbole du fruit « de l’arbre mystérieux de l’épreuve » en Éden, n’est pas, il faut le remarquer, d’invention nouvelle; il date des temps les plus reculés de l’antiquité classique. Les jardins des Hespérides de l’Occident étaient exactement, d’après tous ceux qui ont étudié le sujet, la contrepartie du paradis d’Éden dans l’Orient. La description de ces jardins sacrés situés dans les îles de l’Atlantique, le long de la côte d’Afrique, montre que leur site légendaire correspond parfaitement au Cap-Vert ou aux Îles Canaries, ou à d’autres de ce groupe, et que le fruit doré de l’arbre sacré, gardé avec un soin si jaloux, n’était
autre que l’orange.

Or, que le lecteur remarque ceci: d’après l’histoire du paganisme, il n’y avait point de serpent dans le jardin de délices de ces îles bénies, pour entraîner l’humanité à violer ses devoirs envers son grand bienfaiteur, et à manger le fruit de l’arbre sacré qu’il s’était réservé comme pierre de touche de son obéissance. Non: au contraire, c’était le serpent, le symbole du diable, le principe du mal, l’ennemi de l’homme, qui empêchait l’homme de manger du précieux fruit, qui le gardait soigneusement, qui ne permettait pas d’y toucher. Hercule, l’une des formes du Messie païen, non le primitif Hercule, mais l’Hercule Grec, ému de la condition malheureuse de l’homme tua, ou soumit le serpent, l’être envieux qui refusait à l’humanité l’usage de ce qui lui était si utile, pour que l’homme fût à la fois sage et heureux, et lui accorda ainsi ce fruit qui aurait été à jamais hors de son atteinte. Ici donc, Dieu et le démon ont changé de rôles. Jéhovah, qui défendait à l’homme de manger de l’arbre de la connaissance, est symbolisé par le serpent, et tenu pour un être malveillant et égoïste, tandis que celui qui arracha l’homme au joug de Jéhovah, et lui donna le fruit de l’arbre défendu, en d’autres termes Satan, sous le nom d’Hercule, est célébré comme le généreux libérateur de la race humaine.
Quel mystère d’iniquité que celui-là! Or, c’est là ce que renferme l’orange sacrée d’Easter.

 

 

Les deux Babylones de A. Hislop: pages 81 à 86

Livre disponible sous format PDF  exemplaire vignette adobe PDF en cliquant sur ce lien

Note du webmaster:

j’avais, dans le cadre de mon édito prophétique N°2, évoqué Proserpine, la 2e  »statue de la Liberté »

…//…

 

Proserpine - Statue de la "Liberté"

Proserpine – Statue de la « Liberté »

Sur cette photo, la statue de Proserpine a été déposée du sommet du Dôme du Capitole, calqué sur St Pierre de Rome, pour être restaurée.

Proserpine, ancienne déesse Gréco-romaine du blé, devenue celle du psychisme et de l’âme est, par son statut, propriétaire de l’ensemble de l’installation qu’elle couronne, à savoir le Capitole où se tient le Congrès des Etats-Unis.

Elle a été rebaptisée « Statue de la Liberté » (au sens US de « Freedom » et non de « Liberty » apparenté aux mots Français « Libertin(e)(s) » ou « libertinage ») liés à la « Liberté » sexuelle.

Selon la Mythologie Grecque, issue de la présence des déchus à Babylone, les demi-dieux de l’Antiquité, Proserpine avait été enlevée par Hades, le fils de Saturne, et elle règne… depuis son mariage avec lui, revêtue du titre de « Reine » consort au royaume des Ombres, c’est à dire en d’autres mots, sur le monde souterrain des Enfers. Mais ce que l’on sait moins, ou plutôt ignore chez beaucoup de citoyens Américains, c’est qu’elle détient aussi le statut d’ »Immaculée Conception » depuis le Vesiècle.

…//…

Elle est cogérante des enfers pendant six mois de l’année, elle y règne pendant la période automnale et hivernale, période pendant laquelle les présidents Américains sont élus.

 

Barre de separation

— Pleine lune plongée dans la pénombre avant d'être totalement éclipsée - Jérusalem —

 Eclipse de lune en phase finale vue depuis le mur Occidental – Jérusalem 

— Pas de copyright  Document personnel  Gérard Colombat  15 Juin 2011 

Cliquer sur l’image pour obtenir un agrandissement

La Fête des Trompettes et l’Enlèvement.

Le plan de Dieu pour l’humanité, les fêtes juives, les signes qui précèdent le retour très proche de Jésus, et l’enlèvement de tous ceux qui seront prêts.

— Première phase d'éclipse totale de lune - Jérusalem —

Première phase d'éclipse totale de lune vue depuis le mur Occidental - Jérusalem

Première phase d'éclipse totale de lune vue depuis le mur Occidental - Jérusalem

Première phase d'éclipse totale de lune vue depuis le mur Occidental - Jérusalem

 Première phase d’éclipse totale de lune vue depuis le mur Occidental – Jérusalem 

— Pas de copyright  Document personnel  Gérard Colombat  15 Juin 2011 

Cliquer sur l’image pour obtenir un agrandissement en Haute résolution

Les éclipses lunaires et solaires se produisent lors d’évènements clés dans l’histoire d’Israël et semblent indiquer les actions de Dieu avec la nation Juive et les nations païennes. En l’an 2014, se sont produites deux éclipses totales de lune qui correspondent à des Fêtes de l’Eternel. La première s’est produite le jour de la Pâque juive (14 Nisan), et la deuxième le jour de la Fête des Tabernacles (15 Tishri).

Eclipses et lunes de sang en 2011, 2015 et 2018/19

Eclipses et lunes de sang en 2011, 2015 et 2018/19

Sources: http://www.jesusonmymind.com/services

Ce même phénomène se reproduira en l’an 2015 : deux éclipses totales de lune, le jour de la Pâque et le jour de la Fête des Tabernacles. Six éclipses se produiront entre le 25 Septembre 2014 et le 13 Septembre 2015. Quand quatre éclipses totales de lune se suivent deux années de suite, les astronomes appellent cela une « tétrade. »

Le terme « tétrade » vient du mot « tétras » en grec et signifie un multiple de quatre.

carré bleu de paragraphe À Pâques le 15 avril 2014, il y a eu une éclipse lunaire.
carré bleu de paragraphe À la fête des Tabernacles le 8 Octobre 2014, il y a eu une éclipse lunaire.
carré bleu de paragraphe À Pâques le 4 avril 2015, il y aura une éclipse lunaire.
carré bleu de paragraphe À la fête des Tabernacles le 28 Septembre 2015, il y aura une éclipse lunaire.

Les tétrades associées aux fêtes juives sont extrêmement rares: une ou deux par siècle au maximum, plusieurs siècles pouvant se passer sans aucune tétrade associée au fêtes juives. Depuis l’an 1 de notre ère, sept tétrades semblables seulement se sont produites, dont deux au XX° siècle. Après 2014-2015, il ne se produira plus aucune autre tétrade associée au fêtes juives au cours du XXI° siècle.

Le Pasteur Biltz remarqua aussi qu’au cours du XX° siècle, il s’était produit deux tétrades associées aux mêmes fêtes juives. A chaque fois, elles étaient en relation avec un événement important concernant la nation d’Israël ou le peuple Juif. La première tétrade se produisit en 1949-1950, juste après l’indépendance de l’Etat d’Israël, et la seconde en 1967-1968, au moment où Jérusalem a été reconquise par les Juifs.

Il y a eu une seule tétrade associée aux mêmes fêtes juives au 15° siècle, en 1493-1494, un an après l’expulsion des Juifs de l’Espagne, et après la découverte de l’Amérique, en 1492 par Christophe Colomb.

Il n’y a eu aucune tétrade associée aux fêtes juives au cours des 16°, 17°, 18° et 19° siècles. Il y eu une tétrade au cours du 15e siècle, mais elle n’est pas tombée sur des jours saints juifs.
Mais ce n’est pas tout !

Le Pasteur Biltz remarqua également qu’il devait se produire deux éclipses de soleil en 2015 : la première, une éclipse totale, se produira le premier jour du mois de Nisan, c’est-à-dire le premier jour de l’année religieuse, et la seconde, une éclipse partielle, le premier jour du mois de Tishri, c’est-à-dire la fête de Roch Hachana ou le premier jour de l’année civile juive.

Le premier jour du mois de Nisan est un grand jour sacré pour le peuple juif, puisque le 1er Nisan est le début de leur calendrier religieux, la Pâques tombant deux semaines plus tard. Le 1er Nisan est également la même date, dans le calendrier juif, où Moïse a mis en place le tabernacle dans le désert et où la gloire de Dieu est tombée sur le tabernacle.

Tout cela en 2015 ! Est-il possible qu’il s’agisse d’une pure coïncidence ?

Ce qui rend cette tétrade particulièrement intéressante est le fait qu’elle arrivera précisément sur des jours saints juifs. La NASA a confirmé qu’il n’y aura pas d’autres tétrades ce siècle.

Non, il n’est pas possible que toute une série de « coïncidences » cumulées soient le produit du pur hasard !

On a donc le schéma suivant :

carré bleu de paragraphe 15 Nisan 5774 (15 avril 2014) : éclipse totale de lune, Fête de la Pâque.

carré bleu de paragraphe 14 Tishri 5775 (8 oct. 2014) : éclipse totale de lune, Fête des Tabernacles.

carré bleu de paragraphe 29 Adar 5775 (20 mars 2015) : éclipse totale de soleil, juste avant le début de l’année religieuse.

carré bleu de paragraphe 15 Nisan 5775 (4 avril 2015) : éclipse totale de lune, Fête de la Pâque.

carré bleu de paragraphe 29 Elul 5775 (13 sept. 2015) : éclipse partielle de soleil, juste avant le début de l’année civile.

carré bleu de paragraphe 15 Tishri 5776 (28 sept. 2015) : éclipse totale de lune, Fête des Tabernacles.

2015 : Une année vraiment spéciale.

Il faut noter aussi que l’année 2015 est la dernière année sabbatique d’un cycle de 49 ans. Cette année sabbatique précède immédiatement l’année jubilaire, qui est proclamée tous les 50 ans. Cette année jubilaire doit justement être proclamée le jour du Yom Kippur 2015.

Autre remarque:

Contre toute attente, en sortie de guerre et de persécution contre les Juifs, l’Etat d’Israël a été créé un 14 Mai 1948…

1948 ou 19-48?

Lune rousse

Lune rousse

Sources:http://www.churchofgod-usa.org/index.php?news&nid=126

«  [...] Je regardai, quand il ouvrit le sixième sceau; et il y eut un grand tremblement de terre, le soleil devint noir comme un sac de crin, la lune entière devint comme du sang, (Apocalypse 6:12)

«  [...] Le quatrième ange sonna de la trompette. Et le tiers du soleil fut frappé, ainsi que le tiers de la lune, et le tiers des étoiles, afin que le tiers en soit obscurci; le jour perdit un tiers de sa clarté, et la nuit de même. (Apocalypse 8:12)

«  [...] Un grand signe parut dans le ciel: une femme enveloppée du soleil, la lune sous ses pieds, et une couronne de douze étoiles sur sa tête. (Apocalypse 12:1)

«  [...] La ville n’a besoin ni du soleil ni de la lune pour l’éclairer; car la gloire de Dieu l’éclaire, et l’Agneau est son flambeau. (Apocalypse 21:23)

Quatre lunes rousses ont été visibles sur la période 1949-1950…

Puis à nouveau, 19 années plus tard sur la période 1967-1968… (avec Jérusalem devenue capitale de l’Etat Hébreu avec la guerre des 6 jours…)

et à nouveau, 48 ans plus tard sur la période 2014-2015…

19+48 = 67

Barre de separation

 

 

Document: Bible annotée

 

 

Les mots: avant la fête de Pâque ne renferment qu’une indication
vague de la date du dernier souper (v. 2) que Jésus fit avec ses
disciples, et par conséquent de sa mort, qui eut lieu le lendemain.

Comme nous abordons, avec le ch. 13, le récit de la Passion du
Sauveur, c’est ici le lieu de donner une vue d’ensemble de cette
question chronologique, l’une des plus obscures que soulève l’histoire
évangélique.

La tradition unanime désigne le vendredi comme le jour
où Jésus mourut. L’incertitude commence quand il s’agit de
déterminer les relations de cet événement avec la Pâque juive et de
fixer le jour du mois où il eut lieu. Les uns, se fondant sur les
données, à leurs yeux inattaquables, des synoptiques, disent que
Jésus prit le dernier repas avec ses disciples le soir du 14 Nisan, à
l’heure où tous les Juifs mangeaient l’agneau pascal, et qu’il mourut
sur la croix le 15 Nisan le grand jour de la fête de Pâque.

Les autres, s’appuyant sur des indications du quatrième évangile qui ne leur
paraissent pas susceptibles d’être détournées de leur sens premier et
naturel, estiment que le dernier repas eut lieu le soir du 13 Nisan et
que Jésus est mort le 14. La discussion remonte aux premiers siècles.
Elle fut compliquée, des l’origine, par une polémique d’ordre
liturgique entre les Eglises d’Occident et celles d’Asie Mineure,
connue sous le nom de dispute pascale. (Voir introduction, p. 39.)
Nous ne reviendrons pas sur cette dispute, car, de l’avis même des
défenseurs de la chronologie des synoptiques, elle ne fournit pas
d’argument péremptoire pour décider à quelle date Jean s’est arrêté
dans son évangile. Ce débat divise les savants les plus compétents.
Olshausen, Tholuck, Wieseler, Ebrard, Hengstenberg, Riggenbach,
Lange, MM. Luthardt, Keil, Zahn se prononcent pour le 14-15 Nisan,
et estiment généralement pouvoir accorder avec cette date les
données du quatrième évangile. La date du 13-l4 Nisan est adoptée
par de Wette, Lücke, Bleek, Néander, Meyer, MM. Weiss,
Beyschlag, Godet, Chastand.

1 – En faveur de la date du 14-15 Nisan, on invoque les passages
suivants: \\#Matthieu 26:17\\ « Le premier jour des pains sans levain (14
Nisan), les disciples s’approchèrent de Jésus, en disant: Ou veux-tu
que nous te préparions le repas de la Pâque? » \\#Marc 14:12\\. « Et le
premier jour des pains sans levain, quand on immolait la Pâque, ses
disciples lui disent: Où veux-tu que nous allions faire les préparatifs
pour que tu manges la Pâque? » \\#Luc 22:7\\. « Or, le jour des pains
sans levain arriva, dans lequel devait être immolée la Pâque. » Il ne
peut y avoir aucune hésitation sur la date, clairement indiquée par
ces passages. Or les données des synoptiques ont une valeur très
grande à cause des rapports du premier évangile avec l’apôtre dont il
porte le nom, et de Marc avec l’apôtre Pierre. Du reste, les
indications fournies par les trois premiers évangélistes ne sont pas
des opinions individuelles: elles représentent la croyance de l’Eglise
entière jusque vers l’an 80. Elles ont de plus pour elles leur
vraisemblance. Le dernier repas que Jésus prit avec ses disciples fut
le repas pascal des Juifs. Cela ressort du récit des préparatifs dans les
synoptiques et d’une parole telle que celle-ci: « J’ai ardemment désiré
de manger cette Pâque avec vous avant que je souffre. »
(\\#Luc 22: 15\\.)

Or Jésus ne pouvait prendre le repas pascal qu’à l’heure où tout Israël
le prenait, le soir du 14 Nisan (commencement du 15). Les
ordonnances de la loi étaient formelles. (\\#Exode 12: 6 \\ et suiv.,
\\#Levitique 23:5, 6; Nombres 28:16-18, Deutéronome 16:2, 3\\.)

L’agneau pascal devait être immolé dans le temple, et l’on ne procédait pas à ce sacrifice
avant le jour fixé. Admettant pour ces raisons, que Jésus a mangé la
Pâque le 14 Nisan et est mort le 15, les interprètes et les historiens
qui reconnaissent l’authenticité du quatrième évangile ou du moins
attribuent quelque valeur à ses données historiques, sont obligés
d’accuser l’évangéliste d’une erreur, imputable à « une préoccupation
dogmatique: il fait mettre Jésus en croix le 14 Nisan, à l’heure même
où l’on immolait l’agneau pascal, parce qu’il voit un rapprochement à
faire entre les deux actes. » (Stapfer.)

Ou bien, pour maintenir l’exactitude de ses données chronologiques, ils doivent chercher à les
interpréter de telle sorte qu’elles fixent, aussi bien que celles des
synoptiques, le dernier repas de Jésus au 14 Nisan.

2 – Ceci nous amène à faire un rapide examen des passages de notre
évangile, desquels on peut déduire la date que Jean assignait au
dernier souper. 12: 1. « Six jours avant la Pâque Jésus arriva à
Béthanie. » Cette arrivée ne put avoir lieu le samedi, car Jésus n’aurait
pas fait un jour de sabbat le voyage de Jéricho à Béthanie. Elle doit
être fixée au vendredi soir. Or, en comptant six jours depuis ce
vendredi, Jean place au jeudi le commencement de la Pâque; ce jeudi
était donc, pour lui comme pour les premiers évangélistes, le 14
Nisan. Voici le défaut de ce raisonnement: rien ne démontre que Jean
ait compté le vendredi comme le premier des six Jours qu’il indique.
Le contraire est aussi probable, car Jésus arrive sans doute vers le
soir à Béthanie, et le sabbat commençait pour les Juifs le vendredi au
coucher du soleil. Le passage invoqué ne tranche la question ni dans
un sens ni dans l’autre. 13:1. Avant la fête de Pâque… Est-il naturel
que Jean désigne ainsi la soirée du 14-15 Nisan, le moment du repas
pascal, principal acte de la fête! C’est en vain que l’on cite
\\#Nombres 28:16 \\ et suiv., \\#Levitique 23:5 \\ et suiv.; où la fête des pains sans
levain semble ne commencer que le lendemain 16 Nisan. Dans ces
passages mêmes, le 14 est appelé la Pâque, et d’ailleurs on mangeait
des pains sans levain au repas pascal. (\\#Exode 12: 8; Josué 5:10, 11\\ et
\\#Matthieu 26:17\\ (voir la note) mettent hors de doute que la fête de
Pâque commençait pour les Juifs avec la soirée du l4 Nisan. (13:29).
Judas n’aurait pu « acheter ce dont on avait besoin pour la fête » dans
cette soirée du 14, où toutes les familles étaient assemblées dans
leurs demeures autour de l’agneau pascal. Les partisans du 14 Nisan
répondent que, si nous étions au 13 Nisan, toute la journée du
lendemain resterait pour ces emplettes et l’idée ne viendrait pas aux
disciples que Jésus pût envoyer Judas les faire sur l’heure même.
18:28. « Ils n’entrèrent point eux-mêmes dans le prétoire, afin de ne
pas se souiller et de pouvoir manger la Pâque. » Ce passage est décisif
aux yeux de la plupart des interprètes. Les Juifs n’avaient pas encore
mangé l’agneau pascal; ils s’apprêtaient à le manger le soir de ce
jour. Ce jour était donc, d’après notre évangile, le 14 Nisan. Ceux qui
le contestent sont obligés de donner à l’expression « manger la
Pâque, » le sens indéterminé de célébrer la fête de Pâque. Cette
interprétation est peu probable, malgré les arguments spécieux dont
on essaie de l’appuyer. \\#Jean 19:14, 31\\. « C’était la préparation de la
Pâque, ce jour de sabbat était un grand jour. »

Le terme de « préparation », n’est pas seulement la désignation usuelle du vendredi
veille du sabbat (\\#Marc 15: 42\\), puisque l’évangéliste ajoute
expressément « de la Pâque; » de plus, si le sabbat du lendemain était
« un grand jour, » c’est qu’il coïncidait cette année-là avec le premier
jour des pains sans levain, 15 Nisan.

L’interprétation naturelle de tous ces passages de notre évangile nous oblige donc à admettre que, d’après lui, Jésus a pris son dernier repas avec ses disciples le soir du
13 Nisan et est mort le 14 Nisan. Cette donnée constitue-t-elle une
erreur? Nullement. Elle nous parait beaucoup plus vraisemblable que
celle des synoptiques. La nuit du 14 au 15 Nisan avait tous les
caractères d’un sabbat solennel. (\\#Exode 12: 16.\\) Le Talmud confirme
cette indication de la loi et mentionne parmi les actes défendus le
port des armes, les séances de tribunal, le prononcé d’une sentence et
les exécutions.

D’après \\#Exode 12: 22; Deutéronome 16: 5-7\\, on ne pouvait
quitter sa demeure ni, en tous cas, sortir de la ville pendant la nuit du
repas pascal. Or Judas ne doute pas que Jésus ne se rende cette nuit-
là, selon sa coutume, en Gethsémané; la troupe qu’il y conduit est
composée de serviteurs du sanhédrin qu’accompagnent même les
sacrificateurs et des pharisiens, le sanhédrin s’assemble, délibère et
prononce un jugement, peu avant le crucifiement, Simon de Cyrène
revient des champs, où il avait travaillé, selon toute probabilité, Jésus
est crucifié, il est vrai, par des soldats romains, mais les chefs juifs
font toutes sortes de démarches peu compatibles avec la célébration
de la fête. Si nous étions le premier et grand jour de la fête de Pâque,
leur conduite formerait un contraste étrange avec les scrupules du roi
Hérode Agrippa, qui n’ose juger et exécuter Pierre pendant la fête.
(\\#Actes 12: 3, 4\\.) Eux, qui firent si souvent à Jésus un crime de
violer le sabbat, auraient ainsi oublié toutes les prescriptions de la loi
qui assimilait le grand jour de Pâque à un sabbat. Le fanatisme ne
peut expliquer une telle attitude; ils n’en sont du reste pas tellement
dominés, puisqu’ils évitent d’entrer dans le prétoire (18: 28), réserve
qui n’était pas de nature à disposer Pilate en leur faveur.

Ajoutons enfin qu’après la mort de Jésus, Joseph d’Arimathée achète un linceul
(\\#Marc 15: 46\\), et que les femmes renoncent à embaumer Jésus,
parce que le sabbat approche. (\\#Luc 23: 56\\.) Tous ces faits
semblent prouver que le jour de la mort de Jésus n’était pas un, jour
de fête. Or la plupart d’entre eux sont rapportés par le récit des
synoptiques; ceux-ci contredisent ainsi la date qu’ils assignent eux-
mêmes aux événements.

L’erreur qu’ils ont commise, sans en avoir conscience, s’explique par
le fait que dans ce dernier souper avec ses disciples Jésus avait tenu à
manger avec eux la Pâque (\\#Luc 22: 15\\) et qu’il s’était conformé au
rituel de la cérémonie juive. La tradition admit pour cette raison que
le repas avait eu lieu au jour fixé par la loi. Elle perdit de vue que
Jésus avait anticipé la célébration de la Pâque, circonstance
secondaire dont le souvenir put fort bien s’effacer.

Que des narrations nées spontanément des besoins de la prédication et dont
l’exactitude chronologique était le moindre souci, aient commis une
erreur d’un jour en plaçant au 14 et au 15 Nisan des événements qui
s’étaient accomplis le 13, et le 14, cela n’est nullement inadmissible.
Nos deux premiers évangiles n’ont-ils pas placé le repas de Béthanie
« deux jours » avant la Pâque » (\\#Marc 14: 1-9; Matthieu 26: 6\\, note.)

Si leurs rédacteurs et leurs premiers lecteurs ne se sont pas fait les
objections que nous avons exposées ci-dessus, c’est qu’ils attribuaient
au fanatisme ces violations de la loi commises par les autorités
sacerdotales et y voyaient une aggravation du crime dont elles
s’étaient rendues coupables en tuant le Messie.

L’erreur de Jean, au contraire, ne saurait être expliquée. Un défaut de mémoire est
inadmissible de la part du disciple qui avait suivi les événements
avec un calme courage et qui en demeure le principal témoin. Et l’on
ne saurait sans injustice l’accuser d’avoir volontairement antidaté la
mort de Jésus pour obéir à des préoccupations dogmatiques. Lui seul,
au contraire, avait l’autorité nécessaire pour corriger la tradition qui
s’était établie. S’il ne la rectifie pas en termes plus exprès, c’est
qu’une telle rectification ne s’accordait pas avec le caractère de sa
narration. Il lui suffisait, par les détails de celle-ci, de replacer les
faits à leur vraie date. Objectera-t-on à cette date que Jésus ne
pouvait se séparer de son peuple et déroger à la coutume établie par
la loi en célébrant le repas pascal la veille du jour fixé? Mais celui
qui se proclamait « le Seigneur du sabbat » ne pouvait-il se permettre
cette légère infraction au rituel pascal, au moment surtout où il allait
lui substituer un rite nouveau? Il était du reste excommunié ainsi que
ses disciples, les sacrificateurs auraient refusé d’immoler pour lui un
agneau dans le temple. Il était obligé de célébrer cette Pâque d’une
manière indépendante: c’est ce qui le conduisit à l’anticiper. Cette
anticipation n’est elle pas indiquée dans le message qu’il envoie au
propriétaire de la chambre haute? « Mon temps est proche; que je
fasse la Pâque chez toi avec mes disciples. » (\\#Matthieu 26: 18\\.)
(Comme le remarque M. Godet, « la seule relation satisfaisante à
établir entre ces deux propositions est celle-ci: il faut que je me hâte,
car demain ce sera trop tard; je ne serai plus là, fais donc en sorte
que je puisse manger immédiatement la Pâque chez toi (verbe au
présent). »

Le disciple bien-aimé nous fait lire dans le coeur de son Maître, il
peint en quatre traits les circonstances extérieures et intérieures au
milieu desquelles Jésus s’abaissa jusqu’à laver les pieds de ses
disciples. Premier trait: Jésus allait accomplir cet acte sachant que
son heure était venue, cette heure solennelle, suprême, dont notre
évangile parle si Souvent. (\\#Jean 7: 30; 8: 20; 12: 23\\.) Jésus savait
que cette heure était celle de ses souffrances et de sa mort; mais il
savait aussi que ce sombre défilé le faisait passer de ce monde au
Père. Second trait: cette pensée si douce de quitter ce monde agité et
hostile pour rentrer dans le sein de l’amour éternel, était inséparable
d’une autre pensée, celle qu’il allait quitter les siens ses chers
disciples, qu’il avait toujours aimés, auxquels il avait donné tant de
preuves de cet amour. Or, sachant qu’il les laissait dans le monde où
ils étaient, exposés à tant de dangers et de souffrances, il les aima
jusqu’à la fin (\\#Marc 13: 13\\), ou mieux: au plus haut degré (Weiss).
M. Godet traduit: « Il acheva de leur témoigner tout son amour. » Et il
va leur en donner le témoignage le plus émouvant. Chaque disciple
de Jésus peut aussi recueillir dans son coeur cette parole comme une
précieuse promesse que son Sauveur l’aimera jusqu’à la fin.

 

Barre de separation

Occurrences du mot « Pâque » sur l’ensemble des Ecritures

(Exode 12:11 «  [...] Quand vous le mangerez, vous aurez vos reins ceints, vos souliers aux pieds, et votre bâton à la main; et vous le mangerez à la hâte. C’est la Pâque de l’Eternel.
(Exode   12:21 «  [...] Moïse appela tous les anciens d’Israël, et leur dit: Allez prendre du bétail pour vos familles, et immolez la Pâque.
(Exode  12:27 «  [...] Vous répondrez: C’est le sacrifice de Pâque en l’honneur de l’Eternel, qui a passé par-dessus les maisons des enfants d’Israël en Egypte, lorsqu’il frappa l’Egypte et qu’il sauva nos maisons. Le peuple s’inclina et adora.
(Exode  12:43 «  [...] L’Eternel dit à Moïse et à Aaron: Voici une ordonnance au sujet de la Pâque: Aucun étranger n’en mangera.
(Exode  12:47 «  [...] Toute l’assemblée d’Israël fera la Pâque.
(Exode  12:48 «  [...] Si un étranger en séjour chez toi veut faire la Pâque de l’Eternel, tout homme de sa maison devra être circoncis; alors il s’approchera pour la faire, et il sera comme l’indigène; mais aucun incirconcis n’en mangera.
(Exode 34:25 «  [...] Tu n’offriras point avec du pain levé le sang de la victime immolée en mon honneur; et le sacrifice de la fête de Pâque ne sera point gardé pendant la nuit jusqu’au matin.
(Levitique 23:5 «  [...] Le premier mois, le quatorzième jour du mois, entre les deux soirs, ce sera la Pâque de l’Eternel.
(Nombres 9:2 «  [...] Il dit: Que les enfants d’Israël célèbrent la Pâque au temps fixé.
(Nombres 9:4 «  [...] Moïse parla aux enfants d’Israël, afin qu’ils célèbrent la Pâque.
(Nombres 9:5 «  [...] Et ils célébrèrent la Pâque le quatorzième jour du premier mois, entre les deux soirs, dans le désert du Sinaï; les enfants d’Israël se conformèrent à tous les ordres que l’Eternel avait donnés à Moïse.
(Nombres 9:6 «  [...] Il y eut des hommes qui, se trouvant impurs à cause d’un mort, ne pouvaient pas célébrer la Pâque ce jour-là. Ils se présentèrent le même jour devant Moïse et Aaron;
(Nombres 9:10 «  [...] Parle aux enfants d’Israël, et dis-leur: Si quelqu’un d’entre vous ou de vos descendants est impur à cause d’un mort, ou est en voyage dans le lointain, il célébrera la Pâque en l’honneur de l’Eternel.
(Nombres 9:12 «  [...] Ils n’en laisseront rien jusqu’au matin, et ils n’en briseront aucun os. Ils la célébreront selon toutes les ordonnances de la Pâque.
(Nombres 9:13 «  [...] Si celui qui est pur et qui n’est pas en voyage s’abstient de célébrer la Pâque, celui-là sera retranché de son peuple; parce qu’il n’a pas présenté l’offrande de l’Eternel au temps fixé, cet homme-là portera la peine de son péché.
(Nombres 9:14 «  [...] Si un étranger en séjour chez vous célèbre la Pâque de l’Eternel, il se conformera aux lois et aux ordonnances de la Pâque. Il y aura une même loi parmi vous, pour l’étranger comme pour l’indigène.
(Nombres 28:16 «  [...] Le premier mois, le quatorzième jour du mois, ce sera la Pâque de l’Eternel.
(Nombres 33:3 «  [...] Ils partirent de Ramsès le premier mois, le quinzième jour du premier mois. Le lendemain de la Pâque, les enfants d’Israël sortirent la main levée, à la vue de tous les Egyptiens.
(Deutéronome 16:1 «  [...] Observe le mois des épis, et célèbre la Pâque en l’honneur de l’Eternel, ton Dieu; car c’est dans le mois des épis que l’Eternel, ton Dieu, t’a fait sortir d’Egypte, pendant la nuit.
(Deutéronome 16:2 «  [...] Tu sacrifieras la Pâque à l’Eternel, ton Dieu, tes victimes de menu et de gros bétail, dans le lieu que l’Eternel choisira pour y faire résider son nom.
(Deutéronome 16:5 «  [...] Tu ne pourras point sacrifier la Pâque dans l’un quelconque des lieux que l’Eternel, ton Dieu, te donne pour demeure;
(Deutéronome 16:6 «  [...] mais c’est dans le lieu que choisira l’Eternel, ton Dieu, pour y faire résider son nom, que tu sacrifieras la Pâque, le soir, au coucher du soleil, à l’époque de ta sortie d’Egypte.
(Josué 5:10 «  [...] Les enfants d’Israël campèrent à Guilgal; et ils célébrèrent la Pâque le quatorzième jour du mois, sur le soir, dans les plaines de Jéricho.
(Josué 5:11 «  [...] Ils mangèrent du blé du pays le lendemain de la Pâque, des pains sans levain et du grain rôti; ils en mangèrent ce même jour.
(Josué 5:12 «  [...] La manne cessa le lendemain de la Pâque, quand ils mangèrent du blé du pays; les enfants d’Israël n’eurent plus de manne, et ils mangèrent des produits du pays de Canaan cette année-là.
(2 Rois 23:21 «  [...] Le roi donna cet ordre à tout le peuple: Célébrez la Pâque en l’honneur de l’Eternel, votre Dieu, comme il est écrit dans ce livre de l’alliance.
(2 Rois 23:22 «  [...] Aucune Pâque pareille à celle-ci n’avait été célébrée depuis le temps où les juges jugeaient Israël et pendant tous les jours des rois d’Israël et des rois de Juda.
(2 Rois 23:23 «  [...] Ce fut la dix-huitième année du roi Josias qu’on célébra cette Pâque en l’honneur de l’Eternel à Jérusalem.
(2 Chroniques 30:1 «  [...] Ezéchias envoya des messagers dans tout Israël et Juda, et il écrivit aussi des lettres à Ephraïm et à Manassé, pour qu’ils viennent à la maison de l’Eternel à Jérusalem célébrer la Pâque en l’honneur de l’Eternel, le Dieu d’Israël.
(2 Chroniques 30:2 «  [...] Le roi, ses chefs, et toute l’assemblée avaient tenu conseil à Jérusalem, afin que la Pâque soit célébrée au second mois;
(2 Chroniques 30:5 «  [...] ils décidèrent de faire une publication dans tout Israël, depuis Beer-Schéba jusqu’à Dan, pour que l’on vienne à Jérusalem célébrer la Pâqueen l’honneur de l’Eternel, le Dieu d’Israël. Car elle n’était plus célébrée par la multitude comme il est écrit.
(2 Chroniques 30:15 «  [...] Ils immolèrent ensuite la Pâque le quatorzième jour du second mois. Les sacrificateurs et les Lévites, saisis de confusion, s’étaient sanctifiés, et ils offrirent des holocaustes dans la maison de l’Eternel.
(2 Chroniques 30:17 «  [...] Comme il y avait dans l’assemblée beaucoup de gens qui ne s’étaient pas sanctifiés, les Lévites se chargèrent d’immoler les victimes de la Pâque pour tous ceux qui n’étaient pas purs, afin de les consacrer à l’Eternel.
(2 Chroniques 30:18 «  [...] Car une grande partie du peuple, beaucoup de ceux d’Ephraïm, de Manassé, d’Issacar et de Zabulon, ne s’étaient pas purifiés, et ils mangèrent la Pâque sans se conformer à ce qui est écrit. Mais Ezéchias pria pour eux, en disant: Veuille l’Eternel, qui est bon,
(2 Chroniques 35:1 «  [...] Josias célébra la Pâque en l’honneur de l’Eternel à Jérusalem, et l’on immola la Pâque le quatorzième jour du premier mois.
(2 Chroniques 35:6 «  [...] Immolez la Pâque, sanctifiez-vous, et préparez-la pour vos frères, en vous conformant à la parole de l’Eternel prononcée par Moïse.
(2 Chroniques 35:7 «  [...] Josias donna aux gens du peuple, à tous ceux qui se trouvaient là, des agneaux et des chevreaux au nombre de trente mille, le tout pour la Pâque, et trois mille boeufs; cela fut pris sur les biens du roi.
(2 Chroniques 35:8 «  [...] Ses chefs firent de bon gré un présent au peuple, aux sacrificateurs et aux Lévites. Hilkija, Zacharie, et Jehiel, princes de la maison de Dieu, donnèrent aux sacrificateurs pour la Pâque deux mille six cents agneaux et trois cents boeufs.
(2 Chroniques 35:9 «  [...] Conania, Schemaeja et Nethaneel, ses frères, Haschabia, Jeïel et Jozabad, chefs des Lévites, donnèrent aux Lévites pour la Pâque cinq mille agneaux et cinq cents boeufs.
(2 Chroniques 35:11 «  [...] Ils immolèrent la Pâque; les sacrificateurs répandirent le sang qu’ils recevaient de la main des Lévites, et les Lévites dépouillèrent les victimes.
(2 Chroniques 35:13 «  [...] Ils firent cuire la Pâque au feu, selon l’ordonnance, et ils firent cuire les choses saintes dans des chaudières, des chaudrons et des poêles; et ils s’empressèrent de les distribuer à tout le peuple.
(2 Chroniques 35:16 «  [...] Ainsi fut organisé ce jour-là tout le service de l’Eternel pour faire la Pâque et pour offrir des holocaustes sur l’autel de l’Eternel, d’après l’ordre du roi Josias.
(2 Chroniques 35:17 «  [...] Les enfants d’Israël qui se trouvaient là célébrèrent la Pâque en ce temps et la fête des pains sans levain pendant sept jours.
(2 Chroniques 35:18 «  [...] Aucune Pâque pareille à celle-là n’avait été célébrée en Israël depuis les jours de Samuel le prophète; et aucun des rois d’Israël n’avait célébré une Pâque pareille à celle que célébrèrent Josias, les sacrificateurs et les Lévites, tout Juda et Israël qui s’y trouvaient, et les habitants de Jérusalem.
(2 Chroniques 35:19 «  [...] Ce fut la dix-huitième année du règne de Josias que cette Pâque fut célébrée.
(Esdras 6:19 «  [...] Les fils de la captivité célébrèrent la Pâque le quatorzième jour du premier mois.
(Esdras 6:20 «  [...] Les sacrificateurs et les Lévites s’étaient purifiés de concert, tous étaient purs; ils immolèrent la Pâque pour tous les fils de la captivité, pour leurs frères les sacrificateurs, et pour eux-mêmes.
(Esdras 6:21 «  [...] Les enfants d’Israël revenus de la captivité mangèrent la Pâque, avec tous ceux qui s’étaient éloignés de l’impureté des nations du pays et qui se joignirent à eux pour chercher l’Eternel, le Dieu d’Israël.
(Ezechiel 45:21 «  [...] Le quatorzième jour du premier mois, vous aurez la Pâque. La fête durera sept jours; on mangera des pains sans levain.
(Matthieu26:2 «  [...] Vous savez que la Pâque a lieu dans deux jours, et que le Fils de l’homme sera livré pour être crucifié.
(Matthieu 26:17 «  [...] Le premier jour des pains sans levain, les disciples s’adressèrent à Jésus, pour lui dire: Où veux-tu que nous te préparions le repas de la Pâque?
(Matthieu 26:18 «  [...] Il répondit: Allez à la ville chez un tel, et vous lui direz: Le maître dit: Mon temps est proche; je ferai chez toi la Pâque avec mes disciples.
(Matthieu 26:19 «  [...] Les disciples firent ce que Jésus leur avait ordonné, et ils préparèrent la Pâque.
(Marc 14:1 «  [...] La fête de Pâque et des pains sans levain devait avoir lieu deux jours après. Les principaux sacrificateurs et les scribes cherchaient les moyens d’arrêter Jésus par ruse, et de le faire mourir.
(Marc 14:12 «  [...] Le premier jour des pains sans levain, où l’on immolait la Pâque, les disciples de Jésus lui dirent: Où veux-tu que nous allions te préparer la Pâque?
(Marc 14:14 «  [...] Où qu’il entre, dites au maître de la maison: Le maître dit: Où est le lieu où je mangerai la Pâque avec mes disciples?
(Marc 14:15 «  [...] Et il vous montrera une grande chambre haute, meublée et toute prête: c’est là que vous nous préparerez la Pâque.
(Marc 14:16 «  [...] Les disciples partirent, arrivèrent à la ville, et trouvèrent les choses comme il le leur avait dit; et ils préparèrent la Pâque.
(Luc 2:41 «  [...] Les parents de Jésus allaient chaque année à Jérusalem, à la fête de Pâque.
(Luc 22:1 «  [...] La fête des pains sans levain, appelée la Pâque, approchait.
(Luc 22:7 «  [...] Le jour des pains sans levain, où l’on devait immoler la Pâque, arriva,
(Luc 22:8 «  [...] et Jésus envoya Pierre et Jean, en disant: Allez nous préparer la Pâque, afin que nous la mangions.
(Luc 22:11 «  [...] et vous direz au maître de la maison: Le maître te dit: Où est le lieu où je mangerai la Pâque avec mes disciples?
(Luc 22:12 «  [...] Et il vous montrera une grande chambre haute, meublée: c’est là que vous préparerez la Pâque.
(Luc 22:13 «  [...] Ils partirent, et trouvèrent les choses comme il le leur avait dit; et ils préparèrent la Pâque.
(Luc 22:15 «  [...] Il leur dit: J’ai désiré vivement manger cette Pâque avec vous, avant de souffrir;
(Jean 2:13 «  [...] La Pâque des Juifs était proche, et Jésus monta à Jérusalem.
(Jean 2:23 «  [...] Pendant que Jésus était à Jérusalem, à la fête de Pâque, plusieurs crurent en son nom, voyant les miracles qu’il faisait.
(Jean 6:4 «  [...] Or, la Pâque, la fête des Juifs était proche.
(Jean 11:55 «  [...] La Pâque des Juifs était proche. Et beaucoup de gens du pays montèrent à Jérusalem avant la Pâque, pour se purifier.
(Jean 12:1 «  [...] Six jours avant la Pâque, Jésus arriva à Béthanie, où était Lazare, qu’il avait ressuscité des morts.
(Jean 13:1 «  [...] Avant la fête de Pâque, Jésus, sachant que son heure était venue de passer de ce monde au Père, et ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, mit le comble à son amour pour eux.
(Jean 18:28 «  [...] Ils conduisirent Jésus de chez Caïphe au prétoire: c’était le matin. Ils n’entrèrent point eux-mêmes dans le prétoire, afin de ne pas se souiller, et de pouvoir manger la Pâque.
(Jean 18:39 «  [...] Mais, comme c’est parmi vous une coutume que je vous relâche quelqu’un à la fête de Pâque, voulez-vous que je vous relâche le roi des Juifs?
(Jean 19:14 «  [...] C’était la préparation de la Pâque, et environ la sixième heure. -Pilate dit aux Juifs: Voici votre roi.
(Actes 12:4 «  [...] Après l’avoir saisi et jeté en prison, il le mit sous la garde de quatre escouades de quatre soldats chacune, avec l’intention de le faire comparaître devant le peuple après la Pâque.
(1 Corint. 5:7 «  [...] Faites disparaître le vieux levain, afin que vous soyez une pâte nouvelle, puisque vous êtes sans levain, car Christ, notre Pâque, a été immolé.
(Hébreux 11:28 «  [...] C’est par la foi qu’il immola la Pâque et fit l’aspersion du sang, afin que l’exterminateur ne touche pas aux premiers-nés des Israélites.

 

Barre de separation

Pénitent ôtant sa couronne...

Pénitent ôtant sa couronne…

http://www.20minutes.fr/societe/diaporama-78-photo-874134-24-heures-images

Cliquer sur l’image pour obtenir un agrandissement

En attendant de tenir audience au musée Grévin à partir de jeudi 2 avril après-midi, (Jeudi Saint...)  le personnage de cire du pape François a été dévoilé vers 10h au pied de Notre-Dame de Paris

En attendant de tenir audience au musée Grévin à partir de jeudi 2 avril après-midi, (Jeudi Saint…)

le personnage de cire du pape François a été dévoilé vers 10h au pied de Notre-Dame de Paris

en présence de l’archiprêtre et recteur de la cathédrale, Monseigneur Patrick Jacquin.

http://www.20minutes.fr/societe/diaporama-78-photo-873918-24-heures-images

Cliquer sur l’image pour obtenir un agrandissement

Barre de separation

Bouton

retour au sommaire

Falsification et conditionnement du Catholicisme (Bible et Nombres)

Falsification et conditionnement  du  Catholicisme

où le verbe  » croire «  

se distingue par 2 traductions possibles

et souvent antinomiques, dans leur application:

Les  » croyants  » et les  » crédules «  

Barre de separation

— Basilique et Place St Pierre - Rome —

 Basilique et Place St Pierre - Rome 

— Pas de copyright  Document personnel  Gérard Colombat  7 Novembre 2012 

Cliquer sur l’image pour obtenir un agrandissement

Mis à jour en Janvier 2014

Barre de separation

 

Table des matières

Avant-propos

Le baptême par aspersion

La canonisation des saints, les prières pour les morts, les invocations adressées aux saints…

L’usage des cierges

L’utilisation d’accessoires et d’ustensiles comme le chapelet, le scapulaire, les médailles, les pentacles de protection écrits en lettres hébraïques…

- Le célibat des prêtres, des clercs, des évêques

Le clergé comme intermédiaire humain

- la confession auriculaire à un prêtre

La vie monastique dans les couvents

Le culte en latin

L’eau bénite

L’Eglise considérée comme édifice physique

L’encens

l’Eucharistie

- lgénuflexion devant un pape (ou même un ange) soi-disant successeur de Pierre !

- toute forme de hiérarchie

L’infaillibilité papale

L’interprétation des Saintes Ecritures par l’Eglise «  seule  » habilitée à le faire

La messe

La papauté

Les pèlerinages

La pénitence

La primauté de Pierre

Les processions

Le purgatoire

Les 7 sacrements

Le  » sacrifice «  de la messe,

Le salut par les œuvres

Le salut selon le dogme Catholique qui énonce

La tradition humaine comme source d’autorité

Les fables et autres doctrines de démons comme la notion de sacré-cœur

La vénération des saints, des anges, des reliques

des images, des statues, des icônes

Et tout ce qui est marial

la virginité perpétuelle de Marie

- les prières et autres signes de dévotion adressés à Marie

Le dogme de  » l’immaculée conception « .

L’ » Assomption  » de Marie.

Les différents qualificatifs

Les différents titres qui lui sont exclusivement attribués

Le titre païen de  » Reine des Cieux «  

La fonction «  médiatrice  » de Marie (attribut unique de JESUS-CHRIST)

L’état «  corédempteur  » de Marie

Marie «  Mère de DIEU «  

Marie «  Mère de l’Eglise «  

Tableau récapitulatif des doctrines et dogmes anti-Scripturaires majeurs imposés par l’Eglise de Rome et «  sa tradition humaine  »

Conseils Evangéliques

Documentation complèmentaire

 

 

Barre de separation

— Basilique et Place St Pierre au lever du jour - Rome —

 Basilique et Place St Pierre au lever du jour – Rome 

— Pas de copyright  Document personnel  Gérard Colombat  8 Novembre 2012 

Cliquer sur l’image pour obtenir un agrandissement en Haute résolution originale

Avant-propos

Pour les catholiques, les chrétiens évangéliques sont des égarés, perdus, car non intégrés dans le giron de l’Eglise de Rome et très facilement assimilés aux sectes du style  » Témoins de Jéhovah  »… La meilleure preuve ? ils sont minoritaires et cela sans comparaison possible, vu l’écart des nombres les quantifiant à l’échelon planétaire! Rome prétend détenir La Vérité et parvient à maintenir son joug grâce à l’administration de ses sacrements incontournables et soit disant vecteurs du salut.

Pour les chrétiens évangéliques, les catholiques non respectueux des Ecritures sont tout aussi égarés… mais pour eux la quantité n’a rien à voir avec la qualité car l’essentiel est de «  garder La Parole  » jusqu’à la fin des temps et en cela ils sont dépositaires de La Vérité. Et le fossé ne cesse de s’élargir au fur et à mesure que  » l’Eglise Œcuménique  » gagne en pouvoir et en adhésions de croyances bien éloignées de l’enseignement des Ecritures!

En ce qui concerne la falsification des Saintes Ecritures au cours des siècles par «  l’Eglise  » de Rome que je préférerais écrire avec un petit «  é  », un livre entier consacré à ce sujet n’y suffirait pas!

Les quelques 40 différents auteurs des Ecritures qui les ont rédigées sur plus de 1500 ans ont bien mis en garde les générations suivantes contre toute modification ou apports aux textes originaux.

«  [...] Car, si quelqu’un vient vous prêcher un autre Jésus que celui que nous avons prêché, ou si vous recevez un autre Esprit que celui que vous avez reçu, ou un autre Evangile que celui que vous avez embrassé, vous le supportez fort bien « . (2 Cor 11/4)

«  [...] Je m’étonne que vous vous détourniez si promptement de celui qui vous a appelés par la grâce de Christ, pour passer à un autre Evangile. Non pas qu’il y ait un autre Evangile, mais il y a des gens qui vous troublent, et qui veulent renverser l’Evangile de Christ. Mais, quand nous-mêmes, quand un ange du ciel annoncerait un autre Evangile que celui que nous vous avons prêché, qu’il soit anathème! « . (Gal 6/8)

 

Si l’on se réfère seulement aux deux derniers siècles de notre Ere, on ne peut qu’être effaré par l’abondance des nouveaux dogmes, en particulier pour ce qui concerne la « Vierge Marie« , que viennent, comme par un malin hasard, «  authentifier  » des centaines d’apparitions mariales, qui ne sont que des prodiges mensongers et ce, sans exception aucune.

Au risque de choquer un lecteur Catholique, ce qui serait contraire à mon objectif premier, je me sens tout de même obligé d’en établir une liste sommairement récapitulative sans ordre historique mais suffisamment explicite pour inviter et même inciter tout homme de bonne volonté à en vérifier le bon fondement dans son environnement Biblique, comprenant à la fois l’Ancien et le Nouveau Testament!

Et c’est seulement après avoir appréhendé l’étendue du désastre, que la nature et l’ampleur de la force multi-séculaire de séduction stratégiquement anesthésiante du culte idolâtre et indiscutablement non conforme aux Ecritures de  » La Vierge Marie  » par exemple, pourront être resituées dans un contexte de parodie pré-apostasiante du christianisme primitif propre à cette fin de siècle et sa religiosité mondaine!

 

Jean-Paul II en Ferrari...

Le pape Jean-Paul II en Ferrari...

Le pape Jean-Paul II en Ferrari

Cliquer sur l’image pour obtenir un agrandissement

Sources: http://forumducavallino.nuxit.net/Forum-du-Cavallino/forum_17.php?msg=154147

N’a t-on pas vu par exemple le  » Saint Père «  Jean-Paul II, dont la devise est «  tout par Marie  », «  bénir  » le stade de Milan (anagramme de Malin ?), avant la coupe du monde de football, (la coupe du démon étant un rappel parodiant de celle de JESUS) debout, en Ferrari «  Testa Rossa  », le haut de gamme de la marque et concurrente de la bien nommée Lamborghini Diablo…! Le titre de «  vicaire du fils de DIEU  », inscrit en latin jusqu’en 1963 sur la tiare papale, soit «  VICARIUS FILII DEI  », (= en valeur des lettres-nombres: 5+1+100+1+5+1+50+1+1+500+1 = 666)

… lui seyant comme un gant dans ce cas de figure, entre autres!

De façon générale, la falsification commence quand volontairement, afin d’étayer une thèse ou un dogme contraire à ce que préconisent Les Ecritures, on retranche de son contexte immédiat, un passage biblique pour finalement imposer une interprétation contraire au message initial, sans parler des erreurs de traduction et un texte sans son contexte n’est que prétexte!

«  [...] Cette lumière était la véritable lumière, qui, en venant dans le monde, éclaire tout homme. Elle était dans le monde, et le monde a été fait par elle, et le monde ne l’a point connue. Elle est venue chez les siens, et les siens ne l’ont point reçue « . (Jean 1/10-11)

«  [...] Jésus leur répondit: Vous êtes dans l’erreur, parce que vous ne comprenez ni les Ecritures, ni la puissance de Dieu « . (Matthieu 22/29)

Ainsi, sans vouloir prêter de mauvaises intentions aux traducteurs de l’époque concernée, sait on que la majorité des bibles qui ne comportent que le Nouveau Testament et qui circulent parmi les fidèles de l’Eglise Catholique, sont des traductions de la Bible latine plus connue sous le nom de  » Vulgate  » qui elle-même est une traduction du Nouveau Testament qui lui, a été rédigé en grec!

Prenons un autre exemple: imaginons que je veuille soutenir que la Bible et en particulier le Nouveau Testament approuvent la théorie si actuelle et rassurante de la réincarnation par la bouche de JESUS CHRIST…

«  [...] Pierre, s’étant retourné, vit venir après eux le disciple que Jésus aimait, celui qui, pendant le souper, s’était penché sur la poitrine de Jésus, et avait dit: Seigneur, qui est celui qui te livre? En le voyant, Pierre dit à Jésus: Et à celui-ci, Seigneur, que lui arrivera-t-il ? Jésus lui dit: Si je veux qu’il demeure jusqu’à ce que je vienne, que t’importe ? Toi, suis-moi. Là-dessus, le bruit courut parmi les frères que ce disciple ne mourrait point. Cependant Jésus n’avait pas dit à Pierre qu’il ne mourrait point; mais: Si je veux qu’il demeure jusqu’à ce que je vienne, que t’importe ? « . (Jean 21/20-23)

je citerais donc un passage Biblique soigneusement écourté pour chaque cas flagrant de non respect par rapport aux Saintes Ecritures, sachant de toute façon que les lecteurs qui désirent entendre des doctrines qui répondent à leur attente, ne chercheront pas à vérifier l’exactitude du passage cité et sa conformité par rapport à l’ensemble du chapitre de référence!

Même les thèses les plus opposées au christianisme font appel à des citations Bibliques, en se gardant parfois d’en indiquer la référence, pour servir de preuves sachant que La BIBLE est LE LIVRE qui dit La Vérité mais «  vieux jeu  » et qu’un Nouveau Messie inaugurera l’ère «  astrologique du Verseau  », selon les spécialistes et les prophètes du Nouvel Age, avec un code de conduite moins contraignant et plus « dans le coup’(un Nouveau Messie était attendu par les adeptes du Nouvel Age vers l’année 1998!) selon bon nombre de leurs leaders en communication directe, via la technique du «  Channeling  » (qui relève des techniques du spiritisme mais  » branché  » car en relation avec des esprits appartenant à des plans d’existence supérieurs au nôtre ou des extra-terrestres), avec les grands maîtres ascensionnés parmi lesquels figure JESUS CHRIST bien sûr, pour faire d’avantage croire au mirage (comme la présence d’un NOTRE PERE pour 10  » Je vous salue Marie  » sur le chapelet), mais immanquablement au bas de l’Echelle céleste… bien sûr.

(L’entité consultée oubliant toutefois de signaler une particularité intéressante de cette date d’apparence anodine: 1998, c’est une trinité qui en cache trois autres ou plus simplement dit, 1998 = 666 x 3!..même remarque pour l’An «  fatidique  », je veux dire l’An 2000 car 2000: 3 = 666, 666 666…).

Autre contresens trop célèbre et pourtant ignoré du plus grand nombre quant à sa réelle signification:

«  [...] Et moi, je te dis que tu es Pierre, et que sur ce roc je bâtirai mon Eglise, et que les portes du séjour des morts ne prévaudront point contre elle « . (Mat. 16/18)

Le roc étant bien sûr, Jésus Christ!, la pierre angulaire… reconnue par Pierre lui-même

«  [...] Approchez-vous de lui, pierre vivante, rejetée par les hommes, mais choisie et précieuse devant Dieu; Car il est dit dans l’Ecriture: Voici, je mets en Sion une pierre Angulaire, choisie, précieuse; Et celui qui croit en elle ne sera point confus. L’honneur est donc pour vous, qui croyez. Mais, pour les incrédules, La pierre qu’ont rejetée ceux qui bâtissaient Est devenue la principale de l’angle, Et une pierre d’achoppement Et un rocher de scandale« . (1 Pi 2/4-7)

«  [...] C’est pourquoi ainsi parle le Seigneur, l’Eternel: Voici, j’ai mis pour fondement en Sion une pierre, Une pierre éprouvée, une pierre angulaire de prix, solidement posée; Celui qui la prendra pour appui n’aura point hâte de fuir « . (Esaïe 28/16)

«  [...] Vous avez été édifiés sur le fondement des apôtres et des prophètes, Jésus-Christ lui-même étant la pierre angulaire « . (Ep 2/20)

Pêle-mêle, entre hérésie et détournement de sens volontairement imposé par les  » docteurs  », peuvent être citées… et répertoriées comme principes fondamentaux de l’Eglise de Rome, reconnues et admises comme Bibliques par le plus grand nombre des «  croyants  » catholiques plutôt «  crédules  », les  » vérités  » qui suivent, classées par ordre alphabétique (par esprit de neutralité et d’objectivité):

 

Falsification et conditionnement du Catholicisme (Bible et Nombres) dans Réveil bouton3d Le baptême par aspersion

Le mot «  baptiser  » (mentionné 23 fois dans le N. T). vient du mot grec «  baptizein  » qui signifie «  plonger  » ou «  immerger  »;

«  [...] Et il alla dans tout le pays des environs de Jourdain, prêchant le baptême de repentance, à cause du pardon des péchés, « . (Lu 3/3)

«  [...] Alors Paul dit: Jean a baptisé du baptême de repentance, disant au peuple de croire en celui qui venait après lui, c’est-à-dire, en Jésus « . (Ac 19/4)

«  [...] Nous avons donc été ensevelis avec lui par le baptême en sa mort, afin que, comme Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, de même nous aussi nous marchions en nouveauté de vie « . (Ro 6/4)

«  [...] il y a un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême, « . (Ep 4/5)

«  [...] ayant été ensevelis avec lui par le baptême, vous êtes aussi ressuscités en lui et avec lui, par la foi en la puissance de Dieu, qui l’a ressuscité des morts « . (Col2/12)

«  [...] Cette eau était une figure du baptême, qui n’est pas la purification des souillures du corps, mais l’engagement d’une bonne conscience envers Dieu, et qui maintenant vous sauve, vous aussi, par la résurrection de Jésus-Christ;  ». (I Pi 3/21)

Le baptême des nourrissons n’est jamais mentionné dans la BIBLE puisque le baptême concerne des adultes pleinement conscients de leur engagement spirituel et de leur résurrection spirituelle en Jésus Christ. D’autre part le baptême n’est pas un sacrement mais seulement un acte d’obéissance à DIEU. La notion de «  limbes  », le lieu où vont les âmes des enfants morts sans baptême, est une invention de plus pour pouvoir soutenir une autre invention le « purgatoire« ..

 

bouton3d dans Réveil La canonisation des saints, les prières pour les morts, les invocations adressées aux saints…

bible Alors que la Bible dit:

9 Lorsque tu seras entré dans le pays que l’Eternel, ton Dieu, te donne, tu n’apprendras point à imiter les abominations de ces nations-là.
10 Qu’on ne trouve chez toi personne qui fasse passer son fils ou sa fille par le feu, personne qui exerce le métier de devin, d’astrologue, d’augure, de magicien,
11 d’enchanteur, personne qui consulte ceux qui évoquent les esprits ou disent la bonne aventure, personne qui interroge les morts.
12 Car quiconque fait ces choses est en abomination à l’Eternel; et c’est à cause de ces abominations que l’Eternel, ton Dieu, va chasser ces nations devant toi. (Deutéronome18/9-12)

«  [...] Et j’entendis du ciel une voix qui disait: Ecris: Heureux dès à présent les morts qui meurent dans le Seigneur! Oui, dit l’Esprit, afin qu’ils se reposent de leurs travaux, car leurs œuvres les suivent « . (Apoc 14/13)

à propos des saints selon les Ecritures; les procès de canonisation effectués au cours des siècles par le Catholicisme n’ont aucune justification scripturaire ! un saint selon le christianisme Biblique est la créature humaine qui a accepté dans son cœur Jésus-Christ comme étant son Sauveur. Ce sont ceux qui constituent les assemblées chrétiennes apostoliques. D’autre part, les saints vivent dans le monde et non en dehors. et le culte des saints souvent représentés par des statues dans les édifices religieux relèvent de 2 interdits: l’idolâtrie et le spiritisme! toute forme de contact avec des défunts, peu importe leur état de «  sainteté  », est radicalement proscrit par les Ecritures: il s’agit en fait de communication avec des esprits démoniaques qui singent des défunts et introduisent par ce biais de fausses doctrines «  révélées  ».

Quelques passages Bibliques sont sans équivoque. Les ouvrages de communication avec les morts, abondent sur rayons des librairies spécialisées, sans compter leur médiatisation presque institutionnelle de certaines émissions télévisées qui ne peuvent se soustraire à la diffusion de ce type de sujet bateau récurrent pour conserver des taux d’audimat vitaux.

«  [...] Si quelqu’un s’adresse aux morts et aux esprits, pour se prostituer après eux, je tournerai ma face contre cet homme, je le retrancherai du milieu de son peuple « .

«  [...] Si un homme ou une femme ont en eux l’esprit d’un mort ou un esprit de divination, ils seront punis de mort; on les lapidera: leur sang retombera sur eux « . (Lev. 20/6 et 27)

 

Pape Benoît XVI tenant un cierge

Pape Benoît XVI tenant un cierge

Cierges allumés posés sur un pilier sur le site des sanctuaires

Cierges allumés posés sur un pilier sur le site des sanctuaires

Sources: http://www.lasemainedespyrenees.fr/article/21/10/2012/video-inondations-agrave-lourdes-le-jour-d39apres/4906

bouton3d L’usage des cierges

DIEU est lumière et ne vit pas dans les ténèbres!

 

détail gauche

St Joseph charpentier de G De La Tour

 

détail droit

Au centre: « Saint Joseph charpentier » par Georges de La Tour

Musée du Louvre à Paris

Dimensions originales de la toile : 1,37 m x 1,02 m

Si, dans le cadre de cette peinture, la lumière semble émaner depuis la bougie située au centre du tableau « Joseph charpentier » de G. De la Tour, il y a en fait deux sources de lumière distinctes que le peintre a utilisées séparément, distinguant ainsi la lumière céleste pour l’enfant Jésus de l’autre, d’origine terrestre pour son père Joseph. Mais de toute façon, c’est l’enfant Jésus qui tient la chandelle, dont on peut remarquer que la taille de la flamme est plutôt démesurée. Les cinq doigts de la main gauche de l’enfant Jésus servent d’écran et sont rendus translucides par l’intensité de la lumière.

bouton3d L’utilisation d’accessoires et d’ustensiles comme le chapelet,

 

— Chapelet exposé dans le musée consacré à Bernadette Soubirous — Nevers —

— Chapelet personnel de Bernadette exposé dans le musée consacré à Bernadette Soubirous — Nevers —

— 666e heure du mois de Novembre 2012, 666e tour d’horloge de l’année 2012 —

— Pas de copyright  Document personnel  Gérard Colombat  28 Novembre 2012 —

Cliquer sur l’image pour obtenir un agrandissement

Pentagramme et chapelet

Pentagramme Satanique et chapelet — Document personnel — pas de copyright —

«  [...] En priant, ne multipliez pas de vaines paroles, comme les païens, qui s’imaginent qu’à force de paroles ils seront exaucés « . (Matthieu 6/8)

 

le scapulaire,

 

 

Scapulaire du Mont-Carmel

Scapulaire du Mont-Carmel

 

 

les médailles,

 

medmir2

les pentacles de protection écrits en lettres hébraïques…

pentacle de protection

pentacle de protection

bible Alors que la Bible dit:

«  [...] Mais quand tu pries, entre dans ta chambre, ferme ta porte, et prie ton Père qui est là dans le lieu secret; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra. Ne leur ressemblez pas; car votre Père sait de quoi vous avez besoin, avant que vous le lui demandiez. (Matthieu 6/6)

 

 

bouton3d Le célibat des prêtres, des clercs, des évêques…

Alors que la Bible dit:

«  [...] Cette parole est certaine: Si quelqu’un aspire à la charge d’évêque, il désire une œuvre excellente. Il faut donc que l’évêque soit irréprochable, mari d’une seule femme (1), sobre, modéré, réglé dans sa conduite, hospitalier, propre à l’enseignement. Il faut qu’il ne soit ni adonné au vin, ni violent, mais indulgent, pacifique, désintéressé. Il faut qu’il dirige bien sa propre maison, et qu’il tienne ses enfants dans la soumission et dans une parfaite honnêteté; car si quelqu’un ne sait pas diriger sa propre maison, comment prendra-t-il soin de l’Eglise de Dieu ? Il ne faut pas qu’il soit un nouveau converti, de peur qu’enflé d’orgueil il ne tombe sous le jugement du diable. Il faut aussi qu’il reçoive un bon témoignage de ceux du dehors, afin de ne pas tomber dans l’opprobre et dans les pièges du diable. Les diacres aussi doivent être honnêtes, éloignés de la duplicité, des excès du vin, d’un gain sordide, conservant le mystère de la foi dans une conscience pure. Qu’on les éprouve d’abord, et qu’ils exercent ensuite leur ministère, s’ils sont sans reproche. Les femmes de même, doivent être honnêtes, non médisantes, sobres, fidèles en toutes choses. Les diacres doivent être maris d’une seule femme, et bien diriger leurs enfants et leur propre maison; car ceux qui remplissent convenablement leur ministère s’acquièrent un rang honorable, et une grande assurance dans la foi en Jésus-Christ « . (1 Tim 3/1-13)

Mais qui dit descendance, dit morcellement des biens par héritage. Ainsi le célibat imposé aux membres de l’Eglise Romaine lui a permis pendant des siècles, d’accumuler toutes sortes de biens.

N’entend on pas des catholiques  » bien pensants  » affirmer que ces richesses sont nécessaires car il faut être riche pour avoir de la considération et être entendu dans  » ce monde  ». Argument blasphématoire car ce serait compter sans la providence et l’omnipotence de DIEU et de Son Esprit-Saint.

«  [...] Toutefois, pour éviter la débauche, que chacun ait sa femme, et que chaque femme ait son mari « . (1 Cor 7/2)

«  [...] N’avons-nous pas le droit de mener avec nous une sœur qui soit notre femme, comme font les autres apôtres, et les frères du Seigneur, et Céphas ? « . (1 Cor 9/5)

«  [...] Jésus se rendit ensuite à la maison de Pierre, dont il vit la belle-mère couchée et ayant la fièvre  ». (Mat. 8/14)

Pierre était donc marié et avait été choisi par Jésus lui-même.

 

bouton3d Le clergé comme intermédiaire humain

 

 

neuf mille prêtres réunis sur la Place St Pierre à Rome autour du Pape Benoît XVI

neuf mille prêtres réunis sur la Place St Pierre à Rome autour du Pape Benoît XVI

bible Alors que la Bible dit:

«  [...] Car il y a un seul Dieu, et aussi un seul médiateur entre Dieu et les hommes, Jésus-Christ homme « . (1 Tim 2/5)

 

 

— Annonce Année sacerdotale — Basilique d'Ars/sur/Formans —

— Annonce Année sacerdotale — Basilique d’Ars/sur/Formans —

— Pas de copyright  Document personnel  Gérard Colombat  15 Mars 2010 —

Cliquer sur l’image pour obtenir un agrandissement

«  Ainsi, puisque nous avons un grand souverain sacrificateur qui a traversé les cieux, Jésus, le Fils de Dieu, demeurons fermes dans la foi que nous professons. Car nous n’avons pas un souverain sacrificateur qui ne puisse compatir à nos faiblesses; au contraire, il a été tenté comme nous en toutes choses, sans commettre de péché. Approchons-nous donc avec assurance du trône de la grâce, afin d’obtenir miséricorde et de trouver grâce, pour être secourus dans nos besoins. De plus, il y a eu des sacrificateurs en grand nombre, parce que la mort les empêchait d’être permanents. Mais lui, parce qu’il demeure Eternellement, possède un sacerdoce qui n’est pas transmissible « . (1 Tim 7/23-28)

 

bouton3d la confession auriculaire à un prêtre

bible Alors que la Bible dit:

«  [...] Comment cet homme parle-t-il ainsi ? Il blasphème. Qui peut pardonner les péchés, si ce n’est Dieu seul ? « . (Marc 2/7)

«  [...] Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité « . (1 Jean 1/9)

«  [...] Confessez donc vos péchés les uns aux autres, et priez les uns pour les autres, afin que vous soyez guéris. La prière fervente du juste a une grande efficace « . (Jac5/6)

 

bouton3d La vie monastique dans les couvents

bible Alors que la Bible dit:

«  [...] Je ne te prie pas de les ôter du monde, mais de les préserver du malin « . (Jean 17/15)

 

bouton3d Le culte en latin

bible Alors que la Bible dit:

«  [...] mais, dans l’Eglise, j’aime mieux dire cinq paroles avec mon intelligence, afin d’instruire aussi les autres, que dix mille paroles en langue « . (1 Cor. 14/19)

 

 

Eglise de Rennes le château

 

 

Eglise de Rennes le château

 

 

Eglise de Rennes le château

 

 Diable/Asmodée supportant un bénitier à l’entrée de l’Eglise Sainte Madeleine 

 Rennes-le-Château 

Cliquer sur les images pour obtenir un agrandissement

— Document personnel — copyright monuments historiques — Juin 2006 —

 

bouton3d L’eau bénite… (« ben(o)îte« )

 

 

Eglise de Rennes le château

— Eglise Sainte Madeleine – Rennes-le-Château —

Cliquer sur l’image pour obtenir un agrandissement

— Document personnel — pas de copyright — Juin 2006 —

 

bouton3d L’Eglise considérée comme édifice physique (que ce soit une église, une chapelle, une basilique ou une cathédrale,..). alors qu’il s’agit, sans contestation possible d’une assemblée (au sens grec du mot «  ekklésia  »), laquelle est  » appelée  » (convoquée donc) par dérivation étymologique du sens de « ek’(hors de) et (appel).

bible Alors que la Bible dit:

«  [...] Les uns criaient d’une manière, les autres d’une autre, car le désordre régnait dans l’assemblée, et la plupart ne savaient pas pourquoi ils s’étaient réunis. Alors on fit sortir de la foule Alexandre, que les Juifs poussaient en avant; et Alexandre, faisant signe de la main, voulait parler au peuple. Mais quand ils reconnurent qu’il était Juif, tous d’une seule voix crièrent pendant près de deux heures: Grande est la Diane des Ephésiens! Cependant le secrétaire, ayant apaisé la foule, dit: Hommes Ephésiens, quel est celui qui ignore que la ville d’Ephèse est la gardienne du temple de la grande Diane et de son simulacre tombé du ciel ? Cela étant incontestable, vous devez vous calmer, et ne rien faire avec précipitation. Car vous avez amené ces hommes, qui ne sont coupables ni de sacrilège, ni de blasphème envers notre déesse. Si donc Démétrius et ses ouvriers ont à se plaindre de quelqu’un, il y a des jours d’audience et des proconsuls; qu’ils s’appellent en justice les uns les autres. Et si vous avez en vue d’autres objets, ils se régleront dans une assemblée légale. Nous risquons, en effet, d’être accusés de sédition pour ce qui s’est passé aujourd’hui, puisqu’il n’existe aucun motif qui nous permette de justifier cet attroupement. Après ces paroles, il congédia l’assembléeSaluez aussi l’Eglise qui est dans leur maison. – Saluez Epaïnète, mon bien-aimé, qui a été pour Christ les prémices de l’Asie « . (Romains 16/5)

 

 

— Basilique et Place St Pierre au lever du jour - Rome —

 Basilique et Place St Pierre au lever du jour – Rome 

— Pas de copyright  Document personnel  Gérard Colombat  8 Novembre 2012 

Cliquer sur l’image pour obtenir un agrandissement en Haute résolution originale

 

 

«  [...] Et moi, je te dis que tu es Pierre, et que sur ce roc je bâtirai mon Eglise, et que les portes du séjour des morts ne prévaudront point contre elle « . (Mat 16/18)

(à noter l’emploi du futur dans  » je bâtirai  », il s’agissait d’une promesse..).

«  [...] Ainsi donc, vous n’êtes plus des étrangers, ni des gens du dehors; mais vous êtes concitoyens des saints, gens de la maison de Dieu. Vous avez été édifiés sur le fondement des apôtres et des prophètes, Jésus-Christ lui-même étant la pierre angulaire. En lui tout l’édifice, bien coordonné, s’élève pour être un temple saint dans le Seigneur. En lui vous êtes aussi édifiés pour être une habitation de Dieu en Esprit « . (Ephés. 2/19-22)

«  [...] Saluez les frères qui sont à Laodicée, et Nymphas, et l’Eglise qui est dans sa maison « . (Colossiens 4/15)

«  [...] et vous-mêmes, comme des pierres vivantes, édifiez-vous pour former une maison spirituelle, un saint sacerdoce, afin d’offrir des victimes spirituelles, agréables à Dieu par Jésus-Christ « . (1 Pierre 2/5)

D’autre part, l’Eglise de Rome reconnaît comme «  fidèle  » toute personne baptisée, même si celle-ci ne croit plus en  » grand chose  », ceci incluant la résurrection de JESUS ou même l’existence de DIEU! la religion Catholique devenant alors pour ceux-ci une espèce de morale à suivre par habitude ou héritage culturel, tout en en supprimant les rites qui sont, eux, démodés, n’étant plus en phase avec les exigences de notre monde moderne! Ce baptême administré selon le rite Catholique en général à des nouveaux nés sans conscience religieuse devient un passeport pour pouvoir recevoir les sacrements futurs qui jalonnent la vie d’un catholique et un lien indissoluble d’appartenance à l’Eglise de Rome.

Ainsi, beaucoup de fidèles considèrent comme une tâche exclusivement réservée à cette Eglise, le soin d’interpréter les Saintes Ecritures, de leur indiquer les modalités à suivre, principalement pour l’office du dimanche et quelques règles de morale collective comme celles condamnant l’avortement, le droit d’utiliser ou non des moyens contraceptifs… bref de gérer en  » toute confiance  » leur droit de passage au ciel…

Le salut devient donc une des charges de l’Eglise Catholique vis à vis de ses fidèles à partir du moment où ils acceptent certaines contraintes sacramentelles. Cette suprématie spirituelle lui donne un droit divin supérieur à tous les pouvoirs terrestres et… temporels, une royauté sur terre, confirmée dans les faits puisque plus de 200 papes se sont succédé au cours de l’ère Judéo-chrétienne en Occident. Cette intercession tutélaire propre à l’Eglise de Rome n’est absolument pas scripturaire. Et en ce qui concerne l’idéal chrétien annoncé par les Ecritures, la faillite est totale pour cette Eglise corrompue, corruptrice et lâche. Le chef de cette Eglise, «  choisi  » par l’Esprit Saint, infaillible, investi de pouvoirs atemporels n’a pas mis les pieds à Sarajevo pendant la guerre sous prétexte de risquer d’y perdre la vie sous les balles d’un «  sniper  ». Ce qui nous amène tout naturellement à conclure que Satan a plus de pouvoir que l’Esprit-Saint! les enragés de la doctrine Romaine ne manqueront pas de faire remarquer que le «  Saint-Père  » a déjà fait l’objet d’un attentat et que depuis, il est physiquement atteint: ce qui est incontestable. Mais le parallèle par trop flagrant de cet attentat avec les événements de Fatima révèle une «  puissance d’égarement  » qui constitue un piège lourd de séduction à long terme.

Certains religieux  » professionnels  », des borgnes qui s’ignorent et moins connus que ceux par exemple,, qui se réfèrent à Jeanne d’Arc, appuyant leurs thèses  » Pro-Fatima  » et  » Anti-Medjugorje  », n’ont pas hésité à se reconnaître des dons de discernement au milieu des aveugles, jusqu’à écrire des thèses sur l’avertissement de «  La Vierge Marie  » à l’encontre du pape pour ne pas avoir divulgué le 3e secret comme exigé par ses soins en 1917! et c’est donc, selon ces mariolles pour bien les nommer, «  La Vierge Marie  » qui a armé le bras meurtrier comme avertissement tout en sauvant «  miraculeusement  » son messager terrestre qui n’a pourtant pas compris puisque 15 ans après, il n’a pas révélé le contenu de ce message «  céleste « !.

Si la situation actuelle du chaos dans laquelle est plongée l’humanité n’était pas si grave, on pourrait prendre le temps d’en rire ou même d’en pleurer! Le retour de JESUS se fera à un moment de chaos semblable à celui que nous vivons actuellement. En relisant un passage de Luc;

«  [...] Ce qui arriva du temps de Noé arrivera de même aux jours du Fils de l’homme. Les hommes mangeaient, buvaient, se mariaient et mariaient leurs enfants, jusqu’au jour où Noé entra dans l’arche; le déluge vint, et les fit tous périr. Ce qui arriva du temps de Lot arrivera pareillement. Les hommes mangeaient, buvaient, achetaient, vendaient, plantaient, bâtissaient; mais le jour où Lot sortit de Sodome, une pluie de feu et de soufre tomba du ciel, et les fit tous périr. Il en sera de même le jour où le Fils de l’homme paraîtra « . (Luc 17/26-30)

C’est grâce au chaos programmé que le fascisme Antéchristique planétaire pourra s’installer avec le consentement des «  administrés  ». le bug de l’An 2000 fait partie de ce Plan puisque le IIIe millénaire ne commençait qu’au 1er Janvier 2001 et non 2000!!!!.

La caractéristique principale du péché contre l’Eternel dans la ville de Sodome était l’homosexualité, d’où le nom de sodomie. Et quand on entend des évêques proclamer leur homosexualité et la légitimer au nom de l’amour divin, on a une idée du degré de travestissement des lois fondamentales chrétiennes. On porte aux nues «  des nuits fauves  »! quelle couleur ou quel nom faudra t-il donner à nos jours prochains ?

 

bouton3d L’encens

bible Alors que la Bible dit:

«  [...] C’est un symbole pour le temps présent; il signifie que les dons et sacrifices présentés ne peuvent rendre parfait sous le rapport de la conscience celui qui rend ce culte  ». ( 9/10)

«  [...] ils étaient avec les aliments, les boissons et les diverses ablutions, des ordonnances charnelles imposées seulement jusqu’à une époque de réformation « . (. 9/9-10)

 

bouton3d l’Eucharistie

bouton3d la génuflexion devant un pape (ou même un ange) soi-disant successeur de Pierre!

 

Benoît XVI agenuoillé dans la grotte de Lourdes en Septembre 2008

Benoît XVI agenouillé sur un « prie-Dieu »? non! un « prie-Marie »…

dans la grotte de Massabielle de Lourdes en Septembre 2008

bible Alors que la Bible dit

«  [...] Lorsque Pierre entra, Corneille, qui était allé au-devant de lui, tomba à ses pieds et se prosterna. Mais Pierre le releva, en disant: Lève-toi; moi aussi, je suis un homme « . (Ac 10/25-26)

 

bouton3d toute forme de hiérarchie

bible Alors que la Bible dit:

«  [...] Jésus les appela, et dit: Vous savez que les chefs des nations les tyrannisent, et que les grands les asservissent. Il n’en sera pas de même au milieu de vous. Mais quiconque veut être grand parmi vous, qu’il soit votre serviteur; et quiconque veut être le premier parmi vous, qu’il soit votre esclave « . (Mat. 20/25-27)

 

vatiobel

Basilique Saint Pierre de Rome

bouton3d L’infaillibilité papale

bible Alors que la Bible dit:

«  [...] Dès lors Jésus commença à faire connaître à ses disciples qu’il fallait qu’il aille à Jérusalem, qu’il souffre beaucoup de la part des anciens, des principaux sacrificateurs et des scribes, qu’il soit mis à mort, et qu’il ressuscite le troisième jour. Pierre, l’ayant pris à part, se mit à le reprendre, et dit: A Dieu ne plaise, Seigneur! Cela ne t’arrivera pas. Mais Jésus, se retournant, dit à Pierre: Arrière de moi, Satan! tu m’es en scandale; car tes pensées ne sont pas les pensées de Dieu, mais celles des hommes « . (Mat. 16/21-23)

«  [...] Le Seigneur dit: Simon, Simon, Satan vous a réclamés, pour vous cribler comme le froment. Mais j’ai prié pour toi, afin que ta foi ne défaille point; et toi, quand tu seras revenu, affermis tes frères. Seigneur, lui dit Pierre, je suis prêt à aller avec toi et en prison et à la mort. Et Jésus dit: Pierre, je te le dis, le coq ne chantera pas aujourd’hui que tu n’aies nié trois fois de me connaître  ». (Luc 22/31-34)

A remarquer que  » défaillir  » a un sens physique et «  faillir  » a un sens moral!

 » [...] Pierre lui dit: Non, jamais tu ne me laveras les pieds. Jésus lui répondit: Si je ne te lave, tu n’auras point de part avec moi. Simon Pierre lui dit: Seigneur, non seulement les pieds, mais encore les mains et la tête. Jésus lui dit: Celui qui est baigné n’a besoin que de se laver les pieds pour être entièrement pur; et vous êtes purs, mais non pas tous « . (Jean 13/8-10)

«  [...] Mais lorsque Céphas vint à Antioche, je lui résistai en face, parce qu’il était répréhensible. En effet, avant l’arrivée de quelques personnes de l’entourage de Jacques, il mangeait avec les païens, et, quand elles furent venues, il s’esquiva et se tint à l’écart, par crainte des circoncis. Avec lui les autres Juifs usèrent aussi de dissimulation, en sorte que Barnabas même fut entraîné par leur hypocrisie. Voyant qu’ils ne marchaient pas droit selon la vérité de l’Evangile, je dis à Céphas en présence de tous: Si toi qui es Juif, tu vis à la manière des païens et non à la manière des Juifs, pourquoi forces-tu les païens à judaïser ? « . (Gal 2/11-14)

biblean1

bouton3d L’interprétation des Saintes Ecritures par l’Eglise «  seule  » habilitée à le faire, alors que c’est le Saint-Esprit qui assiste tout lecteur dans sa lecture à la recherche de l’enseignement et des préceptes divins.

«  [...] Or nous, nous n’avons pas reçu l’esprit du monde, mais l’Esprit qui vient de Dieu, afin que nous connaissions les choses que Dieu nous a données par sa grâce. Et nous en parlons, non avec des discours qu’enseigne la sagesse humaine, mais avec ceux qu’enseigne l’Esprit, employant un langage spirituel pour les choses spirituelles. Mais l’homme naturel n’accepte pas les choses de l’Esprit de Dieu, car elles sont une folie pour lui, et il ne peut les connaître, parce que c’est spirituellement qu’on en juge. L’homme spirituel, au contraire, juge de tout, et il n’est lui-même jugé par personne. Car Qui a connu la pensée du Seigneur, Pour l’instruire? Or nous, nous avons la pensée de Christ « . (1 Cor 2/12-16)

«  [...] dès ton enfance, tu connais les saintes lettres, qui peuvent te rendre sage à salut par la foi en Jésus-Christ. Toute l’Ecriture est inspirée de Dieu, et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice, afin que l’homme de Dieu soit accompli et propre à toute bonne œuvre« . (2 Timothée 3/15-17)

«  [...] Mais le consolateur, l’Esprit-Saint, que le Père enverra en mon nom, vous enseignera toutes choses, et vous rappellera tout ce que je vous ai dit « . (Jean 14/26)

«  [...] Quand le consolateur sera venu, l’Esprit de vérité, il vous conduira dans toute la vérité; car il ne parlera pas de lui-même, mais il dira tout ce qu’il aura entendu, et il vous annoncera les choses à venir « . (Jean 16/13)

— Messe à la Basilique St Pierre - Rome —

 Messe à la Basilique St Pierre - Rome 

— Pas de copyright  Document personnel  Gérard Colombat  8 Novembre 2012 

Cliquer sur l’image pour obtenir un agrandissement

bouton3d La messe

jp2c

Jean Paul II en terre sainte

On notera la croix renversée sur son trône

Signe Satanique

bouton3d La papauté

Les mots  » pape  », «  papauté  » ne sont mentionnés nulle part dans la Bible. La papauté Romaine est l’une des causes essentielles de la séparation entre l’Eglise Romaine et l’Eglise Orthodoxe.

«  [...] Et moi, je te dis que tu es Pierre, et que sur ce roc je bâtirai mon Eglise, et que les portes du séjour des morts ne prévaudront point contre elle « . (Mt 16/18)

Ce passage, dans sa bonne traduction, est le plus connu pour la justification de cette fonction suprême qui aurait été attribuée à un soi-disant successeur apostolique de Pierre, mais est plus connu sous sa forme falsifiée comme suit:

  » Et moi, je te dis que tu es Pierre, et que sur cette pierre, je bâtirai mon Eglise  ».

D’autre part il est indispensable de reconsidérer ce passage dans son contexte car Pierre sous l’action du Saint-Esprit vient de reconnaître JESUS comme étant La pierre angulaire, le roc… une pierre peut rouler, mais un roc ou un rocher sont des fondements sur lesquels on peut bâtir sans crainte d’un effondrement. Ce roc est inébranlable, irremplaçable et Eternel! en opposition à la défaillance de Pierre à partir de l’arrestation de JESUS par les Romains, son reniement et sa mort de toute façon. C’est sur cette pierre unique que toutes les autres vont s’empiler au fil des siècles. Si elle vient à manquer ou s’effondrer, ce serait l’écroulement général.

Pour être plus clair, imaginons que JESUS, partant vers un lieu donné, demande à Pierre, en particulier, de le suivre et qu’un apôtre arrivant sur les lieux, l’interroge ainsi:  » que fais-tu ? « . Si Pierre répondait «  Je suis JESUS  »… cela nous permettrait-il de conclure que JESUS aurait donné à Pierre sa véritable identité ? Le  » Je suis JESUS  » étant compris comme une traduction du verbe «  être  » et non du verbe «  suivre «  ? on le voit, la falsification est grossière et absolument irrecevable, même en tenant compte que la Bible Française avait été traduite à partir de la Bible «  VULGATE  » c’est à dire une version latine, qui elle même était une traduction des originaux écrits en Hébreu et en Grec! (Les mots sont d’ailleurs différents, que ce soit en latin ou en grec:  » tu es Petrus et hanc petram  »..). D’ailleurs, parmi les 4 évangélistes, MATTHIEU est le seul à rapporter ces paroles de JESUS, alors qu’elles sont primordiales pour la crédibilité et la justification même de la prétention Romaine et de sa suprématie planétaire préfigurant en cela le règne de l’Antichrist!

«  [...] Jésus, étant arrivé dans le territoire de Césarée de Philippe, demanda à ses disciples: Qui suis-je aux dires des hommes, moi le Fils de l’homme ? Ils répondirent: Les uns disent que tu es Jean-Baptiste; les autres, Elie; les autres, Jérémie, ou l’un des prophètes. Et vous, leur dit-il, qui dites-vous que je suis ? Simon Pierre répondit: Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant. Jésus, reprenant la parole, lui dit: Tu es heureux, Simon, fils de Jonas; car ce ne sont pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela, mais c’est mon Père qui est dans les cieux  ». (Mt 16/13-17)

 

Le Pape Benoît XVI, avec sa coiffe du Dieu-Poisson Dagon

Le Pontif-EX Maximus Benoît XVI, avec sa coiffe du Dieu-Poisson Dagon

et son crucifix twisté d’inspiration Satanique

Sources: http://archives-lepost.huffingtonpost.fr/article/2009/12/25/1857258_benoit-xvi-bouscule-plus-de-peur-que-de-mal.html

En effet, le ministère d’un pape ou toute autre fonction assimilée est une traduction travestie de certains passages Bibliques pourtant clairs dans leur langue d’origine.

En s’attachant au terme seul de  » ministère « , les définitions ne manquent pas d’être précisées quand on sonde les Ecritures:

«  [...] Et il a donné les uns comme apôtres, les autres comme prophètes, les autres comme évangélistes, les autres comme pasteurs et docteurs,  »… (Ep 4/11)

«  [...] Et Dieu a établi dans l’Eglise premièrement des apôtres, secondement des prophètes, troisièmement des docteurs, ensuite ceux qui ont le don des miracles, puis ceux qui ont les dons de guérir, de secourir, de gouverner, de parler diverses langues « . (1 Cor 12/28)

 

 

Pape François Ier présentant le reliquaire en 2013  censé contenir des fragments d'os de l'apôtre Pierre!

Pape François Ier présentant le reliquaire en 2013

censé contenir des fragments d’os de l’apôtre Pierre!

Aucune allusion à un pape mais un «  premièrement  » appliqué aux apôtres seuls! Par contre, le chef de l’Eglise est JESUS, sans équivoque possible:

«  [...] et il (DIEU) l’a donné pour chef suprême à l’Eglise, qui est son corps, la plénitude de celui qui remplit tout en tous « . (Ep 1/23)

«  [...] Vous avez été édifiés sur le fondement des apôtres et des prophètes, Jésus-Christ lui-même étant la pierre angulaire  ». (Ep 2/20)

On voit même Paul reprendre la conduite de Pierre qui lui semble répréhensible quant à son hypocrisie:

«  [...] Mais lorsque Céphas vint à Antioche, je lui résistai en face, parce qu’il était répréhensible « . (déjà cité précédemment) (Ga 2/11-14)

Dans la même épître, nous remarquons que Pierre est l’apôtre des circoncis et donc des Juifs, alors que Paul, lui, est celui des incirconcis, charges qu’ils ont respectivement reçues de DIEU.

«  [...] Au contraire, voyant que l’Evangile m’avait été confié pour les incirconcis, comme à Pierre pour les circoncis, car celui qui a fait de Pierre l’apôtre des circoncis a aussi fait de moi l’apôtre des païens, et ayant reconnu la grâce qui m’avait été accordée, Jacques, Céphas et Jean, qui sont regardés comme des colonnes,…  ». (Ga 2/7-9)

Céphas est le surnom donné par JESUS à Pierre et la fin de ce passage Biblique montre bien qu’il est l’une des 3 colonnes citées sans qu’une place prééminente lui soit attribuée ou même la citation de son nom en premier! il ne peut même pas être considéré comme le conducteur de l’Eglise mais l’un des conducteurs:

«  [...] Obéissez à vos conducteurs « … ( 13/17)

Cela n’enlève en rien la place importante mais non prépondérante de Pierre parmi les apôtres qui savaient qu’il avait été choisi en premier par JESUSAu moment du jugement les 12 apôtres seront à égalité assis sur 12 trônes.

«  [...] Jésus leur répondit: Je vous le dis en vérité, quand le Fils de l’homme, au renouvellement de toutes choses, sera assis sur le trône de sa gloire, vous qui m’avez suivi, vous serez de même assis sur douze trônes, et vous jugerez les douze tribus d’Israël « . (Mt 19/28)

Puisqu’il est question des temps futurs et donc du Royaume des cieux, un autre symbole des attributs d’exception qui sont détenus par le Pape dans ses fonctions est celui des clés croisées comme étant celles du ciel.

«  [...] Je te donnerai les clés du royaume des cieux: ce que tu lieras sur la terre sera lié dans les cieux, et ce que tu délieras sur la terre sera délié dans les cieux « . (Mt16/19)

Le Royaume des cieux ne peut être confondu avec le Ciel où DIEU se tient. De manière plus simpliste, il ne s’agit pas du paradis au sens populaire de l’image mais un mode de vie par rapport au prince de ce monde!

«  [...] Car le royaume de Dieu, ce n’est pas le manger et le boire, mais la justice, la paix et la joie, par le Saint-Esprit « . (Ro 14/17)

Le fondement de l’Eglise de Rome n’est même pas mentionné, et encore moins comme capitale de la chrétienté, alors que d’autres églises de bien moindre importance sont citées par Luc en particulier. Paul qui parvient à Rome après deux ans de voyages périlleux ne cite même pas Pierre parmi ses 27 salutations!

«  [...] Et c’est ainsi que nous allâmes à Rome. De Rome vinrent à notre rencontre, jusqu’au Forum d’Appius et aux Trois-Tavernes, les frères qui avaient entendu parler de nous. Paul, en les voyant, rendit grâces à Dieu, et prit courage « . (Ac 28/15)

Pendant sa captivité à Rome, Paul écrivit plusieurs de ses épîtres, aux Colossiens, aux Philippiens, aux Ephésiens, leur transmettant des salutations de frères d’où Pierre semble exclu puisqu’il ne mentionne jamais son nom et que Pierre, son compagnon de route du vivant de JESUS ne lui rend jamais visite dans sa geôle!

Lorsque la ville de Samarie est touchée par le réveil chrétien, Pierre et Jean y sont envoyés… par une autre autorité donc, celle des apôtres et non d’un apôtre !

«  [...] Les apôtres, qui étaient à Jérusalem, ayant appris que la Samarie avait reçu la parole de Dieu, y envoyèrent Pierre et Jean  ». (Ac 8/14)

Rien ne porte à croire que Pierre avait des prérogatives particulières par rapport à Jean dans ce contexte particulier! La fin de l’évangile de Jean est d’ailleurs quelque peu troublante à sa simple lecture si l’on compare le statut  » eschatologique  » de Jean par rapport à l’ensemble des apôtres et la question de Pierre à JESUS:

«  [...] Pierre, s’étant retourné, vit venir après eux le disciple que Jésus aimait, celui qui, pendant le souper, s’était penché sur la poitrine de Jésus, et avait dit: Seigneur, qui est celui qui te livre? En le voyant, Pierre dit à Jésus: Et à celui-ci, Seigneur, que lui arrivera-t-il ? Jésus lui dit: Si je veux qu’il demeure jusqu’à ce que je vienne, que t’importe ? Toi, suis-moi. Là-dessus, le bruit courut parmi les frères que ce disciple ne mourrait point. Cependant Jésus n’avait pas dit à Pierre qu’il ne mourrait point; mais: Si je veux qu’il demeure jusqu’à ce que je vienne, que t’importe ? « . (Jn 21/20-23)

— Foule de pélerins réunis devant la grotte de Massabielle — Lourdes —

 Foule de pélerins réunis devant la grotte de Massabielle  Lourdes 

— Pas de copyright  Document personnel  Gérard Colombat 18 Avril 2006 

Cliquer sur l’image pour obtenir un agrandissement

bouton3d Les pèlerinages

pratiquement toujours organisés sur des lieux «  d’apparitions mariales  » ou de phénomènes surnaturels concernant des icônes, des statues…

 

Grotte de Massabielle et sanctuaires inondés à Lourdes - Octobre 2012

Grotte de Massabielle et sanctuaires inondés à Lourdes – Octobre 2012

http://www.soissons.catholique.fr/pages-de-l-eveque/page-de-l-eveque.html

Le « sanctuaire » de Lourdes ayant été frappé par des inondations historiques,

 

Basilique de l'Immaculée-Conception  au-dessus de la basilique Notre-Dame-du-Rosaire   pendant les inondations d'Octobre 2012

Basilique de l’Immaculée-Conception

au-dessus de la basilique Notre-Dame-du-Rosaire pendant les inondations d’Octobre 2012

Sources: http://www.standeyo.com/NEWS/12_Pics_of_Day/121022.pic.of.day.html

Un déluge diluvien, des arches…

Cliquer sur l’image pour obtenir un agrandissement

 

les mariolâtres devraient y réfléchir à deux fois et commprendre que la « Toute Puissance » de la Reine des cieux Babylonienne relève du Destructeur, c’est à dire Satan et Satan seulement!

bible Alors que la Bible dit:

«  [...] Car là où deux ou trois sont assemblés en mon nom, je suis au milieu d’eux « . (Mat. 18/20)

«  [...] Nos pères ont adoré sur cette montagne; et vous dites, vous, que le lieu où il faut adorer est à Jérusalem. Femme, lui dit Jésus, crois-moi, l’heure vient où ce ne sera ni sur cette montagne ni à Jérusalem que vous adorerez le Père. Vous adorez ce que vous ne connaissez pas; nous, nous adorons ce que nous connaissons, car le salut vient des Juifs. Mais l’heure vient, et elle est déjà venue, où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité; car ce sont là les adorateurs que le Père demande. Dieu est Esprit, et il faut que ceux qui l’adorent l’adorent en esprit et en vérité « . (Jean 4/20-24)

 

bouton3d La pénitence

Sculpture représentant "St"-Pierre tenant les clés devant la Basilique St Pierre - Rome

 Sculpture représentant « St »-Pierre tenant les clés devant la Basilique St Pierre - Rome 

— Pas de copyright  Document personnel  Gérard Colombat  8 Novembre 2012 

Cliquer sur l’image pour obtenir un agrandissement

bouton3d La primauté de Pierre

bible Alors que la Bible dit:

«  [...] Mais ils (les apôtres) gardèrent le silence, car en chemin ils avaient discuté entre eux pour savoir qui était le plus grand « . (Mc 9/34)

«  [...] Or, une pensée leur vint à l’esprit, savoir lequel d’entre eux était le plus grand « . (Lu 9/46)

«  [...] Il s’éleva aussi parmi les apôtres une contestation: lequel d’entre eux devait être estimé le plus grand ? Qu’il n’en soit pas de même pour vous. Mais que le plus grand parmi vous soit comme le plus petit, et celui qui gouverne comme celui qui sert. Car quel est le plus grand, celui qui est à table, ou celui qui sert ? N’est-ce pas celui qui est à table ? Et moi, cependant, je suis au milieu de vous comme celui qui sert « . (Lu 22/25-27)

- Procession mariale cathédrale St Jean/Basilique de Fourvière - Fête des Lumières - Lyon -

- Procession mariale cathédrale St Jean/Basilique de Fourvière – Fête des Lumières – Lyon -

Cliquer sur l’image pour obtenir un agrandissement

— Document personnel – pas de copyright — Mercredi 8 Novembre 2010 —

bouton3d Les processions

 

— Foule de pélerins sur le parvis de la cathédrale St Jean en route pour la procession mariale du 8 Décembre —

« Merci Marie »…

 Foule de pèlerins sur le parvis de la cathédrale St Jean

en route pour la procession mariale du 8 Décembre 

— Pas de copyright  Document personnel  Gérard Colombat — 8 Décembre 2011 

 Cliquer sur l’image pour obtenir un agrandissement 

Les processions dans lesquelles s’engagent les idolâtres, offensent et irritent L’Eternel…

«  [...] Alors Dieu prononça toutes ces paroles, en disant : Je suis l’Eternel, ton Dieu, qui t’ai fait sortir du pays d’Egypte, de la maison de servitude. Tu n’auras pas d’autres dieux devant ma face. Tu ne te feras point d’image taillée, ni de représentation quelconque des choses qui sont en haut dans les cieux, qui sont en bas sur la terre, et qui sont dans les eaux plus bas que la terre  ». (Exode 20/1-4)

«  [...] Jésus lui répondit : Il est écrit : Tu adoreras le Seigneur, ton Dieu, et tu le serviras lui seul « . (Luc 4/8)

«  [...] Car il y a un seul Dieu, et aussi un seul médiateur entre Dieu et les hommes, Jésus-Christ homme  ». (1 Tim 2/5)

Procession nocturne devant les deux basiliques de Lourdes

Procession nocturne devant les deux basiliques de Lourdes

Sources: http://www.facebook.com/ndlourdes

Des ignorants en nombre…

liés à une Déception à venir sans nom!

En priant Marie, ils négligent La Parole qui ne laisse aucun doute possible!

«  [...] Qu’on ne trouve chez toi personne qui fasse passer son fils ou sa fille par le feu, personne qui exerce le métier de devin, d’astrologue, d’augure, de magicien, d’enchanteur, personne qui consulte ceux qui évoquent les esprits ou disent la bonne aventure, personne qui interroge les morts. Car quiconque fait ces choses est en abomination à l’Eternel ; et c’est à cause de ces abominations que l’Eternel, ton Dieu, va chasser ces nations devant toi « . (Deutéronome 18/10-12)

Fête des lumières — Basilique "Notre-Dame de Fourvière" — Lyon

— Fête des lumières — Basilique « Notre-Dame de Fourvière »  Lyon —

— Pas de copyright  Document personnel  Gérard Colombat  8 Décembre 2008 

 Cliquer sur l’image pour obtenir un agrandissement (en HR) 

9:1 Le cinquième ange sonna de la trompette. Et je vis une étoile qui était tombée du ciel sur la terre. La clé du puits de l’abîme lui fut donnée,
2 et elle ouvrit le puits de l’abîme. Et il monta du puits une fumée, comme la fumée d’une grande fournaise; et le soleil et l’air furent obscurcis par la fumée du puits.
3 Des sauterelles sortirent de la fumée et se répandirent sur la terre; et il leur fut donné un pouvoir comme le pouvoir qu’ont les scorpions de la terre.
4 Il leur fut dit de ne point faire de mal à l’herbe de la terre, ni à aucune verdure, ni à aucun arbre, mais seulement aux hommes qui n’avaient pas le sceau de Dieu sur le front.
5 Il leur fut donné, non de les tuer, mais de les tourmenter pendant cinq mois; et le tourment qu’elles causaient était comme le tourment que cause le scorpion, quand il pique un homme.
6 En ces jours-là, les hommes chercheront la mort, et ils ne la trouveront pas; ils désireront mourir, et la mort fuira loin d’eux.
7 Ces sauterelles ressemblaient à des chevaux préparés pour le combat; il y avait sur leur tête comme une couronne semblable à de l’or, et leur visage était comme un visage d’homme.
8 Elles avaient des cheveux comme des cheveux de femmes, et leurs dents étaient comme des dents de lions.
9 Elles avaient des cuirasses comme des cuirasses de fer, et le bruit de leurs ailes était comme un bruit de chars à plusieurs chevaux qui courent au combat.
10 Elles avaient des queues armées de dards, comme les scorpions et c’est dans leurs queues qu’était le pouvoir de faire du mal aux hommes pendant cinq mois.
11 Elles avaient sur elles comme roi l’ange de l’abîme, nommé en hébreu Abaddon, et en grec Apollyon(Apocalypse 9/11)

En priant Marie, et les saints dans la foulée, ils invoquent les esprits c’est à dire les entités démoniaques qui, sous la conduite d’Abaddon/Apollyon et de Santa/Satan se tiennent masquées derrière ce culte et interrogent les morts puisque Marie est décédée.

«  [...] Mais l’Esprit dit expressément que, dans les derniers temps, quelques-uns abandonneront la foi, pour s’attacher à des esprits séducteurs et à des doctrines de démons  ». (1 Tim 4/1)

«  [...] Car il viendra un temps où les hommes ne supporteront pas la saine doctrine ; mais, ayant la démangeaison d’entendre des choses agréables, ils se donneront une foule de docteurs selon leurs propres désirs, détourneront l’oreille de la vérité, et se tourneront vers les fables « . (2 Tim 4/3-4)

En priant Marie, ils se tournent vers les fables et se fient à des esprits séducteurs et à des doctrines de démons!

«  [...] Les enfants ramassent du bois, Les pères allument le feu, Et les femmes pétrissent la pâte, pour préparer des gâteaux à la reine du ciel, Et pour faire des libations à d’autres dieux, Afin de m’irriter « . (Jer 7/18)

En priant Marie, la reine du ciel, ils irritent L’Eternel!

Notre Dame du Purgatoire!!!! (PPN=Priez pour nous)  — Cathédrale Notre Dame de l'Assomption — Clermont-Ferrand —

Notre Dame du Purgatoire!!!! (PPN = Priez pour nous)

— Cathédrale Notre Dame de l’Assomption — Clermont-Ferrand —

Cliquer sur l’image pour obtenir un agrandissement

— Document personnel — pas de copyright — Février 2014 —

bouton3d Le purgatoire

- L’existence d’un  » purgatoire «  est un dogme imposé au 15siècle par Rome. Ce mot est une pure invention due à la tradition humaine et n’a absolument aucune existence ou même légitimité dans les Ecritures. L’Eglise a en effet inventé l’existence d’un lieu intermédiaire entre Paradis et enfer pour se constituer une source de revenus. Si l’idée d’un purgatoire ou lieu d’expiation a germé vers la fin du VIe siècle, cette doctrine du soulagement des morts par des prières et surtout les espèces trébuchantes des vivants s’est imposée à partir de la fin de l’An 1000, la peur de l’arrivée du deuxième Millénaire constituant le ferment de cette doctrine d’origine païenne. Mais c’est en 1563 qu’elle fût finalement imposée par Rome comme un dogme au cours de la dernière session du Concile de Trente. Faire croire qu’il est possible à un pêcheur d’expier ses fautes en séjournant plusieurs siècles dans un sas, c’est annuler tout simplement la puissance du sacrifice de Jésus-Christ sur la croix

«  [...] Quiconque parlera contre le Fils de l’homme, il lui sera pardonné; mais quiconque parlera contre le Saint-Esprit, il ne lui sera pardonné ni dans ce siècle ni dans le siècle à venir. (Mt 12/32)

Ce verset ne permet pas d’en déduire qu’il existe une existence transitoire…

bible Alors que la Bible dit:

«  [...] Et comme il est réservé aux hommes de mourir une seule fois, après quoi vient le jugement, (Heb 9/27)

Le brigand sur la croix aurait dû passer par le purgatoire alors qu’il est le premier à accéder au Paradis. On peut ajouter:

«  [...] Il n’y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ. En effet, la loi de l’esprit de vie en Jésus-Christ m’a affranchi de la loi du péché et de la mort. (Romains 8/1-2).

Et que signifierait un verset comme:

«  [...] Et j’entendis du ciel une voix qui disait: Écris: Heureux dès à présent les morts qui meurent dans le Seigneur! Oui, dit l’Esprit, afin qu’ils se reposent de leurs travaux, car leurs œuvres les suivent. (Apoc. 14/13).

 

Notre Dame de délivrance des âmes

Notre Dame de délivrance des âmes du Purgatoire!!!!

Notre Dame de délivrance des âmes

— Eglise St Joseph — Clermont-Ferrand —

Cliquer sur l’image pour obtenir un agrandissement

— Document personnel — pas de copyright — Juin 2006 —

La supercherie est grossière au point que l’Eglise de Rome affirme avoir le pouvoir d’abréger le séjour d’un pécheur de 100, 200 ou toute autre nombre de jours tout en ignorant le temps soit disant imposé…

Conformément aux Ecritures, le chrétien évangélique est convaincu d’avoir accès au Royaume des cieux, à partir du moment où il croit dans son cœur qu’il est sauvé par le sacrifice de JESUS qui est mort pour lui sur la croix. Il s’agit de grâce et de foi et non de mérites ou d’œuvres humaines comme le prêchent les théologiens Romains. Pour accéder à ce ciel, JESUS est La seule Porte. Ces théologiens Romains qui ne contestent pas ce caractère de Rédemption par le sacrifice de la croix y rajoutent cependant une clé pour pouvoir l’ouvrir, c’est à dire une permission acquise comme une récompense par les mérites et des œuvres terrestres. Par sa description orale ou écrite, le purgatoire apparaît comme une antichambre des enfers avec pour seule différence, c’est qu’il sera possible d’en sortir un jour après avoir expié les péchés. Cela peut prendre des centaines d’années, voire même des milliers d’années! Naturellement parmi la panoplie des révélations mariales, il existe des témoignages suite à des visites de ces lieux par des voyants «  privilégiés  » avec  » la maman du Ciel  » pour accompagnatrice! leur narration en est pour la plupart incroyablement puérile et d’une niaiserie indigne des Ecrits inspirés. En cela, on peut comprendre le peu de crédit et d’adhésion que de telles doctrines peuvent susciter chez les incroyants, même s’ils font la démarche de se plonger dans la lecture d’un catéchisme comme pour emprunter un raccourci par rapport à la Bible et «  gagner du temps  » avant de se former une conviction intime.

Une seule phrase suffirait à les convaincre:

«  [...] Il n’y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ « . (Ro 8/1)

Les Ecritures sont pourtant claires et simples sur la dualité unique entre Ciel et Enfer: il n’y a pas de 3e voie mais il fût une époque où tout était source de gains pour les «  dignitaires  » de l’Eglise.

Venez à moi, les petits  » cent francs  » est encore d’actualité mais à un degré moindre. Le salut Biblique est pourtant complètement gratuit.

«  [...] Il y avait un homme riche, qui était vêtu de pourpre et de fin lin, et qui chaque jour menait joyeuse et brillante vie. Un pauvre, nommé Lazarre, était couché à sa porte, couvert d’ulcères, et désireux de se rassasier des miettes qui tombaient de la table du riche; et même les chiens venaient encore lécher ses ulcères. Le pauvre mourut, et il fut porté par les anges dans le sein d’Abraham. Le riche mourut aussi, et il fut enseveli. Dans le séjour des morts, il leva les yeux; et, tandis qu’il était en proie aux tourments, il vit de loin Abraham, et Lazare dans son sein. Il s’écria: Père Abraham, aie pitié de moi, et envoie Lazare, pour qu’il trempe le bout de son doigt dans l’eau et me rafraîchisse la langue; car je souffre cruellement dans cette flamme. Abraham répondit: Mon enfant, souviens-toi que tu as reçu tes biens pendant ta vie, et que Lazare a eu les maux pendant la sienne; maintenant il est ici consolé, et toi, tu souffres. D’ailleurs, il y a entre nous et vous un grand abîme, afin que ceux qui voudraient passer d’ici vers vous, ou de là vers nous, ne puissent le faire. Le riche dit: Je te prie donc, père Abraham, d’envoyer Lazare dans la maison de mon père; car j’ai cinq frères. C’est pour qu’il leur atteste ces choses, afin qu’ils ne viennent pas aussi dans ce lieu de tourments. Abraham répondit: Ils ont Moïse et les prophètes; qu’ils les écoutent. Et il dit: Non, père Abraham, mais si quelqu’un des morts va vers eux, ils se repentiront. Et Abraham lui dit: S’ils n’écoutent pas Moïse et les prophètes, ils ne se laisseront pas persuader même si quelqu’un des morts ressuscitait « . (Luc. 16/19-31)

«  [...] Et j’entendis du ciel une voix qui disait: Ecris: Heureux dès à présent les morts qui meurent dans le Seigneur! Oui, dit l’Esprit, afin qu’ils se reposent de leurs travaux, car leurs œuvres les suivent « . (Apoc. 14/13)

 

Il s’agit là d’une des doctrines dues à l’imagination des «  docteurs  » de l’Eglise Romaine et des plus pernicieuses dans ce sens où la plupart des hommes, se sachant pas assez saints pour accéder directement au paradis mais ne  » méritant  » pas d’être envoyés en enfer, comptent sur ce  » sas  » pour y subir un stage d’amendement, de méditation repentante sur les fautes accumulées pendant leur séjour terrestre et bénéficier d’une remise de peine puisque l’Eglise Romaine prétend que les vivants peuvent par leurs prières pour leurs défunts, les aider à gagner leur  » ticket  » pour l’Eternité au Paradis pendant leur séjour au purgatoire et par leurs versements d’espèces sonores et trébuchantes pour que  » des messes soient dites  », et en raccourcir la durée.

Cette doctrine remet donc radicalement en cause, la gratuité du salut!

danger mortel!

Car ce serait une erreur irrémédiablement fatale pour le salut de l’âme de croire qu’après avoir vécu selon la loi des hommes et non celle de Dieu sur terre, il sera toujours possible de remettre à plus tard une conversion hypothétique et un changement de comportement par rapport aux lois divines, dans une autre vie sans pour cela croire à la réincarnation et la loi du karma!

Cette théorie d’un stage intermédiaire de purification entre terre et ciel est d’autant plus séduisante qu’il est facile de prêter l’oreille aux théories séduisantes de l’évolutionnisme qui a pour clé de voûte, cette idée que le «  Bon Dieu  » et le  » Petit Jésus  », dans leur infinie bonté n’auront de cesse de faire en sorte que tous les hommes soient rachetés et aient droit au bonheur Eternel!

C’est le vieux mensonge du Serpent ancien:

«  [...] Alors le serpent dit à la femme: Vous ne mourrez point; mais Dieu sait que, le jour où vous en mangerez, vos yeux s’ouvriront, et que vous serez comme Dieu, connaissant le bien et le mal « . (Gen. 3/4-5)

Le réveil à la résurrection en sera d’autant plus amer et terrible qu’il faudra, pour l’âme perdue, vivre des tourments et des peines Eternels car la seconde mort est spirituelle (tourments et non un anéantissement) et n’implique pas une mort physique, la mort ayant été vaincue par Jésus Christ!:

«  [...] Car il faut qu’il règne jusqu’à ce qu’il ait mis tous ses ennemis sous ses pieds. Le dernier ennemi qui sera réduit à l’impuissance, c’est la mort « . (1 Cor. 15/25-26)

mais la continuation d’une vie telle qu’elle est relatée par maint passage biblique:

«  [...] Plusieurs de ceux qui dorment dans la poussière de la terre se réveilleront, les uns pour la vie Eternelle, et les autres pour l’opprobre, pour la honte Eternelle « . (Dan. 12/2)

«  [...] Ensuite il dira à ceux qui seront à sa gauche: retirez-vous de moi, maudits; allez dans le feu Eternel qui a été préparé pour le diable et pour ses anges. Car j’ai eu faim, et vous ne m’avez pas donné à manger; j’ai eu soif, et vous ne m’avez pas donné à boire; j’étais étranger, et vous ne m’avez pas recueilli; j’étais nu, et vous ne m’avez pas vêtu; j’étais malade et en prison, et vous ne m’avez pas rendu visite. Ils répondront aussi: Seigneur, quand t’avons-nous vu ayant faim, ou ayant soif, ou étranger, ou nu, ou malade, ou en prison, et ne t’avons-nous pas assisté ? Et il leur répondra: Je vous le dis en vérité, toutes les fois que vous n’avez pas fait ces choses à l’un de ces plus petits, c’est à moi que vous ne les avez pas faites. Et ceux-ci iront au châtiment Eternel, mais les justes à la vie Eternelle « . (Mat. 25/41-46)

«  [...] Ils auront pour châtiment une ruine Eternelle, loin de la face du Seigneur et de la gloire de sa force « . (2 Thés. 1/9)

«  [...] il boira, lui aussi, du vin de la fureur de Dieu, versé sans mélange dans la coupe de sa colère, et il sera tourmenté dans le feu et le soufre, devant les saints anges et devant l’Agneau. Et la fumée de leur tourment monte aux siècles des siècles; et ils n’ont de repos ni jour ni nuit, ceux qui adorent la bête et son image, et quiconque reçoit la marque de son nom « . (Apoc. 14/10-11)

«  [...] Et le diable, qui les séduisait, fut jeté dans l’étang de feu et de soufre, où sont la bête et le faux prophète. Ils seront tourmentés jour et nuit, aux siècles des siècles « . (Apoc. 20/10)

«  [...] Mais pour les lâches, les incrédules, les abominables, les meurtriers, les débauchés, les magiciens, les idolâtres, et tous les menteurs, leur part sera dans l’étang ardent de feu et de soufre, ce qui est la seconde mort « . (Apoc. 21/8)

La vie est l’existence avec Dieu.

La mort est l’existence sans Dieu (enfer que nous commençons à vivre ici bas dans notre monde qui se livre chaque jour d’avantage au mal, certains fanatiques religieux torturant et tuant au nom de Dieu!)

 

bouton3d Les 7 sacrements

institués par l’Eglise Catholique, signes sensibles, soit disant transmetteurs de la grâce

Alors que la Bible dit:

«  [...] Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie Eternelle « . (Jean 3/16)

«  [...] Celui qui croit au Fils a la vie Eternelle; celui qui ne croit pas au Fils ne verra point la vie, mais la colère de Dieu demeure sur lui « . (Jean 3/36)

«  [...] Si tu confesses de ta bouche le Seigneur Jésus, et si tu crois dans ton cœur que Dieu l’a ressuscité des morts, tu seras sauvé. Car c’est en croyant du cœur qu’on parvient à la justice, et c’est en confessant de la bouche qu’on parvient au salut, selon ce que dit l’Ecriture  ». (Rom. 10/9-10)

«  [...] Mais l’Ecriture a tout renfermé sous le péché, afin que ce qui avait été promis soit donné par la foi en Jésus-Christ à ceux qui croient « . (Gal. 3/22)

«  [...] Car c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu. Ce n’est point par les œuvres, afin que personne ne se glorifie « . (Ephés. 2/8-9)

 

bouton3d Le  » sacrifice «  de la messe,

bible Alors que la Bible dit:

«  [...] qui n’a pas besoin, comme les souverains sacrificateurs, d’offrir chaque jour des sacrifices, d’abord pour ses propres péchés, ensuite pour ceux du peuple, car ceci il l’a fait une fois pour toutes en s’offrant lui-même « . (Heb. 7/27)

«  [...] et il est entré une fois pour toutes dans le lieu très saint, non avec le sang des boucs et des veaux, mais avec son propre sang, ayant obtenu une Rédemption Eternelle « . (Heb. 9/12)

«  [...] Et presque tout, d’après la loi, est purifié avec du sang, et sans effusion de sang il n’y a pas de pardon « . (Heb. 9/22)

«  [...] Et ce n’est pas pour s’offrir lui-même plusieurs fois qu’il y est entré, comme le souverain sacrificateur entre chaque année dans le sanctuaire mais pour offrir un autre sang que le sien; autrement, il aurait fallu qu’il ait souffert plusieurs fois depuis la création du monde; mais maintenant, à la fin des siècles, il a paru une seule fois pour effacer le péché par son sacrifice « . (Heb. 9/25-26)

«  [...] C’est en vertu de cette volonté que nous sommes sanctifiés, par l’offrande du corps de Jésus-Christ, une fois pour toutes. Et tandis que tout sacrificateur fait chaque jour le service et offre souvent les mêmes sacrifices, qui ne peuvent jamais ôter les péchés, lui, après avoir offert un seul sacrifice pour les péchés, s’est assis pour toujours à la droite de Dieu; il attend désormais que ses ennemis soient devenus son marchepied. Car, par une seule offrande, il a amené à la perfection pour toujours ceux qui sont sanctifiés « . (Heb. 10/10-14)

«  [...] Guérissez les malades, ressuscitez les morts, purifiez les lépreux, chassez les démons. Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement « . (Mat. 10/8)

 

bouton3d Le salut par les œuvres

bible Alors que la Bible dit:

«  [...] Car c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu. Ce n’est point par les œuvres, afin que personne ne se glorifie. Car nous sommes son ouvrage, ayant été créés en Jésus-Christ pour de bonnes œuvres, que Dieu a préparées d’avance, afin que nous les pratiquions « . (Ep2/8-10)

 

bouton3d Le salut selon le dogme Catholique qui énonce:

«  hors de l’Eglise, il n’y a point de salut  »

bible Alors que la Bible dit:

«  [...] sachez-le tous, et que tout le peuple d’Israël le sache! C’est par le nom de Jésus-Christ de Nazareth, que vous avez crucifié, et que Dieu a ressuscité des morts, c’est par lui que cet homme se présente en pleine santé devant vous. Jésus est La pierre rejetée par vous qui bâtissez, Et qui est devenue la principale de l’angle. Il n’y a de salut en aucun autre; car il n’y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés « . (Actes 4/10-12)

 

bouton3d La tradition humaine comme source d’autorité qui très souvent, altère, dénature, contredit ou falsifie même la parole de DIEU!

bible Alors que la Bible dit:

«  [...] Il leur répondit: Et vous, pourquoi transgressez-vous le commandement de Dieu au profit de votre tradition ? Car Dieu a dit: Honore ton père et ta mère; et: Celui qui maudira son père ou sa mère sera puni de mort. Mais vous, vous dites: Celui qui dira à son père ou à sa mère: Ce dont j’aurais pu t’assister est une offrande à Dieu, n’est pas tenu d’honorer son père ou sa mère. Vous annulez ainsi la parole de Dieu au profit de votre tradition « . (Mat. 15/3-6)

«  [...] Vous abandonnez le commandement de Dieu, et vous observez la tradition des hommes. Il leur dit encore; Vous rejetez fort bien le commandement de Dieu, pour garder votre tradition « . (Marc 7/8-9)

«  [...] annulant ainsi la parole de Dieu par votre tradition, que vous avez établie. Et vous faites beaucoup d’autres choses semblables « . (Marc 7/13)

«  [...] Prenez garde que personne ne fasse de vous sa proie par la philosophie et par une vaine tromperie, s’appuyant sur la tradition des hommes, sur les principes élémentaires du monde, et non sur Christ « . (Colossiens 2/8)

«  [...] Je le déclare à quiconque entend les paroles de la prophétie de ce livre: Si quelqu’un y ajoute quelque chose, Dieu le frappera des fléaux décrits dans ce livre; et si quelqu’un retranche quelque chose des paroles du livre de cette prophétie, Dieu retranchera sa part de l’arbre de la vie et de la ville sainte, décrits dans ce livre  ». (Apoc. 22/18-19)

— Maitre-autel de la basilique du sacré-cœur - Paris —

 Maître-autel de la basilique du Sacré-cœur - Paris 

— Pas de copyright  Document personnel  Gérard Colombat  Décembre 2011 

Cliquer sur l’image pour obtenir un agrandissement

bouton3d Les fables et autres doctrines de démons comme la notion de sacré-cœur

 

Statue de Jésus

 

Statue de Marie

— Statues de Jésus et Marie montrant leur « sacré-cœur » — Eglise de Chalmazel (42) —

— Pas de copyright à la condition unique d’indiquer la source de cette page —

 Document personnel  Gérard Colombat  Janvier 2009 

Cliquer sur l’image pour obtenir un agrandissement

bible Alors que la Bible dit:

«  [...] Mais l’Esprit dit expressément que, dans les derniers temps, quelques-uns abandonneront la foi, pour s’attacher à des esprits séducteurs et à des doctrines de démons,(1 Thess. 4/1)

Reliques de St Benoît... © Paul Koudounaris

relique_St-Benoit_Muri_CH

Reliques de St Benoît… au monastère de Muri – © Paul Koudounaris

Reliques de Faustina... à Porrentruy en Suisse

Reliques de Faustina… à Porrentruy en Suisse – © Paul Koudounaris

Reliques de St Frederic... (Melk - Autriche) © Paul Koudounaris

Reliques de St Frederic… (Melk – Autriche) © Paul Koudounaris

Reliques de St Léonce... au monastère de Muri - © Paul Koudounaris

Reliques de St Léonce… au monastère de Muri – © Paul Koudounaris

Sources: http://www.dailymail.co.uk/news/article-2413688/Incredible-skeletal-remains-Catholic-saints-dripping-gems-jewellery-dug-Indiana-Bones-explorer.html

http://www.historyextra.com/gallery/heavenly-bodies-gallery

Rome, afin de contrecarrer les réformes protestantes, avait envoyé dans les pays Germanophones, des cadavres de supposés martyres récupérés dans les catacombes en les parant de bijoux afin de rénover et raviver la foi des Catholiques!

— Châsse du curé d'Ars — Basilique d'Ars/sur/Formans —

 Châsse du curé d’Ars — Basilique d’Ars/sur/Formans —

— Pas de copyright  Document personnel  Gérard Colombat  15 Mars 2010 —

Cliquer sur l’image pour obtenir un agrandissement

Châsse de "Sainte" Bernadette - Couvent St Gildard - Nevers

 Châsse de verre et de bronze de « Sainte » Bernadette – Couvent St Gildard - Nevers 

— 666e heure du mois de Novembre 2012, 666e tour d’horloge de l’année 2012 —

— Pas de copyright  Document personnel  Gérard Colombat  28 Novembre 2012 

Cliquer sur l’image pour obtenir un agrandissement

bouton3d La vénération des saints, des anges, des reliques

bible Alors que la Bible dit:

deuxième commandement:

«  [...] Tu adoreras le Seigneur, ton Dieu, et tu le serviras lui seul « . (occulté et remplacé par  » Le jour du Seigneur, tu honoreras « )

«  [...] Je tombai à ses pieds pour l’adorer; mais il me dit: Garde-toi de le faire ! Je suis ton compagnon de service, et celui de tes frères qui ont le témoignage de Jésus. Adore Dieu. Car le témoignage de Jésus est l’esprit de la prophétie « . (Apoc 19/10)

 

Basilique de Fourviere à Lyon

Vierge sur la Basilique de Fourvière à Lyon

bouton3d des images, des statues, des icônes

bible Alors que la Bible dit:

«  [...] Tu ne te feras point d’image taillée, ni de représentation quelconque des choses qui sont en haut dans les cieux, qui sont en bas sur la terre, et qui sont dans les eaux plus bas que la terre. Tu ne te prosterneras point devant elles, et tu ne les serviras point; car moi, l’Eternel, ton Dieu, je suis un Dieu jaloux, qui punis l’iniquité des pères sur les enfants jusqu’à la troisième et la quatrième génération de ceux qui me haïssent  ». (Exo. 20/4)

 

Jean paul II à genoux devant une statue de "Notre Dame de Fatima"

La photo montrant le pape Jean Paul II, agenouillé devant la statue de la  » Vierge de Fatima  » a été diffusée aux quatre coins de la planète et est largement connue. Nul besoin donc de s’étendre sur ce comportement affligeant de païen idolâtre et indigne d’un «  chef  » des croyants en un DIEU vivant!

«  [...] et lui dit: Je te donnerai toutes ces choses, si tu te prosternes et m’adores. Jésus lui dit: retire-toi, Satan! Car il est écrit: Tu adoreras le Seigneur, ton Dieu, et tu le serviras lui seul « . (Mat. 4/9-10)

 

 

Pape Benoît XVI, idolâtre et mariolâtre...

Pape Benoît XVI, idolâtre et mariolâtre…

V.I.P.ère et « Serpentecôtiste à sornettes »

à genoux devant une statue de la « Sainte Vierge« …

 

Son successeur a repris le flambeau…

 

 

Siante Thérèse de l'enfant Jésus

 Sainte Thérèse de l’enfant Jésus — Eglise St Joseph – Clermont-Fd -

— Pas de copyright  Document personnel  Gérard Colombat  2007 

Cliquer sur l’image pour obtenir un agrandissement

Certains fidèles se mettent à genoux devant des statues représentant des morts comme dans ce cas précis d’une représentation de Sainte Thérèse de l’enfant Jésus !

Ecriteau Priez pour nous

Thérésie….

 Sainte Thérèse de l’enfant Jésus — Eglise St Joseph – Clermont-Fd -

 Document personnel  Gérard Colombat  2007 

Cliquer sur l’image pour obtenir un agrandissement

Et comme on peut le lire sur cet écriteau au pied de cette représentation de Sainte Thérèse de l’enfant Jésus, une intercession adressée à une mort constitue un cumul d’abominations au sens Biblique!

— Vitrail "Vierge à l'enfant" au Musée du Vatican - Rome —

 Vitrail « Vierge à l’enfant » au Musée du Vatican - Rome 

— Pas de copyright  Document personnel  Gérard Colombat  8 Novembre 2012 

Cliquer sur l’image pour obtenir un agrandissement en Haute résolution

bouton3d Et tout ce qui est marial comme;

bouton3d la virginité perpétuelle de Marie:

bible Alors que la Bible dit:

«  [...] Mais il ne la connut point jusqu’à ce qu’elle ait enfanté un fils, auquel il donna le nom de Jésus « . (Mat 1/25)

cela n’annule en rien l’état virginal de Marie jusqu’au moment de la mise au monde de JESUS, bien entendu.

«  [...] N’est-ce pas le fils du charpentier ? n’est-ce pas Marie qui est sa mère ? Jacques, Joseph, Simon et Jude, ne sont-ils pas ses frères ? « . (Mat 13/55)

«  [...] Quand le sabbat fut venu, il se mit à enseigner dans la synagogue. Beaucoup de gens qui l’entendirent étaient étonnés et disaient: D’où lui viennent ces choses ? Quelle est cette sagesse qui lui a été donnée, et comment de tels miracles se font-ils par ses mains ? N’est-ce pas le charpentier, le fils de Marie, le frère de Jacques, de Joses, de Jude et de Simon ? et ses sœurs ne sont-elles pas ici parmi nous ? Et il était pour eux une occasion de chute « . (Marc 6/2-3)

Doctrine inconnue pendant les 3 premiers siècles du christianisme. D’autre part, une doctrine comme le Docétisme qui niait l’humanité de Jésus a été combattue par l’argument bibliquement énoncé de l’humanité de Marie.

 

bouton3d les prières et autres signes de dévotion adressés à Marie

bible Alors que la Bible dit:

«  [...] Jésus lui répondit: Il est écrit: Tu adoreras le Seigneur, ton Dieu, et tu le serviras lui seul « . (Luc 4/8)

«  [...] A la loi et au témoignage! Si l’on ne parle pas ainsi, Il n’y aura point d’aurore pour le peuple « . (Esaïe 8/20)

«  [...] Alors Dieu prononça toutes ces paroles, en disant: Je suis l’Eternel, ton Dieu, qui t’ai fait sortir du pays d’Egypte, de la maison de servitude. Tu n’auras pas d’autres dieux devant ma face. Tu ne te feras point d’image taillée, ni de représentation quelconque des choses qui sont en haut dans les cieux, qui sont en bas sur la terre, et qui sont dans les eaux plus bas que la terre  ». (Exode 20/1-4)

 

bouton3d Le dogme blasphématoire de  » l’immaculée conception « . (attribut unique de JESUS)

… totalement inconnu de l’Eglise primitive, mais finalement imposé et approuvé le 8 décembre 1854 par le pape Pie IX.

bible Alors que la Bible dit:

«  [...] Car tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu « . (Rom 3/23)

«  [...] Mais l’Esprit dit expressément que, dans les derniers temps, quelques-uns abandonneront la foi, pour s’attacher à des esprits séducteurs et à des doctrines de démons  ». (1 Tim 4/1)

«  [...] Car il viendra un temps où les hommes ne supporteront pas la saine doctrine; mais, ayant la démangeaison d’entendre des choses agréables, ils se donneront une foule de docteurs selon leurs propres désirs, détourneront l’oreille de la vérité, et se tourneront vers les fables « . (2 Tim 4/3-4)

 

bouton3d L’ » Assomption  » de Marie.

(attribut unique de JESUS-CHRIST)

bible Alors que la Bible ne dit absolument rien à ce sujet:

Marie n’est mentionnée qu’une seule fois après la crucifixion de Jésus. Cette doctrine proclame que Marie quelque temps après sa mort fut ressuscitée, puis enlevée au ciel… Il aura fallu attendre la publication de ce dogme, le 11 octobre 1954 par le pape Pie XII!

Seul, Jésus a été enlevé au ciel après sa résurrection. Enoch et Elie ont été les deux autres personnages Bibliques qui ont été enlevés au ciel mais sans être passés par la mort.

«  [...] Tous d’un commun accord persévéraient dans la prière, avec les femmes, et Marie, mère de Jésus, et avec les frères de Jésus  ». (Actes 1/14)

Si un tel événement avait eu lieu comme l’enlèvement par DIEU auprès de lui, du prophète Elie sur un char de feu sans passer par la mort (qui surviendra certainement juste avant le retour de Jésus pendant la tribulation propre au temps de l’Antichrist), Jean qui avait atteint un âge avancé au moment de la rédaction de son Apocalypse, chez qui Marie résidait n’aurait pas manqué de le mentionner!

«  [...] Lorsque l’Eternel fit monter Elie au ciel dans un tourbillon, Elie partait de Guilgal avec Elisée « . (2 Rois 2/1)

«  [...] Comme ils continuaient à marcher en parlant, voici, un char de feu et des chevaux de feu les séparèrent l’un de l’autre, et Elie monta au ciel dans un tourbillon. Elisée regardait et criait: Mon père ! mon père ! Char d’Israël et sa cavalerie! Et il ne le vit plus. Saisissant alors ses vêtements, il les déchira en deux morceaux  ». (2 Rois 2/12)

«  [...] Hénoc marcha avec Dieu; puis il ne fut plus, parce que Dieu le prit  ». (Ge 5/24)

«  [...] C’est par la foi qu’Enoch fut enlevé pour qu’il ne vît point la mort, et qu’il ne parut plus parce que Dieu l’avait enlevé; car, avant son enlèvement, il avait reçu le témoignage qu’il était agréable à Dieu « . (Heb 11/5)

 

Basilique de Notre Dame de la Garde

Entrée principale de la cathédrale de Marseille

bouton3d Les différents qualificatifs

comme le  » pleine de grâces  » au début du  » Je vous salue Marie  » qui n’est même pas conforme aux paroles de l’ange Gabriel:

«  [...] L’ange entra chez elle, et dit: Je te salue, toi à qui une grâce a été faite; le Seigneur est avec toi « . (Lu 1/28)

en effet, il s’agit d’une grâce qui a été faite à Marie.

Les propres paroles de Marie sont sans équivoque puisqu’elle reconnaît dans son humilité qu’elle a besoin d’un Sauveur comme tout un chacun parmi les hommes… sans exception aucune!

«  [...] Et Marie dit: Mon âme exalte le Seigneur, Et mon esprit se réjouit en Dieu, mon Sauveur, Parce qu’il a jeté les yeux sur la bassesse de sa servante. Car voici, désormais toutes les générations me diront bienheureuse,  ». (Lu 1/46-48)

Paroles prononcées sous l’action de l’Esprit Saint!

 

bouton3d Les différents titres qui lui sont exclusivement attribués (soit plus de 90 au total!)

Parmi ceux-ci:

— Vierge couronnée à l'enfant — Cathédrale Notre Dame de Seds — Toulon (Var) —

 Vierge couronnée à l’enfant  Cathédrale Notre Dame de la Seds  Toulon (Var) 

— Pas de copyright  Document personnel  Gérard Colombat  Mai 2013 

Cliquer sur l’image pour obtenir un agrandissement

bouton3d Le titre païen de  » Reine des Cieux « 

Certains passages l’Ancien Testament ne laissent aucun doute sur la nature de ce titre et ce qu’en pense DIEU. Cette royauté fut proclamée pendant l’année mariale de 1854 et cette nouvelle fête, fixée au 31 Mai de chaque année, 151e jour, (sauf les années bissextiles)… voir au chapitre des nombres ce qui est dit sur cette  » non coïncidence  ». Le Pape Jean Paul II, mariolâtre convaincu, n’est il pas venu pour la première fois de notre siècle en France, «  Fille aînée de l’Eglise le 30 Mai 1980, un 151e jour, (année bissextile)…

«  [...] Les enfants ramassent du bois, Les pères allument le feu, Et les femmes pétrissent la pâte, pour préparer des gâteaux à la reine du ciel, Et pour faire des libations à d’autres dieux, Afin de m’irriter « . (Jer 7/18)

Ce titre d’origine Babylonienne prend le relais des cultes païens et idolâtres des divinités mythologiques comme Vénus, Aphrodite, Isis, Astarté

 

bouton3d La fonction «  médiatrice  » de Marie (attribut unique de JESUS-CHRIST)

bible Alors que la Bible dit:

«  [...] Car il y a un seul Dieu, et aussi un seul médiateur entre Dieu et les hommes, Jésus-Christ homme  ». (1 Tim 2/5)

 

bouton3d L’état «  corédempteur  » de Marie

en associant la mère à son fils, l’Eglise de Rome, dépouille le fils au profit de sa mère qui n’a aucun droit à ce titre. Seul le Fils a été crucifié mais les docteurs catholiques  » bien pensants  » préfèrent s’accrocher à l’idée qu’une mère pardonne plus qu’un fils injustement crucifié par les hommes et devenu un juge terrible! Ben voyons! DIEU est saint et proclamé Saint par le chœur des anges célestes, parce qu’il est juste! La mère d’Hitler pardonnerait certainement à son fils! mais allez en parler à tous ceux qui sont passés par  » l’innommable  » des persécutions et des camps de concentration, de manière injuste et purement arbitraire !

bible Alors que la Bible dit:

«  [...] Il n’y a de salut en aucun autre; car il n’y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés « . (Actes 4/12)

fourvier

Basilique de Fourviere à Lyon

Concile d’Ephèse: marie, déclarée « Mère de Dieu ».

bouton3d Marie «  Mère de DIEU « ! (plaçant la créature au-dessus de son Créateur!)

Complètement contraire à la raison et à la Révélation! La créature périssable et corruptible ne peut être la mère de son Créateur qui est Eternel et Esprit pur! C’est d’autre part remettre en question la préexistence de JESUS comme les passages bibliques suivants l’énoncent:

«  [...] Jésus leur dit: En vérité, en vérité, je vous le dis, avant qu’Abraham fût, je suis « . (Jean 8/58)

«  [...] Et maintenant toi, Père, glorifie-moi auprès de toi-même de la gloire que j’avais auprès de toi avant que le monde soit « . (Jean 17/5)

Les évangélistes ne lui donnent aucun titre et parlent d’elle comme étant la mère de JESUS. Il est donc impossible de lui donner une stature supra-humaine qui mène jusqu’à la divinisation et en font un objet de culte et d’adoration bien que l’Eglise de Rome s’en défende à moitié… sur le papier mais certainement pas dans les faits.

JESUS lui-même s’est exprimé sur le sujet:

«  [...] Trois jours après, il y eut des noces à Cana en Galilée. La mère de Jésus était là, et Jésus fut aussi invité aux noces avec ses disciples. Le vin ayant manqué, la mère de Jésus lui dit: Ils n’ont plus de vin. Jésus lui répondit: Femme, qu’y a-t-il entre moi et toi ? Mon heure n’est pas encore venue « . (Jean 2/1-3)

(Apoc. refuser d’appeler Marie «  mère de DIEU  » ne remet pas pour autant en cause la divinité de JESUS-CHRIST!)

Le mot  » femme  » n’est pas à prendre comme une impolitesse de la part de JESUS. Il est seulement une expression normale dans son contexte linguistique. Il ne s’agit donc pas d’une attitude de JESUS peu enclin à exécuter la volonté de sa mère mais celle d’un fils, le Fils de DIEU en l’occurrence, vis à vis de Son Père Céleste et de Sa soumission complète pour exécuter la Volonté de Son Père, Son ministère venant de commencer. L’incompréhension  » toute humaine  » de Marie est encore plus flagrante quand il est dit qu’elle le croit hors de sens, c’est à dire «  fou  » ou comme  » ayant perdu la raison  »

«  [...] Les parents de Jésus, ayant appris ce qui se passait, vinrent pour se saisir de lui; car ils disaient: Il est hors de sens « . (Mc 3/21)

Les rayons de nos librairies contemporaines croulent sous le poids des exégèses traitant des pouvoirs divins de Marie, de la révélation complète, qui lui a ou avait été faite, du Plan de DIEU jusqu’à la fin des temps,… ne dicte t-elle pas à certains  » voyants  » certaines de ces révélations ? révélations à mettre au compte des prodiges mensongers et autres parodies frauduleuses si nombreuses à notre époque! répétons le: Le trop fameux  » 3e secret de Fatima  », révélé en 1917, devait être divulgué en 1962 selon la voyante concernée (toujours vivante, dans un couvent du Portugal) par le pape. Mais le «  vicaire du Fils de DIEU  » préfère ne pas s’exécuter, laisser se divulguer toutes sortes de spéculations apocalyptiques, permettant les hypothèses aussi contradictoires qu’insensées, car la gravité intrinsèque du contenu de ces secrets est telle que l’humanité pécheresse ne pourrait supporter de les entendre. En 1999, le secret demeure toujours! lors de la venue du pape Jean Paul II à Paris, fin Mai 80, beaucoup de fidèles espéraient que ce troisième secret serait enfin dévoilé pendant la messe donnée sur l’aéroport du Bourget. Déception! une de plus! mais Satan orchestre bien ses illusions. L’année suivante, le 13 Mai, jour anniversaire de la première apparition de Fatima, le Pape était mortellement blessé au cours d’un attentat sur la place de Rome mais en réchappait miraculeusement,… grâce à l’intercession de Marie auprès de DIEU!. JESUS doit certainement être affecté à des tâches autres que celles de se préoccuper de son vicaire sur notre planète! n’est-ce pas la Vierge qui a permis entre autre de faire tomber le mur de Berlin-Est, elle qui avait demandé dés 1917 la conversion de la  » Sainte Russie  » ? (le mur a été érigé au début des années 60..). n’est-ce pas la Vierge qui a permis à un ouvrier électricien de Gdansk de devenir le président de la Pologne, pays le plus «  mariolâtre  » qui soit puisque le culte de Marie concerne plus de 90% des catholiques. On parle de «  Vierge noire «  dans ce pays… Jean Paul II, tout dévoué qu’il est à sa «  patronne  », donne ses approbations de couloir, propices aux rumeurs les plus folles, pour appuyer par son adhésion intime et personnelle, la justification des flux de pèlerins vers des lieux comme Medjugorje ou autres lieux de mise en scène démoniaque… l’arnaque est bien ancrée dans notre fausse spiritualité de fin de siècle et de millénaire.

N’oublions pas que l’année 1981, date du début des apparitions du site de Medjugorje en Bosnie Herzégovine est aussi celle de la ville de Kihobe au Rwanda!… annonçant, à juste titre les massacres et bains de sang actuels. Les révélations prophétiques, sur ces tueries sans nom ont été donc confirmées 13 années plus tard (toujours ce nombre de superstition populaire pour faire «  plus vrai  ») mais il est moins connu que ce sont les catéchistes et autres prêcheurs convaincus de cette forme de châtiment divin imminent, qui ont été les premiers à s’emparer de machettes pour trancher des têtes et des membres à ceux qui, adultes, enfants ou nouveau-nés confondus, avaient pour tord unique et principal d’appartenir à une ethnie différente. Le Créateur étant pourtant Unique selon la foi des belligérants concernés… Dans ces conditions, on peut aisément prouver la véracité de telles prophéties mais oser parler de conversions de masse et de réintégration des valeurs morales Bibliques est plus qu’une arnaque intellectuelle, il s’agit d’une escroquerie qui frise le péché contre l’Esprit, le seul qui soit impardonnable!.

D’autre part, maint passage biblique relate les mises en garde prophétiques de Jésus,

«  [...] Survinrent sa mère et ses frères, qui, se tenant dehors, l’envoyèrent appeler. La foule était assise autour de lui, et on lui dit: Voici, ta mère et tes frères sont dehors et te demandent. Et il répondit: Qui est ma mère, et qui sont mes frères ? Puis, jetant les regards sur ceux qui étaient assis tout autour de lui: Voici, dit-il, ma mère et mes frères. Car, quiconque fait la volonté de Dieu, celui-là est mon frère, ma sœur, et ma mère  ». (Marc 3/31-35)

«  [...] Tandis que Jésus parlait ainsi, une femme, élevant la voix du milieu de la foule, lui dit: Heureux le sein qui t’a porté! heureuses les mamelles qui t’ont allaité! Et il répondit: Heureux plutôt ceux qui écoutent la parole de Dieu, et qui la gardent! « . (Luc 11/27-28)

… l’incompréhension toute humaine de Marie vis à vis de son fils et de sa mission divine, comme nous venons de l’avoir lu en Marc 3/21.

à l’âge de 12 ans

«  [...] Les parents de Jésus allaient chaque année à Jérusalem, à la fête de Pâque. Lorsqu’il fut âgé de douze ans, ils y montèrent, selon la coutume de la fête. Puis, quand les jours furent écoulés, et qu’ils s’en retournèrent, l’enfant Jésus resta à Jérusalem. Son père et sa mère ne s’en aperçurent pas. Croyant qu’il était avec leurs compagnons de voyage, ils firent une journée de chemin, et le cherchèrent parmi leurs parents et leurs connaissances. Mais, ne l’ayant pas trouvé, ils retournèrent à Jérusalem pour le chercher. Au bout de trois jours, ils le trouvèrent dans le temple, assis au milieu des docteurs, les écoutant et les interrogeant. Tous ceux qui l’entendaient étaient frappés de son intelligence et de ses réponses. Quand ses parents le virent, ils furent saisis d’étonnement, et sa mère lui dit: Mon enfant, pourquoi as-tu agi de la sorte avec nous ? Voici, ton père et moi, nous te cherchions avec angoisse. Il leur dit: Pourquoi me cherchiez-vous ? Ne saviez-vous pas qu’il faut que je m’occupe des affaires de mon Père? Mais ils ne comprirent pas ce qu’il leur disait « . (Luc 2/41-50)

aux noces de Cana (Jean 2/1-5) (déjà cité)

- D’autre part, répétons le, aucune allusion n’étant faite à une résurrection de Marie, mère de Jésus ou un  » non passage  » par la mort, comme certains prétendent en avoir eu la révélation par Marie elle même,… l’invoquer relève d’un interdit majeur, à savoir avoir recours a une soit disante assistance ou médiation de défunts, quelqu’ils soient! cet interdit étant sans contestation possible, une abomination.

«  [...] Qu’on ne trouve chez toi personne qui fasse passer son fils ou sa fille par le feu, personne qui exerce le métier de devin, d’astrologue, d’augure, de magicien, d’enchanteur, personne qui consulte ceux qui évoquent les esprits ou disent la bonne aventure, personne qui interroge les morts. Car quiconque fait ces choses est en abomination à l’Eternel; et c’est à cause de ces abominations que l’Eternel, ton Dieu, va chasser ces nations devant toi « . (Deutéronome 18/10-12)

- Les maintes manifestations surnaturelles accompagnées de guérisons miraculeuses, danses du soleil, statues qui pleurent, nouvel évangile… qui ont rendu tant de sites célèbres et  » hauts lieux  », «  riches « … en pèlerins! (Lourdes, Fatima, Lorette, Pontmain, Banneux, Beauraing, Guarabandal, San Damiano, et depuis 1981, Medjugorje, en Bosnie, (Yougoslavie = 151), soit 151 ans à quelques jours près, après les apparitions de la rue du Bac à Paris, avec ce détail apocalyptique que ce sont là, les ultimes visites de  » La Reine de la Paix  » sur la terre ! Ce lieu fera l’objet d’un chapitre entier).

bible Alors que la Bible dit:

«  [...] Mais, si nous-mêmes, si un ange du ciel annonçait un évangile s’écartant de celui que nous vous avons prêché, qu’il soit anathème! Nous l’avons dit précédemment, et je le répète à cette heure: si quelqu’un vous annonce un évangile s’écartant de celui que vous avez reçu, qu’il soit anathème! « . (GAL 1/8-9)

«  [...] Pour ce qui concerne l’avènement de notre Seigneur Jésus-Christ et notre réunion avec lui, nous vous prions, frères, de ne pas vous laisser facilement ébranler dans votre bon sens, et de ne pas vous laisser troubler, soit par quelque inspiration, soit par une parole, ou par une lettre qui semblerait venir de nous, comme si le jour du Seigneur était déjà là. Que personne ne vous séduise d’aucune manière; car il faut que l’apostasie soit arrivée auparavant, et qu’on ait vu paraître l’homme impie, le fils de la perdition, l’adversaire qui s’élève au-dessus de tout ce qu’on appelle Dieu ou de ce qu’on adore; il va jusqu’à s’asseoir dans le temple de Dieu, se proclamant lui-même Dieu. Ne vous souvenez-vous pas que je vous disais ces choses, lorsque j’étais encore chez vous ? Et maintenant vous savez ce qui le retient, afin qu’il ne paraisse qu’en son temps. Car le mystère de l’iniquité agit déjà; il faut seulement que celui qui le retient encore ait disparu. Et alors paraîtra l’impie, que le Seigneur Jésus détruira par le souffle de sa bouche, et qu’il écrasera par l’éclat de son avènement. L’apparition de cet impie se fera, par la puissance de Satan, avec toutes sortes de miracles, de signes et de prodiges mensongers, et avec toutes les séductions de l’iniquité pour ceux qui périssent parce qu’ils n’ont pas reçu l’amour de la vérité pour être sauvés. Aussi Dieu leur envoie-t-il une puissance d’égarement, pour qu’ils croient au mensonge, afin que tous ceux qui n’ont pas cru à la vérité, mais qui ont pris plaisir à l’injustice, soient condamnés  ». (2 Thessaloniciens 1/12)

«  [...] Car il s’élèvera de faux Christs et de faux prophètes; ils feront de grands prodiges et des miracles, au point de séduire, s’il était possible, même les élus « . (Mt24/24)

 

bouton3d Marie «  Mère de l’Eglise « !

Quelques unes des dernières paroles de JESUS sur Sa croix sont pour sa mère dont il comprend la détresse! il la confie à son disciple bien-aimé qui sera le plus à même de maintenir un lien de parenté avec le disparu! la dimension charnelle des liens d’une mère pour son fils est ici encore manifeste! Jésus s’adresse à elle en l’appelant «  femme « , car il finit d’accomplir La volonté de Son Père Céleste! ces ultimes paroles d’amour prouvent donc que tout est accompli selon cette volonté. Mais elles sont aussi celles d’un supplicié, crucifié sur Sa croix, qui dans le contexte de Sa mission, n’aurait pas manqué d’ajouter une remarque plus explicite s’il avait fallu comprendre que Marie aurait désormais un rôle transcendant sa nature humaine, au delà des siècles jusqu’à Son retour glorieux!

Lorsque, parmi les 120 disciples, le Saint-Esprit descendra au jour de la Pentecôte, Marie, présente sera à égalité avec tous les autres adombrés, sans rôle prééminent, et l’évangéliste Luc, «  inspiré  » donc pendant la rédaction de son évangile, la cite en dernier dans sa liste! Après cette citation, plus aucune ligne ou même allusion ne concernent Marie dont le rôle était terminé.

Même l’Apocalypse n’en parle pas car le chapitre 12 concerne, sans équivoque possible, Israël et ses 12 tribus pendant la persécution anti-christique de 1260 jours, soit 42 mois ou 3 ans et demie ou  » un temps, des temps et la moitié d’un temps  » selon la formule du prophète Daniel. Ces données numériques équivalentes ne peuvent laisser la moindre approche pour la théorie qui identifie la femme à Marie. (se reporter aux versets traitant du sujet dans le chapitre le «  drapeaucalypse Européen  »)

Barre de separation

100 questions posées aux Catholiques de bonne volonté!

Extension et élargissement des thèmes abordés dans cette page en cliquant sur le lien qui suit pour télécharger un fichier PDF ** PLEASE DESCRIBE THIS IMAGE **:

100 questions posées aux Catholiques de bonne volonté!

Barre de separation

Tableau récapitulatif

des

doctrines et dogmes anti-Scripturaires majeurs

imposés par l’Eglise de Rome et «  sa tradition humaine  »

 

 Prières pour les morts.

300 après J.C.

• Signe de la croix.

300 après J.C.

• Vénération des anges et des saints décédés.

375 après J.C.

 Utilisation d’images pour le culte.

375 après J.C.

 La messe comme célébration quotidienne

394 après J.C.

 Premiers symptômes de l’exaltation de Marie. Première apparition du terme «  Mère de Dieu  » au Concile d’Ephèse.

431 après J.C.

 Rites de l’Extrême Onction.

526 après J.C.

 Doctrine du Purgatoire, sorte de sas avant le Paradis dont Jésus-Christ serait le geôlier!!!

593 après J.C.

• Prières adressées à Marie et aux saints décédés.

600 après J.C.

• Adoration de la Croix (instrument de torture donc), des images, icônes et des reliques.

786 après J.C.

• Canonisation des saints décédés.

995 après J.C.

• Célibat des prêtres (pour empêcher la dispersion des biens par héritage).

1079 après J.C.

 Introduction du Rosaire copié sur des rites Musulmans et Tibétains.

1090 après J.C.

 Invention des indulgences, sources de profit supplémentaires.

1190 après J.C.

 Le pape Innocent III établit le principe de la transsubstantiation.

1215 après J.C.

• Confession auriculaire des péchés auprès d’un prêtre.

1215 après J.C.

 Adoration de l’hostie.

1220 après J.C.

• Coupe de vin retranchée et interdite au public au moment de la communion.

1414 après J.C.

 Le dogme de l’existence d’un Purgatoire est proclamé.

1439 après J.C.

 Confirmation de la doctrine des 7 sacrements.

1439 après J.C.

 L’autorité de la «  tradition  » des hommes est considérée comme étant égale à celle des Ecritures au Concile de trente.

1545 après J.C.

 Les livres «  Deutérocanoniques  » ou dits «  apocryphes  » sont ajoutés aux 66 Livres Bibliques originaux.

1546 après J.C.

 Dogme de l’ » Immaculée Conception  » à propos de Marie.

1854 après J.C.

 Le Concile du Vatican proclame que le pape comme est infaillible en matière de foi et de morale.

1870 après J.C.

• Assomption du corps physique de la «  Vierge Marie  » dans les cieux peu de temps après sa mort.

1950 après J.C.

 Marie proclamée «  Mère de l’Eglise « .

1965 après J.C.

 

 

Barre de separation

A propos du « signe de la croix » créé en 300 après Jésus-Christ, petite révision incontournable…

extrait du chapitre Lourdes inondée part b

Benoît XVI à Cologne

— Pape Benoît XVI faisant le « signe de croix »

en croisière sur le Rhin — JMJ 2005 —

Sources: http://www.catholicpressphoto.com/daily.htm

Revenons donc une nouvelle fois sur cette présentation de Benoît XVI, en croisière sur le Rhin, à l’occasion des Journées Mondiales de la Jeunesse à Cologne, ville des mages par excellence, en 2006.

 » [...] Et elle fit que tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, reçoivent une marque sur leur main droite ou sur leur front, (Apocalypse 13/16)

Flèche Jaune Ce signe décrit dans ce verset est celui de la marque de la Bête et le front selon la référence Strong 3359, est l’espace compris entre les yeux…

Flèche Jaune Il préfigure l’apposition de la marque de la Bête sur le front ou la main droite.

Flèche Jaune Il peut être accompagné d’une marque  »invisible » dans la mesure où en entrée d’église les fidèles peuvent s’humecter les doigts de la main droite avec de l’eau « bénite » (« benoîte » en Ancien Français) en les trempant dans un bénitier (« benoîtier » en Ancien Français).

Flèche Jaune Chacune des deux tours jumelles de la cathédrale de Cologne mesure 157 mètres…

 

A = 1 B= 2 C = 3 D = 4 E = 5
F = 6 G = 7 H = 8 I = 9 J= 10
K = 20 L = 30 M = 40 N = 50 O = 60
P = 70 Q = 80 R = 90 S = 100 T = 200
U = 300 V = 400 W = 500 X = 600 Y = 700
Z = 800

Rhin = 157

Flèche Jaune La scène se situe sur le Rhin. Selon cette table de calcul calquée sur le système alphanumérique des langues de rédaction originelles des Ecritures, le terme « Rhin » = 157

Flèche Jaune Le 06/06/06 correspondait au 157e jour de l’année 2006.

Flèche Jaune La « scène » met en scène un « signe d’eau » avec le Rhin…

Flèche Jaune La ville de Cologne jouit d’une réputation mondiale avec son « eau de Cologne »…

Flèche Jaune Dans la course à l’élaboration de l’arme nucléaire, au cours de la deuxième guerre mondiale, l’eau « lourde » constituait un enjeu stratégique… (http://fr.wikipedia.org/wiki/Eau_lourde)

Flèche Jaune Lourdes, en France, est connue dans le monde entier pour les « miracles » (mensongers) liés à son « eau miraculeuse »…

Flèche Jaune La pénétration du discours infernal d’Hitler en Allemagne avait été facilitée par l’arrivée d’un nouveau moyen de diffusion, la radio… Cette « radio-activité » a permis au Führer d’être élu « démon-cratiquement!

« eau lourde », « eau de Lourdes »…

Barre de separation

 

 

 

Conseils Evangéliques

 

- éprouvez les esprits

 » [...] Bien-aimés, n’ajoutez pas foi à tout esprit; mais éprouvez les esprits, pour savoir s’ils sont de Dieu, car plusieurs faux prophètes sont venus dans le monde. Reconnaissez à ceci l’Esprit de Dieu: tout esprit qui confesse Jésus-Christ venu en chair est de Dieu; et tout esprit qui ne confesse pas Jésus n’est pas de Dieu, c’est celui de l’antéchrist, dont vous avez appris la venue, et qui maintenant est déjà dans le monde. (1 Jean 4/1-3).

 

 

- prenez garde

 » [...]Je vous exhorte, frères, à prendre garde à ceux qui causent des divisions et des scandales, au préjudice de l’enseignement que vous avez reçu. Éloignez-vous d’eux. Car de tels hommes ne servent point Christ notre Seigneur, mais leur propre ventre; et, par des paroles douces et flatteuses, ils séduisent les coeurs des simples. (Romains 16/17-18)

 

 

- reprends-les sévèrement

 » [...]Ce témoignage est vrai. C’est pourquoi reprends-les sévèrement, afin qu’ils aient une foi saine, et qu’ils ne s’attachent pas à des fables judaïques et à des commandements d’hommes qui se détournent de la vérité. (Tite 1/13-14).

 

 

- vous éloigner

 » [...] nous vous recommandons, frères, au nom de notre Seigneur Jésus-Christ, de vous éloigner de tout frère qui vit dans le désordre, et non selon les instructions que vous avez reçues de nous.(2 Thess. 3/6)

 

 

- ne prenez point part

 » [...] Examinez ce qui est agréable au Seigneur; et ne prenez point part aux oeuvres infructueuses des ténèbres, mais plutôt condamnez-les. (Ephésiens 5/10-11)

 

 

- Éloigne-toi

 » [...] ayant l’apparence de la piété, mais reniant ce qui en fait la force. Éloigne-toi de ces hommes-là. (2 Timothée 3/5)

 

 

- ne le recevez pas

 » [...] Si quelqu’un vient à vous et n’apporte pas cette doctrine, ne le recevez pas dans votre maison, et ne lui dites pas: Salut! car celui qui lui dit: Salut! participe à ses mauvaises oeuvres. (2 Jean 10-11).

 

 

- n’ayez point de communication

 » [...] Et si quelqu’un n’obéit pas à ce que nous disons par cette lettre, notez-le, et n’ayez point de communication avec lui, afin qu’il éprouve de la honte. (2 Théssaloniciens 3/14)

 

 

- Eloigne de toi

 » [...] Eloigne de toi, après un premier et un second avertissement, celui qui provoque des divisions, sachant qu’un homme de cette espèce est perverti, et qu’il pèche, en se condamnant lui-même. (Tite 3/10-11)

 

 

- Sortez du milieu d’eux

 » [...] C’est pourquoi, Sortez du milieu d’eux, Et séparez-vous, dit le Seigneur; Ne touchez pas à ce qui est impur, Et je vous accueillerai. (2 Cor. 6/17)

 

 

- combattre pour la foi

 » [...] Bien-aimés, comme je désirais vivement vous écrire au sujet de notre salut commun, je me suis senti obligé de le faire afin de vous exhorter à combattre pour la foi qui a été transmise aux saints une fois pour toutes. Car il s’est glissé parmi vous certains hommes, dont la condamnation est écrite depuis longtemps, des impies, qui changent la grâce de notre Dieu en dissolution, et qui renient notre seul maître et Seigneur Jésus-Christ. (Jude 1/3-4)

 

 

Barre de separation

logo point final vox dei infos voxdei

Bible: Que dit la Bible sur…, série de versets pour des questions diverses
(La Petite Lanterne)
date: 2006-05-12 |

La Parole de Dieu –la Bible- est la base de la foi Chrétienne. Et la Parole de Dieu, est Jésus-Christ lui-même, qui atteste que toute chose doit être éprouvé devant la parole de Dieu qui elle est éprouvée par Dieu lui-même. 1 Jean 4:1 Bien-aimés, n’ajoutez pas foi à tout esprit; mais éprouvez les esprits, pour savoir s’ils sont de Dieu, car plusieurs faux prophètes sont venus dans le monde. Proverbes 30:5-6 Toute parole de Dieu est éprouvée. Il est un bouclier pour ceux qui cherchent en lui un refuge. N’ajoute rien à ses paroles, De peur qu’il ne te reprenne et que tu ne sois trouvé menteur. Jésus dit en Matthieu 24:35 Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront point. Car Dieu ne change pas, il demeure le même, comme dit David à l’Éternel dans le Psaume 102:26-28 Tu as anciennement fondé la terre, Et les cieux sont l’ouvrage de tes mains. Ils périront, mais tu subsisteras; Ils s’useront tous comme un vêtement; Tu les changeras comme un habit, et ils seront changés. Mais toi, tu restes le même, Et tes années ne finiront point. Matthieu 5:17-19 Ne croyez pas que je sois venu pour abolir la loi ou les prophètes; je suis venu non pour abolir, mais pour accomplir. Car, je vous le dis en vérité, tant que le ciel et la terre ne passeront point, il ne disparaîtra pas de la loi un seul iota ou un seul trait de lettre, jusqu’à ce que tout soit arrivé. Celui donc qui supprimera l’un de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire de même, sera appelé le plus petit dans le royaume des cieux; mais celui qui les observera, et qui enseignera à les observer, celui-là sera appelé grand dans le royaume des cieux.

Versets tirés de la bible Louis Segond version 1910, et de la version Révisée

Les Idoles (idoles, statues, images, etc.)

(Exode 20/4-5 Tu ne te feras point d’image taillée, ni de représentation quelconque des choses qui sont en haut dans les cieux, qui sont en bas sur la terre, et qui sont dans les eaux plus bas que la terre. Tu ne te prosterneras point devant elles, et tu ne les serviras point; car moi, l’Éternel, ton Dieu, je suis un Dieu jaloux,

(Levitique 19/4) Vous ne vous tournerez point vers les idoles, et vous ne vous ferez point des dieux de fonte.

(Levitique 26/1) Vous ne vous ferez point d’idoles, vous ne vous élèverez ni image taillée ni statue, et vous ne placerez dans votre pays aucune pierre ornée de figures, pour vous prosterner devant elle; car je suis l’Éternel, votre Dieu.

(Deutéronome 4/23) Veillez sur vous, afin de ne point mettre en oubli l’alliance que l’Éternel, votre Dieu, a traitée avec vous, et de ne point vous faire d’image taillée, de représentation quelconque, que l’Éternel, ton Dieu, t’ait défendue.

(Deutéronome 7/25) Vous brûlerez au feu les images taillées de leurs dieux. Tu ne convoiteras point et tu ne prendras point pour toi l’argent et l’or qui sont sur elles, de peur que ces choses ne te deviennent un piège; car elles sont en abomination à l’Éternel, ton Dieu

(Deutéronome 27/15) Maudit soit l’homme qui fait une image taillée ou une image en fonte, abomination de l’Éternel, oeuvre des mains d’un artisan, et qui la place dans un lieu secret!

(Deutéronome 29/1)7 Vous avez vu leurs abominations et leurs idoles, le bois et la pierre,

(Psaume 135/15-18) Les idoles des nations sont de l’argent et de l’or, Elles sont l’ouvrage de la main des hommes. Elles ont une bouche et ne parlent point, Elles ont des yeux et ne voient point, Elles ont des oreilles et n’entendent point, Elles n’ont point de souffle dans leur bouche. Ils leur ressemblent, ceux qui les fabriquent, Tous ceux qui se confient en elles.

(Romains 1/ 22-24) Se vantant d’être sages, ils sont devenus fous; et ils ont changé la gloire du Dieu incorruptible en images représentant l’homme corruptible, des oiseaux, des quadrupèdes, et des reptiles. C’est pourquoi Dieu les a livrés à l’impureté, selon les convoitises de leurs coeurs; en sorte qu’ils déshonorent eux-mêmes leurs propres corps;

1 Corint. 10/19) Que dis-je donc? Que la viande sacrifiée aux idoles est quelque chose, ou qu’une idole est quelque chose? Nullement.

Argent, dettes
Prêts, emprunts et impôts

(Deutéronome 23:19) Tu n’exigeras de ton frère aucun intérêt ni pour argent, ni pour vivres, ni pour rien de ce qui se prête à intérêt.

(Marc 12:14-17) Maître, nous savons que tu es vrai, et que tu ne t’inquiètes de personne; car tu ne regardes pas à l’apparence des hommes, et tu enseignes la voie de Dieu selon la vérité. Est-il permis, ou non, de payer le tribut à César? Devons-nous payer, ou ne pas payer? Jésus, connaissant leur hypocrisie, leur répondit: Pourquoi me tentez-vous? Apportez-moi un denier, afin que je le voie. Ils en apportèrent un; et Jésus leur demanda: De qui sont cette effigie et cette inscription? De César, lui répondirent-ils. Alors il leur dit: Rendez à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu.

(Romains 13:7-8) Rendez à tous ce qui leur est dû: l’impôt à qui vous devez l’impôt, le tribut à qui vous devez le tribut, la crainte à qui vous devez la crainte, l’honneur à qui vous devez l’honneur. Ne devez rien à personne, si ce n’est de vous aimer les uns les autres; car celui qui aime les autres a accompli la loi.

Soumission aux autorités

(Romains 13:1-5) Que toute personne soit soumise aux autorités supérieures; car il n’y a point d’autorité qui ne vienne de Dieu, et les autorités qui existent ont été instituées de Dieu. C’est pourquoi celui qui s’oppose à l’autorité résiste à l’ordre que Dieu a établi, et ceux qui résistent attireront une condamnation sur eux-mêmes. Ce n’est pas pour une bonne action, c’est pour une mauvaise, que les magistrats sont à redouter. Veux-tu ne pas craindre l’autorité? Fais-le bien, et tu auras son approbation. Le magistrat est serviteur de Dieu pour ton bien. Mais si tu fais le mal, crains; car ce n’est pas en vain qu’il porte l’épée, étant serviteur de Dieu pour exercer la vengeance et punir celui qui fait le mal. Il est donc nécessaire d’être soumis, non seulement par crainte de la punition, mais encore par motif de conscience.

Sexualité
incluant: voir la nudité de quelqu’un

(Levitique 18:1-19) Nul de vous ne s’approchera de sa parente, pour découvrir sa nudité. Je suis l’Éternel. Tu ne découvriras point la nudité de ton père, ni la nudité de ta mère. C’est ta mère: tu ne découvriras point sa nudité. Tu ne découvriras point la nudité de la femme de ton père. C’est la nudité de ton père. Tu ne découvriras point la nudité de ta soeur, fille de ton père ou fille de ta mère, née dans la maison ou née hors de la maison. Tu ne découvriras point la nudité de la fille de ton fils ou de la fille de ta fille. Car c’est ta nudité. Tu ne découvriras point la nudité de la fille de la femme de ton père, née de ton père. C’est ta soeur. Tu ne découvriras point la nudité de la soeur de ton père. C’est la proche parente de ton père. Tu ne découvriras point la nudité de la soeur de ta mère. Car c’est la proche parente de ta mère. Tu ne découvriras point la nudité du frère de ton père. Tu ne t’approcheras point de sa femme. C’est ta tante. Tu ne découvriras point la nudité de ta belle-fille. C’est la femme de ton fils: tu ne découvriras point sa nudité. Tu ne découvriras point la nudité de la femme de ton frère. C’est la nudité de ton frère. Tu ne découvriras point la nudité d’une femme et de sa fille. Tu ne prendras point la fille de son fils, ni la fille de sa fille, pour découvrir leur nudité. Ce sont tes proches parentes: c’est un crime. Tu ne prendras point la soeur de ta femme, pour exciter une rivalité, en découvrant sa nudité à côté de ta femme pendant sa vie. Tu ne t’approcheras point d’une femme pendant son impureté menstruelle, pour découvrir sa nudité. Tu n’auras point commerce avec la femme de ton prochain, pour te souiller avec elle.

(Deutéronome 23:17-18) Il n’y aura aucune prostituée parmi les filles d’Israël, et il n’y aura aucun prostitué parmi les fils d’Israël. (qui peut aussi être traduit maintenant par Enfants de Dieu, c’est ce qu’étaient les enfants d’Israël)Tu n’apporteras point dans la maison de l’Éternel, ton Dieu, le salaire d’une prostituée ni le prix d’un chien, pour l’accomplissement d’un voeu quelconque; car l’un et l’autre sont en abomination à l’Éternel, ton Dieu.

Homosexualité

(Levitique 18:22) Tu ne coucheras point avec un homme comme on couche avec une femme. C’est une abomination.

(Levitique 20-13) Si un homme couche avec un homme comme on couche avec une femme, ils ont fait tous deux une chose abominable; ils seront punis de mort: leur sang retombera sur eux.

(Deutéronome 22:5) Une femme ne portera point un habillement d’homme, et un homme ne mettra point des vêtements de femme; car quiconque fait ces choses est en abomination à l’Éternel, ton Dieu.

(Romains 1:26-27) C’est pourquoi Dieu les a livrés à des passions infâmes: car leurs femmes ont changé l’usage naturel en celui qui est contre nature; et de même les hommes, abandonnant l’usage naturel de la femme, se sont enflammés dans leurs désirs les uns pour les autres, commettant homme avec homme des choses infâmes, et recevant en eux-mêmes le salaire que méritait leur égarement.

(1 Corint. 6:10) ni les efféminés, ni les infâmes, ni les voleurs, ni les cupides, ni les ivrognes, ni les outrageux, ni les ravisseurs, n’hériteront le royaume de Dieu.

Occulte et magie de toute sorte
ou ce qui appartient aux démons

(Levitique 18:21) Tu ne livreras aucun de tes enfants pour le faire passer à Moloc, et tu ne profaneras point le nom de ton Dieu.

(Deutéronome 18:10-12) Qu’on ne trouve chez toi personne qui fasse passer son fils ou sa fille par le feu, personne qui exerce le métier de devin, d’astrologue, d’augure, de magicien, d’enchanteur, personne qui consulte ceux qui évoquent les esprits ou disent la bonne aventure, personne qui interroge les morts. Car quiconque fait ces choses est en abomination à l’Éternel; et c’est à cause de ces abominations que l’Éternel, ton Dieu, va chasser ces nations devant toi.

(2 Chroniques 33:6) Il fit passer ses fils par le feu dans la vallée des fils de Hinnom; il observait les nuages et les serpents pour en tirer des pronostics, il s’adonnait à la magie, et il établit des gens qui évoquaient les esprits et qui prédisaient l’avenir. Il fit de plus en plus ce qui est mal aux yeux de l’Éternel, afin de l’irriter.

(Galates 5: 20-21) l’idolâtrie, la magie, les inimitiés, les querelles, les jalousies, les animosités, les disputes, les divisions, les sectes, l’envie, l’ivrognerie, les excès de table, et les choses semblables. Je vous dis d’avance, comme je l’ai déjà dit, que ceux qui commettent de telles choses n’hériteront point le royaume de Dieu.

(1 Corint. 10:20-21) Je dis que ce qu’on sacrifie, on le sacrifie à des démons, et non à Dieu; or, je ne veux pas que vous soyez en communion avec les démons. Vous ne pouvez boire la coupe du Seigneur, et la coupe des démons; vous ne pouvez participer à la table du Seigneur, et à la table des démons.

 

Consulter les morts

(Deutéronome 18:10-12) Qu’on ne trouve chez toi personne qui fasse passer son fils ou sa fille par le feu, personne qui exerce le métier de devin, d’astrologue, d’augure, de magicien, d’enchanteur, personne qui consulte ceux qui évoquent les esprits ou disent la bonne aventure, personne qui interroge les morts. Car quiconque fait ces choses est en abomination à l’Éternel;

(Esaïe 8:19-22) Si l’on vous dit: Consultez ceux qui évoquent les morts et ceux qui prédisent l’avenir, Qui poussent des sifflements et des soupirs, Répondez: Un peuple ne consultera-t-il pas son Dieu? S’adressera-t-il aux morts en faveur des vivants? A la loi et au témoignage! Si l’on ne parle pas ainsi, Il n’y aura point d’aurore pour le peuple. Il sera errant dans le pays, accablé et affamé; Et, quand il aura faim, il s’irritera, Maudira son roi et son Dieu, Et tournera les yeux en haut; Puis il regardera vers la terre, Et voici, il n’y aura que détresse, obscurité et de sombres angoisses: Il sera repoussé dans d’épaisses ténèbres.

(Esaïe 19:3-4) L’esprit de l’Égypte disparaîtra du milieu d’elle, Et j’anéantirai son conseil; On consultera les idoles et les enchanteurs, Ceux qui évoquent les morts et ceux qui prédisent l’avenir. Et je livrerai l’Égypte entre les mains d’un maître sévère; Un roi cruel dominera sur eux, Dit le Seigneur, l’Éternel des armées.

(Ezechiel 20:30-31) Ainsi parle le Seigneur, l’Éternel: Ne vous souillez-vous pas à la manière de vos pères, et ne vous prostituez-vous pas à leurs abominations? En présentant vos offrandes, en faisant passer vos enfants par le feu, vous vous souillez encore aujourd’hui par toutes vos idoles.

Réincarnation

(Hébreux 9:27) Et comme il est réservé aux hommes de mourir une seul fois, après quoi vient le jugement,

Concubinage, couple non marié

(I Timothée 4:1-3) Mais l’Esprit dit expressément que, dans les derniers temps, quelques-uns abandonneront la foi, pour s’attacher à des esprits séducteurs et à des doctrines de démons, par l’hypocrisie de faux docteurs portant la marque de la flétrissure dans leur propre conscience, prescrivant de ne pas se marier,


Amour et respect mutuel des époux

(1 Corint. 7:5) (Paul dit aux époux) Ne vous privez point l’un de l’autre, si ce n’est d’un commun accord pour un temps, afin de vaquer à la prière; puis retournez ensemble, de peur que Satan ne vous tente par votre incontinence.

(Ephésiens 5:22-31) Femmes, soyez soumises à vos maris, comme au Seigneur; car le mari est le chef de la femme, comme Christ est le chef de l’Église, qui est son corps, et dont il est le Sauveur. Or, de même que l’Église est soumise à Christ, les femmes aussi doivent l’être à leurs maris en toutes choses. Maris, aimez vos femmes, comme Christ a aimé l’Église, et s’est livré lui-même pour elle, afin de la sanctifier par la parole, après l’avoir purifiée par le baptême d’eau, afin de faire paraître devant lui cette Église glorieuse, sans tache, ni ride, ni rien de semblable, mais sainte et irrépréhensible. C’est ainsi que les maris doivent aimer leurs femmes comme leurs propres corps. Celui qui aime sa femme s’aime lui-même. Car jamais personne n’a haï sa propre chair; mais il la nourrit et en prend soin, comme Christ le fait pour l’Église, parce que nous sommes membres de son corps. C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme, et les deux deviendront une seule chair.

(Colossiens 3:18-19) Femmes, soyez soumises à vos maris, comme il convient dans le Seigneur. Maris, aimez vos femmes, et ne vous aigrissez pas contre elles.

Pour les Parents et Enfants

(Psaumes 127:3) Voici, des enfants sont un héritage de l’Éternel, Le fruit des entrailles est une récompense.

(Proverbe 10:1) Un fils sage fait la joie d’un père, Et un fils insensé le chagrin de sa mère.

(Proverbe 13:1) Un fils sage écoute l’instruction de son père, Mais le moqueur n’écoute pas la réprimande.

(Proverbe 14:26-27), Souvenez-vous que celui qui craint l’Éternel possède un appui ferme, Et ses enfants ont un refuge auprès de lui. La crainte de l’Éternel est une source de vie, Pour détourner des pièges de la mort.

(Proverbe 22:6) Instruis l’enfant selon la voie qu’il doit suivre; Et quand il sera vieux, il ne s’en détournera pas.

(Proverbe 29:17) Châtie ton fils, et il te donnera du repos, Et il procurera des délices à ton âme.

(Marc 10:14-15) Jésus, voyant cela, fut indigné, et leur dit: Laissez venir à moi les petits enfants, et ne les en empêchez pas; car le royaume de Dieu est pour ceux qui leur ressemblent. Je vous le dis en vérité, quiconque ne recevra pas le royaume de Dieu comme un petit enfant n’y entrera point.

(Ephésiens 6:1-4) Enfants, obéissez à vos parents, selon le Seigneur, car cela est juste. Honore ton père et ta mère (c’est le premier commandement avec une promesse), afin que tu sois heureux et que tu vives longtemps sur la terre. Et vous, pères, n’irritez pas vos enfants, mais élevez-les en les corrigeant et en les instruisant selon le Seigneur.

(Colossiens 3:20-21) Enfants, obéissez en toutes choses à vos parents, car cela est agréable dans le Seigneur. Pères, n’irritez pas vos enfants, de peur qu’ils ne se découragent.

Tous sont pécheurs

(Romains 3:10) selon qu’il est écrit: Il n’y a point de juste, pas même un seul.

(Romains 3:23) Car tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu

(Jean 12:25) Celui qui aime sa vie la perdra, et celui qui hait sa vie dans ce monde la conservera pour la vie éternelle.

Le Salut

(Jean 1:9-13) Cette lumière (Jésus) était la véritable lumière, qui, en venant dans le monde, éclaire tout homme. Elle était dans le monde, et le monde a été fait par elle, et le monde ne l’a point connue. Elle est venue chez les siens, et les siens ne l’ont point reçue. Mais à tous ceux qui l’ont reçue, à ceux qui croient en son nom, elle (la lumière, qui est Jésus) a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu, lesquels sont nés, non du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l’homme, mais de Dieu.

(Jean 14:6) Jésus lui dit: Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père (Ciel, Paradis, Royaume de Dieu) que par moi.

(Jean 6:44 44) Nul ne peut venir à moi, si le Père qui m’a envoyé ne l’attire; et je le ressusciterai au dernier jour.

(Jean 7:37-39) Le dernier jour, le grand jour de la fête, Jésus, se tenant debout, s’écria: Si quelqu’un a soif, qu’il vienne à moi, et qu’il boive. Celui qui croit en moi, des fleuves d’eau vive couleront de son sein, comme dit l’Écriture. Il dit cela de l’Esprit que devaient recevoir ceux qui croiraient en lui; car l’Esprit n’était pas encore, parce que Jésus n’avait pas encore été glorifié.

(Actes 4:12) Il n’y a de salut en aucun autre; car il n’y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés.

(Galates 3:8) Aussi l’Écriture, prévoyant que Dieu justifierait les païens par la foi, a d’avance annoncé cette bonne nouvelle à Abraham : Toutes les nations seront bénies en toi !

(Galates 3: 26 Car vous êtes tous fils de Dieu par la foi en Jésus-Christ

(Ephésiens 1:7) En lui [Jésus] nous avons la rédemption par son sang, la rémission des péchés

(Hébreux 5:9) … après avoir été élevé à la perfection, [Jésus] est devenu pour tous ceux qui lui obéissent l’auteur d’un salut éternel

(1 Jean 2:1-4) Mes petits enfants, je vous écris ces choses, afin que vous ne péchiez point. Et si quelqu’un a péché, nous avons un avocat auprès du Père, Jésus Christ le juste. Il est lui-même une victime expiatoire pour nos péchés, non seulement pour les nôtres, mais aussi pour ceux du monde entier. Si nous gardons ses commandements, par là nous savons que nous l’avons connu. Celui qui dit: Je l’ai connu, et qui ne garde pas ses commandements, est un menteur, et la vérité n’est point en lui.

(1 Jean 2:12) Je vous écris, petits enfants, parce que vos péchés vous sont pardonnés à cause de son (Jésus) nom.
Le Salut par les oeuvres? Est-ce qu’être bon sauve? la réponse est clairement : NON! Ceux qui vous disent le contraire vous mentent!

(Romains 3:20) Car nul ne sera justifié devant lui par les oeuvres de la loi, puisque c’est par la loi que vient la connaissance du péché.

(Romains 3:25-28) C’est lui (Jésus) que Dieu a destiné, par son sang, à être, pour ceux qui croiraient victime propitiatoire, afin de montrer sa justice, parce qu’il avait laissé impunis les péchés commis auparavant, au temps de sa patience, afin, dis-je, de montrer sa justice dans le temps présent, de manière à être juste tout en justifiant celui qui a la foi en Jésus. Où donc est le sujet de se glorifier? Il est exclu. Par quelle loi? Par la loi des oeuvres? Non, mais par la loi de la foi. Car nous pensons que l’homme est justifié par la foi, sans les oeuvres de la loi.

(Romains 9:30-33) Que dirons-nous donc? Les païens, qui ne cherchaient pas la justice, ont obtenu la justice, la justice qui vient de la foi, tandis qu’Israël, qui cherchait une loi de justice, n’est pas parvenu à cette loi. Pourquoi? Parce qu’Israël l’a cherchée, non par la foi, mais comme provenant des oeuvres. Ils se sont heurtés contre la pierre d’achoppement, selon qu’il est écrit: Voici, je mets en Sion une pierre d’achoppement Et un rocher de scandale, Et celui qui croit en lui ne sera point confus.

(Ephésiens 2:8-9) Car c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu. Ce n’est point par les oeuvres, afin que personne ne se glorifie.

(Tite 3:5) il nous a sauvés, non à cause des oeuvres de justice que nous aurions faites, mais selon sa miséricorde, par le baptême de la régénération et le renouvellement du Saint-Esprit,

Les Traditions
Qu’en pense Dieu?

(Esaïe 29:13 Le Seigneur dit: Quand ce peuple s’approche de moi, Il m’honore de la bouche et des lèvres; Mais son coeur est éloigné de moi, Et la crainte qu’il a de moi N’est qu’un précepte de tradition humaine.

(Matthieu 15:2-3 Pourquoi tes disciples transgressent-ils la tradition des anciens? Car ils ne se lavent pas les mains, quand ils prennent leurs repas. Il leur répondit: Et vous, pourquoi transgressez-vous le commandement de Dieu au profit de votre tradition?

(Matthieu 15:6) Vous annulez ainsi la parole de Dieu au profit de votre tradition.

(Marc 7:8-9) Vous abandonnez le commandement de Dieu, et vous observez la tradition des hommes. Il leur dit encore: Vous anéantissez fort bien le commandement de Dieu, pour garder votre tradition.

(Marc 7:13) annulant ainsi la parole de Dieu par votre tradition, que vous avez établie. Et vous faites beaucoup d’autres choses semblables.

(Colossiens 2:8) Prenez garde que personne ne fasse de vous sa proie par la philosophie et par une vaine tromperie, s’appuyant sur la tradition des hommes, sur les rudiments du monde, et non sur Christ.

(Galates 1:13-16) Vous avez su, en effet, quelle était autrefois ma conduite dans le judaïsme, comment je persécutais à outrance et ravageais l’Église de Dieu, et comment j’étais plus avancé dans le judaïsme que beaucoup de ceux de mon âge et de ma nation, étant animé d’un zèle excessif pour les traditions de mes pères. (ici Paul explique a quel point il était aveugle et avait fait du mal aux enfants de Dieu, a cause des traditions) Mais, lorsqu’il plut à celui qui m’avait mis à part dès le sein de ma mère, et qui m’a appelé par sa grâce, de révéler en moi son Fils,

Le péché
Par définition, le péché, c’est simplement la désobéissance à la volonté de Dieu, dont ses commandements. Plus précisément « Transgression de la loi divine, et l’état qui en résulte ». (tiré de l’encyclopédie Biblique par Frank Reisdorf-Reece,)

(Romains 3:9-23) Quoi donc! sommes-nous plus excellents? Nullement. Car nous avons déjà prouvé que tous, Juifs et Grecs, sont sous l’empire du péché, selon qu’il est écrit: Il n’y a point de juste, Pas même un seul; Nul n’est intelligent, Nul ne cherche Dieu; Tous sont égarés, tous sont pervertis; Il n’en est aucun qui fasse le bien, Pas même un seul; Leur gosier est un sépulcre ouvert; Ils se servent de leurs langues pour tromper; Ils ont sous leurs lèvres un venin d’aspic; Leur bouche est pleine de malédiction et d’amertume; Ils ont les pieds légers pour répandre le sang; La destruction et le malheur sont sur leur route; Ils ne connaissent pas le chemin de la paix; La crainte de Dieu n’est pas devant leurs yeux. Or, nous savons que tout ce que dit la loi, elle le dit à ceux qui sont sous la loi, afin que toute bouche soit fermée, et que tout le monde soit reconnu coupable devant Dieu. Car nul ne sera justifié devant lui par les oeuvres de la loi, puisque c’est par la loi que vient la connaissance du péché. Mais maintenant, sans la loi est manifestée la justice de Dieu, à laquelle rendent témoignage la loi et les prophètes, justice de Dieu par la foi en Jésus Christ pour tous ceux qui croient. Il n’y a point de distinction. Car tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu

(Romains 6:23) Car le salaire du péché, c’est la mort ; mais le don gratuit de Dieu, c’est la vie éternelle en Jésus-Christ notre Seigneur.

(Romains 5:15) Mais il n’en est pas du don gratuit comme de l’offense ; car, si par l’offense d’un seul [Adam] il en est beaucoup qui sont morts, à plus forte raison la grâce de Dieu et le don de la grâce venant d’un seul homme, Jésus-Christ, ont-ils été abondamment répandus sur beaucoup.

(1 Jean 3:4) Quiconque pèche transgresse la loi, et le péché est la transgression de la loi.

Le Baptême selon la Bible

(Marc 16:16-17) Celui qui croira et qui sera baptisé sera sauvé, mais celui qui ne croira pas sera condamné. Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru: en mon nom, ils chasseront les démons; ils parleront de nouvelles langues…

Ceux qui n’iront pas au Royaume de Dieu

(Romains. 1:18-25) La colère de Dieu se révèle du ciel contre toute impiété et toute injustice des hommes qui retiennent injustement la vérité captive, car ce qu’on peut connaître de Dieu est manifeste pour eux, Dieu le leur ayant fait connaître. En effet, les perfections invisibles de Dieu, sa puissance éternelle et sa divinité, se voient comme à l’oeil, depuis la création du monde, quand on les considère dans ses ouvrages. Ils sont donc inexcusables, puisque ayant connu Dieu, ils ne l’ont point glorifié comme Dieu, et ne lui ont point rendu grâces; mais ils se sont égarés dans leurs pensées, et leur coeur sans intelligence a été plongé dans les ténèbres. Se vantant d’être sages, ils sont devenus fous; et ils ont changé la gloire du Dieu incorruptible en images représentant l’homme corruptible, des oiseaux, des quadrupèdes, et des reptiles. C’est pourquoi Dieu les a livrés à l’impureté, selon les convoitises de leurs coeurs; en sorte qu’ils déshonorent eux-mêmes leurs propres corps; eux qui ont changé la vérité de Dieu en mensonge, et qui ont adoré et servi la créature au lieu du Créateur, qui est béni éternellement. Amen!

(1 Corint. 6:9-10) Ne savez-vous pas que les injustes n’hériteront point le royaume de Dieu? Ne vous y trompez pas: ni les impudiques, ni les idolâtres, ni les adultères, ni les efféminés, ni les infâmes, ni les voleurs, ni les cupides, ni les ivrognes, ni les outrageux, ni les ravisseurs, n’hériteront le royaume de Dieu.

(Galates 5: 19-21) Or, les oeuvres de la chair sont manifestes, ce sont l’impudicité, l’impureté, la dissolution, l’idolâtrie, la magie, les inimitiés, les querelles, les jalousies, les animosités, les disputes, les divisions, les sectes, l’envie, l’ivrognerie, les excès de table, et les choses semblables. Je vous dis d’avance, comme je l’ai déjà dit, que ceux qui commettent de telles choses n’hériteront point le royaume de Dieu.

(Ephésiens 5:5) Car, sachez-le bien, aucun impudique, ou impur, ou cupide, c’est-à-dire, idolâtre, n’a d’héritage dans le royaume de Christ et de Dieu.

Aucun autre Père que DIEU

(Matthieu 23:9) Et n’appelez personne sur la terre votre père ; car un seul est votre Père, celui qui est dans les cieux.

(Esaïe 24:8) Je suis l’Éternel, c’est là mon nom ; Et je ne donnerai pas ma gloire à un autre …

Aucun autre Intercesseur que JÉSUS

(Jean 14:6) Je suis le chemin la vérité et la vie, nul ne vient au Père que par moi…

(Romains 8:27) et celui qui sonde les coeurs connaît quelle est la pensée de l’Esprit, parce que c’est selon Dieu qu’il(Jésus) intercède en faveur des saints.

(Romains 8:34) Qui les condamnera ? Christ est mort ; bien plus, il est ressuscité, il est à la droite de Dieu, et il intercède pour nous !

(Ephésiens 1:20-23) (la vertu de la force de l’Éternel) Il l’a déployée en Christ, en le ressuscitant des morts, et en le faisant asseoir à sa droite dans les lieux célestes, au-dessus de toute domination, de toute autorité, de toute puissance, de toute dignité, et de tout nom qui se peut nommer, non seulement dans le siècle présent, mais encore dans le siècle à venir. Il a tout mis sous ses pieds, et il l’a donné pour chef suprême à l’Église, qui est son corps, la plénitude de celui qui remplit tout en tous.

(I Timothée 2:5-6) Car il y a un seul Dieu, et aussi un seul médiateur entre Dieu et les hommes, Jésus-Christ homme, qui s’est donné lui-même en rançon pour tous.

(Hébreux 7:25) C’est aussi pour cela qu’il [Jésus] peut sauver parfaitement ceux qui s’approchent de Dieu par lui, étant toujours vivant pour intercéder en leur faveur.

(Hébreux 8:6) Mais maintenant il (Jésus) a obtenu un ministère d’autant supérieur qu’il est le médiateur d’une alliance plus excellente, qui a été établie sur de meilleures promesses

(1 Jean 2:1) … Et si quelqu’un a péché, nous avons un avocat auprès du Père, Jésus-Christ le juste (Il n’y en a aucun autre)

Fausses Doctrines et Séduction

(Matthieu 7:15) Gardez-vous des faux prophètes. Ils viennent à vous en vêtement de brebis, mais au dedans ce sont des loups ravisseurs.

(Matthieu 24:4-5) Jésus leur répondit: Prenez garde que personne ne vous séduise. Car plusieurs viendront sous mon nom, disant: C’est moi qui suis le Christ. Et ils séduiront beaucoup de gens.

(Matthieu 24: 23-24) Si quelqu’un vous dit alors: Le Christ est ici, ou: Il est là, ne le croyez pas. Car il s’élèvera de faux Christs et de faux prophètes; ils feront de grands prodiges et des miracles, au point de séduire, s’il était possible, même les élus.

(Romains 16:17-18) Je vous exhorte, frères, à prendre garde à ceux qui causent des divisions et des scandales, au préjudice de l’enseignement que vous avez reçu. Éloignez-vous d’eux. Car de tels hommes ne servent point Christ notre Seigneur, mais leur propre ventre; et, par des paroles douces et flatteuses, ils séduisent les coeurs des simples.

(Ephésiens 5:6) Que personne ne vous séduise par de vains discours; car c’est à cause de ces choses que la colère de Dieu vient sur les fils de la rébellion.

(Colossiens 2:4-23) Je dis cela afin que personne ne vous trompe par des discours séduisants. Car, si je suis absent de corps, je suis avec vous en esprit, voyant avec joie le bon ordre qui règne parmi vous, et la fermeté de votre foi en Christ. Ainsi donc, comme vous avez reçu le Seigneur Jésus Christ, marchez en lui, étant enracinés et fondés en lui, et affermis par la foi, d’après les instructions qui vous ont été données, et abondez en actions de grâces. Prenez garde que personne ne fasse de vous sa proie par la philosophie et par une vaine tromperie, s’appuyant sur la tradition des hommes, sur les rudiments du monde, et non sur Christ. Car en lui (Jésus) habite corporellement toute la plénitude de la divinité. Vous avez tout pleinement en lui, qui est le chef de toute domination et de toute autorité. Et c’est en lui que vous avez été circoncis d’une circoncision que la main n’a pas faite, mais de la circoncision de Christ, qui consiste dans le dépouillement du corps de la chair: ayant été ensevelis avec lui par le baptême, vous êtes aussi ressuscités en lui et avec lui, par la foi en la puissance de Dieu, qui l’a ressuscité des morts. Vous qui étiez morts par vos offenses et par l’incirconcision de votre chair, il vous a rendus à la vie avec lui, en nous faisant grâce pour toutes nos offenses; il a effacé l’acte dont les ordonnances nous condamnaient et qui subsistait contre nous, et il l’a détruit en le clouant à la croix; il a dépouillé les dominations et les autorités, et les a livrées publiquement en spectacle, en triomphant d’elles par la croix. Que personne donc ne vous juge au sujet du manger ou du boire, ou au sujet d’une fête, d’une nouvelle lune, ou des sabbats: c’était l’ombre des choses à venir, mais le corps est en Christ. Qu’aucun homme, sous une apparence d’humilité et par un culte des anges, ne vous ravisse à son gré le prix de la course, tandis qu’il s’abandonne à ses visions et qu’il est enflé d’un vain orgueil par ses pensées charnelles, sans s’attacher au chef, dont tout le corps,(qui est Jésus-Christ) assisté et solidement assemblé par des jointures et des liens, tire l’accroissement que Dieu donne. Si vous êtes morts avec Christ aux rudiments du monde, pourquoi, comme si vous viviez dans le monde, vous impose-t-on ces préceptes: Ne prends pas! ne goûte pas! ne touche pas! préceptes qui tous deviennent pernicieux par l’abus, et qui ne sont fondés que sur les ordonnances et les doctrines des hommes? Ils ont, à la vérité, une apparence de sagesse, en ce qu’ils indiquent un culte volontaire, de l’humilité, et le mépris du corps, mais ils sont sans aucun mérite et contribuent à la satisfaction de la chair.

(2 Thess. 2:3-4) Que personne ne vous séduise d’aucune manière; car il faut que l’apostasie soit arrivée auparavant, et qu’on ait vu paraître l’homme du péché, le fils de la perdition, l’adversaire qui s’élève au-dessus de tout ce qu’on appelle Dieu ou de ce qu’on adore, jusqu’à s’asseoir dans le temple de Dieu, se proclamant lui-même Dieu.

(I Timothée 4: 1-6) Mais l’Esprit dit expressément que, dans les derniers temps, quelques-uns abandonneront la foi, pour s’attacher à des esprits séducteurs et à des doctrines de démons, par l’hypocrisie de faux docteurs portant la marque de la flétrissure dans leur propre conscience, prescrivant de ne pas se marier, et de s’abstenir d’aliments que Dieu a créés pour qu’ils soient pris avec actions de grâces par ceux qui sont fidèles et qui ont connu la vérité. Car tout ce que Dieu a créé est bon, et rien ne doit être rejeté, pourvu qu’on le prenne avec actions de grâces, parce que tout est sanctifié par la parole de Dieu et par la prière. En exposant ces choses au frères, tu seras un bon ministre de Jésus Christ, nourri des paroles de la foi et de la bonne doctrine que tu as exactement suivie.

(2 Pierre 2:1-3) Il y a eu parmi le peuple de faux prophètes, et il y aura de même parmi vous de faux docteurs, qui introduiront des sectes pernicieuses, et qui, reniant le maître qui les a rachetés, attireront sur eux une ruine soudaine. Plusieurs les suivront dans leurs dissolutions, et la voie de la vérité sera calomniée à cause d’eux. Par cupidité, ils trafiqueront de vous au moyen de paroles trompeuses, eux que menace depuis longtemps la condamnation, et dont la ruine ne sommeille point.

(2 Jean 1:9) Quiconque va plus loin (qui invente, rajoute, change) et ne demeure pas dans la doctrine de Christ (La parole de Dieu) n’a point Dieu;

 

La Vraie Doctrine
La Parole: La Vérité

(Jean 17:17) [Jésus priant son Père]  » Sanctifie-les par ta vérité : ta parole est la vérité.

(2 Jean 1:9) Quiconque va plus loin (qui invente, rajoute, change) et ne demeure pas dans la doctrine de Christ (La parole de Dieu) n’a point Dieu; celui qui demeure dans cette doctrine a le Père et le Fils.

(Apocalypse 22:18-19) Je le déclare à quiconque entend les paroles de la prophétie de ce livre: Si quelqu’un y ajoute quelque chose, Dieu le frappera des fléaux décrits dans ce livre; et si quelqu’un retranche quelque chose des paroles du livre de cette prophétie, Dieu retranchera sa part de l’arbre de la vie et de la ville sainte, décrits dans ce livre.

 

La (seule) Tête (chef) de l’Église

(Colossiens 1:18-20) Il (Jésus) est la tête du corps de l’Église; il est le commencement, le premier-né d’entre les morts, afin d’être en tout le premier. Car Dieu a voulu que toute plénitude habitât en lui; il a voulu par lui réconcilier tout avec lui-même, tant ce qui est sur la terre que ce qui est dans les cieux, en faisant la paix par lui, par le sang de sa croix.

(Colossiens 2:10) Vous avez tout pleinement en lui, qui est le chef de toute domination et de toute autorité.

(Ephésiens 1:20-22) Il (Dieu) l’a déployée en Christ, en le ressuscitant des morts, et en le (Jésus) faisant asseoir à sa droite dans les lieux célestes, au-dessus de toute domination, de toute autorité, de toute puissance, de toute dignité, et de tout nom qui se peut nommer, non seulement dans le siècle présent, mais encore dans le siècle à venir. Il a tout mis sous ses pieds, et il l’a donné pour chef suprême à l’Église,

 

Qui prier, et Comment?
Prières non écoutées

(Psaume 3:4) De ma voix je crie à l’Éternel, et il me répond…

(Psaume. 30:2) Éternel, mon Dieu ! J’ai crié à toi, et tu m’as guéri

(Psaume 62:8) En tout temps, peuples, confiez-vous en lui, Répandez vos coeurs en sa présence ! Dieu est notre refuge

(Psaume 66:20) Béni soit Dieu, Qui n’a pas rejeté ma prière, Et qui ne m’a pas retiré sa bonté!

(Psaume 120:1) Dans ma détresse, c’est à l’Éternel que je crie, et il m’exauce.

(Proverbe 28:9) Si quelqu’un détourne l’oreille pour ne pas écouter la loi, Sa prière même est une abomination.

(Job 27:10) Fait-il du Tout Puissant ses délices? Adresse-t-il en tout temps ses prières à Dieu?

(Esaïe 1:14-15) Dieu dit: Mon âme hait vos nouvelles lunes et vos fêtes; Elles me sont à charge; Je suis las de les supporter. Quand vous étendez vos mains, je détourne de vous mes yeux; Quand vous multipliez les prières, je n’écoute pas:

(Matthieu 6:5-8) Lorsque vous priez, ne soyez pas comme les hypocrites, qui aiment à prier debout dans les synagogues et aux coins des rues, pour être vus des hommes. Je vous le dis en vérité, ils reçoivent leur récompense. Mais quand tu pries, entre dans ta chambre, ferme ta porte, et prie ton Père qui est là dans le lieu secret; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra. En priant, ne multipliez pas de vaines paroles,(des prières apprises par coeur) comme les païens, qui s’imaginent qu’à force de paroles ils seront exaucés. Ne leur ressemblez pas; car votre Père sait de quoi vous avez besoin, avant que vous le lui demandiez.

(Matthieu 5:9-13) Voici donc comment vous devez prier: « Notre Père qui es aux cieux! Que ton nom soit sanctifié; que ton règne vienne; que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. Donne-nous aujourd’hui notre pain quotidien; pardonne-nous nos offenses, comme nous aussi nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés; ne nous induis pas en tentation, mais délivre-nous du malin. Car c’est à toi qu’appartiennent, dans tous les siècles, le règne, la puissance et la gloire. Amen! »

(Matthieu 17:21) Mais cette sorte de démon ne sort que par la prière et par le jeûne.

(Matthieu 21:22) Tout ce que vous demanderez avec foi par la prière, vous le recevrez.

(Matthieu 23:14) Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites! parce que vous dévorez les maisons des veuves, et que vous faites pour l’apparence de longues prières; à cause de cela, vous serez jugés plus sévèrement.

(Marc 11:25) Et, lorsque vous êtes debout faisant votre prière, si vous avez quelque chose contre quelqu’un, pardonnez, afin que votre Père qui est dans les cieux vous pardonne aussi vos offenses.

(1 Corint. 7:5 (Paul dit aux époux) Ne vous privez point l’un de l’autre, si ce n’est d’un commun accord pour un temps, afin de vaquer à la prière; puis retournez ensemble, de peur que Satan ne vous tente par votre incontinence.

(1 Thess. 5:17) Priez sans cesse.

(Philippiens 4:6-7) Ne vous inquiétez de rien; mais en toute chose faites connaître vos besoins à Dieu par des prières et des supplications, avec des actions de grâces. Et la paix de Dieu, qui surpasse toute intelligence, gardera vos coeurs et vos pensées en Jésus Christ.

Végétarien et autre abstention de nourriture.

(I Timothée 4:2-5) l’hypocrisie de faux docteurs portant la marque de la flétrissure dans leur propre conscience, prescrivant de ne pas se marier, et de s’abstenir d’aliments que Dieu a créés pour qu’ils soient pris avec actions de grâces par ceux qui sont fidèles et qui ont connu la vérité. Car tout ce que Dieu a créé est bon, et rien ne doit être rejeté, pourvu qu’on le prenne avec actions de grâces, parce que tout est sanctifié par la parole de Dieu et par la prière.

L’amour selon Dieu

(Jean 3:16) Car Dieu a tant aimé le monde qu’Il a donné son fils unique afin que quiconque croit en lui ait la vie éternelle et ne meurt pas.

(Romains 13:9-10) Tu aimeras ton prochain comme toi-même. L’amour ne fait point de mal au prochain: l’amour est donc l’accomplissement de la loi.

(1 Corint. 13:4-8) L’amour est patient, il est plein de bonté; l’amour n’est point envieux; l’amour ne se vante point, il ne s’enfle point d’orgueil, il ne fait rien de malhonnête, il ne cherche point son propre intérêt, il ne s’irrite point, il ne soupçonne point le mal, il ne se réjouit point de l’injustice, mais il se réjouit de la vérité; il excuse tout, il croit tout, il espère tout, il supporte tout. L’amour ne périt jamais.

Les Derniers temps et ses signes
(derniers jours)

(Actes 2:17) Dans les derniers jours, dit Dieu, je répandrai de mon Esprit sur toute chair; Vos fils et vos filles prophétiseront, Vos jeunes gens auront des visions, Et vos vieillards auront des songes.

(2 Thess. 2:3-4) Que personne ne vous séduise d’aucune manière; car il faut que l’apostasie soit arrivée auparavant, et qu’on ait vu paraître l’homme du péché, le fils de la perdition, l’adversaire qui s’élève au-dessus de tout ce qu’on appelle Dieu ou de ce qu’on adore, jusqu’à s’asseoir dans le temple de Dieu, se proclamant lui-même Dieu.

(2 Timothée 3:1-9) Sache que, dans les derniers jours, il y aura des temps difficiles. Car les hommes seront égoïstes, amis de l’argent, fanfarons, hautains, blasphémateurs, rebelles à leurs parents, ingrats, irréligieux, insensibles, déloyaux, calomniateurs, intempérants, cruels, ennemis des gens de bien, traîtres, emportés, enflés d’orgueil, aimant le plaisir plus que Dieu, ayant l’apparence de la piété, mais reniant ce qui en fait la force. (N’est-ce pas que ça ressemble à aujourd’hui?) Éloigne-toi de ces hommes-là. Il en est parmi eux qui s’introduisent dans les maisons, et qui captivent des femmes d’un esprit faible et borné, chargées de péchés, agitées par des passions de toute espèce, apprenant toujours et ne pouvant jamais arriver à la connaissance de la vérité. De même que Jannès et Jambrès s’opposèrent à Moïse, de même ces hommes s’opposent à la vérité, étant corrompus d’entendement, réprouvés en ce qui concerne la foi. Mais ils ne feront pas de plus grands progrès; car leur folie sera manifeste pour tous, comme le fut celle de ces deux hommes.

(I Timothée 4:1-3) Mais l’Esprit dit expressément que, dans les derniers temps, quelques-uns abandonneront la foi, pour s’attacher à des esprits séducteurs et à des doctrines de démons, par l’hypocrisie de faux docteurs portant la marque de la flétrissure dans leur propre conscience, prescrivant de ne pas se marier, et de s’abstenir d’aliments que Dieu a créés pour qu’ils soient pris avec actions de grâces par ceux qui sont fidèles et qui ont connu la vérité.

(La Petite Lanterne – Disclaimer) ajoutée le 2006-05-12

logo point final vox dei infos voxdei

CatholicismeVatican trompe ses adeptes -

NDLR: Témoignage de Léon Brancart, ex prêtre catholique.

Avec quelle insistance je demandais chaque jour à Dieu de me donner une foi toujours plus exacte ! Combien tout eût été plus simple si j’avais encore pu me convaincre de la vérité du catholicisme ! Mais plus je priais et méditais la Bible, plus cette religion me paraissait fausse. Je consultais en confession des prêtres compétents. Je repris mes propres arguments anti-protestants écrits autrefois et remaniés après ma théologie ; je trouvais aussitôt une réponse à chaque page : j’en étais stupéfait et quelque peu émerveillé. Entre temps, je devais chaque jour célébrer la messe. Je me disais : la théologie catholique est fausse mais en tant que commémoration de la mort du Christ, je sais que Dieu agrée ce pain et ce vin. Je ne voyais pas encore à l’époque qu’un chrétien doit s’abstenir de toute participation à une cérémonie où l’on parle à des morts, où l’on prie pour les morts, où l’on prétend que se renouvelle le Sacrifice de la Croix : alors qu’il fut offert une fois pour toutes. Que s’était-il passé ? Je n’avais jamais pu croire à la prescience divine des futurs libres. Lorsque, quelque temps après l’encyclique « Humani generis », je pris nettement conscience que c’était une doctrine de foi, je dus conclure avec épouvante que je n’étais plus catholique. Je me dis : Tu dois y croire puisque le pape le veut. Mais je m’aperçus que je ne croyais plus à son infaillibilité. Je fus atterré. Et les autres dogmes ? Je les comparais à l’Ecriture Sainte et trouvais que plusieurs s’y opposaient. Comme je croyais la Parole de Dieu, je ne crus plus le dogme.

En résumé, l’Église catholique, en contradiction avec l’Ecriture Sainte, exige qu’on renonce à ses propres convictions et qu’on accepte d’avance ce qu’imposeront ses prêtres en dogmes, en morale et même parfois en philosophie. Or Dieu dit dans Jérémie 17/5 « Je maudis celui qui se détourne de moi, ne met sa confiance qu’en l’homme et cherche sa force dans les pauvres moyens humains« . L’Église catholique impose la loi et sa loi alors que l’Apôtre Paul affirme que nous sommes sauvés par la « foi du cœur », la foi vivante, agissante par la charité. Cette église a le plus souvent remplacé l’inspiration du Saint-Esprit par les prescriptions subtiles et minutieuses. Elle impose le célibat aux prêtres et aux religieux qui ont prononcé des vœux perpétuels et provoque très souvent des scandales honteux ! Elle emploie ou a employé les Sacrements d’une manière vraiment superstitieuse jusqu’à conférer l’extrême-onction à des gens morts depuis une heure, et jusqu’à demander à un enfant de huit jours, lors de son baptême, s’il renonce au pêché ? (La Bible veut qu’on soit baptisé par immersion alors qu’on croit de tout son cœur, c’est l’engagement d’une bonne conscience envers Dieu). L’Église catholique impose de croire que le christ est tout entier corporellement présent dans une mie de pain* consacrée. Qu’est-ce que cela signifie ? *(hostie)

Elle prétend qu’à la messe, se renouvelle le Sacrifice du Calvaire alors que, selon l’épître aux Hébreux, il a été offert une fois pour toutes ; et institue des prêtres alors que le sacerdoce du Christ est intransmissible, sauf le sacerdoce universel auquel tout chrétien participe. Elle fait croire que ses prêtres ont plus de pouvoirs que les autres chrétiens et qu’ils sont pratiquement indispensables au salut et qu’ils sont « prêtres pour l’éternité » ! Elle détourne considérablement du Fils de Dieu, du Seigneur Jésus-Christ, par le culte des saints, en particulier de Marie dont cette église dénature et hypertrophie le privilège. Car celui d’être chrétien est plus grand que celui d’être mère de Jésus, voir évangile de Luc chapitre 11 et le verset 28.

« Tandis que Jésus parlait ainsi, une femme, élevant la voix du milieu de la foule, lui dit: Heureux le sein qui t’a porté! heureuses les mamelles qui t’ont allaité! Et il répondit: Heureux plutôt ceux qui écoutent la parole de Dieu, et qui la gardent! »

Or Dieu interdit d’invoquer les morts, de leur demander du secours. Parmi ceux auxquels on a recours, certains n’ont jamais existé et ne sont pas sauvés. Elle appelle Marie, médiatrice de toutes les grâces, alors que l’Ecriture Sainte déclare que Jésus-Christ est le seul médiateur entre Dieu et les hommes. Elle a volatilisé le deuxième commandement de Dieu qui interdit les images religieuses.
Elle vend, pour de l’argent, des choses saintes ou des choses qu’elle prétend saintes ; intentions de messes, droit d’indulgencier certains objets… ; trafique ainsi du Sang du Christ et exploite la crédulité superstitieuse, l’affection familiale et la vanité humaine. Elle n’obtient l’unité qu’en violant la liberté de conscience. Elle excommunie ceux qui ne reçoivent pas ses doctrines, étrangères à la Bible ou son interprétation de celle-ci ; elle montra ainsi un exemple néfaste trop souvent suivi par beaucoup de protestants et par les sectes qui imposent une profession de foi ou leur interprétation et non la Bible seule. Elle a permis aux rois, même les plus pêcheurs, et aux gouvernements civils de désigner des évêques. Elle a transmis ses prétendus pouvoirs par une hiérarchie pourrie pendant des siècles, et composée presque exclusivement de grands seigneurs devenus évêques, cardinaux et papes par pure ambition humaine.

Elle eut pour papes et pour cardinaux de jeunes enfants, des bâtards de papes, des favoris de femmes et courtisanes romaines. Que d’évêques obtenant leur charge à prix d’argent ou pour des raisons politiques, soit des rois soit des papes ! Elle impose une interprétation invraisemblable de plusieurs textes de l’Ecriture : Matthieu 16/18, 24/36, 26/26-28, Jean 14/28, 21-13-17, Philippiens 2/7, Apocalypse 20/6. Elle obtient des miracles toujours d’une manière non biblique. (Or les faux prophètes feront des prodiges jusqu’à séduire les élus eux-mêmes si cela était possible). Elle a institué tardivement la confession avec absolution sacramental alors que nous ne voyons pas les apôtres y recourir, même où c’eût été indiqué. Elle tire, de ses scandales mêmes, la preuve de sa légitimité.

Elle interdit qu’on vérifie son enseignement d’après la Bible alors que l’apôtre Paul le recommande (ef. art ; 17,11). Elle est responsable de la tiédeur à l’égard de la Bible et de la superstition d’une quantité de ses membres, d’où leur incompréhension de la Bible ainsi que des répercussions terribles que cela aura sur leur salut. Je pris aussi mieux conscience de plusieurs autres torts et comportements de cette église : le formalisme, les prières obligatoirement rapides et forcément machinales, les rites compliqués et si défavorables à la véritable piété ; la mise à mort et la violence, quand elle le pouvait, des autres chrétiens (je n’appris clairement que plus tard sa prétention d’en avoir le droit).
L’utilisation quand elle en a l’occasion, de moyens scandaleux ou tous humains pour s’imposer :

* l’union aux puissances d’argent et aux puissances politiques ; son recours, quand elle en eut l’occasion, au glaive de l’Etat pour détruire les autres chrétiens ;

* le prestige de l’art, de l’apparat, des cérémonies aussi pompeuses que formalistes ;

* l’autorisation tacite de bien des manquements et même de péchés pour s’attirer beaucoup d’adhérents ;

* la fortune colossale du Vatican… Bref, elle se comporte comme la Babylone de l’apocalypse dont il est écrit : « sortez du milieu d’elle, mon peuple » (apocalypse 17 :3-6 et 18 :4) ;

* les titres et les honneurs accordés aux prêtres et surtout à la hiérarchie, en désobéissance à l’Evangile : Père, révérend père, excellence, grandeur, éminence, révérendissime seigneur, prince éminentissime, très Saint-Père

* sa prudence tout humaine, son manque d’assurance, son observation des réactions du public avant de déclarer certaines doctrines « de foi » ou de canoniser un défunt. Ses variations importantes en exégèse doctrinale son interdiction de la Bible pendant des siècles, parfois sous peine de mort, et la défense toujours actuelle pour un catholique, de se conformer à la compréhension qu’il en a quand celle-ci diffère de l’enseignement des prêtres. Il est obligé de préférer la parole des hommes à la Parole de Dieu. Comment croire cette dite église infaillible ?
C’était impossible.

Léon BRANCARD

 

 

 

Mère Térésa était-elle une âme perdue ? par Richard Bennett

BereanBeacon.org

Sources: http://www.blogdei.com/index.php/2007/11/25/2892-mere-teresa-etait-elle-une-ame-perdue-par-richard-bennett

Gonhxa Agnès Bojaxhiu, mieux connue sous le nom vénéré de « Mère Térésa », passe dans presque tous les milieux pour une chrétienne modèle. Beaucoup pensent que toutes les religions sont des voies légitimes vers Dieu; pour ceux qui raisonnent en ces termes, Mère Térésa est pour notre temps un modèle inégalé. Elle était persuadée que tout être humain peut accéder au ciel quelle que soit sa croyance religieuse. Nombreux, donc, sont ceux qui se disent: « Par ses bonnes actions, Mère Térésa s’est rendue agréable à Dieu. Faire un peu de bien autour de nous, c’est donc avoir, nous aussi, des chances d’aller au ciel. » Si l’on raisonne ainsi, il est naturel de voir en Mère Térésa un modèle universel. D’autre part, personne n’a envie de désapprouver une personne aussi extraordinaire, qui toute sa vie s’est efforcée de faire le bien: aussi abordons-nous un sujet particulièrement sensible. Mais pouvons-nous appliquer à la vie et au message de Mère Térésa d’autres critères que ceux de la Parole écrite de notre Seigneur Jésus-Christ? Cette étude s’impose d’autant plus qu’à la fin de sa vie elle reconnaissait sa faillite spirituelle, et que dès le début de son parcours elle constatait que son esprit était plongé dans les ténèbres (1). Il nous faut examiner à la lumière de la vérité biblique ces aveux maintes fois réitérés.

Dès le départ, les ténèbres

Née en 1910, Gonxha Bohaxjiu grandit dans une famille catholique très pieuse, et fréquenta une paroisse catholique albanaise des plus ferventes. Elle mit six ans à se décider à entrer dans les ordres, devenant religieuse à l’âge de dix-huit ans. Particulièrement pieuse et fervente, elle était convaincue d’avoir aimé Jésus dès sa plus tendre enfance. « Dès l’âge de cinq ans et demi, écrit-elle, quand je le reçus pour la première fois le jour de sa « première communion » j’eus en moi l’amour des âmes. Cet amour se développa avec les années, puis j’arrivai en Inde, espérant sauver beaucoup d’âmes » (2). En route pour l’Inde pour la première fois, elle écrivit à sa famille: « Priez pour votre missionnaire, pour que Jésus l’aide à sauver des ténèbres de l’incrédulité autant d’âmes immortelles que possible » (3). Au bout de neuf années en Inde, elle écrivait à son confesseur, un prêtre jésuite: « Ne croyez pas que ma vie spirituelle soit un lit de roses: c’est une fleur qui ne se trouve pratiquement jamais sur mon chemin. Bien au contraire, j’ai le plus souvent les ténèbres pour compagnie. Quand l’obscurité s’épaissit (j’ai alors l’impression que je finirai ma vie en enfer) je m’offre simplement à Jésus… J’ai grand besoin de grâce, grand besoin de la force de Christ pour persévérer dans la confiance et dans cet amour aveugle qui ne conduit qu’à Jésus crucifié… Pour rien au monde je ne voudrais renoncer à mes souffrances » (4). Mais il n’y a qu’un seul Seigneur Jésus-Christ, et un seul Évangile, selon l’avertissement donné par l’Apôtre (5). Quelle tragédie! La correspondance intime de cette femme si profondément consacrée montre qu’elle ne connaissait que les ténèbres du faux évangile, et « l’autre Jésus » de l’Église catholique.

Un chemin de perdition

En avril 1942, Mère Térésa fit un vœu en privé: « Je me liai par un vœu devant Dieu, m’engageant sous peine de péché mortel à lui accorder absolument tout ce qu’il me demanderait, et à ne jamais lui refuser quoi que ce soit » (6). Plus tard elle expliqua qu’elle désirait « offrir à Dieu quelque chose de très beau… sans rien retenir » (7). Son œuvre à Calcutta allait devenir ce « quelque chose de très beau » offert à Dieu. Hélas, sa correspondance personnelle en témoigne sans ambiguïté: à son insu, c’était « un autre Jésus » et non le Seigneur Jésus-Christ qui l’appelait à « offrir à Dieu quelque chose de très beau ». À l’époque où elle cherchait à convaincre ses supérieurs qu’elle était appelée à fonder un ordre religieux, elle leur adressa de nombreuses lettres. Cette correspondance, à laquelle s’ajoutent d’autres lettres personnelles, reflète sa descente progressive dans des ténèbres de plus en plus épaisses.

Après un premier appel, reçu à l’âge de douze ans, elle prit conscience de son désir « d’apporter la vie de Christ aux populations des pays de mission » (8). À trente-six ans, elle reçut un autre appel « dans le cadre de sa vocation », en 1946, alors qu’elle se rendait par le train de Calcutta à Lorette. Par la suite elle écrivit: « Dans un train à destination de Darjeeling, le 10 septembre 1946, les M.C. Missionnaires de la Charité virent le jour, dans les profondeurs de l’infini désir divin d’aimer et d’être aimé… » (9). « Pendant le premier jour de mon voyage vers Darjeeling ‘dans le cadre de ma vocation’ Dieu m’appela à étancher la soif de Jésus, en le servant auprès des plus pauvres d’entre les pauvres » (10). La « Voix » qui s’adressa à elle pendant ce trajet lui reparla bien des fois par la suite, insistant toujours sur la nécessité de fonder une œuvre parmi les plus pauvres. La lettre du 13 janvier 1947 à l’Archevêque Périer en témoigne: « Un jour pendant la Sainte Communion, j’ai très distinctement entendu la même voix qui disait: ‘Je veux qu’il y ait des religieuses indiennes, des Victimes de mon amour, qui seront à la fois Marthe et Marie, et qui seront si intimement unies à moi qu’elles rayonneront de mon amour pour les âmes… Ta soif pour les âmes t’a amenée jusqu’ici. Crains-tu de faire un pas de plus pour ton Époux, pour moi, pour les âmes? Tu n’as pas donné ta vie pour ces âmes, et c’est pourquoi tu es indifférente à leur sort. Ton cœur n’a jamais été noyé dans la douleur comme le cœur de ma Mère. Pour les âmes, elle et moi avons donné tout ce qui était en nous. Mais toi, qu’as-tu fait? Ta vocation est d’aimer, de souffrir, de sauver des âmes, et en faisant ce pas tu combleras le désir de mon cœur pour toi. Voilà ta vocation’. Cette voix m’a effrayée. J’ai prié Marie notre Mère de demander à Jésus de me dégager de ces exigences. Mais plus je priais, plus la voix retentissait clairement dans mon cœur: ‘Mon enfant, donne-moi des âmes, donne-moi les âmes de ces pauvres enfants des rues – combien je souffre – si seulement tu savais – de voir ces pauvres enfants souillés par le péché. J’aspire à la pureté de leur amour. Si seulement tu voulais répondre à mon appel, et m’amener ces âmes, les arracher des mains du malin… Je languis après ces âmes, je les aime. Vas-tu refuser?’ » (11). Puis plus tard, la même voix lui dit: « Mon enfant, viens, porte-moi jusque dans les tanières de ces malheureux. Va, sois ma lumière, je ne puis y aller seul, ils ne me connaissent pas, et ne me désirent donc pas. Va, toi. Va au milieu d’eux, et porte-moi vers eux avec toi. Combien je désire entrer dans ces tanières remplies de ténèbres et de malheur. Va, sois une victime pour elles. En t’immolant par amour pour moi, tu feras qu’elles me voient, me connaissent, et me désirent. Offre encore des sacrifices. Souris plus tendrement, prie avec plus de ferveur, et toutes les difficultés s’effaceront » (12). Non seulement Mère Térésa entendit à maintes reprises ce qu’elle appelle « la Voix », lui communiquant toujours le même message; mais elle eut aussi trois visions, qu’elle décrit ainsi: « 1. Je vois une foule immense, toutes sortes de gens. Certains sont extrêmement pauvres, et il y a des enfants. Je suis au milieu d’eux, et tous lèvent les mains vers moi. Ils crient: ‘Viens nous sauver, conduis-nous à Jésus’. 2. Je revois la même foule. Les visages sont empreints d’une douleur immense: ces gens souffrent énormément. Je suis à genoux à côté de Notre-Dame qui leur fait face… je l’entends dire: ‘Prends soin d’eux, ils sont à moi, conduis-les à Jésus, porte Jésus jusqu’à eux, ne crains rien. Apprends-leur à dire le chapelet; qu’ils disent le chapelet en famille et tout ira bien. Ne crains pas; Jésus et moi serons avec toi et tes enfants.’ 3. La même foule, encore une fois. Elle est plongée dans les ténèbres, mais je la distingue. Notre Seigneur est sur la Croix. Notre-Dame est près de la Croix, et je suis une jeune enfant devant elle. Sa main gauche repose sur mon épaule gauche, et sa main droite tient mon bras droit. L’une et l’autre, nous sommes tournées vers la Croix. Notre Seigneur dit: ‘Je t’ai fait une demande. Eux aussi t’ont fait une demande, et ma Mère t’a fait une demande. Me refuseras-tu de t’occuper d’eux, et de les amener à moi?’ Je réponds: ‘Tu le sais, Jésus, je suis prête à aller vers eux d’un instant à l’autre.’ Depuis ce temps-là je n’ai plus rien vu, plus rien entendu, mais je sais que ce que j’ai écrit est vrai. Comme je vous l’ai dit, je ne me fonde pas sur cette voix ni sur ces visions, mais je sais que ce que j’ai écrit est vrai » (13).

La Parole écrite de Dieu, seule vérité qui donne la vie

L’autorité suprême pour le chrétien véritable, c’est la Bible, Parole écrite de Dieu. Quoi de plus clair que cette déclaration du Seigneur lui-même: « À la loi et au témoignage! Si l’on ne parle pas ainsi, il n’y aura point d’aurore pour le peuple! » (14) La Parole écrite divine a été exhalée par Dieu (15). C’est elle seule qui établit les normes de la conduite du chrétien. Il n’y a pas d’autre norme. Toute voix qui contredit l’Écriture doit être attribuée à un menteur, à un faussaire, et vient du Malin. Il est navrant de constater que dès sa jeunesse Mère Térésa accepta le faux évangile pratiqué par sa famille, sous l’autorité de l’Église catholique. Elle devint alors religieuse, désirant arracher des âmes aux ténèbres pour les amener à se confier dans l’Église catholique. On a le cœur plus lourd encore en apprenant qu’elle entendit une « Voix » lui transmettre un message anti-biblique accompagné de trois visions, pour lesquelles elle se sacrifia sans réserve, les yeux fermés. Rien de tout cela ne pouvait la rendre agréable à Dieu, mais elle ne le savait pas. Quelle tragédie! Sa confiance aveugle dans la doctrine catholique et dans les rituels de Rome la rendit vulnérable à ces contrefaçons spirituelles si astucieuses. Ses supérieurs étaient tout aussi impuissants à la protéger. Eux qui devaient examiner son projet de fonder un ordre, ils croyaient et pratiquaient la foi catholique. En toute sincérité, ils vivaient sans jamais le remettre en question un « évangile » incapable de procurer le salut (16). Se confiant dans la doctrine catholique, Mère Térésa resta prisonnière des ténèbres. Son témoignage montre que les ténèbres ne firent que s’épaissir autour d’elle quand elle se mit à diriger son ordre religieux nouvellement fondé, cet ordre que la « Voix » avait réclamé si impérieusement, le qualifiant de « quelque chose de très beau pour Dieu ». Cette même « Voix » l’avait avertie qu’elle souffrirait beaucoup. Mère Térésa dit qu’elle s’attendait à des souffrances physiques, mais que jamais elle n’aurait cru se retrouver dans une pareille solitude, pour ainsi dire abandonnée de son « Époux ». Dans une lettre datée de 1961, elle écrit: « Quand j’aide mes Sœurs à trouver l’intimité avec Jésus, quand je leur apprends à l’aimer d’un amour profond, personnel et passionné, combien j’aspire à pouvoir faire de même! De mes propres yeux, je les vois manifester de l’amour pour Dieu, se rapprocher de lui, lui ressembler de plus en plus chaque jour, et moi, Père, je reste seule, vide, exclue, rejetée » (17). À Neuner, elle écrivait: Combien mon cœur est froid, vide et douloureux. La Sainte Communion, la Sainte Messe, toutes ces réalités sacrées de la vie spirituelle qui doivent me communiquer la vie de Christ, tout cela est vide, glacial, et ne suscite en moi aucun désir. L’état physique de mes pauvres gens, abandonnés dans la rue, rejetés, sans amour, et dont personne ne veut, voilà l’image exacte de mon propre état spirituel, et de mon amour pour Jésus… (18).

D’un bout à l’autre, les lettres adressées par Mère Térésa à ses intimes montrent que son cœur était étranger à « la connaissance de la gloire de Dieu sur la face de Jésus-Christ » (19). Tout en se consacrant à établir et à organiser son ordre religieux, elle était de plus en plus directement confrontée à cette question fondamentale: quel était l’objet de son espérance et de sa foi? Sa foi tiendrait-elle ses promesses? Sa correspondance personnelle montre qu’elle a effectivement connu les souffrances promises. Mais pour ce qui est du salut auquel ces souffrances étaient censées conduire (20), une foi de cette nature était totalement impuissante à tenir ses promesses. C’est la Bible, Parole de Dieu, qui permet d’affirmer cela.

Un déni de l’Évangile

Bien des fois dans ses écrits Mère Térésa fait mention de « Jésus », et très souvent elle termine ses lettres par: « Bien à vous en Jésus, M Térésa MC ». Mais pas une seule fois elle ne se décrit comme une pécheresse qui se confie dans le Christ Jésus pour être sauvée. Elle intervertit même les rôles, car selon elle c’est « Jésus » qui a besoin qu’elle s’offre en sacrifice afin de sauver des vies pour lui; et elle déclare ne pas avoir besoin de son amour, ne pas le désirer. Le « Décret Fondateur » de sa congrégation décrit la nature de l’œuvre de Mère Térésa: « Apaiser la soif de Notre Seigneur Jésus-Christ en sauvant des âmes, par l’observance des trois vœux de Pauvreté, de Chasteté, et d’Obéissance, auxquels vient s’ajouter un quatrième vœu: se consacrer en toute abnégation à s’occuper des pauvres et des démunis qu’écrasent l’indigence et la misère, et qui vivent dans des conditions incompatibles avec la dignité humaine » (21).

C’est on ne peut plus clair: d’après cette définition, le but de cette congrégation est aux antipodes mêmes du message de l’Évangile, selon lequel par la foi seule, le pécheur convaincu de son péché se confie dans le Seigneur Jésus et en lui seul pour être sauvé. Pour Térésa et pour l’ordre qu’elle a fondé, le salut des âmes s’obtenait au moyen de quatre vœux bien précis, qui selon elle, pouvaient apaiser la soif ardente du Seigneur Jésus-Christ.

La correspondance personnelle de Térésa montre clairement qu’elle croit aimer Jésus. Se consacrant éperdument à vivre selon les pensées trompeuses de son propre cœur (22), elle semble n’avoir jamais compris que son message est un déni flagrant de l’Évangile véritable. Ses écrits démontrent qu’elle ignorait tout du véritable moyen d’être réconciliée avec Dieu, du salut qui est un pur don de Dieu, et qui demande qu’on se confie dans la vie parfaite du Christ Jésus et dans son sacrifice. Aucune œuvre bonne ne procure le salut, comme l’Écriture le proclame avec une clarté absolue: « C’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi; cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu. Ce n’est point par les œuvres, afin que personne ne se glorifie » (23). Ce « Décret Fondateur » précisant le but primordial de la congrégation de Mère Térésa démontre que ni la fondatrice, ni les autorités catholiques qui accordèrent leur caution officielle ne connaissaient la gloire du Seigneur Jésus-Christ. Le Seigneur a-t-il besoin de nous pour apaiser sa soif ?

C’est pécher gravement que d’entretenir et de répandre une conception anti-biblique du Seigneur Jésus-Christ. L’Écriture nous avertit: « Malheur à ceux… qui changent les ténèbres en lumière, et la lumière en ténèbres » (24). Aucun doute n’est possible: les écrits de Mère Térésa montrent clairement qu’elle s’est laissé piéger par « un autre Jésus ». Son « Décret Fondateur » et les documents préparatoires à la fondation de l’ordre contredisent la nature même de Christ. Cette « Voix », qu’elle prenait pour celle de Jésus, et qui lui demandait d’être sa lumière auprès des pauvres et ailleurs, cette « Voix » l’a ancrée dans un faux évangile, qu’elle pratiqua et prêcha avec une entière consécration. Ce faux évangile est enchâssé dans le « Décret Fondateur » qui est la charte des « Missionnaires de la Charité ».

Il est une parole du Seigneur Jésus-Christ qui donne à réfléchir: « Ceux qui me disent ‘Seigneur, Seigneur!’ n’entreront pas tous dans le Royaume des cieux, mais seulement celui qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux » (25). Combien elle est claire aussi, cette autre parole du Seigneur: « L’œuvre de Dieu, c’est que vous croyiez en celui qu’il a envoyé » (26). Dans la parabole du pharisien et du publicain, Jésus a aussi expliqué que pour nous approcher de Dieu, nous devons avoir l’attitude du publicain qui s’écria: « O Dieu, sois apaisé envers moi, qui suis un pécheur » (27). L’assurance authentique, tout comme la paix avec Dieu, est un pur don de Dieu, comme l’Écriture le proclame merveilleusement: « Or, à celui qui fait une œuvre, le salaire est imputé, non comme une grâce, mais comme une chose due; et à celui qui ne fait point d’œuvre, mais qui croit en celui qui justifie l’impie, sa foi lui est imputée à justice » (28).

Un édifice bâti sur le sable des souffrances et des œuvres bonnes

L’idée que nos œuvres bonnes nous rendent agréables à Dieu est le fondement même de la vie de Mère Térésa. Le site « AmericanCatholic.org » décrit sa visite à Cincinnati dans l’Ohio le 7 juin 1981, en soutien à la communauté franciscaine qui voulait célébrer le 800e anniversaire de la naissance de François d’Assise. On lui demanda pourquoi « saint François » avait eu un tel impact sur sa vie. Elle répondit que ce qui la touchait le plus dans la vie de François d’Assise, c’était son baiser au lépreux. La tradition rapporte qu’un jour François rencontra sur son chemin un lépreux à l’aspect si repoussant que personne ne pouvait le saluer. « Mais François rebroussa chemin et l’embrassa », dit-elle. « C’est ainsi qu’il devint saint François. Cet acte d’abandon créa saint François… Désormais il était prêt à tout donner ! » (29). Dans les Constitutions de sa congrégation religieuse, Mère Térésa parle de sauver des âmes « en s’abandonnant »: « L’amour véritable est un abandon. Plus nous aimons, plus nous nous abandonnons. Si nous aimons réellement les âmes, nous devons être prêtes à prendre leur place, à prendre sur nous leurs péchés pour affronter la colère de Dieu. C’est seulement ainsi que pour elles nous devenons un moyen, et que pour nous elles deviennent une fin. Nous devons être des holocaustes vivants: le monde a besoin que nous soyons cela pour lui » (30).

Ce que Mère Térésa a écrit et vécu n’est rien d’autre que l’enseignement officiel de l’Église catholique. Le Catéchisme de l’Église Catholique le formule ainsi: « Appartient également à ce trésor le prix vraiment immense, incommensurable et toujours nouveau qu’ont auprès de Dieu les prières et les bonnes œuvres de la Bienheureuse Vierge Marie et de tous les saints qui se sont sanctifiés par la grâce du Christ en marchant sur ses traces, et ont accompli une œuvre agréable au Père, de sorte qu’en travaillant à leur propre salut, ils ont coopéré également au salut de leurs frères dans l’unité du Corps mystique » (31). Nous sommes là aux antipodes des Écritures, qui déclarent que toute notre justice propre n’est qu’un vêtement souillé (32). La Parole de Dieu exclut pour nous toute possibilité d’œuvrer en vue de notre propre salut ou celui des autres. Elle nous montre que la foi est un pur cadeau de Dieu. Relisons encore une fois ce verset: « Or, à celui qui fait une œuvre, le salaire est imputé, non comme une grâce, mais comme une chose due; et à celui qui ne fait point d’œuvre, mais qui croit en celui qui justifie l’impie, sa foi lui est imputée à justice » (33).

L’expérience de toute une vie

L’ouvrage plusieurs fois cité ci-dessus, Mother Teresa: Come Be My Light Mère Térésa: Va, sois ma lumière est à la disposition du public. Il contient une grande partie de la correspondance de Mère Térésa, portant sur plus de soixante-six ans (34). Il montre qu’elle ignorait tout de l’Évangile biblique. Ses propres écrits attestent que pendant près de cinquante ans, elle n’a pas ressenti la moindre présence du Seigneur dans sa vie. Cette crise semble remonter à l’époque où elle a commencé à prendre soin « des pauvres et des mourants » à Calcutta. Mère Térésa n’a jamais connu d’apaisement, sauf pendant cinq brèves semaines en 1959. Onze ans après la fondation de son ordre, elle décrit son effroyable désespoir dans une lettre au Père Picachy: On dit qu’en enfer les gens éprouvent des tourments éternels parce qu’ils ont perdu Dieu, et qu’ils arriveraient à accepter toute cette douleur si seulement ils avaient le moindre espoir de pouvoir le posséder un jour. Mon âme ressent justement cette douleur effroyable de la perte, je souffre de ce que Dieu ne veut pas de moi, de ce que Dieu n’est pas Dieu, de ce que Dieu n’existe pas vraiment (Jésus, je t’en prie, pardonne mes blasphèmes: mais on me dit d’écrire tout ce que j’éprouve.) Ces ténèbres me cernent de partout – je ne peux pas élever mon âme jusqu’à Dieu – Aucune lumière, aucune inspiration n’entre dans mon âme. Je parle d’aimer les âmes, et d’aimer Dieu tendrement – les paroles sortent de mes paroles sic – de mes lèvres? et j’aspire du fond de mon être à les croire. Pourquoi suis-je à l’œuvre? S’il n’y a pas de Dieu, l’âme ne peut pas exister. Si l’âme n’existe pas, alors toi, Jésus, tu n’es pas véridique non plus. Le ciel? Quel vide! Pas une seule pensée céleste ne pénètre en moi, car il n’y a pas d’espérance. Je crains de décrire toutes ces horreurs qui défilent dans mon âme – elles doivent te blesser » (35).

Le cœur navré, nous constatons que Térésa ne savait pas que le Seigneur seul est source de vie éternelle. Seul Jésus-Christ, la Vérité faite chair, nous donne d’accéder au Père et à la vie éternelle. C’est pourquoi l’Écriture insiste si souvent sur le fait « qu’il n’y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés » (36). Le Seigneur Dieu a fait de lui son seul et unique Médiateur, et ordonne que toutes les bénédictions accordées aux âmes passent exclusivement par lui. « Car personne ne peut poser un autre fondement que celui qui a été posé, savoir Jésus-Christ » (37). Non seulement la Bible nous révèle l’identité de Jésus-Christ, mais encore elle refuse à tout autre que lui les rôles qui lui appartiennent. Considérer telle ou telle créature humaine comme un canal de la bénédiction divine, ou prétendre aider Christ à accomplir le salut revient à le renier. Combien il est navrant de constater que c’est justement là ce que Mère Térésa a enseigné et pratiqué. Ainsi, elle écrit à l’Archevêque Périer qu’elle agit au nom de Marie et pour sa gloire, et elle parle du désir qu’à Fatima Marie aurait exprimé de voir des conversions: « Je demande à votre Grâce l’Archevêque Périer de tout remettre au Cœur Immaculé de Marie. Dans d’autres pays, elle accomplit des prodiges; elle le fera aussi pour votre Archidiocèse. Elle veillera tout particulièrement sur vos Missionnaires de la Charité, car en servant les pauvres, notre but est de les conduire à Jésus par Marie, et notre arme principale est le chapelet dit en famille. À Fatima, quel n’était pas son désir de voir les pécheurs se convertir! Nous voulons accomplir la mission de Notre Dame dans les quartiers les plus misérables. Permettez-moi d’y aller, en son nom et pour sa gloire. Puisque Marie est notre Mère, pour la plus grande gloire de sa Mère notre Seigneur ne permettra pas qu’à ses yeux notre œuvre d’amour, notre sacrifice de nous-mêmes soit un échec » (38).

Le message essentiel de Fatima est de nature à damner les âmes, et il a encore cours dans le catholicisme romain: « Priez, priez beaucoup. Faites des sacrifices pour les pécheurs. De nombreuses âmes vont en enfer, parce que personne ne veut faire de sacrifices pour elles » (39). Mais seul le Seigneur Jésus-Christ est parfait, et lui seul pouvait offrir pour les pécheurs un sacrifice agréable à Dieu. Comme il l’a lui-même proclamé, son œuvre est « accomplie » (40). Lui, le Christ, est le seul et unique Agneau de Dieu: désormais « il n’y a plus d’offrande pour le péché » (41). La manière dont Mère Térésa élève et glorifie Marie, comme son attachement au message blasphématoire de Fatima, montre à quel point elle était captive de l’enseignement catholique romain. Il est navrant de voir combien elle désirait vivre et mourir pour « le Cœur Immaculé » de Marie. Elle écrivait: « Aujourd’hui, mon Dieu, combien cette solitude est une torture. Pendant combien de temps faudra-t-il encore que mon cœur souffre de la sorte? Ne permettez pas que je revienne sur le sacrifice que j’ai consenti librement et avec une entière conviction. Cœur Immaculé de ma Mère, ayez pitié de votre pauvre enfant. Pour l’amour de vous, je veux vivre et mourir en tant que M. de la C. Missionnaire de la Charité (42). Sa pensée était comme verrouillée dans cette dévotion, dans cette consécration au « Cœur Immaculé »: il n’est donc pas étonnant qu’elle parle des ténèbres effroyables et de la douleur intense qui l’accablaient alors même qu’elle demandait à Marie d’être sa Mère au sein des ténèbres. « Je vous en supplie, priez pour moi. Mon attente de Dieu est terriblement douloureuse, et pourtant les ténèbres s’épaississent. Quelle contradiction dans mon âme, quelle souffrance intérieure atroce. Ma notoriété, tout ce que les gens disent, tout cela me laisse complètement indifférente. Veuillez demander à Notre-Dame d’être ma Mère au sein de toutes ces ténèbres » (43).

La correspondance de Mère Térésa est un témoignage de première main sur les tourments causés par le faux évangile qu’on lui avait enseigné. Le plus grave, c’est que malgré ces tourments prolongés et le vide spirituel qu’elle éprouvait, elle semble n’avoir jamais remis en cause ses sources d’autorité. Tous les documents dont on dispose aujourd’hui en témoignent. À la différence de Martin Luther qui dans sa douleur s’était tourné vers les Écritures, Mère Térésa s’est tournée vers ses supérieurs et ses confesseurs. Comme Ignace de Loyola, qui avait fondé l’ordre des Jésuites quatre siècles plus tôt, elle s’est tournée vers les mystiques catholiques. Rien dans sa correspondance n’indique qu’elle ait jamais saisi quoi que ce soit de la vérité biblique. Apparemment, pour douloureuse que fût cette fausse piété, elle ne s’est pas sentie poussée à rechercher la vérité. Ses lettres n’évoquent jamais la question de la vérité: elles ne révèlent que la terrible souffrance de son désespoir et de sa solitude. Quelle tragédie: rien ne donne à penser que Mère Térésa ait jamais reçu l’amour de la vérité (44). Tout vrai chrétien a reçu « l’Esprit de Vérité » (45), et par cet Esprit, il est indissolublement uni à Jésus-Christ. Celui ou celle qui a Christ comme Sauveur est habité par le Saint-Esprit. Mais si quelqu’un se réclame de Jésus-Christ sans jamais manifester qu’en lui le Saint-Esprit est présent, il ne peut démontrer le bien-fondé de sa déclaration. Aucun test n’est plus simple à appliquer, ni plus déterminant que celui-là. Comme le dit l’Écriture, « Si quelqu’un n’a pas l’Esprit de Christ, il ne lui appartient pas » (46). La consolation du Saint-Esprit est si essentielle dans la vie chrétienne, que l’Apôtre Paul la qualifie de « consolation éternelle »: « Que notre Seigneur Jésus-Christ lui-même, et Dieu notre Père, qui nous a aimés, et qui nous a donné par sa grâce une consolation éternelle et une bonne espérance, consolent vos cœurs… » (47). Pour ceux qui sont véritablement sauvés, cette « consolation éternelle » découle de l’amour éternel, de la rédemption éternelle et de la vie éternelle que confère l’Évangile de la grâce.

Un faux œcuménisme

Mère Térésa ne croyait pas seulement qu’on sauvait les âmes au moyen des vœux religieux et en apaisant la soif de Jésus; elle était fermement convaincue de la validité de toutes les religions. À ses yeux, tout être humain était un enfant de Dieu et pouvait parvenir à Dieu quelle que soit sa religion. Dans son discours aux Nations Unies en 1985, elle déclara: « Ni la couleur, ni la religion, ni la nationalité ne devrait nous séparer les uns des autres: nous sommes tous enfants de Dieu » (48). « Les mourants, les infirmes, les malades mentaux, les rejetés, les mal-aimés sont tous Jésus incognito… Grâce aux pauvres, j’ai la possibilité d’être avec Jésus vingt-quatre heures sur vingt-quatre » (49). Elle ajouta: Chaque victime du SIDA est Jésus, sous des apparences pitoyables. Jésus est dans tout un chacun… » (50) Naveen Chawla, son amie de longue date et sa biographe, lui demanda un jour: « Est-ce que vous convertissez les personnes ? » Elle répondit: « Bien entendu. Je fais de vous un meilleur hindou, un meilleur musulman, ou un meilleur protestant. Une fois que vous avez trouvé Dieu, c’est à vous de décider comment vous allez lui rendre un culte » (51). Térésa ne tenait pas compte du fait que le Seigneur lui-même prescrit de quelle manière nous devons lui rendre un culte. Il a décrété que « Dieu est Esprit, et il faut que ceux qui l’adorent, l’adorent en esprit et en vérité » (52). En acceptant toutes les religions, Térésa s’est abstenue de mettre sa foi dans le Seigneur de gloire et en lui seul.

En 1986, Bob Bush, ex-prêtre et ancien Jésuite, lui rendit visite dans son quartier général à Calcutta pour lui présenter l’Évangile. Il lui déclara: « Vous-même, et les autres personnes dans les maisons où vous accueillez les mourants, devez comprendre que nous ne sommes réconciliés avec Dieu qu’en nous confiant dans le sacrifice offert par Jésus-Christ pour les pécheurs. Vous devez naître de nouveau par le Saint-Esprit, et mettre votre confiance dans le Seigneur et en lui seul » (53). Elle refusa d’accepter ce message et persista à croire que toutes les religions conduisent à Dieu.

Bientôt « sainte Térésa de Calcutta » ?

Térésa évoquait la possibilité, pour elle-même, de devenir un jour une « sainte » au sens catholique du terme. Elle écrit: « Si jamais je deviens une sainte, je serai sûrement une sainte des ténèbres. Je serai sans cesse absente du ciel pour éclairer les lampes de ceux qui sont dans les ténèbres sur la terre » (54). Cette idée exagérée de sa mission après sa mort n’est rien de moins qu’un blasphème contre Jésus-Christ, à qui ce rôle est exclusivement dévolu. C’est à lui seul que Dieu confie la mission d’être la lumière de « ceux qui sont assis dans les ténèbres et dans l’ombre de la mort » (55). Le Seigneur a expressément déclaré être lui-même « la lumière du monde » capable de bannir les ténèbres spirituelles. Il est venu en tant que Dieu de lumière, éclairant la nature réelle de l’humanité, pour que tous ceux qui croient en lui soient délivrés des ténèbres et de la ruine résultant du péché. Cette déclaration de Mère Térésa n’est pas seulement un sacrilège caractérisé: il montre qu’elle ne comprenait pas que le Seigneur Jésus-Christ est la seule et unique source de lumière dans les ténèbres du monde.

Les démarches entamées par le Pape Jean-Paul II pour faire canoniser Térésa avancent à grands pas. Le simple fait de savoir qu’une procédure de canonisation est en cours pour Mère Térésa la rend d’autant plus attrayante pour les catholiques et les autres habitants de la planète. Théoriquement, selon la doctrine catholique, on ne devrait l’invoquer que lorsqu’elle aura été officiellement déclarée « sainte »; néanmoins, certains catholiques lui adressent déjà des invocations, comme en témoigne un article du magazine « Time » (5 octobre 2007). V.M. Thomas, un prêtre catholique, devait subir une intervention chirurgicale le 6 septembre 2007 (56). En célébrant la messe, il a demandé à l’assistance d’invoquer Mère Térésa en sa faveur. Lorsqu’il revint à l’hôpital pour l’intervention, une radiographie montra que son calcul rénal avait disparu. On a soumis au Vatican un dossier concernant ce miracle supposé, pour hâter la canonisation (déjà rapide) de Mère Térésa (57).

Non seulement le Vatican détermine et publie les noms de ceux qui doivent être considérés comme « saints », mais encore il encourage l’humanité à entrer en contact avec ces défunts. Le Catéchisme catholique officiel enseigne ce qui suit: « La communion avec les défunts… Notre prière pour eux peut non seulement les aider mais aussi rendre efficace leur intercession en notre faveur. Nous pouvons et devons les prier d’intercéder pour nous et pour le monde entier » (58). La communion supposée avec les morts, et la déification de ces derniers joue un rôle important dans presque tous les systèmes religieux païens. S’adresser aux morts en faveur des vivants est une pratique occulte qui séduit bien des gens. Mais cette communication avec les esprits des défunts est un péché, car l’Écriture l’interdit formellement: « Qu’on ne trouve chez toi personne… qui exerce le métier de devin… ou d’enchanteur, personne qui consulte ceux qui évoquent les esprits ou disent la bonne aventure, personne qui interroge les morts » (59).

Qu’advient-il de ceux qui marchent dans les pas de Mère Térésa?

L’humanité préfère les ténèbres à la lumière, comme le Seigneur lui-même l’a dit. « Et ce jugement, c’est que, la lumière étant venue dans ce monde, les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière…  » (60). Les ténèbres représentent l’ignorance, l’iniquité, l’erreur, la superstition, tout ce qui s’oppose à la vérité et à la piété biblique. Ces ténèbres, ces superstitions, cet abattement et ce vide qu’engendre le message de Mère Térésa alors que le Vatican l’exalte, tout cela est extrêmement grave. C’est tellement grave que si elle est morte en se confiant dans le dogme catholique qu’elle avait toujours enseigné, son lot après la mort est celui de tous ceux qui croient et enseignent un faux évangile.

Quel malheur d’avoir des sentiments religieux tout en restant privé de la relation salvatrice avec le Seigneur. Le chrétien véritable n’adhère qu’à l’autorité du Dieu Très Saint et de sa Parole écrite. Cette Parole déclare que devant Dieu les hommes sont sauvés par la grâce seule et par la foi seule. Mais ceux qui marchent dans la même foi que Mère Térésa nient ces vérités bibliques fondamentales. Ils rappellent les Pharisiens pieux du temps de Jésus, qui se conformaient à leurs traditions religieuses, mais refusaient d’accepter Jésus, le Messie, le Christ de Dieu. Il y a un message douloureux mais capital à transmettre à ces personnes, celui-là même que Jésus adressait aux Pharisiens: « C’est pourquoi je vous ai dit que vous mourrez dans vos péchés; car si vous ne croyez pas ce que je suis, vous mourrez dans vos péchés » (61). Nier que Jésus soit celui qu’il dit être, c’est s’opposer à son message. Ce message est simple mais incontournable. Le Seigneur lui-même dit: « Je suis la vérité, le chemin, et la vie; personne ne vient au Père que par moi » (62). Connaître Jésus-Christ, c’est connaître Dieu.

Beaucoup sont décidés à persévérer dans une « foi » semblable à celle de Mère Térésa; ils croient un mensonge, au détriment de la foi salvatrice authentique dans le Seigneur de Gloire. Combien elle est terrible, la fin de ceux qui ne croient point en lui: « Vous mourrez dans vos péchés ». Celui qui persévère dans son rejet du Christ de Dieu mourra dans ses péchés. Il ne recevra pas le pardon et sera privé d’espérance devant le Seigneur Dieu. Pourtant, peu nombreux sont ceux qu’impressionne cette parole: « Vous mourrez dans vos péchés ». Ils font preuve d’un tragique manque de discernement, ceux pour qui c’est cruellement manquer d’amour que de parler du sort éternel des catholiques et de ceux qui ressemblent à Mère Térésa. Pourtant l’exemple de Jésus-Christ devrait nous servir de leçon. Le Seigneur n’hésitait pas à insister sur cette redoutable vérité: nous ne devrions pas hésiter à le faire non plus. Il faut proclamer cette vérité aujourd’hui. Les hommes et les femmes ne se tourneront pas vers Christ à moins de reconnaître le péril imminent de la colère à venir.

Si quelqu’un entre dans l’éternité en étant « mort dans ses péchés », alors il sera nécessairement jeté dans l’étang de feu: « C’est la seconde mort » (63). L’Apôtre Paul évoquait clairement ce péril qui menace les hommes: « Lorsque le Seigneur Jésus apparaîtra du ciel avec les anges de sa puissance, au milieu d’une flamme de feu, pour punir ceux qui ne connaissent pas Dieu et ceux qui n’obéissent pas à l’Évangile de notre Seigneur Jésus » (64). Cette parole ne fait-elle pas voler en éclats le misérable espoir de ceux qui voudraient croire que tous les êtres humains sont des enfants de Dieu, et que Dieu se trouve dans n’importe quelle religion? Combien il est terrible de croire que par nos bonnes œuvres, nous pouvons gagner le salut. Nous supplions le Seigneur Dieu de délivrer de cette ignorance un grand nombre de cœurs et d’esprits, pour que le Saint-Esprit leur donne la vie, les convainque de péché, et leur communique la vraie foi.

Tout comme l’Ancien, le Nouveau Testament nous dit que nous sommes spirituellement morts aux yeux de Dieu. Le péché d’Adam a apporté la mort (65). Le prophète Ézéchiel déclare: « L’âme qui pèche, c’est celle qui mourra » (66). L’Apôtre Paul nous rappelle que « le salaire du péché, c’est la mort » (67). Et l’Apôtre Pierre proclame le glorieux message de l’Évangile: « Vous savez que ce n’est pas par des choses périssables, par de l’argent ou de l’or, que vous avez été rachetés de la vaine manière de vivre que vous aviez héritée de vos pères, mais par le sang précieux de Christ, comme d’un agneau sans défaut et sans tache » (68).

À grand prix, le Christ Jésus a acquis la vie éternelle pour tous ceux qui mettent leur foi en lui. Lui seul détient l’autorité et la puissance de donner la vie. Pour nous en assurer, il nous dit: « Et moi, je vous dis: Demandez, et l’on vous donnera; cherchez, et vous trouverez; frappez, et l’on vous ouvrira. Car quiconque demande reçoit, celui qui cherche trouve, et l’on ouvre à celui qui frappe… Si donc, méchants comme vous l’êtes, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, à combien plus forte raison votre Père céleste donnera-t-il le Saint-Esprit à ceux qui le lui demandent » (69).

Notes:
1. Mother Teresa: Come Be My Light, the Private Writings of the « Saint of Calcutta »: écrits réunis et commentés par Brian Kolodiejchuck, MC (Editions Doubleday, USA, 2007) p. 20. Voir aussi les chapitres 8 à 13. Ci-dessous, cet ouvrage sera appelé simplement: Mother Teresa.
2. Ibid., p. 15.
3. Lettre addressée au Blagovijest (Magazine catholique de Skopje, ville natale de Mère Térésa.
4. Lettre au P. Franjo Jambrekovic, SJ, le 8 février 1937. Mother Teresa, p. 20.
5. 2 Corinthiens 11:4.
6. Lettre à l’Archevêque Périer, 1er septembre 1959, Mother Teresa, p. 28.
7. Lettre au Père Picachy, le 4 avril 1960, Mother Teresa, p. 29.
8. Malcolm Muggeridge, Something Beautiful for God, (New York, Harper & Row, 1971), cité dans Mother Teresa, p. 14.
9. Lettre aux Soeurs Missionnaires de la Charité, 24 avril 1996, Mother Teresa, p. 40.
10. Lettre à ses collaborateurs, Noël 1996, ibid.
11. Mother Teresa, p. 48. Les éléments soulignés correspondent aux propos tenus par « la Voix » dans le texte original.
12. Lettre à l’Archevêque Périer, 3 décembre 1947, Mother Teresa, p. 98.
13. Ibid., p.99.
14. Esaïe 8:20.
15. 2 Timothée 3:16.
16. Commentaire de Brian Kolodiejchuck, « postulateur pour la canonisation de la Bienheureuse Téresa de Calcutta »: « La décision de l’Archevêque Périer ne se fondait pas sur les phénomènes extraordinaires que Mère Térésa avait connus, mais sur la profondeur de sa vie de prière, son obéissance et son zèle; il estimait aussi que son projet et sa règle apportaient une réponse concrète à un besoin essentiel de l’Église. » Mother Teresa, pp. 102-103.
17. Lettre au P. Joseph Neuner, 16 octobre 1961. Mother Teresa, p. 222.
18. Lettre au P. Joseph Neuner, 12 mai 1962. Mother Teresa, p. 232.
19. 2 Corinthiens 4:6.
20. Catéchisme de l’Eglise Catholique, Éd. Centurion/Cerf/Fleurus/Mame/Librairie Éditrice Vaticane, Paris, 1998, § 1477.
21. Mother Teresa, pp. 138-139.
22. Jérémie 17:9.
23. Éphésiens 2:8,9.
24. Esaïe 5:20.
25. Matthieu 7:21.
26. Jean 6:29.
27. Luc 18:13.
28. Romains 4:4,5.
29. http://www.americancatholic.org/Features/Teresa/Teresa_Assisi.asp 15/10/2007
30. Mother Teresa. Citation tirée des Constitutions originales des Missionnaires de la Charité, rédigées par Mère Térésa, date non précisée, pp. 231,232.
31. Catéchisme de l’Eglise Catholique, §1477. Caractères gras ajoutés.
32. Esaïe 64:5: « Toute notre justice est comme un vêtement souillé ».
33. Romains 4:4,5.
34. Pour procéder à une canonisation, on réunit tous les éléments connus sur la personne concernée pour les faire examiner par les autorités compétentes. Les lettres et les documents que contient le livre Mother Teresa font partie de ces éléments.
35. Lettre au Père Picachy, Septembre 1959, Mother Teresa, pp. 192,193.
36. Actes 4:12.
37. 1 Corinthiens 3:11.
38. Lettre à l’Archevêque Périer, 7 novembre 1947, Mother Teresa, p.94.
39. http://circleofprayer.com/fatima-messages.html 3/11/07
40. Jean 19:30.
41. Hébreux 10:18.
42. Journal, 28 février 1949, Mother Teresa, p. 134.
43. Lettre à l’Archevêque Périer, 29 janvier 1958, Mother Teresa, p. 174.
44. Jean 14:6: 8:31; 2 Thessaloniciens 2:7-10.
45. Jean 14:17.
46. Romains 8:9.
47. 2 Thessaloniciens 2:16.
48. Christian News, 11 novembre 1985, p. 17.
49. Time Magazine, 4 décembre 1989, pp. 11, 13.
50. Time Magazine, 13 janvier 1986.
51. « Mother Teresa Touched Other Faiths », Associated Press, 7 septembre 1997.
52. Jean 7:24.
53. Enregistrement d’une conversation téléphonique avec Bob Bush, 29 septembre 2007.
54. Lettre au P. Joseph Neuner, 6 mars 1962, Mother Teresa, p. 1.
55. Luc 1:79.
56. Dixième anniversaire de la mort de Mère Térésa.
57. « Mother Teresa and the Kidney Stone », www.time.com/time/world/article/0,8599,1668857,00.html?xid 18/10/2007.
58. Catéchisme, §§ 958 et 2683.
59. Deutéronome 18:10.
60. Jean 3:19.
61. Jean 8:24.
62. Jean 14:6.
63. Apocalypse 20:14.
64. 2 Thessaloniciens 1:7, 8.
65. Genèse 2:17.
66. Ézéchiel 18:20.
67. Romains 6:23.
68. 1 Pierre 1:18, 19.
69. Matthieu 7:7-11.

Richard Bennett, Association “Berean Beacon”

 

 

 

logo point final vox dei infos voxdei

CatholicismeLe Pape réhabilite la doctrine du sacrifice de la Messe

NDLR: Qui a cru que l’église Romaine se réformait? Elle retourne aux doctrines chréries par le diable, comme la présence réelle et autres, qui ont coûté la vie à tant et tant de nos devanciers protestants. C’est la doctrine préférée du diable car on a massacré de dizaines de milliers « d’hérétiques » qui croyaient que le Christ n’était pas présent réellement (anthropophagie), mais qu’il s’agissait seulement d’un symbole commémoratif. Et voilà que le Pape revient à la ligne dure du fanatisme d’antan…
«Le Pape réhabilite la doctrine du sacrifice de la Messe : Un lourd pavé dans la Mare conciliaire» par l’Abbé Christophe Héry, FSSPX – repris du site Mascaret

Parue ce Jeudi saint, l’encyclique L’Eucharistie vit de l’Eglise tranche avec le style, la ligne et les références magistérielles des treize précédentes. «J’espère, écrit Jean-Paul II, que la présente encyclique pourra contribuer efficacement à dissiper les ombres sur le plan doctrinal et les manières de faire inacceptables, afin que l’Eucharistie continue à resplendir [n° 10].»
Testament spirituel du pape en la vingt-cinquième année de son pontificat, elle intervient surtout comme une mise au point précise et didactique – un redressement doctrinal du sacrifice de la messe – face à l’état de crise. Visant les «ambiguïtés», les «réductions» et les «obscurités» qui affectent les nouvelles célébrations, le pape jette un lourd pavé dans la mare liturgique postconciliaire.
Jean-Paul II déclare l’état de crise: Il y a en effet des lieux où l’on note un abandon presque complet du culte de l’adoration eucharistique. À cela s’ajoutent, dans tel ou tel contexte ecclésial, des abus qui contribuent à obscurcir la foi droite et la doctrine catholique concernant cet admirable Sacrement. Parfois se fait jour une compréhension très réductrice du Mystère eucharistique. Privé de sa valeur sacrificielle, il est vécu comme s’il n’allait pas au-delà d’une rencontre conviviale et fraternelle. De plus, la nécessité du sacerdoce ministériel, qui s’appuie sur la succession apostolique, est parfois obscurcie, et le caractère sacramentel de l’Eucharistie est réduit à la seule efficacité de l’annonce. D’où, ici et là, des initiatives œcuméniques qui, bien que suscitées par une intention généreuse, se laissent aller à des pratiques eucharistiques contraires à la discipline dans laquelle l’Église exprime sa foi. Comment ne pas manifester une profonde souffrance face à tout cela? L’Eucharistie est un don trop grand pour pouvoir supporter des ambiguïtés et des réductions [L'Église vit de l'Eucharistie, n °10].
Depuis la promulgation de la constitution sur la liturgie en 1963, et celle de la messe de Paul VI en 1969, l’ensemble des documents romains se félicitaient unilatéralement des réformes et visaient à repenser la Tradition – renommée «vivante» – à la lumière de Vatican II. Jean-Paul II reconsidère ici les théories liturgiques de Vatican II à la lumière de la Tradition – en référence aux papes Pie XII et Léon XIII, au concile de Trente et même à saint Thomas d’Aquin.
Il faut s’attendre, de la part des diverses communautés ecclésiales, à un silence poli mais aussi à quelques remous – voir La Croix du 18 avril : «Théologie du XIIIe siècle» ironise le liturgiste De Clerck; «On peut parler ici de crispation», ajoute le bon père, refusant l’enseignement du pape dès lors qu’il s’inscrit dans la Tradition. Qui est grossier? Qui est schismatique? Qui insulte le pape?…

1-«L’Eglise vit de l’Eucharistie»
Certains verront dans ce titre l’évocation de Lubac : «L’Eucharistie bâtit l’Église». Sur ce point développé au ch. II «L’Eucharistie édifie l’Église», Jean-Paul II renverse diamétralement la perspective conciliaire. On songe à saint Thomas pour qui le fruit du sacrement de l’Eucharistie est rien moins que «l’unité de l’Église» [Sum IIIa 67, 2; 73, 2…]. Conformément à la Tradition, c’est l’Eucharistie qui fait l’Eglise, et non l’Eglise – ou l’assemblée – qui fait l’Eucharistie, comme le martelait à l’envie voici quarante ans la constitution Sacrosanctum concilium (S. C.).
Par son leit motiv de la «participation active» des fidèles, le concile faisait de l’assemblée le célébrant principal (S. C. n° 6). L’Eucharistie était, sans distinction des rôles, «œuvre du Christ et de l’Église», puis simplement «une action de l’Église» (S. C. n° 7). Bien sûr restait «le Christ […] toujours là présent auprès de son Église, surtout dans les actions liturgiques» (S. C. n° 7), de la même façon qu’il l’assiste en tout, jusqu’à la fin des temps; mais ce n’était plus lui qui offrait son sacrifice pour l’Église, en la personne du prêtre distingué de l’assemblée : c’était l’Église assemblée qui célébrait le mémorial, sous la présidence du prêtre.
Jean-Paul II rétablit la messe sur Jésus-Christ, prêtre et victime offrant le sacrifice de la Croix : le «grand prêtre de l’Alliance éternelle […] est l’auteur et le sujet principal de son propre sacrifice [n° 29].» Le pape abonde sur le ministère des prêtres, qui seuls ont pouvoir d’agir en la personne du Christ : «L’Eucharistie qu’ils célèbrent […] dépasse radicalement le pouvoir de l’assemblée et […] demeure en toute hypothèse irremplaçable pour relier validement la consécration eucharistique au sacrifice de la Croix [n° 29].»
Le concile n’avait pas su trouver l’issue de la problématique protestante, selon laquelle la liturgie, action de l’Église assemblée, serait efficace en vertu de la promesse du Christ et de la participation en mémoire de lui, mais ne serait plus l’œuvre propre du Christ – dont les faits et gestes appartiendraient seulement au passé – opérant par les mains du prêtre.
Le pape rectifie : instituée par le Christ au soir du Jeudi saint, l’Eucharistie «ne reste pas enfermée dans le passé, puisque tout ce que le Christ est et tout ce qu’il a fait et souffert pour tous les hommes, participe de l’éternité divine et surplombe ainsi tous les temps…» [n° 11]. «Dans ce don, Jésus-Christ confiait à l’Église l’actualisation permanente du mystère pascal» [n° 6]. La messe n’est pas le mémorial de la Cène mais de la Croix, que la Cène anticipait, et de tout le Triduum pascal [n° 3; 12]. «L’Église vit continuellement de ce sacrifice rédempteur […] non seulement par un souvenir plein de foi, mais par un contact actuel, car ce sacrifice se rend présent, se perpétuant sacramentellement [n° 12]…»

2- «L’Eucharistie est un sacrifice au sens propre [n° 13]»
La pastorale liturgique liée à la nouvelle messe repose sur la définition donnée en 1969 dans l’Institutio Generalis de Missale Romanum, art. 7 : «La cène dominicale est la synaxe sacrée ou le rassemblement du peuple de Dieu, se réunissant sous la présidence du prêtre pour célébrer le mémorial du Seigneur.» On retrouve la même ambiguïté dans le concile, pour lequel la messe devenait la célébration du peuple de Dieu, définie comme simple «mémorial de la mort et de la résurrection du Christ [S. C. n° 47], ou encore «banquet pascal dans lequel le Christ est mangé [ibid.].»…
Le pape redresse Vatican II, citant en note le concile de Trente ! «Jésus ne se contenta pas de dire Ceci est mon corps, ceci est mon sang, mais il ajouta livré pour vous et répandu pour la multitude. Il n’affirma pas seulement que ce qu’il donnait à manger et à boire était son corps et son sang, mais il en exprima aussi la valeur sacrificielle [n° 12].» L’Eucharistie «élève […] jusqu’à un niveau bien supérieur à celui d’une simple expérience de convivialité humaine [n° 23].» «La messe rend présent le sacrifice de la Croix, elle ne s’y ajoute pas et ne le multiplie pas [n° 13].»
Sur ce point essentiel du sacrifice eucharistique, discriminant pour la foi catholique, Vatican II entretenait l’équivoque, pieuse mais passablement floue, d’un sacrifice intérieur, offert sur l’autel de la «participation active» des consciences. La messe était le «sacrifice spirituel» référé à «l’offrande éternelle de nous-mêmes [S. C. n° 12]», que symbolise celle du Christ… Jean-Paul II dissipe l’équivoque : «L’Eucharistie est un sacrifice au sens propre et non seulement au sens générique, comme s’il s’agissait d’une simple offrande que le Christ fait de lui-même en nourriture spirituelle pour les fidèles [n° 13]», ou comme si l’offrande de l’assemblée autour de la table du partage obtenait seulement l’application des mérites de la Croix – vrai de toute prière faite au nom du Christ, mais insuffisant à définir la messe.
L’Eucharistie, précise encore Jean-paul II, «c’est le sacrifice de la croix qui se perpétue au long des siècles [n° 11].» «Telle est la foi dont les générations chrétiennes ont vécu au long des siècles [n° 11].» «Cette foi demeure inchangée et il est essentiel pour l’église qu’elle le demeure [n° 27].»

3- La foi en la présence réelle vaut mieux que l’œcuménisme
Le concile, au n° 7 de Sacrosanctum Concilium, déclinait par degrés la «présence réelle» du Christ dans la liturgie, dont le dernier se réalisait dans l’assemblée. Le pape dissipe ce brouillard de confusion. Il rappelle «la doctrine toujours valable du concile de Trente [n° 15]», avec sa «terminologie exacte [n° 27]» héritée de saint Thomas : celle de la transsubstantiation. L’Eucharistie, vrai Corps et vrai Sang du christ sous l’apparence du pain et du vin, réalise la présence substantielle du Christ. Elle n’est donc pas «un aliment au sens métaphorique [n° 16]» ou symbolique, mais au sens propre, quoique analogique.
Le pape insiste sur la grâce propre d’union à Dieu, de communion à la vie trinitaire, qui est donnée dans l’Eucharistie. Il relève en outre la condition requise, pour ne pas faire mentir le signe sacré : se tenir «en état de grâce» et s’être pour cela confessé. Il souligne également la nécessité d’être en communion visible avec l’Église pour recevoir ce sacrement : communion dans la foi, dans l’apostolicité du sacerdoce et la reconnaissance de l’autorité du pape.
Quant aux célébrations œcuméniques ou interconfessionnelles, Jean-Paul II y met un frein : ordre de «ne pas entretenir une ambiguïté sur la nature de l’Eucharistie. Cela finirait par retarder la marche vers la pleine unité visible [n° 30]» ! Interdiction par conséquent de concélébrer avec des non catholiques et de «participer à la communion distribuée dans leurs célébrations [n° 30].»

4- «Sacrifice spirituel» et «sacerdoce commun» des fidèles : mise au point
Certes, l’Église est associée spirituellement au sacrifice de Notre Seigneur, sacramentellement offert à la messe. Ici, le pape «réinterprète» complètement Vatican II à la lumière de la Tradition : «Le Christ a voulu également faire sien le sacrifice spirituel de l’Église, appelée à s’offrir aussi elle-même en même temps que le sacrifice du Christ [n° 13].» Et le pape de replacer Vatican II dans le cadre de la doctrine traditionnelle du sacrifice spirituel, laquelle ne définit nullement la messe mais décrit seulement son effet. En ce sens restreint, tous les fidèles participants «offrent à Dieu la victime divine et s’offrent eux-mêmes avec elle [Lumen Gentium, n° 11].» Mais ce ne sont plus eux qui célèbrent la messe.
La théorie de l’assemblée célébrante, source et signe de l’Église, avait mené la pastorale conciliaire par les larges chemins du «sacerdoce commun des fidèles», mal distingué du sacerdoce ministériel des prêtres. Lumen Gentium, n° 10 : «Les fidèles, incorporés à l’Église par le baptême, sont rendus aptes, grâce à leur caractère, à célébrer le culte de la religion chrétienne.» Les évêques français en appellent aujourd’hui aux «vocations laïques»!
Insistant en revanche sur l’urgence de «la pastorale en faveur des vocations sacerdotales», Jean-Paul II corrige Lumen Gentium : «C’est le prêtre ordonné qui célèbre le sacrifice eucharistique en la personne du Christ et l’offre à Dieu au nom de tout le peuple [n° 28].» Il faut «que ce soit le prêtre seul qui récite la prière eucharistique, pendant que le peuple s’y associe dans la foi et le silence [ibid.].»
Et le pape de comparer la messe aux ADAP, «célébrations sacramentellement inachevées» qui ne peuvent prétendre se substituer au sacrifice offert par le prêtre [n° 29; 32]. L’animation, l’échange, le dialogue… ne définissent pas le sacerdoce. Le prêtre est ordonné premièrement pour la messe : «l’Eucharistie est la raison d’être principale et centrale du sacrement du sacerdoce [n° 31].»

5- L’Église, signe et sacrement de l’unité du genre humain
On trouvera bien d’autres choses dans ce catéchisme sur la messe, où Jean-Paul II plaide magnifiquement en faveur de la beauté de l’art sacré [ch. V «La dignité de la célébration»]. Contre le minimalisme, le spectacle ou le paupérisme triomphant qui marquent les célébrations conciliaires, il évoque le geste de Marie-Madeleine à Béthanie, répandant un parfum de grand prix aux pieds du Christ en prélude à sa mort – au grand scandale de Judas.
Au dernier chapitre, avec des accents bérulliens, le pape livre une méditation personnelle, rapprochant spirituellement la parole efficace du prêtre qui consacre le Corps et le Sang du Christ, au fiat de la Vierge Marie – admirable analogie chère à Bérulle, dont les limites demandent à être précisées.
Le pape, toutefois, se distancie beaucoup moins de la théologie conciliaire concernant l’Église et la rédemption du genre humain. De ce point de vue, l’encyclique appelle d’autres mises au point. Elle présente justement l’Eucharistie comme sacrement, signe efficace qui actualise le sacrifice du Christ et unifie l’Eglise dans la charité entre les fidèles; mais par ailleurs c’est l’Église elle-même qui est dite «sacrement de l’unité [n° 41]» «pour l’humanité [n° 22]», ou encore «signe et instrument de l’union intime avec Dieu et de l’unité de tout le genre humain [n° 24].» Sont juxtaposées ici deux formes d’unité radicalement différentes : l’une personnelle, verticale et surnaturelle, produite par l’Eucharistie; l’autre globale, horizontale et naturelle, dont l’Église serait le «sacrement».
Par suite, dit le pape «l’Eucharistie est toujours célébrée, en un sens [teilhardien] sur l’autel du monde [n° 8]» L’équivoque demeure et peut donner à croire en un sacrifice cosmique dont l’Église assemblée serait le «signe sacré» et qui ferait d’elle un moyen (automatique?) de salut et d’union humaine. Comme par une efficacité naturelle, «l’Eucharistie crée proprement la communauté entre les hommes [n° 24].»
Or, beaucoup plus qu’un moyen ou qu’un «instrument», l’Église est traditionnellement l’épouse unique, l’Arche du salut, ou le Royaume déjà commencé parmi nous. Le salut conciliaire déborde au contraire l’Eglise et s’opère de façon globale; la rédemption du monde advient comme une marche inexorable de l’histoire. À aucun moment n’apparaît l’enjeu d’une responsabilité personnelle devant le sacrifice du Christ – ce qui semble pour le moins troublant.

Conclusion - Le pape et le mystère Pascal
On se souvient du livre préfacé par Mgr Fellay, Le Problème de la réforme liturgique, publié et remis au pape en mars 2001 par la Fraternité St Pie X, qui relançait le débat doctrinal sur la question liturgique après une négociation échouée avec le Saint-Siège. Ce livre cantonait la position doctrinale des prêtres restés fidèles à Mgr Lefebvre en 1988 à la remise en cause de la théologie du «Mystère pascal» issue du concile Vatican II. Les arguments de la critique lefebvriste contre la liturgie conciliaire portent en réalité beaucoup plus loin, comme l’ont démontré le congrès SI SI NO NO consacré à ce thème, à Paris, en mai 2002, et le symposium sur «La religion de Vatican II» à Paris, les 5 et 6 octobre 2002. La présente encyclique apporte opportunément la réponse du pape à l’ensemble de ces critiques. Tout en insistant sur la définition sacrificielle de la messe, elle rappelle l’implication traditionnelle du Mystère de Pâques dans la liturgie eucharistique, comme le souligne le rite de Saint Pie V (prière Suscipe Sancta Trinitas, Unde et memores…) : la messe actualise à l’autel l’ensemble du Mystère pascal et rend présente l’œuvre complète du sacrifice : Passion, Résurrection et Ascension.
Face au désert liturgique postconciliaire, cette lettre surprend par le souffle, la fermeté et la clarté de son propos traditionnel sur deux points majeurs : le sacrifice de la messe et le sacerdoce des prêtres – enfin distingué nettement de celui des laïcs. Certes, les brumes conciliaires recouvrent encore les parties consacrées à l’Église «sacrement», au sacrifice «offert sur l’autel du monde» ou au salut intégral de l’Histoire et du genre humain.
Cependant, cette encyclique L’Église vit de l’Eucharistie prend objectivement en compte une part importante des critiques appelées à tort «traditionalistes» : elles étaient tout simplement catholiques, comme cette encyclique le manifeste enfin. Le pape promet «un document plus spécifique [n° 52]» et «juridique» sur l’ordo missæ.
Il ne parle pas encore de la messe de saint Pie V, alors qu’il cite plusieurs fois des rites plus anciens. Cependant, le 24 mai prochain, le cardinal Castrillon célèbrera solennellement ce rite à la basilique Ste-Marie-Majeure… L’embellie ne peut venir que de l’autorité suprême. Devant tant de signes, il reste à prier pour que les «normes liturgiques» qu’annonce le Saint Père, par le souffle de l’Esprit Saint, libèrent enfin sans conditions le rite traditionnel de la messe, exempt quant à lui de toute ambiguïté.
(BTAG)

 

 

 

logo point final vox dei infos voxdei

Oecuménisme:  »Une secte reste une secte », l’écrivain Dave Hunt s’exprime sur l’Eglise Catholique et le mélange doctrinal évangélique actuel -
Nous reproduisons la traduction d’un article de Dave Hunt, auteur du livre très important, La séduction de la chrétienté. Le discernement spirituel dans les derniers jours (Parole de Vie, B. P. 3, F- 30920 Codognan, 1989). Nous remercions le pasteur Robert Sommerville qui nous a fourni ce texte. Nous ne partageons évidemment pas la perspective prophétique dispensationnaliste de cet auteur et laisserons au lecteur le soin de nuancer ce qu’il y a de parfois un peu abrupt dans sa théologie. Mais c’est le cri d’alarme si nécessaire et si juste que pousse ici M. Hunt face à la remarquable opération de séduction que mène la fausse Église de Rome à l’égard des milieux évangéliques qui nous incite à communiquer ce texte capital aux lecteurs de Résister et Construire. Car depuis quelque temps, des signes alarmants d’une perte du sens de leur identité spirituelle se manifestent dans des milieux qui jadis se disaient les défenseurs de la Foi évangélique. Cette dégradation nous conduit à croire que ces milieux ne savent plus d’où ils viennent et ce en quoi ils croient. Nous signalons à nos lecteurs que la diffusion de ce texte a valu à M. Hunt un si grand nombre de menaces de mort de provenances diverses qu’il a été obligé de transférer son domicile dans un autre état des U.S.A.
L’Église évangélique, plus que jamais dans son histoire, est aujourd’hui en voie de se laisser complètement séduire. Elle a à affronter un danger tellement grave que nous avons cru devoir l’évoquer d’une manière vigoureuse et incisive. Si les évangéliques succombent devant la séduction, comme ils sont en train de le faire de plus en plus, alors leur témoignage de l’Évangile risque d’être totalement submergé par la confusion générale et même d’être éventuellement anéanti. Une telle catastrophe donnerait à l’apostasie actuelle une telle ampleur que le monde pourrait ne plus jamais s’en remettre.
Le plus étonnant et le plus alarmant est le fait que, à quelques exceptions près, les grands responsables évangéliques et même la majorité des fidèles refusent de voir l’évidence de cette menaçante réalité afin d’y faire face. Nous voici donc amenés à parler clairement de ce sujet puisqu’il nous touche de si près. Un incroyable partenariat
Depuis des décennies, les évangéliques ont tenté avec précision et fidélité de dénoncer les sectes et d’en avertir l’Église. Dans la liste dressée de ces sectes nous trouvons des mouvements tels les Mormons, les Témoins de Jéhovah, la secte Moon, etc. Cependant la plus puissante, la plus dangereuse, la plus séduisante et trompeuse et, surtout, la plus nombreuse de toutes (elle renferme à elle seule bien plus de monde que toutes les autres réunies) n’y figure même pas ! La plupart des spécialistes du problème des sectes refusent catégoriquement même de considérer cette secte comme telle ! Bien au contraire ils l’admettent sans autre comme chrétienne.
Pire encore, cette secte qui prêche un faux évangile et qui par ce moyen envoie des centaines de millions de gens dans une éternité sans Christ, est maintenant sans autre acceptée comme partenaire dans l’évangélisation du monde par de nombreux groupes qui prêchent l’Évangile authentique des groupes comme Campus pour Christ, Intervarsity Fellowship (G.B.U.), Jeunesse en Mission (J.E.M.), I’Association Billy Graham, le Prison Fellowship de Chuck Colson, le Television Broadcasting Network (T. B. N .) de Paul Crouch, le Christian Broadcasting Network (C.B.N.) de Pat Robertson, etc. Les plus grandes dénominations protestantes ont également entamé d’importantes négociations avec cette secte. Tout le gratin des Assemblées de Dieu Pentecôtistes s’est engagé dans un fructueux dialogue avec elle. La plupart des membres de ces Assemblées de Dieu sont généralement considérés comme des chrétiens évangéliques nés de nouveau. L’Église évangélique dans le monde entier se trouve ainsi aujourd’hui confrontée à une crise d’une envergure sans précédent. Cette crise met en danger son existence même.
Ce qui précède est une accusation solennelle, grave et destructrice. Cette accusation est appuyée sur les réalités de l’histoire. Elle est confirmée par toutes les preuves que nous allons maintenant donner. Je mets au défi d’un débat public tout responsable d’Église qui contesterait la validité de mes affirmations. Si on me prouve qu’elles sont fausses, je m’engage à les rétracter publiquement. Mais si elles sont vraies, il nous faudra alors procéder à un grand nettoyage dans l’Église évangélique. Un tel coup de balai devra inévitablement être accompagné d’une repentance publique de la plupart de ceux qui s’affichent aujourd’hui comme les dirigeants du monde évangélique. Je réclame votre aide, chers lecteurs, afin que vous puissiez fournir aux responsables des Églises les faits et les preuves indispensables à une dénonciation publique effective de cette secte. Il y a six ans, j’ignorais moi-même les faits que je vais vous exposer. Ceci explique pourquoi à cette époque, j’ai si gravement manqué à mon devoir manifeste de dénoncer l’ÉGLISE CATHOLIQUE ROMAINE comme la secte qu’elle est véritablement.Le reniement évangélique de la Réforme
Qu’est-ce donc qu’une secte? Dans son livre La montée des sectes, Walter Martin donne la définition suivante d’une secte: « . . . toute déviation importante de la foi chrétienne authentique ». Bien que W. Martin ne l’ait pas mentionnée dans sa nomenclature des sectes, I’Église catholique romaine est indéniablement » la plus grande déviation existante de l’orthodoxie chrétienne » car elle se sépare sur « de nombreux points de doctrine de la foi chrétienne ». Elle est donc ainsi, selon la définition même que nous donne Martin, une secte. C’est la reconnaissance de ce fait qui a engendré la Réforme. Nier que l’Église catholique soit une secte revient à répudier la Réforme et à tourner en bourrique plus d’un million de martyres morts entre les mains inquisitoires de Rome, comme si le sacrifice de leur vie avait été offert à Dieu pour rien !
Mais, me direz-vous, depuis Vatican II (1962-1965) I’Église catholique romaine n’enseigne plus et ne pratique plus ce qu’elle enseignait et pratiquait lors de la Réforme. C’est ici une idée fort courante, mais elle n’en demeure pas moins entièrement fausse. Pour contrecarrer le développement de la Réforme, les plus grands théologiens de l’Église de Rome se sont réunis en Concile dans la ville de Trente en Italie entre les années 1545 et 1563. Les Canons et Décrets formulés à Trente ont servi d’appui à l’Église catholique pour rejeter la Réforme. Ces Canons et ces Décrets de Trente font toujours autorité et demeurent la référence fondamentale de l’Église catholique romaine aujourd’hui encore. Ce sont à ces principes de foi qu’il est demandé aux catéchumènes catholiques de donner leur adhésion. Lors de l’ouverture de Vatican 11, le Pape Jean XXII déclara: « J’accepte dans sa totalité tout ce qui a été décidé et déclaré par le Concile de Trente ». Durant tout le Concile Vatican 11, on a continué à réaffirmer les Canons et Décrets de Trente. Non, Rome n’a pas changé. Le changement que nous voyons ne s’est produit qu’en surface.
Si Luther et Calvin et tous les autres Réformateurs étaient aujourd’hui en vie, ils persisteraient dans la dénonciation de l’ Église catholique romaine comme la plus grande et la plus dangereuse de toutes les sectes. Cependant, malgré cela, I’lnstitut Chrétien de Recherche de Walter Martin (Institut spécialisé dans le dépistage des sectes) refuse, exactement comme le font les autres groupes qui consacrent leurs travaux à ce domaine, de classer cette Église parmi les sectes. Dans le livre mentionné ci-dessus, W. Martin a démontré que les cinq sectes les plus importantes regroupent à elles seules environ 8,5 millions de personnes. Cependant il ne souffle pas mot des centaines de millions de catholiques romains.L’infaillibilité, I’exclusivité et la soumission aveugle
Les livres de la collection « Réponses aux sectes à votre porte » confirme ce que nous venons d’affirmer. Leurs auteurs, Bob et Gretchen Passantino, passent pour « des experts de la recherche sur les sectes ayant consacré de nombreuses années à ce travail qui, pour eux, constitue un véritable ministère. « Ils ont établi comme critère permettant de reconnaître une secte le fait de prétendre systématiquement être « la seule organisation sur terre à suivre la volonté de Dieu »; son « chef » serait « la seule et unique personne choisie pour conduire le peuple à Dieu »; elle aurait seule la capacité « de proposer une authentique interprétation des Écritures sur tous les sujets. » Encore une fois l’Église catholique romaine répond exactement aux critères établis par nos spécialistes. Rome prétend être la seule véritable Église; son pape est le seul homme à avoir été choisi pour conduire l’Église à Dieu; et sa hiérarchie est seule autorisée à interpréter les Écritures. Cependant les Passantino, comme d’ailleurs tous les experts en sectes, excluent de cette catégorie I’ Église catholique romaine, bien qu’elle réponde à tous les critères qu’ils ont établis pour l’identification d’une secte.
Les Mormons doivent une obéissance aveugle aux enseignements de Joseph Smith; les Témoins de Jéhovah n’oseraient pas un instant remettre en question la Bible éditée par la Société Watchtower ou même la littérature distribuée par cette organisation; d’autres sectes doivent une soumission entière à leur chef. Un tel autoritarisme caractérise toutes les sectes. Cette soumission aveugle est également exigée des catholiques romains. Le Canon 212 du Code de Loi Canonique exige des catholiques une obéissance absolue à leur pasteur consacré. Vatican II réaffirma à plusieurs reprises que seule la hiérarchie catholique est habilitée à interpréter les Écritures. L’obéissance est due aux déclarations papales officielles. Le Canon 333 (Section 3) déclare: « Il n’y a ni appel ni recours contre une décision ou un décret du Souverain Pontife Romain. « Dans ses récents « 7500 mots d’instruction » celui qu’on appelle « le chien de garde » du Vatican, le cardinal Joseph Ratzinger, affirme que « le fait qu’il existe des dissensions sur les enseignements de l’Église catholique ne justifie en rien celui qui veut suivre sa propre conscience ». Aucune secte n’exige avec autant d’arrogance une aussi complète capitulation de l’esprit et de la conscience que ne le fait l’Église de Rome.
L’Église catholique romaine est non seulement soigneusement exclue des listes de sectes que dressent nos experts mais, plus encore, elle est explicitement approuvée par eux. Prenons un exemple. James W. Sire, longtemps directeur principal des éditions évangéliques Intenvarsity Press, définit une secte comme une organisation qui s’appuie sur « des doctrines et/ou des pratiques qui contredisent celles des Écritures interprétées par les représentants du christianisme traditionnel tels le catholicisme ou les diverses dénominations protestantes.  » James Sire fait ainsi du catholicisme un critère d’orthodoxie sur lequel on peut s’appuyer avec confiance pour reconnaître ce qu’est une secte ! Cependant il accuse les sectes de tordre les Écritures. Mais l’Église catholique est depuis longtemps passée maître dans cet art de déformation doctrinale. Et elle le demeure toujours aujourd’hui. Sire dénonce les Mormons pour avoir ajouté d’autres révélations à la Révélation Biblique. Mais Rome a ajouté infiniment plus de révélations à la Bible que ne l’ont jamais fait les Mormons. Sire déclare: « Le christianisme biblique ne connaît pas de gourou, pas de maître illuminé, personne qui ne détienne un monopole de l’interprétation biblique.  » Pourtant c’est exactement ce qui se passe dans l’Église catholique romaine ! Comment alors faire des enseignements de cette Église un critère d’orthodoxie?La fausse Christologie de l’Église catholique romaine
Prenons un autre exemple: I’ouvrage publié par la maison d’éditions Moody et intitulé, « L’agonie de … « Chacun des chapitres, écrit par un des chefs de file des milieux évangéliques actuels, traite d’un enseignement doctrinal erroné ayant cours aujourd’hui dans les Églises. Bien que ce livre soit en grande partie une redite de ce qui a été écrit il y a cinq ans dans mon livre, « La séduction de la chrétienté », il s’agit cependant d’une voix nouvelle donnant un certain nombre d’avertissements qui confirment ce que nous avions écrit. Nous sommes d’ailleurs fort reconnaissants de cet appui. Cependant cet ouvrage parvient à blanchir l’Église catholique romaine. A la page 65 nous pouvons lire: « L ‘Église catholique romaine… s’accroche aux vérités bibliques. « En réalité, en soumettant la Bible à sa tradition, le catholicisme renie carrément la doctrine de l’inerrance des Écritures. D’ailleurs, dans la phrase qui suit celle citée ci-dessus l’auteur reconnaît que « les messages (du Protestantisme et du Catholicisme) se trouvent à deux pôles opposés »; mais la suite du texte néglige de préciser quelles sont ces divergences essentielles. A la page 111 de ce livre nous pouvons lire: « L ‘Église catholique a résisté aux hérésies actuelles sur la personne de Jésus-Christ, … Les Protestants devraient continuer à soutenir la Christologie catholique ». Terrible erreur encore ! La Christologie catholique est hérétique. Elle nie le caractère exclusif du rôle de médiateur tenu par Jésus-Christ entre Dieu et les hommes car elle fait de Marie une »co-médiatrice ». Elle nie également la nature unique de l’œuvre rédemptrice du Christ, car Vatican 11 a attribué à Marie un rôle salvateur perpétuel. C’est toujours et encore Marie qui, par son intercession, obtient pour nous les grâces nécessaires à notre salut éternel. La Christologie catholique nie également l’entière suffisance de l’œuvre rédemptrice de Christ en décrétant qu’aux souffrances du Christ sur la croix pour les croyants doivent s’ajouter les souffrances personnelles des chrétiens ici-bas pour expier leurs propres péchés, sans parler des peines qui les attendent plus tard au purgatoire; etc. La Christologie catholique contient d’ailleurs bien d’autres hérésies. Prenez par exemple le simple fait de toujours représenter Jésus-Christ comme un éternel petit enfant soumis à sa mère. Le temps et la place nous manquent pour entrer dans plus de détails. La représentation que l’Église romaine se fait du « Christ » est aussi erronée que celle de « Marie ». Nous avons à faire ici au même phénomène d’un « autre Jésus » que celui que nous trouvons chez les Mormons ou dans n’importe quelle autre secte. C’est ce que nous devons clairement reconnaître.Un même credo?
Dans le livre, « L’agonie de . . . « il est à plusieurs reprises affirmé que protestants et catholiques adhèrent d’un commun accord au Credo apostolique et au Symbole de la foi chrétienne. Nous avons à faire ici à une de ces vérités partielles qui conduisent, si on n’y prend garde, tout droit aux pires erreurs. Car une telle affirmation donne à croire que le Credo que récitent les catholiques est bel et bien celui de la Bible. Mais ceci est absolument faux. Car, si les mots prononcés sont les mêmes, il existe cependant de grandes différences dans le sens que catholiques et protestants donnent au Symbole. Par exemple, tous deux confessent que le Christ « a souffert sous Ponce Pilate ». Cependant les catholiques affirment implicitement, par leur interprétation traditionnelle du Credo, que les souffrances de notre Sauveur ne suffisent pas à notre salut. Car selon Rome, il faut ajouter nos propres souffrances pour nos propres péchés aux souffrances expiatoires du Christ si nous désirons véritablement être sauvés. Pour prendre un exemple, voyez la Constitution Apostolique de janvier 1967, Indulgentia doctrina, 1687, qui invite tous les catholiques, chacun pour sa part,  » . . . à porter sa propre croix pour expier ses propres péchés et ceux des autres . . . aidant ainsi leurs frères à obtenir le salut de Dieu ». Aux yeux de tout protestant biblique, ceci est carrément une hérésie épouvantable. Cependant le livre « L’agonie de… » laisse entendre que lorsqu’ils récitent le Symbole, les catholiques disent en fait la même chose que nous. C’est une erreur mortelle inexcusable de la part de chrétiens éminents connus, par ailleurs, pour leur dénonciation pointilleuse de déviations doctrinales dans certaines Églises fondamentalistes. Bien que ce livre, ainsi que d’autres ouvrages écrits par ces mêmes auteurs, est à bien des égards fort recommandable, I’approbation de l’Église catholique romaine qu’on y trouve constitue pour tout chrétien conséquent une pierre d’achoppement inadmissible.

 

Vente d'indulgences par le pape

Vente d’indulgences par le pape

Car ce livre nous donne une idée totalement fausse de l’Église de Rome. A la page 244, après avoir clairement condamné le trafic des indulgences qui conduisit Luther à afficher ses 95 thèses sur la porte de la chapelle du château de Wittemberg, Michael Horton écrit ceci: « Il ne serait guère honnête d’interpréter toute l’histoire du Catholicisme et son caractère essentiel à la lumière de cette regrettable histoire d’escroquerie mercantile. « Une telle affirmation sous-entend que Rome aurait réellement changé pour le mieux. L’auteur se trompe ici complètement. Bien que de telles méthodes commerciales ne soient plus utilisées aussi ouvertement, le système des indulgences spirituelles accordées par l’Église est toujours aussi nécessaire à la conception catholique du salut. (Car il s’agit ici de la doctrine romaine de la justification par les efforts des hommes, d’un salut opéré par les oeuvres dont les indulgences ne sont que l’expression commercialisée. Rédaction.)Le salut par les oeuvres
La déformation catholique des vérités bibliques frappe au cœur même de la Foi chrétienne. Ceci est tout particulièrement vrai en ce qui concerne le salut. Ces erreurs ont un effet direct sur la destinée éternelle de ceux qui, trompés par elles, y appuient leur foi. Le Catholicisme romain rejette l’Évangile du salut par la grâce seule, par le seul moyen de la foi. Il prêche le faux évangile d’un salut opéré par les oeuvres et la grâce, salut qui bien évidemment ne sauve personne. Pour les disciples de Rome le salut ne se trouve pas en Christ seul, mais dans la soumission du catholique aux édits et sacrements de l’Église. Le Catéchisme de base de la Doctrine Chrétienne appelle les sacrements, « . . . Les instruments principaux pour notre salut ».
Le premier des sept sacrements est, bien sûr, le baptême, rite qui est pratiqué sur 98% des catholiques dès les premiers mois de leur vie. Dans l’article 849 du Droit Canon il est déclaré que ce baptême est le moyen par lequel hommes et femmes sont sauvés. Le Catéchisme de base affirme que le « … baptême est nécessaire pour le salut . . . il nous lave du péché originel, fait de nous des chrétiens . . .  » Un autre des sept sacrements est la messe, dont le Catéchisme dit qu’elle « fait un avec le sacrifice du Christ sur la croix et qu’elle en est le renouvellement puisque Jésus-Christ continue à s’offrir lui-même … sur l’autel par l’intermédiaire des prêtres.  » L’article 904 du Droit Canon établit que  » . . . l’œuvre de rédemption est continuellement accomplie dans le Mystère de l’Eucharistie ». Ceci n’est rien d’autre que la négation du cri de triomphe du Christ sur la croix, « Tout est accompli ».Une chandelle qui vacille
Je rappellerai ici les dernières paroles du célèbre réformateur anglais, Hugh Latimer, martyre de Rome au milieu du XVle siècle. Des flammes de son bûcher, sur la place du marché d’Oxford, il s’écriait à son compagnon de souffrance: « Aie bon courage, maître Ridiey, … car, par la grâce de Dieu nous avons allumé aujourd’hui une chandelle en Angleterre et je prie Dieu que jamais plus elle ne puisse s’éteindre. « Hélas, cette chandelle jadis allumée par la foi de centaines de milliers de fidèles chrétiens martyres de Rome, si elle n’est pas aujourd’hui tout à fait éteinte, est bien vacillante et court grandement le risque d’être complètement étouffée.
Paul Crouch, patron de la plus grande chaîne de télévision chrétienne aux États-Unis, et dont les émissions sont diffusées dans le monde entier, ridiculise ouvertement ces martyrs en disant d’eux qu’ils ne sont morts que pour des problèmes de sémantique, pour de vaines querelles de mots. Crouch se moque même carrément des Réformateurs en affirmant que ces hérésies romaines contre lesquelles ces héros de la Foi luttèrent, parfois jusqu’au don de leur vie, n’étaient en réalité rien d’autre que des vérités bibliques.Confronter et informer avec amour
Ceux qui mettent leur confiance dans les mensonges de l’Église de Rome et qui suivent sans broncher ce faux évangile d’un salut accompli par les oeuvres des hommes, seront éternellement perdus s’ils ne reviennent de leur erreur mortelle. En refusant de reconnaître ce fait, bien des responsables évangéliques ainsi que de nombreux spécialistes en matière de sectes montrent par là qu’ils sont eux-mêmes dupes des erreurs de l’Église de Rome. Ces responsables et ces experts ont grand besoin de revenir au seul Évangile véritable. Quelle tragédie de s’imaginer que catholiques et vrais chrétiens partagent la même foi; que le Catholicisme ne se distinguerait que par quelques pratiques particulières qui paraissent quelque peu spéciales aux protestants et que ces erreurs mineures n’empêcheraient pas ceux qui y adhèrent d’être quand même sauvés. Un faux évangile demeure un faux évangile. Il condamnera immanquablement aux peines éternelles tous ceux qui y adhèrent. Peu importe qu’il soit prêché par des Mormons ou par des Catholiques. Une secte reste une secte. Les Catholiques romains, comme tous les membres de toute secte, doivent être traités avec compassion, avertis des mensonges qui sont les leurs et avant toute autre chose, ils doivent être mis en contact avec l’unique Évangile du salut.
Je vous demande, chers lecteurs, au nom de Jésus-Christ notre Seigneur, d’écrire à Bill Bright, à Billy Graham, à Chuck Colson, à l’Institut Chrétien de Recherche (CRI), à Jeunesse en Mission (JEM), aux éditeurs Moody et Nelson et à tous ceux qui, en grand nombre, collaborent avec l’Église catholique romaine et qui refusent de la considérer comme une secte. D’abord remerciez-les de tout le bien qu’ils ont pu faire; ensuite corrigez-les. Soyez remplis d’amour, mais restez fermes. Demandez-leur de prendre en considération les faits qui font de l’Église de Rome ce qu’elle est, et d’imiter cet ancien prêtre catholique qui demanda à Hank Haannegraaf de l’Institut Chrétien de Recherche la chose suivante: « Cette base biblique que vous avez utilisée à si bon escient pour exposer et réfuter les doctrines de diverses sectes ainsi que celles des chrétiens apostats, nous vous demandons de vous en servir avec autant de propos et de talent pour réfuter les doctrines erronées de Rome.  »
Dave Hunt (The Berean Call)
Cet article est distribué gratuitement et peut être reproduit sans modification pour la distribution gratuite. On peut se procurer un autre exemplaire de cette étude ou une liste de traités et d’études, en communiquant avec l’adresse suivante:
«LES SAINTES ÉCRITURES»
CP 677 Hawkesbury (Ont.) K6A 3C8 CANADA
Courriel: alfredbouter@sympatico.ca
Internet: http://www3.sympatico.ca/alfredbouter/
(Adapté/Imprimé le 11 février 2003)

 

logo point final vox dei infos voxdei

HistoireAntisémitisme, l’Eglise et la haine des Juifs - rapporté par «voxdei»
Depuis 1948, année de la fondation de l’Etat d’Israël dans les temps modernes, celui-ci se trouve quotidiennement cité dans les nouvelles. Auparavant avait eu lieu le terrible Holocauste, qui éteignît six millions de vies, parmi lesquelles se trouvait un million et demi d’enfants. Il est clair que dans l’histoire, un tel génocide ne pouvait se perdre sans retentir bruyamment. Plus de cinquante mille publications dans le monde entier se sont occupées de ce thème. Quelques auteurs ont même osé impliquer l’Eglise de Rome dans la responsabilité de ces actes, et plus particulièrement celle du pape Pie XII, en fonction durant la guerre. Rolf Hochhuth, Dr. Karlheinz Deschner, Daniel Jonah Goldhagen et John Cornwell, pour n’en nommer que quelques-uns, ont un peu levé le voile de pourpre et en cela ils ont fait la chose la plus dangereuse qu’un homme puisse risquer sur la terre. En effet, selon la définition personnelle de l’Eglise de Rome, elle est la seule Institution légitime de Dieu sur la terre, et elle prétend avoir été fondée par Christ lui-même. Elle affirme que hors de l’Eglise il n’y a point de salut — car, dit-elle, seul celui qui a l’Eglise pour mère a Dieu pour Père — car cette Eglise serait bâtie sur Pierre, le prince des apôtres, et ainsi le monde entier devrait lui appartenir. Egalement selon sa compréhension personnelle du dogme de la succession apostolique, et plus particulièrement depuis la proclamation en 1870 du dogme de l’infaillibilité papale, les Papes considèrent être les substituts de Dieu sur la terre, être des «Vicarius Filii Dei», qui gouvernent à la place de Christ sur la terre.
De l’Eglise de Rome se sont échappées beaucoup de fautes graves qu’il est impossible de réparer. Jésus-Christ a dit: “Mon royaume n’est pas de ce monde”. Et Il dit de nouveau: “Sur ce rocher j’édifierai mon Eglise!”. Il ne dit pas: «Sur toi Pierre, j’édifierai Mon Eglise». C’est sur la révélation de Jésus-Christ, que l’Eglise a été fondée. Cette révélation a été donnée à Pierre par le Père.
Le développement fatal de l’Eglise a commencé par le mensonge de la «donation de Constantin» sur laquelle elle fonde ses revendications temporelles de possession. En réalité, l’Eglise de Rome n’est pas davantage fondée par Christ qu’aucune autre Eglise qui se réclame de Lui. En tant que dénomination, l’Eglise de Rome n’existe que depuis le 4ème siècle. Du temps de Paul n’existait à Rome, tout comme dans d’autres villes, qu’une petite communauté de maison. L’apôtre Paul est resté deux ans là-bas et c’est dans le logement qu’il louait qu’il tenait des réunions (Actes 28.30-31).
Ni la Bible, ni l’historiographie, ne mentionnent que Pierre ait entrepris un voyage à Rome. Cela aurait été un événement dont on aurait entendu parler. Il nous est seulement parlé d’un certain Simon Magus, qui, en tant que magicien, s’est même présenté devant le Sénat Romain. L’histoire de l’Eglise catholique toute entière ne repose que sur une foule de légendes.
En réalité, c’est seulement au Concile de Nicée qu’est née l’Eglise de Rome. Jusque là cohabitait environ 130 tendances de foi différentes au sein du Christianisme. Des années 54 à 312/313, les chrétiens sous la domination des empereurs romains, furent généralement persécutés. Cette persécution commença avec Néron, et se termina de façon la plus cruelle avec Dioclétien. Jusque-là les Juifs avaient un statut particulier dans l’empire Romain; ils n’avaient pas besoin de prendre part aux festivités faites en l’honneur des dieux. En 324, l’empereur Constantin se déclara être «le vicaire de Christ», «le Seigneur de l’Etat», et «le Seigneur de l’Eglise», le «Pontifex Maximus». La même année, il donna l’ordre d’agrandir Constantinople, et non Rome, pour en faire la capitale de l’Empire. Constantin, qui est un meurtrier notoire, convoqua en 325 le Concile de Nicée pour unifier tous les courants chrétiens. Ce n’est qu’en 440 que le pape Léon Ier éleva aussi Rome comme métropole du pouvoir religieux pour l’empire de l’occident, et c’est seulement en 756 qu’elle est devenue le siège de l’Etat pontifical.
En ce qui concerne la persécution des Juifs, elle ne remonte également dans l’ère chrétienne qu’au quatrième siècle. Les soi-disant «Pères de l’Eglise» étaient issus du paganisme et ils avaient tous sans exception la haine des Juifs, comme nous l’apprend l’historiographie. Ils ont diabolisé les Juifs en les accusant d’avoir assassiné le Christ, puis ils les ont accusés de déicide. Leur haine des Juifs allait si loin qu’ils ont même déclaré: «Celui qui tue un Juif expie la mort de Christ» et: «Parce que les Juifs ont tué le Messie, ils ont enlevé aux nations le Sauveur et le salut». Ils ont franchi réellement les extrêmes et ont attribué l’Ancien Testament aux Juifs rejetés, de même ils ont à nouveau totalement mal compris le Nouveau Testament et l’ont mal interprété. Par contestation envers les Juifs, du seul Dieu véritable qui est appelé dans l’Ancien Testament plus de 6000 fois «Elohim-Yahweh», ils ont mis à la place une triple figure, une divinité en trois Personnes. Pas plus l’Ancien que le Nouveau Testament ne connaissait une «tri-unité». Ceux qui ont trouvé la Trinité étaient également ceux qui ont instauré la haine des Juifs dans le Christianisme, devenue ensuite quelque chose de naturel dans l’Eglise de Rome, avec les terribles conséquences qui s’en suivirent.
Le juif Daniel Goldhagen, qui dans ces derniers temps a fait parler de lui par son nouveau livre: «L’Eglise catholique et l’Holocauste», attribue dans celui-ci, à Jésus et à Ses disciples, la haine envers les Juifs. Il pense que dans le Nouveau Testament se trouve 450 citations pleine de haine pour les Juifs. C’est une terrible et totalement fausse affirmation. Jésus n’a fait, en ce temps-là, que dire en face aux pharisiens endurcis ce qu’ils étaient et de quel esprit ils étaient les enfants. Par cela Il ne pensait pas davantage au peuple dans son ensemble qu’à leur descendance. Si Jean-Baptiste ou le Seigneur Jésus avaient eu à exercer leur ministère, par exemple aux Etats-Unis ou dans quelque autre pays, ils auraient alors dit la même chose aux «pharisiens» qu’à ces conducteurs spirituels qui conduisaient les âmes dans l’erreur. Quel dommage qu’un juif énonce un tel jugement! Ce n’était ni Jésus, ni Ses disciples qui haïssaient les Juifs, mais bien les princes de l’Eglise. Ce sont eux qui ont mal interprété les déclarations du Nouveau Testament et les ont intentionnellement utilisées contre les Juifs. L’Eglise a fait sienne leurs pensées et elle s’est tachée de leur sang.
Le Vatican est un Etat dans l’Etat, qui a dans tous les pays du monde et dans toutes les institutions internationales importantes ses ambassadeurs et ses diplomates. Goldhagen dénonce le pape Pie XII, l’accusant de s’être tu devant l’Holocauste perpétré par les Nazis. Ce qu’il ne met pas en évidence est le fait qu’Eugenio Pacelli, le futur pape Pie XII, s’est trouvé pendant presque 13 ans en Allemagne comme Nonce entre la Première et Seconde guerre mondiale. Pendant cette période il a de par sa position, influencé activement la politique en cours en Allemagne. Il était en 1923 Nonce à Munich lors du putsch de Hitler, et il était Nonce à Berlin en 1933 lorsque Hitler prit le pouvoir. Il semble que Goldhagen, comme la plupart de ceux qui se penchent sur l’Holocauste, n’a pas été suffisamment informé sur les événements précédant cette époque.
Les initiés prétendent que le salut «Heil Hitler» ne tire pas davantage son origine de l’athéisme, que du communisme ou du socialisme — ces gens-là étaient les adversaires du monstre et ils furent jetés en prison assez tôt. Mais cette acclamation serait bien venue du clergé romain qui attendait d’Hitler le salut pour l’Eglise, car elle se sentait gravement menacée par le stalinisme et le bolchevisme russes. Les «prophéties de Fatima» qui furent rapportées au pape Pie XI en 1929 avaient encore davantage renforcé les soucis de l’Eglise devant la menace du communisme. Dans ces prophéties était sans cesse mentionnée la Russie. Certaines personnes en savent davantage que ce qui est écrit dans les publications populaires! Que dans les pays scandinaves protestants de l’Europe il n’y ait pas eu de ghetto pour les Juifs n’est certainement pas un hasard. Là-bas, depuis des siècles déjà, la tolérance et la véritable liberté religieuse y régnaient. C’était la poursuite de ce que les souverains Prussiens protestants avaient pratiqué depuis des centaines d’années. En effet ils accueillaient et recevaient en grand nombre ceux que l’Eglise catholique persécutait: les Juifs, les Vaudois, les Huguenots et autres. Les camps de concentration se trouvaient dans les pays ayant une population mélangée. Mais c’est dans la Pologne profondément catholique que se trouvaient les six «camps de la mort» établis pour «la solution finale», et en particulier le plus tristement connu: le camp d’Auschwitz/Oswieczim.

(D. Pascuzzi)

 

 

_______________________________

notes

(1) ce qui signifie aussi qu’il ne doit pas s’être remarié après une période de veuvage

Vue aérienne de la Cité du Vatican

Vue aérienne de la Cité du Vatican

Documentation complèmentaire:

Flèche rouge lien***: http://www.bibliorama.fr/expo_babylone/HTM_babylone_expo.htm#vierge

 

 

Les deux Babylones David Hislop

 

Les Deux Babylones

Alexandre Hislop

L’orgine

– du Dogme de la Trinité

– du Culte de la Vierge et de l’Enfant dans les pays d’Asie Mineure

– des Fêtes de Noël et de Pâques

– du Purgatoire

– des Processions

– des Reliques

– du Sacré-coeur

– de la Croix, etc…

Livre électronique gratuit avec illustrations

versions .doc, .zip, .html, etc. sur:

http://godieu.com/doc/babylones/presentation.html

téléchargement fichier PDF (3,1 Mo) en .zip

La Bible, la foi et le salut

La Bible, la foi et le salut

par Pierre Gilbert

Cette vidéocassette, élaborée par nos amis Canadiens est disponible en Europe et peut être commandée sur le site:

«  pleins feux sur l’heure juste  »


http://www.pleinsfeux.com

 

 

______________________

 

- Pour l’achat de vidéos, livres, cassettes, se reporter au chapitre dédié.

______________________

 

 

- Des logiciels de lecture et d’étude de la Bible sont disponibles en version Française bien sûr, sur disquettes ou CD ROM à partir de 200 F TTC en version PC (Windows 95/98/NT) ou Mac (68k et PPC). (Demander le catalogue à l’adresse citée en fin de tableau).

Site Web: http://www.chez.com/edcle et E-mail101456.700@compuserve.com

 La Bible Online: 8 versions Françaises:  » la colombe « , «  Darby« , «  Louis Segond « , «  TOB  », «  Français courant  », «  de Jérusalem« , «  Ostervald  », «  Nouvelle édition de Genève  »,). recherche par mot, par verset… Plus de 60 Bibles disponibles sur la version CD ROM(compatible PC/Macintosh) (français, anglais, grec, hébreu, latin, espagnol, italien, hollandais, portugais, créole, arabe, russe, turc, etc.) + lexique français/hébreu/grec + dictionnaires (Français/hébreu – hébreu/français – Nouveau dictionnaire des Editions Emmaus) + commentaires et notes + concordances + tableaux chronologiques + bibliothèque de références Bibliques + cartes + atlas……

 La Bible explorée: recherche par mot, par verset… avec guide, analyse, encyclopédie, archéologie, plan de lecture…

 La Bible annotée: 1500 pages de commentaires sur le Nouveau Testament.

 La Bible chronologique: datation de tous les évènements Biblique depuis la Genèse jusqu’à l’Apocalypse.

 Encycl’Eye: encyclopédie Biblique multimédia. Plusieurs centaines d’entrées, plusieurs milliers de liens dynamiques…

 clickart images: 10 000 images.

 Jeux:

 Noé  » et «  Ichthus  »; jeux de connaissances et histoires Bibliques.

 MISSION’EYE; un jeu d’exploration virtuel 3D.

———————————————-

Le catalogue peut être demandé à l’adresse suivante:

 

Editions CLE

Château de Saint Albain

71260 Saint Albain

Tel: (33) 03 85 27 90 90 - fax: (33) 03 85 33 10 05

Site Web: http://www.chez.com/edcle

E-mail: 101456.700@compuserve.com

 

 

 

 

bluearro

retour au sommaire

PREUVES MATHEMATIQUES ABSOLUES DE L’INSPIRATION DIVINE DE LA BIBLE (Gérard Colombat)

PREUVES MATHEMATIQUES ABSOLUES   DE  L'INSPIRATION DIVINE DE LA BIBLE

 

 

Commentaires sur œuvre de Panin

et autres par le Dr. Keith L. Brooks

(TRADUIT DE L’ANGLAIS).

Barre de separation

Pour chaque beauté, il y a quelque part un oeil pour la voir.
Pour chaque vérité, il y a quelque part une oreille pour l’entendre.
Pour tout amour il y a un cœur quelque part pour le recevoir.

- Yvan Panin

Barre de separation

 

blble animée

Démonstration scientifique de l’inspiration de la Bible

Ce chapitre vient compléter le chapitre dédié au phénomène des codes numériques dans lequel Yvan Panin est cité en référence. La taille et l’importance de ce document m’ont obligé à en faire une page particulière, dédiée au savant qui avait, bien avant l’ordinateur, décelé la présence de schémas numériques structurés et obéissant à une inspiration supra-humaine, c’est à dire divine.

En dehors des bibliothèques, il est pratiquement impossible de se procurer les ouvrages du Dr Yvan Panin en langue Française à l’heure actuelle, à ma connaissance. (En Russe, il existe un ouvrage. voir plus bas sur: http://www.cps.org.yu/katalog.html et http://users.net.yu/~creation/katalog.html)

Il existe une version commentée en Anglais disponible au format [.pdf] sur:

http://www.unleavenedbreadministries.org/?page=nent

et sur mon site en cliquant sur ce lien [panin.pdf] voir aussi en Annexes

Ce chapitre me permet de rendre hommage à ce frère que je retrouverai un jour prochain auprès du Seigneur.

 

 

bouton impression

 

version imprimable

 

PREUVES MATHEMATIQUES ABSOLUES DE L'INSPIRATION DIVINE DE LA BIBLE (Gérard Colombat) dans Partages et Enseignements barran04

bible icone  »Ouvre mes yeux pour que je contemple les merveilles de ta loi« . (Psaumes 119/18)

 

 

Yvan Nikolayevitsh Panin par Aronson - 1916 -

Yvan Nikolayevitsh Panin par Naum Aronson – 1916 -

Soiurces: http://www.russianbronze.com/components/com_virtuemart/shop_image/product/Ivan_Panin_4f1c7477d8d6f.jpg

Cliquer sur l’image pour obtenir un agrandissement

« La parole de Dieu est remplie de merveilles« , nous dit le psalmiste. Mais pour les voir, pour être saisi par leur beauté, il faut que Dieu ouvre les yeux du lecteur. Le vieux livre contient aussi des merveilles d’une autre sorte, des merveilles purement mathématiques. Il existe dans toute la Bible une structure mathématique sous-jacente au texte et au vocabulaire, qui scientifiquement démontre qu’elle n’est pas une ˜œuvre de hasard. Ce document est tout à fait exceptionnel. Il relate la découverte extraordinaire du grand mathématicien Yvan Nikolayevitsh Panin. Il démontre mathématiquement, donc de manière inattaquable, la totale inspiration du texte biblique jusque dans ses moindres détails.

 

 

ivan panin

 

Yvan Panin

(12 Décembre 1855 – 30 Octobre 1942)

Un des événements les plus remarquables de notre époque, c’est que Dieu a suscité un individu pour apporter des évidences positives qui anéantiraient complètement toutes les critiques bibliques et qui abattraient l’athéisme partout où donc des hommes sincères et intelligents devraient s’en tenir aux faits.

 

Ivan Panin

Ouvrage Russe à propos de Ivan Panin

et de la structure mathématique de la Bible

http://users.net.yu/~creation/matematika.jpg

Encore plus étonnant est le fait que cet homme soit un Nihiliste russe converti, un érudit né le 12 décembre 1856, ayant comploté contre le tsar…//… il fut contraint de se réfugier en Allemagne puis aux Etats-Unis. Il étudia à Harvard, savant et mathématicien, et se convertit à Jésus-Christ.

Il réussit brillamment ses études et devient un écrivain et un conférencier très recherché. Au moment même où l’athéisme organisé préparait ses plans pour prendre le contrôle de la Russie et utiliser ses vastes ressources pour semer les graines de l’athéisme dans chaque nation de la terre, (se reporter au chapitre: « le trône de Satan » à ce sujet) Dieu Lui, préparait Son Russe Yvan Panin pour avancer les preuves et les évidences scientifiques de l’inspiration verbale et plénière des Saintes Écritures dans leurs textes originaux de rédaction.

Le Dr Yvan Panin, qui est décédé en octobre 1942 après 50 ans de recherches sur les caractéristiques numériques de la Bible, n’était pas le premier à découvrir qu’il se trouvait une étrange structure mathématique tout au long du Livre. Il y eut Browne dans son « Ordo Saeculoreum » et Grant dans sa « Numerical Bible » et Bullinger dans son « Numbers of the Scriptures« . Ils ont tout avancé et fait ressortir plusieurs exemples frappants des caractéristiques numériques dans la Bible. D’autres érudits poursuivent la recherche dans ce domaine.

 

 

ivan panin

Yvan Panin

Néanmoins il reste que le Dr. Yvan Panin a consacré sa vie entière à cette tâche de découvrir que chaque lettre des livres Hébreux et Grecs est numérotée, et occupe sa propre place spécifique dans l’ordre du nombre total des lettres et de leurs séquences dans la Bible, les moindres variations étant voulues et dirigées par Dieu. Etant donné que chaque lettre Hébraïque et Grecque comporte une valeur numérique, « les lettres sont utilisées comme chiffres dans ces langues » chaque mot, expression, phrase et paragraphe, correspondent à une somme arithmétique bien définie.

Le Dr. Yvan Panin s’est dévoué avec tant de persévérance à décompter les lettres et à déchiffrer les problèmes arithmétiques qui se posaient qu’il s’est souvent épuisé physiquement. Il lui arrivait en effet de travailler jusqu’à 18h/jour! Ses ouvrages étaient volumineux et ses découvertes apparemment sans fin. I1 était l’auteur d’un volume « Structure of the Bible » et d’une révision du Nouveau Testament basé sur ses découvertes numériques.

Depuis sa mort, le Nobell Research Foundation qui prit possession de plus de 43 000 pages de ses travaux manuscrits, a chargé des érudits Hébreux et Grecs de poursuivre son étude et de préparer un livre sur le sujet.

La démonstration de Yvan Panin des séries de système complexes, pratiquement infinies dans les textes hébreux et grecs, toutes séquences, combinaisons, proportions, relations etc… suivant un plan uniforme à partir de la Genèse jusqu’à l’Apocalypse, est sans aucun doute la réponse de Dieu à l’athéisme moderne et aux grandes critiques et sa justification de l’inspiration verbale et plénière des Ecritures.

Cette découverte résout plusieurs questions et litiges quant aux textes. Elle prouve que les livres composant notre Bible actuelle et seulement eux, possèdent les qualifications requises. Elle a résolu des disputes de longue date concernant certaines parties de la Bible que certains savants voudraient éliminer.

 

 

bible animee

 

La doctrine de l’autorité divine des Ecritures, a toujours été pleinement soutenue par les preuves de l’accomplissement des prophéties, des profondeurs inépuisables de la vérité révélée, de son incomparable emprise sur la vie des hommes, de son indestructibilité et du témoignage de Jésus-Christ, le Fils de Dieu. Cependant d’aucuns se complaisent à rejeter ces preuves les considérant comme non-scientifiques.

Le Dr. Yvan Panin a fourni des preuves scientifiques concluantes que la Bible ne peut être le produit de l’intelligence humaine seule. Cette preuve se retrouve dans les phénomènes numériques renversants, imbriqués dans la véritable structure des manuscrits Hébreux et Grecs.

Le Dr. Yvan Panin a démontré, soit que chaque auteur des Ecritures était un génie littéraire et mathématique sans égal ou bien qu’il écrivait sous la conduite et l’inspiration du Saint-Esprit. Le professeur John C Banks, un successeur émérite du Dr. Yvan Panin, a de son côté fourni des évidences numériques du même genre.

Yvan Panin a exposé ses découvertes aux lecteurs dans un journal de NEW-YORK dont des copies ont été envoyées à des éducateurs sceptiques et des scientifiques de renom en leur lançant un défi: Qu’ils réfutent si cela leur était possible la validité du phénomène auquel il portât tant d’attention. Depuis ce temps, de nombreux autres érudits sceptiques ont été confrontés à cette même évidence, et pas même un seul ne fut capable de la mettre en doute. Quelques-uns l’ont défié de retrouver la même structure mathématique dans des classiques Hébraïques et Grecs en dehors de la Bible.

En conséquences, Yvan Panin a accordé beaucoup de temps à l’examen de telles ˜œuvres sans parvenir à y déceler des phénomènes similaires. De telles caractéristiques n’apparaissent pas dans les sept livres (Apocryphes) rajoutés par l’Eglise Catholique Romaine à son Ancien Testament.

 

 

chiffre 7

LE CHIFFRE DIVIN

C’est un fait bien connu que le chiffre 7 se retrouve d’un bout à l’autre de l’univers. C’est sans aucun doute le chiffre du Créateur et le chiffre de la perfection, du fondement et de la plénitude.

Cette loi du 7 se retrouve non seulement abondamment à travers la création, mais elle se retrouve à profusion au premier coup d’œil sur l’étendue de la Bible et elle apparaît toujours de façon significative. De plus, des étudiants attentifs ont souvent été estomaqués de retrouver ce chiffre dans les situations les plus inattendues. Malgré cela, les sceptiques peuvent attribuer ce fait aux efforts de l’écrivain, qui considérant le chiffre 7 comme un chiffre mystique, s’ingénie à écrire des phrases comportant 7 mots exactement ou à développer brillamment des sujets subdivisés en 7 points.

 

bible

 

L’ouvrage de Yvan Panin toutefois ne porte pas sur des traductions mais sur l’Hébreu et le Grec et ce serait une folie de vouloir essayer de prouver l’inspiration du texte dans sa version King James ou de toute autres version. Les difficultés rencontrées par les traducteurs ont été énormes, et c’est un fait bien connu que les changements constants apportés au langage usuel ont rendu désuets plusieurs mots dans notre traduction anglaise ou française, d’où les nombreux essais de traduction en langue moderne ou réactualisée.

Mais comment Yvan Panin a-t-il pu retourner aux originaux puisque nous ne savons même pas si nous avons, nous même, des originaux. La réponse, c’est que la comparaison de centaines de manuscrits préservés jusqu’à nos jours nous démontre une uniformité qui prouve une source commune.

Le texte qu’utilise Yvan Panin pour ces dénombrements est la révision des textes Hébreux pour l’Ancien Testament, le texte de Wescott et le texte de Hart pour le Nouveau Testament. I1 est à noter que les décomptes de Wescott et Hart sur le Nouveau Testament se soutiennent presque invariablement.

Ci-dessous, le lecteur trouvera un exemple extrait parmi d’autres sur les travaux du Dr Yvan Panin pour aborder le genre de phénomènes retrouvés par le savant sur ces textes:

 

 

rouleaux de la thora

LE HASARD EST EXCLU

Le premier verset de la Bible, « Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre« , (Genèse, chapitre 1, verset 1) contient en Hébreu 7 mots et 28 lettres, c’est-à-dire 4 fois 7. Les mots les plus importants, « Dieu » « cieux » et « terre » ont en tout 14 lettres (2 fois 7). Les trois premiers mots contiennent le sujet et l’attribut de la proposition. Ils sont formés de 14 lettres. Les deux compléments ont chacun 7 lettres. La valeur numérique des trois mots importants mentionnée plus haut est de 777, soit 111 fois 7.

L’unique verbe, « créa », a la valeur de 203, c’est à dire 29 fois 7. La valeur numérique totale des trois mots se trouvant respectivement au début, au milieu, et à la fin de ce verset est de 133 (19 fois 7)

Citons un autre exemple: le récit de la naissance de Jésus dans l’Évangile de Matthieu:

bible icone  » Voici de quelle manière arriva la naissance de Jésus-Christ. Marie, sa mère, ayant été fiancée à Joseph, se trouva enceinte, par la vertu du Saint-Esprit, avant qu’ils eussent habité ensemble. Joseph, son époux, qui était un homme de bien et qui ne voulait pas la diffamer, se proposa de rompre secrètement avec elle. Comme il y pensait, voici, un ange du Seigneur lui apparut en songe, et dit: Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre avec toi Marie, ta femme, car l’enfant qu’elle a conçu vient du Saint-Esprit; elle enfantera un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus; c’est lui qui sauvera son peuple de ses péchés. Tout cela arriva afin que s’accomplît ce que le Seigneur avait annoncé par le prophète: voici, la vierge sera enceinte, elle enfantera un fils, et on lui donnera le nom d’Emmanuel, ce qui signifie Dieu avec nous. Joseph s’étant réveillé fit ce que l’ange du Seigneur lui avait ordonné, et il prit sa femme avec lui. Mais il ne la connut point jusqu’à ce qu’elle eût enfanté un fils, auquel il donna le nom de Jésus« .(Matthieu chapitre 1, versets 18-25).

Ces versets contiennent dans la langue originale, le Grec, 161 mots, soit 23 fois 7. Le vocabulaire totalise 77 ou 11 fois 7 mots. On trouve ces mots dans 105, soit (15 fois 7) formes différentes. L’ange utilise 28 mots (4 fois 7), et des 105 formes, il en utilise 35, soit 5 fois 7. Les 77 mots du vocabulaire sont disposés selon l’alphabet par groupe de 7. Marc, chapitre 16 verset 9 à 20, contient, entre autres, les phénomènes numériques suivants. Le nombre total des mots est 175 (25 fois 7) dont Jésus utilise 56 (8 fois 7). Le vocabulaire de ces versets contient 98 mots du vocabulaire, 84 (12 fois n ont été utilisés auparavant par Marc dans son évangile et 14 (2 fois 7) sont employés uniquement ici.

Par ces derniers chiffres, Yvan Panin révèle des combinaisons mathématiques, qui ont une relation déterminée avec des chiffres qui précèdent ou qui suivent. Par ailleurs dans le Nouveau Testament;

 

sept17 dans Partages et Enseignements

fleche5 le nombre de mots dans l’ensemble des textes est divisible par 7.

fleche5 Le nombre de mots commençant par une voyelle se divise par 7.

fleche5 Le nombre de mots commençant par une consonne se divise par 7.

fleche5 Le nombre des lettres dans l’ensemble des textes se divise par 7.

Parmi ces lettres, que ce soient les consonnes ou que ce soient les voyelles, les deux sont divisibles par 7.

fleche5 Le nombre de mots dans l’ensemble des textes apparaissant sous plusieurs formes est divisible par 7.

fleche5 Le nombre apparaissant seulement sous une forme se divise de la même manière par 7.

fleche5 Le nombre de noms est divisible par 7.

fleche5 Les nombres qui ne sont pas des noms se divisent aussi par 7.

fleche5 Le nombre des noms propres se divise par 7.

fleche5 Les noms au masculin se divisent par 7.

fleche5 Les noms au féminin se divise aussi par 7.

fleche5 Le nombre des mots commençant par chacune des lettres de l’alphabet se divise par 7.

Les onze premiers versets de l’Evangile de Matthieu retracent une partie de la généalogie de Jésus. En étudiant les lettres ou en les remplaçant par les chiffres correspondants, on s’aperçoit qu’il existe plusieurs agencements logiques de ce texte, dont le point commun est d’aboutir au chiffre « 7″ lui-méme ou à un nombre multiple de « 7« :

- le passage utilise en effet un vocabulaire de 49 mots grecs différents (7 x 7)

- en les écrivant sous leur forme la plus simple (celle qui figure d’ailleurs en premier dans tous les dictionnaires…), on s’aperçoit que 28 mots commencent par une voyelle (4 x 7) et 21 par une consonne (3 x 7). Par contre, 7 d’entre eux se terminent par une voyelle et 42 (6 x 7) par une consonne. L’ensemble de ces mots représente 266 lettres (38 x 7) dont 140 exactement (20 x 7) sont des voyelles, et 126 (18 x 7) des consonnes. De plus, 35 mots (5 x 7) paraissent plus d’une fois dans ce texte, tandis que 14 mots (2 x 7) n’y figurent qu’une fois.

Du point de vue grammatical, on constate que 42 mots (6 x 7) sont écrits sous une seule forme, et que 7 mots sont utilisés avec des orthographes diverses (selon leur fonction dans la phrase, comme cela se fait en grec). I1 y a également 42 noms dans ce vocabulaire (6 x 7), et 7 autres mots qui n’en sont pas (des verbes, des articles, etc.); parmi ces noms, 7 sont des noms communs, désignant diverses choses, et 35 (5 x 7), des noms propres, désignant des personnages.

Parmi ces derniers, 28 (4 x 7) concernent les ancêtres masculins du Christ, tandis que 7 noms propres désignent ceux qui n’en sont pas. Yvan Panin complique d’ailleurs cette étude en utilisant «la valeur numérique du mot», qui est le total de l’addition des chiffres de toutes ses lettres.

 

 

 

Ancien Testament

 

 

Nouveau Testament

 

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Ancien Testament

 

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Nouveau Testament

 

 

La Bible est écrite en deux langues; l’Ancien Testament en Hébreu, [les quelques chapitres en chaldéen sont, en regard de l'usage numérique, semblables à l'Hébreu], le Nouveau Testament en Grec. Ces deux langues ont chacune cette particularité: Elles n’ont pas de symboles distinctifs pour les chiffres correspondant à nos chiffres modernes arabes 1,2,3,4,S,6,7,8,9,0, et pour les remplacer, elles se servent de lettres de leur alphabet, et ainsi chaque lettre hébraïque ou grecque correspond à un certain chiffre ou à un certain nombre. C’est ce qu’on appelle la valeur numérique de la lettre.

De la même manière qu’un mot est composé de lettres, la valeur numérique d’un mot est la somme des valeurs numériques de ses lettres.

La valeur numérique d’une phrase, paragraphe, chapitre, livre ou volume ou bibliothèque, est la somme des valeurs numériques des mots dont ils sont formés.

Au moyen de ces valeurs numériques, les Grecs et les Hébreux ont effectué toutes leurs opérations numériques. Mais dans les Écritures un système additionnel est utilisé pour la construction des textes: c’est la Place des valeurs numériques ou valeur positionnelle. La place des valeurs numériques ou la valeur positionnelle d’une lettre dans les Écritures, que ce soit l’hébreu ou le grec, est le nombre représentant le rang qu’occupe cette lettre dans l’alphabet. En conséquence dans l’hébreu, les valeurs positionnelles et les valeurs numériques des dix premières lettres sont les mêmes. I1 en est de même pour les cinq premières lettres dans le grec. Mais la onzième lettre en Hébreu ne correspond pas à onze mais à vingt. Par conséquent sa valeur numérique est 20 mais sa valeur positionnelle est 11, la dernière lettre de l’alphabet Hébreu, la vingt-deuxième correspond à 400. Donc sa valeur numérique est 400 mais sa valeur positionnelle est 22. Ceci s’applique aussi pour l’alphabet grec. Sa sixième lettre correspond à 7; ce qui est sa valeur numérique, mais sa valeur positionnelle est 6. La valeur totale d’une lettre grecque ou Hébraïque ou mot, est la somme de sa valeur numérique et de sa valeur positionnelle; ainsi la valeur totale du mot « Jésus » en grec est 975 dont la valeur numérique est 888 et sa valeur positionnelle est 87.

 

 

Valeurs positionnelles des lettres

Valeurs positionnelles des lettres

La caligraphie des lettres 11, 13, 14, 17, et 18 change lorsqu’elles se situent en fin d’un mot. Mais la valeur positionnelle atribuée demeure la même.

 

Maintenant remarquons d’autres faits saillants;

 

sept11

La valeur numérique de l’ensemble du texte est divisible par 7.

La valeur numérique des diverses formes dans lesquels les mots apparaissent, produisent le même phénomène, à savoir être divisible par 7.

L’énumération ci-dessus effleure à peine l’étendue des phénomènes numériques que Yvan Panin a mis en lumière à l’intérieur de la structure de cette portion particulière. I1 a défié tout homme de pouvoir écrire un paragraphe de 300 mots intelligiblement et de produire quelques phénomènes numériques du même genre et de le mener à terme en six mois. Tout homme qui pourrait le faire réaliserait un prodige.

Aucun homme ne s’est offert. Mais plusieurs écrivains des Ecritures étaient des hommes choisis d’un milieu de vie ou d’un secteur d’activités très ordinaire ayant peu ou pas d’éducation. Si par exemple Matthieu, Marc, Luc ou Jean avaient essayer d’écrire seulement avec l’esprit des hommes sans l’aide de Dieu et qu’ils auraient produit ces caractéristiques numériques harmonieuses que l’ont retrouve tout au long de leurs livres, combien de temps cela leur aurait-il pris?. Souvenons-nous qu’avec chaque phrase additionnelle la difficulté de construire selon ces contraintes, augmente avec une progression géométrique et arithmétique; car ils doivent trouver le moyen d’écrire chaque paragraphe et ainsi développer et établir constamment les relations numériques fixes avec le texte qui précédait et le texte à venir.

Mais une caractéristique encore plus renversante demeure: Le nombre de mots trouvés dans Matthieu et que l’on ne peut retrouver dans aucun des autres livres du Nouveau Testament, démontre un plan numérique élaboré. Comment Matthieu savait-il qu’il avait utilisé des mots qui ne seraient pas employés dans aucun des 26 autres livres. I1 aurait fallu qu’il ait devant lui tous ces livres et qu’il écrive le sien en dernier. Toutefois, il se trouve aussi que chacun des autres livres montre le même phénomène. Serait-ce donc que chaque écrivain aurait été le dernier à écrire son ouvrage?. Si non alors, peut-on dire que chacun d’eux était capable de lire dans les pensées, en plus d’être un artiste littéraire et mathématique jamais égalé et presque inconcevable.

Yvan Panin a réussi à prouver à l’aide de ses calculs que chaque livre de notre Bible comporte de telles caractéristiques et que chacune était nécessaire pour obtenir le schéma numérique de la Bible en entier et ce, afin qu’elle se développe correctement et que rien ne puisse y être rajouté ou retranché et nous parvienne telle que nous la possédons actuellement, sans détruire cet arrangement planifié.

biblebis

Depuis les cinq premiers versets de la Genèse jusqu’au dernier de l’Apocalypse nous retrouvons ces évidences d’origine divine. Donc il est certain que ce Dieu de la nature est aussi le Dieu des Écritures. Donc les querelles et discussions que nourrissent les sceptiques ne se font pas avec les croyants de la Bible mais avec Dieu lui-même.

Cette présence particulière du chiffre 7 dans les Ecritures a été récemment mise en lumière par la révélation des codes numériques Bibliques.

 

 

codes dans la Torah

Le Pentateuque ou Torah (qui peut aussi s’écrire en Français « Thora ») est composé de cinq livres qui contiennent l’essentiel de la loi Mosaïque. Une recherche de ce mot, faite par M. D. Weissmandel juste avant la seconde guerre mondiale, qui correspond aux quatre lettres « TORH » en H?breu fait apparaître un résultat avec un espace de 49 sauts équidistants dans les deux premiers livres, à savoir Genèse et Exode. Aucun résultat équivalent ne peut être trouvé dans le Lévitique mais les quatre lettres réapparaissent, dans les Livres des Nombres ou du Deutéronome, mais inversées avec les mêmes sauts équidistants, à chaque 50e lettre donc.

La loi divine a été donnée à Moïse après 50 jours d’exode et ces séquences « TORH » ou « HROT » pointent vers LEUR AUTEUR CELESTE, c’est à dire DIEU qu’avec des sauts équidistants de 7 lettres (et 7 x 7 = 49), chaque huitième lettre sur le Livre du Lévitique désigne sous le nom Hébreu de « YHWH« . (se reporter au chapitre concerné pour le développement).

Mais le chiffre « 7 » n’est pas le seul qui présente des aspects intéressants. I1 y a aussi d’autres chiffres qui donnent des développements aussi intéressants et tous sont significatifs dans leur contexte.

Notre Bible comprend 66 livres dont quelques-uns s’assignent eux mêmes à un auteur par son nom, tandis que d’autres son anonymes. Ceux qui s’assignent eux mêmes à un auteur que ce soit en entier ou en partie sont les suivants: Exode, Lévitique, Nombres, Deutéronome (ils s’assignent eux mêmes au moins en partie à Moïse ou bien sont cités ailleurs dans la Bible comme étant les ouvrages de Moïse). Ésaïe, Jérémie, Ézéchiel, et les douze petits prophètes s’assignent eux mêmes aux auteurs portant le même nom. Les Psaumess’assignent à David. Les Proverbes et Cantiques de cantiques s’assignent eux mêmes à SalomonEcclésiaste s’assigne lui même au « Fils de David ». Daniel, Esdras, Néhémie, s’assignent eux mêmes respectivement à ces auteurs: Jacques 1 et 2.Pierre, et Jude portent le nom de ces écrivains. Les épîtres de Paul sauf celle aux Hébreux, s’assignent eux mêmes à Paul. L’Apocalypse s’assigne elle-même à Jean. Les livres anonymes sont Genèse, Josué, Juges, 1-2 Samuel, 1,2 Rois, Job, Ruth, Lamentations de Jérémie, Esther, 1-2 Chroniques, Matthieu, Marc, Luc, Jean, Actes, 1-2-3 Jean, et Hébreux. De tous les écrivains nommés ci-dessus comme les auteurs des livres de la Bible, quelques-uns se sont attribués plus d’un livre. Moïse en a 4, Salomon 3, Pierre 2, Paul 13, d’autres écrivains ont seulement un livre en attribution.

Maintenant souvenons-nous que les livres de la Bible sont dans les textes Hébreux originaux et les textes grecs arrangés différemment dans leurs versions respectives de la Bible Anglaise et de la Bible Française.

biblemic Bible anglaise

Ancien Testament

1Gen2Exode 3Lévitique4Nombres5Deutéronome6Josué. 7Juges8. 1 Samuel92 Samuel10.1 Rois11.2 Rois. 12.Esdras13.Jérémie14.Ézéchiel15Osée 16. Joël. 17Amos18Abdias19Jonas. 20Michée21. Nahum22Habacuc23. Sophonie24Aggée. 25Zacharie26Malachie27Psaumes. 28Proverbes.29Job30Cantique des Cantiques 31Ruth32Lamentations33Ecclésiaste34Esther35Daniel. 36Esaïe37Néhémie381 Chroniques 392 Chroniques

 

Nouveau Testament

40Mathieu41Marc42Luc43. Jean44Actes des apôtres45Jacques461 Pierre. 472 Pierre481 Jean 492 Jean503 Jean51. Jude52Romains531 Corinthiens. 54. 2 Corinthiens56. Galates56Éphésiens 57Philippe. 58Colossiens591 Thessaloniciens 602 Thessaloniciens 61. Hébreux62. 1 Timothée632 Timothée64Tite65. Philémon66Apocalypse.

 

biblemic Bible française

 

 

bible animee

Ancien Testament

(39 livres canoniques)

(écrits avant Jésus-Christ)

«  Testament  »

signifiant

«  Alliance de Dieu avec les hommes  »

Ancien testament

curseur
• 1 La Genèse part 1 ch 1 à 28 [1533 versets]
curseur
• 1 La Genèse part 2ch 29 à 50

curseur

• 2 L’exode part 1ch 1 à 12 [1213 versets]

curseur

• 2 L’exode part 2ch 13 à 40

curseur

• 3 Le Lévitique [859 versets]

curseur

• 4 Les Nombres part 1ch 1 à 17 [1288 versets]

curseur

• 4 Les Nombres part 2ch 18 à 36

curseur

• 5 Le Deutéronome [959 versets]

curseur

• 6 Le Livre de Josué [658 versets]

curseur

• 7 Le Livre des Juges [618 versets]

curseur

• 8 Le Livre de Ruth [85 versets]

curseur

• 9 Le Livre I de Samuel [811 versets]

curseur

• 10 Le Livre II de Samuel [695 versets]

curseur

• 11 Le Livre I des Rois [817 versets]

curseur

• 12 Le Livre II des Rois [719 versets]

curseur

• 13 Le Livre I des Chroniques [942 versets]

curseur

• 14 Le Livre II des Chroniques [822 versets]

curseur

• 15 Le Livre d’Esdras [280 versets]

curseur

• 16 Le Livre de Néhémie [406 versets]

curseur

• 17 Esther [167 versets]

curseur

• 18 Job [1070 versets]

curseur

• 19 Les Psaumes part 1 ch 1 à 77 [2527 versets]

curseur

• 19 Les Psaumes part 2 ch 78 à 108

curseur

• 19 Les Psaumes part 3 ch 109 à 150

curseur

• 20 Les Proverbes [915 versets]

curseur

• 21 L’Ecclésiaste [222 versets]

curseur

• 22 Le Cantique des Cantiques [117 versets]

curseur

• 23 Isaïe part 1 ch 1 à 35 [1291 versets]

curseur

• 23 Isaïe part 2 ch 36 à 66

curseur

• 24 Jérémie part 1 ch 1 à 24 [1364 versets]

curseur

• 24 Jérémie part 2 ch 25 à 52

curseur

• 25 Les Lamentations [154 versets]

curseur

• 26 Ezéchiel part 1 ch 1 à 26 [1273 versets]

curseur

• 26 Ezéchiel part 2 ch 27 à 48

curseur

• 27 Daniel [357 versets]

curseur

• 28 Osée [197 versets]

curseur

• 29 Joël [73 versets]

curseur

• 30 Amos [146 versets]

curseur

• 31 Abdias [21 versets]

curseur

• 32 Jonas [48 versets]

curseur

• 33 Michée [105 versets]

curseur

• 34 Nahum [47 versets]

curseur

• 35 Habaquq [56 versets]

curseur

• 36 Sophonie [53 versets]

curseur

• 37 Aggée [38 versets]

curseur

• 38 Zacharie [211 versets]

curseur

• 39 Malachie [55 versets] )

bible animee

Nouveau Testament

(27 livres canoniques)

(écrits après Jésus-Christ)

«  Testament  »

signifiant

«  Alliance de Dieu avec les hommes  »

Nouveau Testament

curseur

• 1 L’Evangile selon Matthieu [1071 versets]

curseur

• 2 L’Evangile selon Marc [680 versets]

curseur

• 3 L’Evangile selon Luc [1151 versets]

curseur

• 4 L’Evangile selon Jean [879 versets]

curseur

• 5 Les Actes des Apôtres [1006 versets]

curseur

• 6 Epître aux Romains [433 versets]

curseur

• 7 Première Epître aux Corinthiens [437 versets]

curseur

• 8 Deuxième Epître aux Corinthiens [256 versets]

curseur

• 9 Epître aux Galates [149 versets]

curseur

• 10 Epître aux Ephésiens [155 versets]

curseur

• 11 Epître aux Philippiens [104 versets]

curseur

• 12 Epître aux Colossiens [95 versets]

curseur

• 13 Première Epître aux Thessaloniciens [89 versets]

curseur

• 14 Deuxième Epître aux Thessaloniciens [47 versets]

curseur

• 15 Première Epître à Timothée [113 versets]

curseur

• 16 Deuxième Epître à Timothée [83 versets]

curseur

• 17 Epître à Tite [46 versets]

curseur

• 18 Epître à Philémon [25 versets]

curseur

• 19 Epître aux Hébreux [303 versets]

curseur

• 20 Epître de Jacques [108 versets]

curseur

• 21 Première Epître de Pierre [105 versets]

curseur

• 22 Deuxième Epître de Pierre [61 versets]

curseur

• 23 Première Epître de Jean [105 versets]

curseur

• 24 Deuxième Epître de Jean [13 versets]

curseur

• 25 Troisième Epître de Jean [15 versets]

curseur

• 26 Epître de Jude [25 versets]

curseur

• 27 L’Apocalypse [404 versets]

 

Le nombre est 66 ou 6 x 11.

(note du webmaster: 39 + 27 livres = 66 livres et 3 x 9 = 27)

Les livres anonymes sont au nombre de 22 ou 2 x 11. Les livres non anonymes sont au nombre de 44 ou 4 x 11. De ces 44; 22 ou 2 x 11 appartiennent à des écrivains de plus d’un livre, et 22 appartiennent à des écrivains d’un seul livre. La somme de ces 66 nombres ou 6 x 11 est 2.211 soit 201 x 11. Ce nombre est divisé ainsi: Les 22 livres des auteurs de plus d’un livre totalisent 946 ou 86 x 11. Les autres 44 totalisent 1.265 ou 115 x 11. De ces 66 livres, 21 sont des épîtres, leur nombre s’étend de 45 à 65 i.e. de Jacquesà Philémon (voir tableau). Maintenant la somme des 66 livres soit 2.211 se divise encore entre les épîtres et les « non-épîtres ». Les épîtres font 1.155 soit 105 x 11, et les « non-épîtres » font 1.056 soit 96 x 11.

Moïse, David, Esaie, Jérémie, Osée, Joël et Daniel sont expressément mentionnés dans le Nouveau Testament. Les nombres de leurs livres sont 2,3,4,6,12,13,15, 16, 27, 35 (voir tableau). La somme est alors de 132 soit 12 x 11. Maintenant considérons la valeur numérique des auteurs de la Bible (ceux auxquels des livres s’assignent eux-même) en additionnant la valeur de chacune des lettres.

(Note du webmaster: 132 jours totalisent 3168 heures)

 

Moïse

345

Zacharie

242

Esaie

401

Aggée

21

Jérémie

271

Malachie

101

Ezéchiel

156

David

14

Osée

381

Salomon

375

Joël

47

Daniel

95

Amos

176

Esdras

278

Abdias

91

Néhémie

113

Jonas

71

Jacques

833

Michée

76

Pierre

756

Nahum

104

Jude

685

Habacuc

216

Paul

781

Sophonie

235

Jean

1069

 

Total = 7.931

c’est à dire 7.931 = 11 x 7 x 103.

La somme des facteurs 7, 11, 103 est 121 soit 11 x 11.

La présence de ces facteurs de « 11″ en relation avec le nombre, la séquence et les noms des auteurs sont, soit accidentelle, soit voulue. Que le nombre des livres de la Bible soit un multiple de 11 peut être purement accidentel puisque malgré tout, seulement chaque onzième nombre est un multiple de 11, la chance d’obtenir un multiple de 11 est seulement de 1 sur 11. Que ce nombre soit ainsi divisible dans les livres anonymes et non-anonymes, et que chaque classe soit aussi un multiple de 11; ceci peut aussi être accidentel, mais la chance n’est que d’une sur 121 soit: 11 x 11.

Que ce nombre soit ainsi divisible par 11 parmi les auteurs d’un seul ou de plusieurs livres et soit une fois encore dû à la chance, ne présente seulement qu’une chance sur 1.331 soit: 11 x 11 x 11.

Si on veut aller encore plus loin sur les 8 figures parmi les 11 mentionnées, chacune d’elle peut être accidentelle mais la chance est seulement de 1 dans 11 à la puissance 8 soit: 214.358.881.

Maintenant la somme des valeurs numériques des 26 auteurs (7.931) est aussi un multiple de 7. De ce nombre les 21 auteurs de l’Ancien Testament (soit 3 x 7) représentent 3.808 soit 544 x 7, et les écrivains du Nouveau Testament représentent 4.123 soit 589 x 7.

Des 3.808 auteurs de l’Ancien Testament, 2.933 soit 419 x 7 appartiennent aux écrivains de La Loi et des prophètes, de Moïse à Malachie, et 875 soit 125 x 7 appartiennent aux écrivains de ce qu’il est convenu d’appeler « Hagiographes » de David à Néhémie. Sept des 21 écrivains de l’Ancien Testament soit 3 x 7 sont expressément cités dans le Nouveau Testament: Moïse, David, Ésaie, Jérémie, Daniel, Osés, Joël. Leur valeur numérique est 1.554 soit 222 x 7. La valeur numérique de Moïse qui vient en tête de la liste, et de Jean qui la termine, 346 et 1.069 donnent 1.414 soit 202 x 7.

La Bible débute avec le mot Hébreu équivalent à « commencement » et se termine avec le mot grec « hagios », ou « Saint ».

Ce mot Hébreu apparaît dans les livres suivants: Genèse, Exode, Lévitique, Nombres, Deutéronome, 1 Samuel, Esaie, Jérémie, Ézéchiel, Osée, Amos, Michée. Psaumes, Proverbes, Job, Ecclésiaste, Daniel, Néhémie, 2 Chroniques. Le mot grec apparaît dans les livres suYvants du Nouveau Testament: Matthieu, Marc, Luc, Jean, Actes, 1,2, Pierre, 1 Jean, Jude, Romains, 1 et 2 Corinthiens, Éphésiens, Philippe, Colossiens, 1 et 2 Thessaloniciens, Hébreux, 1 et 2 Timothée, Tite, Philémon, Apocalypse. Ces livres donnent le nombre de 42 soit 6 x 7. Prenez le nombre respectif de chacun des livres dans l’ordre de leur place (voir tableau) et la somme est 1575 ou 225 x 7.

Ces 8 figures de 7 en relation avec l’ordre et les auteurs des livres pourraient aussi être accidentelles, mais la probabilité pour qu’une telle combinaison des facteurs de 7et de 11 arrivent ensemble est de l’ordre de 1 sur des milliards. I1 est clairement démontré que le nombre actuel des livres de la Bible n’est pas accidentel mais bien voulu.

arrow8 Nous avons vu que la proportion entre les livres anonymes et non anonymes a été planifiée.

arrow8 Nous avons vu que la proportion entre les nombres de livres appartenant à un écrivain et le nombre de livres appartenant aux auteurs de plus d’un livre a été également planifiée.

arrow8 Nous avons vu que la proportion des épîtres et les autres livres dans la Bible a été elle aussi planifiée.

arrow8 Nous avons vu que le nombre de livres du Nouveau Testament dans lesquels les écrivains de l’Ancien Testament avaient été cités, résulte aussi d’une planification.

arrow8 Il est apparent que la séquence des livres en Hébreu et en Grec a été planifiée.

arrow8 Nous avons vu que les noms des 26 auteurs étaient voulus…

Supposer que ces phénomènes mathématiques dans leur ordre, dans leur ensemble… soit purement d’origine humaine, est une idée tout simplement inconcevable, mais en émettant l’hypothèse qu’un Esprit Mathématique Supérieur, l’Auteur mathématique de la nature, ait planifié ces phénomènes numériques (à l’insu des écrivains eux-mêmes), ceci expliquerait non seulement ces phénomènes, mais encore des milliers de semblables qui pourraient faire l’objet de découvertes futures. Aucun homme ne pourrait par ses propres capacités accomplir l’exploit d’introduire autant de phénomènes numériques.

Selon les lois de la probabilité, il y a une chance sur 191,581,231,380,566,414,401 (21 chiffres soit 3 x 7!) pour qu’un paragraphe de la Bible contienne vingt-quatre phénomènes mathématiques basés sur le chiffre 7. Parler de hasard est mathématiquement exclu! Cela inciterait-il les savants et autres érudits critiques du monde, les athées, et les infidèles à plier genou devant Jésus-Christ, et à accepter les écritures? Non, en effet! Car des centaines parmi eux qui ont déjà confronté ces faits, les mettent de côté en disant, soit qu’ils n’ont pas le temps de faire des recherches là dessus ou qu’ils ne sont pas intéressés par les mathématiques de la Bible.

« Le monde avec leur sagesse ne connaît pas Dieu » et « l’homme animal ne reçoit pas les choses de l’Esprit de Dieu, » quelque soit la grandeur des évidences de l’inspiration divine présentée. Si le Christ infini lui-même n’a pu convaincre les savants de Son temps, aucun phénomène numérique révélé de nos jours ne pourra convaincre ceux qui refusent d’être convaincus.

« Voici la condamnation, c’est que la lumière est venue dans le monde, et l’homme a préféré les ténèbres plutôt que la lumière parce que leurs œuvres étaient mauvaises. » La valeur de ces découvertes repose principalement dans leur pouvoir de confirmer et consolider la foi de ceux qui récemment, sont nés de nouveau en les encourageant, comme les grandes révélations de l’archéologie de ces derniers temps à proclamer avec une puissance renouvelée l’Ancien Testament qui, associé au pouvoir de conviction de l’Esprit-Saint, est en mesure de briser l’infidélité de ceux qui sont aveuglés par les ennemis des âmes.

 

 

Barre de separation

ivan panin

C O N C L U S I O N

Au sujet des travaux du Dr Yvan Panin, le Prof. A. Gordon Melvin, de New York, très en vue dans le domaine de l’éducation laïque, a effectué un pèlerinage à Aldershot, Canada, pour rencontrer le Dr Yvan Panin, et il nous a remis le rapport suivant: « Après avoir conversé avec le Dr Panin et scruté son travail, je crois qu’il est temps pour ceux qui connaissent cette œuvre de déployer un effort concerté pour la rendre disponible à ceux qui ignorent son existence. J’ai constaté que le Dr Panin possède des données sous forme de concordances numériques représentant des années de travail. Je suis inquiet en constatant leur état périssable.

Le Dr. W. Bell Dawson, savant canadien bien connu, nous a écrit: Je suis d’accord avec ce que vous dites au sujet des travaux du Dr Panin, dont je suis conscient depuis un certain nombre d’années. Je suis particulièrement intéressé par l’influence qu’ils peuvent avoir sur le choix des « lectures diverses » par la population. J’espère que son oeuvre magistrale sera continuée.

Le Dr Arthur I. Brown, éminent médecin Canadien et conférencier biblique bien connu, qui a maintenant rejoint son Créateur, a aussi visité le Dr Yvan Panin et nous a écrit pour nous inciter fortement à répandre son oeuvre par tous les moyens possibles.

Le Dr D. M. Panton, éditeur de The Dawn et professeur de Bible bien connu de London, dit: « La découverte du Dr Panin, une des plus renversantes qui puissent être faites; est un des cataclysmes de Dieu pour la crise finale c’est l’arrêt de mort de la critique destructive, non pas, malheureusement, que les critiques vont être convaincus, car les fondements de leurs doutes reposent beaucoup plus profondément que dans l’intelligence; et quand leurs croyances fermes sont réfutées, ils déplacent le problème; néanmoins, pour tous ceux qui font honnêtement appel à l’intelligence, cette découverte fournit une manifestation intelligente de la miséricorde de Dieu, qui rencontrera chaque âme sur son propre terrain. Celui qui analyse l’Écriture de façon destructive se retrouve dans la situation d’un analyste infantile aux prises avec des complexités qu’il n’avait jamais imaginées. L’inspiration verbale de la Bible est ici démontrée mathématiquement, laissant loin en arrière toute machination essayant de la détruire. L’Écriture se révèle comme un parchemin qui, exposé à la lumière, fait ressortir l’autographe de son Artisan; un texte qui comporte précisément cette marque d’une arithmétique miraculeuse qui se retrouve dans la chute mathématique parfaite des flocons de neige, et dans les enroulements parfaits d’une coquille. Aux critiques du Dr Panin je dirais: « Mettez-vous ses chiffres en question? Si oui, où s’est-il trompé? Sinon, leur portée est incontestable. Vous ne pouvez argumenter contre les mathématiques« .

Barre de separation

Devant ces faits indiscutables, ce serait complètement audacieux ou même une folie de les ignorer et de poursuivre délibérément notre chemin vers un ENFER éternel. Les Ecritures (La Parole de Dieu) nous montrent les deux et seulement deux destinations pour l’homme: le Ciel ou l’Enfer.

Chaque individu sera éternellement destiné à vivre dans l’un ou l’autre de ces deux endroits. La sagesse nous ordonne sûrement de choisir le ciel. Comme il est merveilleux et éternellement béni, ce Dieu dans son Amour pour nous, lui qui a tracé un chemin à tous ceux (toute l’humanité?) qui viendront à lui par l’accomplissement de l’Oeuvre de son Fils Unique sur la croix. Il nous dit:

bible icone  » je suis le Chemin. la Vérité, et la Vie, nul ne viens au Père que par Moi. (Jean 14/6).

Quelle folie ce serait de s’opposer ou de contester avec lui! Et pourquoi? Il est bien plus sage et préférable de prendre la place des Publicains et de s’écrier: « O Dieu, soit miséricordieux envers moi, qui suis un pauvre pécheurs » et recevoir le Sauveur donné si gracieusement. Voyez Jean 1: verset 12, et 3: verset 16.

bible icone  » Mais à tous ceux qui l’ont reçue, à ceux qui croient en son nom, elle a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu« .

bible icone  » Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle« .

arrow8 Venez maintenant, demain sera peut-être trop tard!

bible icone  »venez au Sauveur, n’attendez pas. Ici dans sa Parole, Il nous a montré le Chemin« .

 

NOTE: La Nobell Research Foundation a considéré ces manuscrits tellement importants, qu’une caméra spéciale a été installée pour photographier chacune des quelques 43,000 feuilles. Elles ont été vérifiées depuis, quant aux erreurs mathématiques, et quelques corrections ont été effectuées. Des caractéristiques numériques additionnelles ont été découvertes par les érudits chargés de cette vérification.

 

Barre de separation

Liens:

http://www.chez.com/voxdei/refstruct.htm

Barre de separation

Annexes

Ouvrages en Anglais

1. McCormack, R., « The Heptadic Structure of Scripture, » Marshall Brothers Ltd., London, 1923; E.W. Bullinger, Numbers of the Scriptures; F.W. Grant, The Numerical Bible (7 vols.); Browne, Ordo Saeculoreium, et al.

2. Ivan Panin (various works), « Bible Numerics, » P.O. Box 206, Waubaushene, Ontario, L0K 2C0.

 

Travail original d'Ivan Panin sur le Nouveau testament en Anglais

Numeric English New Testament

Travail original d’Ivan Panin sur le Nouveau testament en Anglais

publié par Unleaved Bread Ministries

Disponible sur ce site en Anglais en .PDF 416 pages

Cliquer sur cette icone exemplaire vignette adobe PDF  ce lien ou cet autre lien internes pour démarrer le téléchargement

3. Ivan Panin  « Numeric English New Testament » publié par Unleaved Bread Ministries

 

 

Ivan Panin  "The New Testament FROM THE GREEK TEXT as established by BIBLE NUMERICS" publié par "Book society of Canada"

 

3. Ivan Panin  « The New Testament FROM THE GREEK TEXT as established by BIBLE NUMERICS » publié par « Book society of Canada »

 

 

Ivan Panin  "Bible Chronology" publié par David J. Webster, M. Div.

 

5. Ivan Panin  « Bible Chronology » (en Anglais) publié par David J. Webster, M. Div.

 

 

Ivan Panin   ouvrages (en Anglais) sur Amazon
Ivan Panin   ouvrages (en Anglais) sur Amazon

 

Ivan Panin   ouvrages (en Anglais) sur Amazon

 

Ivan Panin   ouvrages (en Anglais) sur Amazon

 

Ivan Panin   ouvrages (en Anglais) sur Amazon

 

Ivan Panin   ouvrages (en Anglais) sur Amazon

Sources: http://www.amazon.fr

Commentaires sur les 12 derniers versets de Marc disponibles sur mon site en fichier PDF scanné par Google en anglais.

Cliquer sur: exemplaire vignette adobe PDF

6. Ivan Panin  autres ouvrages (en Anglais) sur Amazon

 

Numeric Greek New Testament (PDF) ©2010 Unleavened Bread Ministries. All Rights Reserved.

Numeric Greek New Testament (PDF) ©2010 Unleavened Bread Ministries. All Rights Reserved.

 

Cliquer sur: exemplaire vignette adobe PDF ou sur: http://www.ubm1.org/?page=nent (en Anglais)

Cliquer sur: exemplaire vignette adobe PDF ou sur: http://www.unleavenedbreadpublishing.org/pdf/NGNT.pdf (en Grec)

 

7. Ivan Panin:  autres ouvrages disponibles sur le Net:

Cliquer sur: exemplaire vignette adobe PDF ou sur: « The Inspiration of the Scriptures Scientifically Demonstrated« 

 

 

 

Cosmic codes de Chuck Missler

« Cosmic Codes« 

Sources: http://members.cox.net/8thday/

8. Chuck Missler: « Cosmic Codes« 

 

 

Barre de separation

logo point final vox dei infos voxdei

BibleUn mathématicien autrefois sceptique publie un livre explosif sur le Code de la Bible
(WorldNet Daily)

Bible code de R E SHERMANUn expert en mathématiques, ex-sceptique, prouve que Dieu est l’auteur de la Bible. Après le livre de Michael Drosnin: LA BIBLE, LE CODE SECRET, voici celui d’Edwin Sherman: BIBLE CODE BOMBSHELL (« La bombe du Code de la Bible: les évidences scientifiques convaincantes prouvant que Dieu est l’auteur de la Bible »).

La Sainte Bible, le best-seller de tous les temps, n’a pas été écrite par l’homme, mais par Dieu. C’est la conclusion d’un expert en mathématiques et en statistiques, Edwin Sherman. Sa démarche de sceptique était de réfuter l’existence de tout message caché et codé qui serait dissimulé dans les Ecritures, et voilà que ses études l’ont amené à la preuve irréfutable de la paternité divine de la Bible.

Cet expert va pousser ses investigations en se fondant sur un point de vue scientifique pour étudier les textes originaux. Son étude consiste à appliquer les mêmes principes déjà énoncés pour rechercher les codes dans un texte hébreu commun en parallèle avec un texte de l’Ancien Testament selon leur mouture digitale d’origine. Les résultats obtenus constituant une preuve scientifique irréfutable l’ont convaincu que Dieu est bien l’auteur de la Bible. Il est désormais affirmatif: la Bible en hébreu contient des messages cachés et codés.

Des mots et des messages peuvent-ils se trouver cachés dans le texte biblique? Qui les a cachés là et dans quel but? L’auteur présente l’évidence surprenante et jamais prouvée jusqu’alors de ces codes et de leur signification pour le monde d’aujourd’hui. Dans ce nouveau livre instructif, le contenu étonnant de 200 longues phrases de codes sont traduites par le Dr. Nathan Jacobi, un expert de premier ordre dans le décryptage des codes de la Bible.

Différent des autres livres traitant du même sujet qui pouvaient mettre à la lumière des mots isolés cachés dans un livre ordinaire, celui-ci démontre que de longues phrases codées peuvent être mises en évidence, telles que: « vous réclamerez à grands cris le sang du Messie« , « résurrection de Jésus, il est en effet ressuscité« , « Jésus est le chemin« , « Jour terrible pour Marie« , « Jaillissant des cieux, mon nom puissant s’éleva au-dessus de Jésus, et les nuages se réjouirent« … ces phrases sont en adéquation et en parfaite symbiose contextuelle avec les phrases lues « en clair ». Edwin Sherman qui a une expérience de 30 ans dans l’analyse des probabilités et des statistiques explique clairement comment ces codes démontrent que la Bible est réellement inspirée de Dieu.

C’est ainsi que les lecteurs comprendront qu’il existe des moyens actuels pour discerner les Ecritures inspirées de Dieu et celles qui ne le sont pas comme par exemple les nouvelles révélations ou encore un Nouvel Evangile qui seraient annoncés par des mediums ou des « channellers » new-age.

Le livre de Michael Drosnin paru en 1977: LA BIBLE, LE CODE SECRET qui s’appuie sur les recherches du mathématicien Eli Rips est devenu très populaire et annonçait que des messages étaient encodés dans la Bible, certains événements tels que: l’holocauste, l’assassinat d’Yitzak Rabin et la guerre du Golfe, par exemple.

Ces affirmations ont immédiatement soulevé la riposte des sceptiques. Le physicien Dave Thomas a écrit en 1997: « Des messages cachés peuvent être trouvés n’importe où, avec du temps et des efforts pour investiguer le vaste champ des probabilités. Drosnin a sous-estimé le hasard et la force brute des ordinateurs quand il annonce que ces messages se situent au-delà des probabilités du hasard, j’ai prouvé que non. »

Un autre de ces sceptiques convaincus était justement Edwin Sherman, qui voulait démontrer que les résultats de M. Drosnin étaient truqués ou fabriqués de toutes pièces. Il avait même déclaré à la presse que les exemples de M. Drosnin étaient pour la plupart dérisoires.

« En se donnant la peine de rechercher d’éventuels messages subliminaux, vous pourriez tout aussi bien les trouver dans le bottin téléphonique de Jérusalem » avait-il lancé. Cependant, il a été assez intéressé pour utiliser le logiciel qui permet d’analyser les textes masorétiques de l’Ancien Testament. « J’étais tellement sceptique sur toute cette affaire que j’avais préparé un projet pour démontrer que tout cela était fictif. » a-t-il ajouté. « J’ai bien été obligé de reconnaître que les exemples que j’ai trouvés allaient bien plus loin que de simples mots et phrases, car comme une preuve supplémentaire, ils se trouvent absolument en corrélation avec le texte « de surface » dans lequel ils se situent. »

(WorldNet Daily – Toutes nos sources) ajoutée le 2005-08-26

Barre de separation

Ouvrages en Anglais

Bible Numerics Materials By Ivan Panin:

Numeric English New Testament (paperback – 6″ x 9″ x ¾ ») – $19.50

Numeric English New Testament - Today’s English (paperback – 6″ x 9″ x ¾ ») – $19.50

Shorter Works - $2.50

Bible Numerics - $1.50

The Last Twelve Verses Of Mark - $2.00

A Holy Challenge For Today - $2.50

Inspiration Of The Scriptures Scientifically Demonstrated - $0.50

Inspiration Of The Hebrew Scriptures Scientifically Demonstrated - $2.00

About Bible Numerics (Not by Mr. Panin):

Ivan Panin’s Astounding New Discoveries by Karl Sabiers (ask about quantity discount) – $9.50

Absolute Mathematical Proofs - $0.50

Seal of God By F.C. Payne – $6.50

To place an order, email jptbooks@gmail.com or call 207-512-2636.

New England Bible Sales
262 Quaker Rd
Sydney, ME 04330

Sources: http://www.ubm1.org/?page=numericmaterials

Short descriptions of the above materials:

Numeric English New Testament – translated by Ivan Panin – 460 pages. The complex mathematical pattern in the original autographs of the Scriptures will only be found in the manuscripts that were copied exactly. Using the Greek manuscripts whose text fit the numeric pattern, Ivan Panin reconstructed a Greek text and translated it into English in 1914. This volume also indicates where the definite article is used in Greek but not reflected in our English version.

Numeric English New Testament – Today’s English is very similar to the above with « thee » and « thou » changed to « you »; plural « you » is so indicated; additionally-plural nouns not so indicated in English are identified.

Shorter Works of Ivan Panin – 83 pages. This booklet contains a short biography of Ivan Panin, works on Genesis, Jehoiakim, Word Order, Romans, Genesis, Verbal Inspiration demonstrated and others.

Bible Numerics – by Ivan Panin – 30 pages. This paper is the text of a speech delivered by Ivan Panin at Caxton Hall in Westminster England which illustrates the mathematical and numeric interrelationship of all Scripture.

Bible Chronology (PDF only) – by Ivan Panin – 107 pages. This is a highly technical chronology of biblical dates and numeric biblical patterns. Mr. Panin’s efforts of over 40,000 separate pages of written reference and research work form the basis of it.

The Last Twelve Verses of Mark (PDF) – by Ivan Panin – 56 pages. This work establishes the validity of the last 12 verses as Scripture by the multiple of sevens (7s) numerical structure and interrelationship of the words, forms, occurrences, syllables and letters as they relate to the whole Gospel of Mark.

A Holy Challenge for Today – by Ivan Panin – 69 pages. This is an excellent small booklet describing why Panin began to pursue Bible numerics and how he approached a revision of the New Testament text. It also compares the various manuscripts and the whole process Panin went through in creating his revision. This booklet was completed shortly before his death in1942.

The Inspiration of the Scriptures Scientifically Demonstrated – by Ivan Panin – 15 pages. This is Ivan Panin’s letter given in reply to a challenge of Christianity by a person known only a W.R.L., found in the newspaper The New York Sun of Sunday November 19, 1899. Mr. Panin « happened » to find the paper left on a vacant train seat. The editorial section had actually devoted several months to a discussion of the truths of Christianity, Ivan Panin did not know this at the time, having not seen the paper for years. This is a good summary which was published to the readers of the Sun in 1899.

Inspiration of the Hebrew Scriptures Scientifically Demonstrated – by Ivan Panin – 61 pages. This paper shows that the Hebrew Old Testament is constructed of a numeric design running through every conceivable detail.

Ivan Panin’s Astounding New Discoveries – by Karl Sabiers – 158 pages. This work by Karl Sabiers is a biography and exposition of the discoveries made by Ivan Panin including examples, how they were discovered, how they prove the Bible is a God breathed Book, and how the discoveries affect the reader. It is a good synopsis of Panin’s work.

Absolute Mathematical Proofs on Divine Inspiration of the Bible – by Dr. Keith Brooks – 15 pages. This tract reviews the works of Ivan Panin and is a nice introductory summary for sharing with those interested in the subject of the title or as a witnessing tract.

Seal of God – by F.C. Payne – 178 pages. Showing the design of God in creation: human structure, birds, flowers and insects; the number 7 in creation and the Bible; an overview of Ivan Panin’s works; evolution.

Sources: http://www.ubm1.org/?page=numericmaterials

Barre de separation

barviole

Bible animée

Bible complète téléchargeable

version L. Segond (1917) – libre de droits - AT NT -

+ aide + Index Biblique de navigation + fond d’écran + bouton

disquette pivotante

archive .ZIP(1.5 Mo à décompresser avec unzip sur Mac ou Winzip sur PC)

barviole

Barre de separation

bluearro

retour au sommaire

L’imminence de l’enlèvement (Bible et Nombres)

L'imminence de l'enlèvement de l'Eglise

Dernière mise à jour: Mai 2014

Barre de separation

Enlèvement de l'Eglise

Enlèvement de l’Eglise

 » […] Car, dans les jours qui précédèrent le déluge, les hommes mangeaient et buvaient, se mariaient et mariaient leurs enfants, jusqu’au jour où Noé entra dans l’arche; et ils ne se doutèrent de rien, jusqu’à ce que le déluge vînt et les emportât tous: il en sera de même à l’avènement du Fils de l’homme. Alors, de deux hommes qui seront dans un champ, l’un sera pris et l’autre laissé; de deux femmes qui moudront à la meule, l’une sera prise et l’autre laissée. Veillez donc, puisque vous ne savez pas quel jour votre Seigneur viendra(Matthieu 24/38-42).

 

 

Barre de separation

 

enlèvement de l'Eglise

 

…//…Nous serons tous ensemble enlevés avec eux sur des nuées, à la rencontre du Seigneur dans les airs, et ainsi nous serons toujours avec le Seigneur. Consolez-vous donc les uns les autres par ces paroles « .

(1 Thess. 4/15-18)

 

(illustration de la jacquette de la vidéo du docteur Pierre Gilbert consacrée à L’Enlèvement de l’Église)

Table des matières 

Avant propos

Message aux veilleurs-éveilleurs

Introduction: Le Pré-millénarisme

Le premier Retour de Jésus-Christ et enlèvement de l’Eglise: une promesse Biblique

Définitions de l’enlèvement

Chronologie

Tableau des deux retours de Jésus-Christ

Premier Jugement des chrétiens au tribunal de Christ

La distinction entre l’Eglise et Israël

Avènement d’un personnage  » hors normes  »:  » l’Antechrist-Antichrist  »

L’Eglise, les Nations, Israël et la Grande Tribulation

L’Eglise et la Grande Tribulation

Les Nations et la Grande Tribulation

Israël et la Grande Tribulation

La bataille d’Harmaguédon

Deuxième Retour de Jésus-Christ

Edification 

Quelles sont les conditions à respecter pour participer à l’Enlèvement et échapper à la tribulation à venir?

Attitude du croyant:

Attitude de l’incroyant

Preuves Scripturaires en faveur d’un enlèvement prétribulationiste

Autres points de vue de conception

L’Amillénarisme

Le Post-Millénarisme

Prophéties accomplies ou en voie d’accomplissement concernant uniquement notre génération (Mise à jour octobre 2000)

Cinq chapitres complémentaires

Exhortations et mises en garde pour notre temps

Annexes

«  Le silence du Ciel  » ou «  Le silence des anges « :

Calcul possible du «  Jour  » de l’entrée triomphale de Jésus dans Jérusalem

Documents

 

 

Barre de separation

 

 

 

L'imminence de l'enlèvement (Bible et Nombres) dans Partages et Enseignements croix3 

Jésus-Christ par Son sacrifice sur la croix nous a sauvés.

Elle est notre passage clouté.

jcprie dans Partages et Enseignements

Il a versé Son sang pour nous.

Il est notre vaisseau sanguin

Avant propos

Message aux veilleurs-éveilleurs

Un nombre de plus en plus important de faux-prophètes avancent des dates, Millénaire oblige, parfois définies au Jour près, pour annoncer le Retour de Jésus-Christ. En fait, il s’agit d’avantage d’un « numerus clausus » qu’une date précise, un « nombre compté » d’élus prédestinés selon les Desseins du Père qui conditionne la consommation des temps (du Comp(u)ter?) et le premier Retour de Notre Seigneur. Plusieurs versets expriment cette notion de base dont un en Apocalypse:

«  […] Quand il ouvrit le cinquième sceau, je vis sous l’autel les âmes de ceux qui avaient été immolés à cause de la parole de Dieu et à cause du témoignage qu’ils avaient rendu. Ils crièrent d’une voix forte, en disant: Jusques à quand, Maître saint et véritable, tardes-tu à juger, et à tirer vengeance de notre sang sur les habitants de la terre? Une robe blanche fut donnée à chacun d’eux; et il leur fut dit de se tenir en repos quelque temps encore, jusqu’à ce que fût complet le nombre de leurs compagnons de service et de leurs frères qui devaient être mis à mort comme eux. (Apoc. 6/9-11).

Les versets qui suivent s’adressent donc aux veilleurs-éveilleurs puisqu’il s’agit de comprendre la notion de veille dans les Ecritures.

«  […] Car mille ans sont, à tes yeux, Comme le jour d’hier, quand il n’est plus, et comme une veille de la nuit. (Psaume 90/4).

1 jour = 1000 ans = 1 veille de la nuit

 

«  […] Mais il est une chose, bien-aimés, que vous ne devez pas ignorer, c’est que, devant le Seigneur, un jour est comme mille ans, et mille ans sont comme un jour. (2 Pierre3/8).

(Explication du retard qui donne lieu aux doutes des moqueurs et principale instruction donnée aux croyants. Dieu est patient, parce qu’il est éternel.)

1 jour = 1000 ans

 

«  […] Heureux ces serviteurs que le maître, à son arrivée, trouvera veillant! Je vous le dis en vérité, il se ceindra, les fera mettre à table, et s’approchera pour les servir. Qu’il arrive à la deuxième ou à la troisième veille, heureux ces serviteurs, s’il les trouve veillant! (Luc 12/37-38).

(Le bonheur de ces serviteurs vigilants et fidèles est marqué par un acte de condescendance et d’amour inouï parmi les hommes. (Lu 17/7-9.) Cette position de serviteur que le Seigneur avait prise durant sa vie sur la terre (# Jn 13/4; Mt 20/28; Php 2/7), il la prendra encore quand il viendra élever les siens jusqu’à sa gloire et les rendre semblables à lui dans l’éternité. « Cette promesse de les servir est la plus honorable et la plus grande de toutes. C’est ainsi que l’Epoux recevra ses amis au jour solennel des noces.)

Le nombre suggéré est donc situé entre 2000 et 3000 jours…

 

«  […] Au milieu de la nuit, on cria: voici l’époux, allez à sa rencontre! (Matthieu 25/6).

(Ce cri se fait entendre au milieu de la nuit, c’est-à-dire à l’heure la plus inattendue.). Le milieu de la nuit est plus précis puisqu’il y a 4 veilles par nuit:

- 1ere veille: 18-21h

- 2e veille: 21-24h

- 3e veille: 00-03h

- 4e veille: 03-06h

 

Jésus revient donc après 2 veilles soit 2000 ans.

 

«  […] Lors donc qu’il eut appris que Lazare était malade, il resta deux jours encore dans le lieu où il était, et il dit ensuite aux disciples: Retournons en Judée. Les disciples lui dirent: Rabbi, les Juifs tout récemment cherchaient à te lapider, et tu retournes en Judée! Jésus répondit: N’y a-t-il pas douze heures au jour? Si quelqu’un marche pendant le jour, il ne bronche point, parce qu’il voit la lumière de ce monde; mais, si quelqu’un marche pendant la nuit, il bronche, parce que la lumière n’est pas en lui. Après ces paroles, il leur dit: Lazare, notre ami, dort; mais je vais le réveiller. (Jean 11/6-11).

Jésus resta deux jours encore, 2000 ans donc, ce qui correspond aux 2000 ans de Grâce ou « temps de l’Eglise« .

La parabole du bon samaritain nous délivre une information supplémentaire corroborant les déductions exposées précédemment:

«  […] Jésus reprit la parole, et dit: Un homme descendait de Jérusalem à Jéricho. Il tomba au milieu des brigands, qui le dépouillèrent, le chargèrent de coups, et s’en allèrent, le laissant à demi mort. Un sacrificateur, qui par hasard descendait par le même chemin, ayant vu cet homme, passa outre. Un Lévite, qui arriva aussi dans ce lieu, l’ayant vu, passa outre. Mais un Samaritain, qui voyageait, étant venu là, fut ému de compassion lorsqu’il le vit. Il s’approcha, et banda ses plaies, en y versant de l’huile et du vin; puis il le mit sur sa propre monture, le conduisit à une hôtellerie, et prit soin de lui. Le lendemain, il tira deux deniers, les donna à l’hôte, et dit: Aie soin de lui, et ce que tu dépenseras de plus, je te le rendrai à mon retour. (Luc 10/30-35).

Les 2 deniers correspondent à 2 jours de salaire, 2000 ans donc.

 

Définition du mot « denier » selon les références Strong

Denier: (Angl. denarius) = « contenant dix »

1) Une pièce romaine en argent à l’époque du Nouveau Testament. Son nom vient de ce que sa valeur était de dix « as », d’un poids d’environ 4 grammes.

Principale monnaie de l’empire Romain, il semble, d’après la parabole des travailleurs de la vigne qu’elle représentait une journée de salaire. (#MT 20:2-13|)

Un denier, un peu moins d’un franc, parait avoir été alors le prix de la journée d’un ouvrier. Il faut bien remarquer que ce salaire avait été convenu entre le maître et les ouvriers.

(MT 20:2) «  […] Il convint avec eux d’un denier par jour, et il les envoya à sa vigne.

(MT 20:9)  » […] Ceux de la onzième heure vinrent, et reçurent chacun un denier.

(MT 20:10)  » […] Les premiers vinrent ensuite, croyant recevoir davantage; mais ils reçurent aussi chacun un denier.

 

anibar17

Le Pré-millénarisme

Cette conception est la plus répandue et la plus Bibliquement acceptable à quelques nuances près pour les détails et la chronologie supposée de certains évènements. Elle est cependant décriée, avouons le, par certains exégètes… cette conception Pré-millénariste s’appuie sur des points particuliers facilement illustrés par les versets Bibliques qui suivent:

 » […] sachant tout d’abord vous-mêmes qu’aucune prophétie de l’Écriture ne peut être un objet d’interprétation particulière(2 Pierre 1/20).

 » […] Toute Écriture est inspirée de Dieu, et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice, (2 Tim. 3/16).

Par sécurité, les Ecritures doivent donc être prises au sens strictement littéral et au premier degré. Un mot selon son contexte peut revêtir plusieurs sens, sens figuré compris.

Plus de 300 versets (voir la liste des principaux) concernent implicitement le Retour de Jésus-Christ dans le Nouveau Testament soit environ une occurrence de 1 sur 26, 26 étant le nombre des lettres de notre alphabet et l’équivalent alphanumérique du mot «  DIEU  » en Hébreu.

En guise de résumé des signes avant-coureurs de l’Enlèvement, les caractéristiques concernant l’époque à laquelle il aura lieu, sont abondamment décrites par Paul dans sa deuxième épître à Timothée:

 » […] Sache que, dans les derniers jours, il y aura des temps difficiles. Car les hommes seront égoïstes, amis de l’argent, fanfarons, hautains, blasphémateurs, rebelles à leurs parents, ingrats, irréligieux, insensibles, déloyaux, calomniateurs, intempérants, cruels, ennemis des gens de bien, traîtres, emportés, enflés d’orgueil, aimant le plaisir plus que Dieu, ayant l’apparence de la piété, mais reniant ce qui en fait la force. Éloigne-toi de ces hommes-là. Il en est parmi eux qui s’introduisent dans les maisons, et qui captivent des femmes d’un esprit faible et borné, chargées de péchés, agitées par des passions de toute espèce, apprenant toujours et ne pouvant jamais arriver à la connaissance de la vérité. De même que Jannès et Jambrès s’opposèrent à Moïse, de même ces hommes s’opposent à la vérité, étant corrompus d’entendement, réprouvés en ce qui concerne la foi. Mais ils ne feront pas de plus grands progrès; car leur folie sera manifeste pour tous, comme le fut celle de ces deux hommes(2 Tim. 3/1-13).

La parabole des dix vierges s’applique à ce que signifie l’attente de l’Enlèvement par les chrétiens:

 » […] Alors le royaume des cieux sera semblable à dix vierges qui, ayant pris leurs lampes, allèrent à la rencontre de l’époux. Cinq d’entre elles étaient folles, et cinq sages. Les folles, en prenant leurs lampes, ne prirent point d’huile avec elles; mais les sages prirent, avec leurs lampes, de l’huile dans des vases. Comme l’époux tardait, toutes s’assoupirent et s’endormirent. Au milieu de la nuit, on cria: voici l’époux, allez à sa rencontre! alors toutes ces vierges se réveillèrent, et préparèrent leurs lampes. Les folles dirent aux sages: Donnez-nous de votre huile, car nos lampes s’éteignent. Les sages répondirent: Non; il n’y en aurait pas assez pour nous et pour vous; allez plutôt chez ceux qui en vendent, et achetez-en pour vous. Pendant qu’elles allaient en acheter, l’époux arriva; celles qui étaient prêtes entrèrent avec lui dans la salle des noces, et la porte fut fermée. Plus tard, les autres vierges vinrent, et dirent: Seigneur, Seigneur, ouvre-nous. Mais il répondit: je vous le dis en vérité, je ne vous connais pas. Veillez donc, puisque vous ne savez ni le jour, ni l’heure. (Matthieu 25/1-13).

 

 

 

 

Résurection et enlèvement des morts

 

source et auteur:: www.duncanlong.com

 

 

 

 

Le premier Retour de Jésus-Christ et enlèvement de l’Eglise: une promesse Biblique

L’enlèvement de l’Eglise constitue à lui seul une promesse Biblique sans équivoque ou symbolisation possible. C’est en partie l’essence du Christianisme qui serait à mettre en cause en niant cette évidence textuelle. Il faut en effet prendre en compte l’espérance suscitée par la compréhension littérale de versets comme ceux qui suivent:

 » […] Il y a plusieurs demeures dans la maison de mon Père. Si cela n’était pas, je vous l’aurais dit. Je vais vous préparer une place. Et, lorsque je m’en serai allé, et que je vous aurai préparé une place, je reviendrai, et je vous prendrai avec moi, afin que là où je suis vous y soyez aussi. Vous savez où je vais, et vous en savez le chemin(Jean 14/2-4)

 » […] Bien-aimés, nous sommes maintenant enfants de Dieu, et ce que nous serons n’a pas encore été manifesté; mais nous savons que, lorsque cela sera manifesté, nous serons semblables à lui, parce que nous le verrons tel qu’il est. Quiconque a cette espérance en lui se purifie, comme lui-même est pur(1 Jean 3/2).

Les Ecritures ne peuvent être changées d’un iota et sont infaillibles. Contester l’un de ces deux points, c’est donner libre cours à toute forme de doctrine démoniaque même si elle n’en revêt point les apparences. C’est aussi se placer sous une malédiction et devenir anathème au sens Biblique et non Papal comme l’annonce sans détours les derniers versets bibliques en Apocalypse, le dernier livre du Livre:

 » […] je le déclare à quiconque entend les paroles de la prophétie de ce livre: Si quelqu’un y ajoute quelque chose, Dieu le frappera des fléaux décrits dans ce livre; et si quelqu’un retranche quelque chose des paroles du livre de cette prophétie, Dieu retranchera sa part de l’arbre de la vie et de la ville sainte, décrits dans ce livre.(Apocalypse 22/18-19)

ce livre, d’autre part, est le seul à commencer par une bénédiction:

 » […] Heureux celui qui lit et ceux qui entendent les paroles de la prophétie, et qui gardent les choses qui y sont écrites! Car le temps est proche(Apocalypse 1/3)

et se termine par cette promesse:

 » […] Celui qui atteste ces choses dit: Oui, je viens bientôt. Amen! Viens, Seigneur Jésus! (Apocalypse 22/20).

Enlèvement de l'Eglise

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Sources: http://www.raptureready.com/wallpaper/vwp8b.jpg

 

Cette espérance dans le retour du Seigneur pour nous ravir vers un Ciel où règnent la justice et l’amour ne peut que nous stimuler et nous encourager à persévérer dans notre témoignage malgré les railleries pour certains d’entre nous ou les persécutions prochaines pour d’autres.

Notre témoignage demeurera comme une preuve incontournable et irréfutable, après notre enlèvement et provoquera la conversion de nouveaux croyants qui se souviendront de nos mises en garde lorsque l’Antéchrist paraîtra.

Cet événement planétaire majeur qui de surcroît concerne notre génération, a n’en pas douter si l’on considère les signes annonciateurs, est devenu objet de dérision ou plus grave, d’oubli complet. J’ai moi-même fait dernièrement l’objet d’attaques virulentes émaillées d’insultes par un prétendu «  frère en Christ  » qui m’accusait de parler en nom et place de Satan, alors que je soutenais la bonne interprétation des Ecritures au sujet d’un premier Retour de Jésus-Christ dans les nuées pour enlever Son Eglise, et non un retour unique, une ruse donc selon ce « frère » afin de démobiliser les chrétiens par une fausse espérance, une tromperie au sujet d’un mythe que les prophètes n’avaient jamais mentionné dans l’Ancien Testament. Un Evènement mondial d’une telle ampleur, affirmait-il, ne pouvait être ignoré des anciens prophètes de l’Ancien Testament. Et pour cause, puisque l’Ancien Testament concerne «  Israël et les juifs  » et non «  l’Eglise  » mentionnée dans le Nouveau Testament. l’Ancien Testament annonce d’ailleurs une seule venue du Messie en deux étapes, au jour près pour la première, et non deux puisque les Juifs attendent encore «  Leur  » Messie. .

L’appel et l’élection de l’Eglise constituent en effet un mystère:

 » […] C’est par révélation que j’ai eu connaissance du mystère sur lequel je viens d’écrire en peu de mots(Ephésiens 3/3).

cette «  mauvaise foi  » devant l’évidence m’avait profondément interloqué d’où ma réaction et la rédaction de ce chapitre en complément de ceux qui concernent les signes annonciateurs de l’imminence du retour de Notre Seigneur Jésus-Christ, le retour des juifs en Israël constituant l’un des signes les plus visibles. Non seulement le compte à rebours est enclenché mais l’Ennemi sait que son temps est compté (et non calculé comme le sera son nom) et on assiste à une débauche précipitée de moyens pour discréditer toutes les approches et commentaires dédiés à ce sujet sur lequel seuls, semble t-il, se penchent les chrétiens véritables, Bible en main.

Les railleries des moqueurs à propos de ces choses annoncées d’avance ont été prophétisées pour les derniers jours que nous vivons:

 » […] sachant avant tout que, dans les derniers jours, il viendra des moqueurs avec leurs railleries, marchant selon leurs propres convoitises, et disant: Où est la promesse de son avènement? Car, depuis que les pères sont morts, tout demeure comme dès le commencement de la création « . (Pie. 3/3-4)

Il est même fait allusion à Enoch, le premier être humain à être enlevé auprès du Seigneur, à l’âge de 365 ans, 365 un nombre clé d’une année calendaire et l’unique occurrence sur l’ensemble des Ecritures.

 » […] C’est aussi pour eux qu’Énoch, le septième depuis Adam, a prophétisé en ces termes: voici, le Seigneur est venu avec ses saintes myriades, pour exercer un jugement contre tous, et pour faire rendre compte à tous les impies parmi eux de tous les actes d’impiété qu’ils ont commis et de toutes les paroles injurieuses qu’ont proférées contre lui des pécheurs impies. Ce sont des gens qui murmurent, qui se plaignent de leur sort, qui marchent selon leurs convoitises, qui ont à la bouche des paroles hautaines, qui admirent les personnes par motif d’intérêt. Mais vous, bien-aimés, souvenez-vous des choses annoncées d’avance par les apôtres de notre Seigneur-Jésus Christ. Ils vous disaient qu’au dernier temps il y aurait des moqueurs, marchant selon leurs convoitises impies; ce sont ceux qui provoquent des divisions, hommes sensuels, n’ayant pas l’esprit. Pour vous, bien-aimés, vous édifiant vous-mêmes sur votre très sainte foi, et priant par le Saint-Esprit, maintenez-vous dans l’amour de Dieu, en attendant la miséricorde de notre Seigneur Jésus-Christ pour la vie éternelle « . (Jude 1 /14-2)

— A titre anecdotique, Il était possible selon les Ecritures et dés l’Ancien Testament, et les paroles mêmes de Jésus-Christ, de prévoir au Jour près son entrée sur un ânon, comme Messie véritable d’Israël, à Jérusalem.  » […] Sois transportée d’allégresse, fille de Sion! Pousse des cris de joie, fille de Jérusalem! voici, ton roi vient à toi; Il est juste et victorieux, Il est humble et monté sur un âne, Sur un âne, le petit d’une ânesse. (Zac 9/9) (voir annexe en fin de page). Le mot «  an  » est dans «  âne(sse)(s)  » dont on relève 151 occurrences sur l’Ensemble des Ecritures (136 versets dont 144 en 130 versets pour l’Ancien Testament) (consulter la liste des versets extraits de la Bible Louis Segond pour vérification). Selon une de mes tables numériques, la séquence «  an  » correspond au nombre 365 et le temps de gestation d’une ânesse est de … 365 jours. Une année bissextile comprend 366 jours mais nous savons qu’un jour complet manque dans notre calendrier. Les 24 vieillards cités en Apocalypse nous rappellent cette vérité quotidiennement affichée sur nos horloges. C’est par discernement que les mages ont vu et suivi une étoile.

Le bonnet d’âne a été inventé par l’Adversaire et sa perversité pour «  tenter  » de nous rendre ignorants et nous éloigner de ces vérités décriées et pour cause! Pas étonnant que cet animal, corvéable à merci, écrasé sous des fardeaux sans nom, soit de surcroît devenu un symbole d’asservissement éhonté et principalement parmi les laissés pour compte!… Il m’a fallu plus d’une quarantaine d’années pour comprendre l’amour d’abord inexplicable, presque insensé que j’avais pour cet animal, pratiquement en voie de disparition à une époque dans notre pays. Passons! —

Certains prêchent un autre Evangile, en substitution de la doctrine fondamentale, en vue de préparer le Royaume sur terre pour que Jésus-Christ puisse descendre et régner!!!

L’Evangile original a déjà été annoncé aux morts:

 » […] Car l’Évangile a été aussi annoncé aux morts, afin que, après avoir été jugés comme les hommes quant à la chair, ils vivent selon Dieu quant à l’Esprit  ». (1Pierre 4:6)

avant qu’un jour prochain, les cieux réservent une surprise aux hommes de la terre après l’Enlèvement avec la proclamation d’un Évangile éternel:

 » […] je vis un autre ange qui volait par le milieu du ciel, ayant un Évangile éternel, pour l’annoncer aux habitants de la terre, à toute nation, à toute tribu, à toute langue, et à tout peuple  ». (Apocalypse 14:6)

Cette doctrine de démon concernant la constitution d’un Royaume terrestre, pseudo Christianisé, où régnerait une paix imposée dans le cadre d’une résolution des conflits par une réunification mondiale, le Nouvel Ordre Mondial annoncé par Georges Bush au moment de la guerre du Golfe en 1991, puis repris par les GorbatchevJean Paul II et autres V.I.P.ères comme Benoît XVI parmi tant d’autres faux prophètes patentés, est devenue presque dogmatique dans l’esprit des Chrétiens qui se disent «  pratiquants  » parce qu’ils assistent à la messe deux heures par semaine et retournent à leur vie mondaine pendant les 166 heures restantes. La nuance se tient dans la compréhension du mot «  paix  » et l’appréhension du fossé idéologique qui sépare intrinsèquement les «  pacifiques  » des «  pacifistes  ».

Non seulement ces fausses doctrines égarent les chrétiens peu enclins à les vérifier dans les Ecritures mais risquent d’en leurrer un certain «  nombre  » pendant les temps de confusion et de séduction qui se profilent au point de reconnaître dans l’Antéchrist annoncé, un autre  » Christ Sauveur  » qui se fera passer pour Jésus et tentera de régner avant Lui et à Sa place, avec le «  nombre 666  » pour sceau d’allégeance que les prophètes-Channellers du New Age annoncent comme sceau de bénédiction et d’illumination Luciférienne, l’ange «  porteur de lumière  », lumière qui n’est pas celle des nations, c’est à dire Jésus-Christ. Ceci constitue la finalité du Plan de Satan, le Rebelle qui n’a cessé d’œuvrer en conséquences.

C’est à ce titre qu’il vaut mieux écrire le nom de «  Jésus-Christ  » dans sa totalité et non «  Jésus  » ou «  Christ  » séparément lorsque c’est possible, car tout comme «  Jésus-Bar  » cité dans les Ecritures n’était pas le «  Jésus  » des Evangiles, le «  Christ  » et non «  Le Christ  » est abondamment cité est pris en référence par les Nouvelles religions mondialistes qui s’inscrivent dans un mouvement œcuménique qui aboutira inéluctablement à l’Apostasie généralisée, Eglise Catholique Romaine en tête! Si cette dernière demeure en dehors du Conseil Oecuménique International, c’est pour pouvoir au moment voulu la réunir sous son giron et se décréter pontificalement chef de l’Eglise Mondiale Réunifiée, celle de l’Antéchrist, le faux messie donc.

 

 

 

enlèvement de l'Eglise

 

 

C’est bien sûr dans le Nouveau Testament que ce mystère de l’Enlèvement est suggéré, littéralement évoqué, confirmé et ce, à plusieurs reprises:

 » […] voici, je vous dis un mystère: nous ne mourrons pas tous, mais tous nous serons changés, en un instant, en un clin d’œil, à la dernière trompette. La trompette sonnera, et les morts ressusciteront incorruptibles, et nous, nous serons changés. Car il faut que ce corps corruptible revête l’incorruptibilité, et que ce corps mortel revête l’immortalité « . (1 Cor. 15/51-53).

 

Résurection et enlèvement des morts

 

…et les morts en Christ ressusciteront premièrement.

(1 Thess. 4/15-18)

 

Résurection et enlèvement des morts

 

source et auteur:: www.duncanlong.com

 

 

 » […] voici, en effet, ce que nous vous déclarons d’après la parole du Seigneur: nous les vivants, restés pour l’avènement du Seigneur, nous ne devancerons pas ceux qui sont morts. Car le Seigneur lui-même, à un signal donné, à la voix d’un archange, et au son de la trompette de Dieu, descendra du ciel, et les morts en Christ ressusciteront premièrement. Ensuite, nous les vivants, qui serons restés, nous serons tous ensemble enlevés avec eux sur des nuées, à la rencontre du Seigneur dans les airs, et ainsi nous serons toujours avec le Seigneur. Consolez-vous donc les uns les autres par ces paroles « . (1 Thess. 4/15-18)

 

 

Le "Paradis" photographié par le télescope Hubble

Sources: http://img.moonbuggy.org/heaven-photographed-by-hubble-telescope

Le ciel d’où viendra la Jérusalem céleste, où pourront cohabiter plus de 60 milliards d’individus, soit 10 fois la population mondiale actuelle, est notre destination finale et Eternelle. Nous ne sommes que des pèlerins, avec une vocation céleste,

 » […] c’est pourquoi, frères saints, qui avez part à la vocation céleste « . (hébreux 3/1)

en transit sur une terre de plus en plus hostile au message Evangélique.

 » […] Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus-Christ, qui nous a bénis de toutes sortes de bénédictions spirituelles dans les lieux célestes en Christ!  ». (Ephésiens1/3).

ce n’est pas au Jour J, ni à l’Heure H ou même à la Minute M mais à la Seconde S que l’Enlèvement surviendra. Des centaines de millions d’individus, des enfants en majorité on peut le supposer, disparaÓtront de la surface du globe, de nuit donc pour certains et de jour pour les autres. Le monde, à défaut d’avoir pu entendre la voix de l’archange et le son d’une trompette, prendra «  un coup de vieux  ». Les vêtements seront laissés sur place comme les linges du suaire dans le tombeau de Jésus. Le Saint Suaire nous rappelle ce fait et cette métamorphose. Pour certains exégètes, un chaos indescriptible s’ensuivra avec une multitude de catastrophes dont Hollywood aime nous gaver. Pour ma part, je pense plutôt que Dieu étant Omnipotent, il lui est possible de faire disparaître par exemple un pilote dans la cabine d’un avion tout en laissant aux commandes un copilote non converti et témoin pour la génération future de nouveaux croyants constituant la grande foule, que personne ne pouvait compter, de toute nation, de toute tribu, de tout peuple, et de toute langue (Apocalypse 7/9) qui seront sauvés pendant les temps de l’annonce du Royaume depuis les cieux (ceux de la grâce actuels étant terminés à partir de l’Enlèvement de l’Eglise) et de la tribulation sur terre mais à travers le martyre pour beaucoup. La volonté de Dieu est que tous les hommes soient sauvés.

 » […] Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle. Dieu, en effet, n’a pas envoyé son Fils dans le monde pour qu’il juge le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui(Jean 3/16-17).

 

 

Eglise St Elie à Tchernobyl

Elisée et Elie

 Eglise St Elie  Ville de Tchernobyl (Ukraine) —

 Document personnel  Gérard Colombat  21/02/2008 

— Pas de copyright à la condition unique d’indiquer la source de cette page —

Aucune catastrophe n’a été constatée lors des Enlèvements célestes comme ceux d’Enoch (en secret) ou d’Elie (devant son disciple Elisée).

Une inquiétude proche de la peur panique pour les uns, l’effroi et l’épouvante pour d’autres, s’emparera des plus sensés et des hommes de bonne volonté qui n’auront pas pris au sérieux la Vérité annonçant le Salut par Jésus-Christ, Le Nom Unique donné aux hommes pour être rachetés et sauvés et ce gratuitement. Ils auront en mémoire les bibliothèques d’images de scènes d’horreur constituées à leur insu par les heures passées dans les salles de spectacle à visionner des scénarii construits à partir de toutes sortes de cataclysmes Harmaguédoniens. Le Malin aura toute latitude pour mettre en place son festival dont Cannes nous donne une mesure pervertie chaque année en mai et ses «  effets spéciaux  », les «   puissances d’égarement  » citées dans le Nouveau testament (2 Th 2/11). De plus, la présence du Saint-Esprit tout en demeurant sur terre, se fera plus discrète. Quelque chose qui ressemblerait à ce que les victimes de la Shoa ont nommé «  Le silence du Ciel  » ou «  Le silence des anges  » (voir annexe). A ce sujet si Silence il y a eu, l’océan dans une autre sphère, constitué par la mer de leurs larmes a permis à d’autres de s’y aventurer et de connaître, se croyant seuls, abandonnés et perdus sans terre d’accostage en vue, le chagrin de leur vie. La même incompréhension d’abord, puis l’ineffable devant la Miséricorde divine accrochée au ciel, celui qui nous attend avec d’autres demeures où d’autres demeurent.

Le rôle majeur du Chrétien est d’être un témoin fidèle et d’annoncer cette bonne Nouvelle.

C’est aussi au ciel, où nos noms sont inscrits, que nous pouvons amasser nos seuls trésors inviolables.

 

 

Résurection et enlèvement des morts

 

sources: http://www.momentin.com

« …//… La mer rendit les morts qui étaient en elle, la mort et le séjour des morts rendirent les morts qui étaient en eux; et chacun fut jugé selon ses oeuvres ». (Apoc. 20:13)

 

Définitions de l’Enlèvement:

Le transfert dû à l’Enlèvement est combiné à une métamorphose et mérite une étude sémantique un peu plus approfondie:

1) transfert: vient d’un lieu vers un autre

2) changement

2a) de choses instituées ou établies

 

Selon les commentaires de L. Bonnet et A. Schrœder:

cette ascension des rachetés vivant encore sur la terre au retour du Seigneur, suppose la transmutation de leurs corps, déjà glorifiés (#1 Corint. 15:51, 52), et affranchis par là même des lois physiques de la pesanteur, tel qu’était le corps de Christ lors de son ascension. (Comp. #Philip. 3:21) cette transformation, par laquelle le corps mortel et corruptible sera revêtu d’immortalité et d’incorruptibilité, sera, pour les vivants, de même nature que la résurrection glorieuse pour les morts en Christ. (Comp. #2 Corinth 5:4) quand l’apôtre dit:  » au-devant du Seigneur, en l’air, » il ne veut point dire que là sera le lieu où ils resteront avec le Seigneur, mais seulement qu’ils s’élèveront au-devant de lui, s’uniront à lui, d’une manière visible, pour se rendre avec lui dans le séjour de sa gloire. (Vers. 18, note.)

 

 

 » […] Quand ils furent sortis de l’eau, l’Esprit du Seigneur enleva Philippe, et l’eunuque ne le vit plus. Tandis que, joyeux, il poursuivait sa route, Philippe se trouva dans Azot, d’où il alla jusqu’à Césarée, en évangélisant toutes les villes par lesquelles il passait. « . (Actes 8/39-40)

Dans ce cas, il s’agit du mot bien connu des chrétiens vivant dans l’attente du retour de Notre Seigneur et de l’Enlèvement: «  harpazo  » (har-pad’-zo) qui signifie:

1 – saisir, enlever de force

2 – réclamer ardemment pour soi-même,

3 – arracher

 

selon les commentaires de L. Bonnet et A. Schrœder 

ce mot «  enleva Philippe  » (comp. # 2 Corinth 12:24I Timothée 4:17, où se trouve le. même verbe) semble indiquer que Philippe disparut par un miracle (comp. #1Ro 18:12), ce qu’on pourrait conclure aussi du v. 40 (il fut trouvé). Toutefois, comme rien dans le récit n’indique quel pourrait être le but d’un tel miracle, on est tenté de voir là, avec Olshausen, Lange, Meyer, le simple fait que, par un mouvement de l’Esprit, Philippe s’éloigna brusquement et s en alla dans une autre contrée où il avait à poursuivre son œuvre (v. 40), tandis que, de son côté, l’Ethiopien continua son voyage. L’eunuque ne le vit plus, non que Philippe fût tout à coup devenu invisible, comme le pensent quelques interprètes, mais simplement parce que (car) il continuait son chemin plein de joie et que Philippe ne lui était plus nécessaire. Il s’en retournait seul dans son pays, où il ne devait trouver, au sein des ténèbres du paganisme, aucun secours humain, où des persécutions peut-être l’attendaient; mais il était rempli d’une sainte joie, car il venait de trouver son Sauveur et, en lui, la vie éternelle.

 

 

- préférer, choisir, aimer

1) prendre pour soi, préférer, choisir

2) choisir par vote, élire pour une fonction

 » […] comme la discorde allait croissant, le tribun craignant que Paul ne fût mis en pièces par ces gens, fit descendre les soldats pour l’enlever du milieu d’eux et le conduire à la forteresse« . (Actes 23/10) » […] je connais un homme en Christ, qui fut, il y a quatorze ans, ravi jusqu’au troisième ciel (si ce fut dans son corps je ne sais, si ce fut hors de son corps je ne sais, Dieu le sait). et je sais que cet homme (si ce fut dans son corps ou sans son corps je ne sais, Dieu le sait) fut enlevé dans le paradis, et qu’il entendit des paroles ineffables qu’il n’est pas permis à un homme d’exprimer  ». (2 Cor. 12/2-4)

 

 

Selon les commentaires de L. Bonnet et A. Schrœder

 

Nouvelle désignation de ce que l’apôtre (v. 2) a appelé le troisième ciel. La Bible parle souvent de plusieurs cieux, et nomme même  » les cieux des cieux » comme les lieux les plus élevés du monde invisible, ceux où Dieu (qui, sans doute, est présent partout) se révèle le plus immédiatement, ce que l’Ecriture appelle encore: voir, contempler Dieu. Telle est la pensée que Paul veut exprimer ici, pensée qu’il rend ensuite par le mot de paradis. Ces deux termes s’expliquent l’un l’autre, car ici il est de toute évidence qu’ils sont synonymes. C’est donc sans le moindre fondement que plusieurs interprètes font une distinction entre ces deux expressions et prêtent ici à l’apôtre une part des rêveries rabbiniques selon lesquelles il y aurait jusqu’à sept cieux divers. Pourquoi alors s’arrêterait-il au troisième, puisqu’il s’agit, dans son cas, d’une vision divine? L’Ecriture, il est vrai, ne parle nulle part de trois cieux distincts; mais peut-être Paul a-t-il dans la pensée:

1 - le ciel éthéré (# Luc 9:58),

2 - le ciel sidéral (# Marc 13:25), et

3 - le ciel spirituelséjour des bienheureux. (# Marc 12:25)

Quoi qu’il en soit, ce dernier est bien ce qu’il entend par le terme de paradis. (Comp. Sur ce mot # Luc23:43, note. ) C’est donc à tort que plusieurs exégètes voient dans notre passage deux lieux différents, l’un désigné comme troisième ciel, l’autre comme paradis. Ils se fondent sur la répétition de ce que raconte l’apôtre. (Vers. 2 et 3. ) Mais cette raison n’est pas décisive. Par cette répétition, Paul voulait donner une impression forte et solennelle de ce qu’il y avait de grand et de mystérieux dans le fait qu’il raconte. L’action n’est pas double, mais unique, exprimée, aux v. 2 et 4, par le même verbe fut ravi.

Gr.  » Des paroles (et des choses, le mot grec a les deux sens) qui ne peuvent se dire, » ou  » n’ont pas été dites, » ineffables, inexprimables, et qu’il n’est pas permis à un homme d’exprimer, soit parce que ces choses sont trop mystérieuses, trop saintes, soit parce que les langues humaines ne le comportent pas. S’il en est ainsi, quel profit l’apôtre lui-même retira-t-il de sa vision? Il en conserva l’impression, le souvenir, elle lui révéla, d’une manière immédiate, les réalités et les gloires du monde invisible, sa foi put en recevoir une force infinie. Toute communication directe avec le ciel, comme la glorification momentanée du Sauveur lui-même (Matthieu ch. 17), est une prophétie, un gage, un avant-goût de l’état qui sera un jour le partage permanent des enfants de Dieu. Si donc l’apôtre ne trouve maintenant ni pensées, ni paroles qui puissent contenir, et moins encore exprimer ce dont il a reçu l’impression, il aura pour cela des pensées et des paroles lorsque, purifié de tout péché, affranchi de tout esclavage, il sera glorifié corps et âme, et qu’en un mot son être tout entier sera approprié à la vie du ciel. Jusqu’alors, le souvenir qu’il rappelle ici l’élève sans cesse vers ces régions de la gloire éternelle, il combat tout ce qui la lui obscurcit, tout ce qui l’en éloigne, et ses efforts ne sont pas vains. Il pouvait être bien important et salutaire à un homme appelé à une activité extérieure si extraordinaire, d’avoir fait des expériences qui le ramenaient puissamment au dedans et l’élevaient au-dessus des choses visibles. Il courait moins le danger de se perdre au dehors, dans ses travaux et ses peines, quand le souvenir des moments les plus solennels de sa vie le rappelait dans la communion la plus intime avec son Dieu.

 

 

 

dernière occurrence du mot «  rencontre « :

- rencontrer;

1) aller à la rencontre, rencontrer quelqu’un

 » […] que votre cœur ne se trouble point. Croyez en Dieu, et croyez en moi. Il y a plusieurs demeures dans la maison de mon Père. Si cela n’était pas, je vous l’aurais dit. Je vais vous préparer une place. Et, lorsque je m’en serai allé, et que je vous aurai préparé une place, je reviendrai, et je vous prendrai avec moi, afin que là où je suis vous y soyez aussi. Vous savez où je vais, et vous en savez le chemin. Thomas lui dit: Seigneur, nous ne savons où tu vas; comment pouvons-nous en savoir le chemin? « . (Jean 14/1-6)

L’Enlèvement se produisant subrepticement et instantanément aux quatre coins de la terre, se fera de jour et/ou de nuit comme le montre trois versets extraits d’un chapitre parmi d’autres, prouvant à la volée que la rotondité de la terre était connue…

 » […] je vous le dis, en cette nuit-là, de deux personnes qui seront dans un même lit, l’une sera prise et l’autre laissée; de deux femmes qui moudront ensemble, l’une sera prise et l’autre laissée. De deux hommes qui seront dans un champ, l’un sera pris et l’autre laissé(Luc 17/34-36).

Les chrétiens sont des Citoyens des Cieux:

 » […] Mais notre cité à nous est dans les cieux, d’où nous attendons aussi comme Sauveur le Seigneur Jésus-Christ, qui transformera le corps de notre humiliation, en le rendant semblable au corps de sa gloire, par le pouvoir qu’il a de s’assujettir toutes choses « . (Phil. 3/20-21)

L’enlèvement à l’improviste de l’Eglise lors du premier retour de Jésus-Christ dans les nuées se caractérise donc par sa soudaineté, son imprévisibilité, tout en ne pouvant être inattendu pour ceux qui se tiennent prêts à tout instant tout en persévérant dans leur témoignage malgré les railleries.

 » […] Car, comme l’éclair part de l’orient et se montre jusqu’en occident, ainsi sera l’avènement du Fils de l’homme(Mat 24/27).

 » […] Instruisez-vous par une comparaison tirée du figuier. Dès que ses branches deviennent tendres, et que les feuilles poussent, vous connaissez que l’été est proche(Mat24/32).

 » […] maître de ce serviteur viendra le jour où il ne s’y attend pas et à l’heure qu’il ne connaît pas(Mat 24/50-51).

 » […] Mais il est une chose, bien-aimés, que vous ne devez pas ignorer, c’est que, devant le Seigneur, un jour est comme mille ans, et mille ans sont comme un jour. Le Seigneur ne tarde pas dans l’accomplissement de la promesse, comme quelques-uns le croient; mais il use de patience envers vous, ne voulant pas qu’aucun périsse, mais voulant que tous arrivent à la repentance. Le jour du Seigneur viendra comme un voleur; en ce jour, les cieux passeront avec fracas, les éléments embrasés se dissoudront, et la terre avec les œuvres qu’elle renferme sera consumée(2 Pierre 3/8-10).

 » […] en un instant, en un clin d’œil, à la dernière trompette. La trompette sonnera, et les morts ressusciteront incorruptibles, et nous, nous serons changés(1 Cor. 15/52).

 » […] voici, je viens bientôt, et ma rétribution est avec moi, pour rendre à chacun selon ce qu’est son oeuvre (Apoc. 22/12).

Ajouté à cette soudaineté, nous savons depuis Son ascension, 40 jours après sa résurrection, qu’il reviendra en personne, avec un corps de gloire et qu’il sera visible…

 » […] Après avoir dit cela, il fut élevé pendant qu’ils le regardaient, et une nuée le déroba à leurs yeux. Et comme ils avaient les regards fixés vers le ciel pendant qu’il s’en allait, voici, deux hommes vêtus de blanc leur apparurent, et dirent: Hommes Galiléens, pourquoi vous arrêtez-vous à regarder au ciel? ce Jésus, qui a été enlevé au ciel du milieu de vous, viendra de la même manière que vous l’avez vu allant au ciel(Actes 1/9-11).

Chronologie

Pour une meilleure visualisation des temps de l’Eglise en général et à ceux de la Fin tribulation incluse plus particulièrement, se reporter aux trois synoptiques.

Synoptique de la Tribulation (avertissement: l’évènement-clé qui sert de point de départ pour calculer la première période des temps de la Tribulation et non de la «  Grande  » Tribulation pourrait-être:

- l’Enlèvement de l’Eglise,

- La signature d’une alliance exceptionnelle (les traités de paix s’accumulant au fil des années) de l’Antéchrist avec Israël. Etc.

Synoptique de la Tribulation II (détail; des fléaux)

Synoptique de la Fin des temps (avertissement: Il est délicat et risqué de positionner l’Enlèvement de l’Eglise car aucune datation n’est possible et la visualisation de l’Evènement inciterait à le situer dans le temps. l’Enlèvement de l’Eglise est donc représenté avant la Septaine avec une option en début des temps de la Tribulation qui contredit l’ensemble de ce chapitre. — Certains exégètes avancent en effet que L’Eglise doit subir les persécutions comme l’ont été les Juifs en Europe avant la déclaration de guerre de 39 par Hitler. D’autre part, les chrétiens, alliant sagesse et discernement grâce au travail du Saint-Esprit (évoquée en Apoc. 13/18) sont supposés à être les seuls à ne pas se laisser séduire par l’Antéchrist, homme de paix providentiel, et à pouvoir mettre en garde les hommes] — Ces temps peuvent être en effet un temps de prospérité pour les non-croyants jusqu’aux temps de La Grande Tribulation qui commencent après la rupture de traité avec Israël, la destruction du Vatican, et au moment où Satan et ses anges déchus sont chassés du ciel, après le combat contre les armées célestes sous la conduite de l’Archange Michel. La «  Grande  » Tribulation concerne de toute façon la deuxième moitié de la Septaine de Daniel et l’Eglise ne peut être témoin de ces temps d’abomination. ).

 

Option I

• Premier retour de Jésus-Christ dans les nuées sans toucher terre.

• Comparution des chrétiens devant le tribunal de Jésus-Christ

• Montée en puissance immédiate de 10 royautés dominantes antichrétiennes et antisémites…

———————————

Option II

• Montée en puissance de 10 royautés dominantes antichrétiennes et antisémites.

• Premier retour de Jésus-Christ dans les nuées sans toucher terre.

• Comparution des chrétiens devant le tribunal de Jésus-Christ.

———————————

• Apparition possible de l’Antéchrist

• ces 10 rois délèguent leur autorité à l’Antéchrist

• Apparition de toutes sortes de miracles, de signes et de prodiges mensongers…

• L’Antéchrist promet la paix et conclut en ce sens une alliance avec Israël.

• Période de tribulations pour Israël et les nations, s’étendant sur 7 ans, la «  Septaine  » prophétisée par le prophète Daniel dans l’Ancien Testament.

• Au bout de 1260 jours après la signature du traité de paix avec Israël, l’Antéchrist rompt la paix et son alliance avec Israël.

• L’Antéchrist s’installe à Jérusalem et s’y fait adorer comme Dieu. Israël comprend son erreur.

• Bataille d’Harmaguédon

• Deuxième Retour de Jésus-Christ sur terre.

• Etablissement du Royaume de 1000 ans avec Jésus-Christ pour Roi qui règne avec Son Eglise, objet de l’Enlèvement.

Option III

• Premier retour de Jésus-Christ dans les nuées sans toucher terre.

• Comparution des chrétiens devant le tribunal de Jésus-Christ.

• L’Enlèvement est peu à peu oublié comme étant un événement lié à des civilisations extra-terrestres ou autre scénario parodiant les Ecritures pour en masquer la signification profonde excepté les croyants laissés sur terre pour ne pas avoir tenu compte desavertissements Bibliques, ayant mené une vie charnelle et non spirituelle. Une relative prospérité assortie d’une paix mondiale fragile font croire à l’instauration d’un Nouvel ordre mondial possible, l’humanité étant parvenue par elle-même à une certaine maturité sans l’aide de Dieu… alors que les Ecritures annoncent clairement que la paix ne sera jamais possible sur terre sans la venue de Jésus-Christ, le Véritable Prince de Paix. Ce calme d’un prétendu Age d’or précédera la tempête

… L’érosion de cette fausse paix entraînant un chaos économique. Une révolution économique sera nécessaire comme la disparition de l’argent cash au profit de systèmes électroniques de flux monétaires pour que chaque citoyen du monde puisse acheter ou vendre.

Le monde cherchera alors un leader charismatique à la tête de l’OTAN reconnue comme étant la force armée universelle en charge du maintien de la paix «  à tout prix  ».

———————————

• Montée en puissance de 10 royautés dominantes antichrétiennes et antisémites…

Eglise St Elie à Kiev

Départ d’Elie sur son char de feu en présence d’Elisée

 Icône - Eglise St Elie - Kiev - (Ukraine) —

 Document personnel  Février 2008  Pas de copyright 

Cliquer sur l’image pour obtenir un agrandissement

 

Tableau concernant les deux Retours

de

Jésus Christ

 

Premier Retour

de

Jésus Christ

et

enlèvement de l’Eglise

Deuxième Retour

de

Jésus Christ

 

enlèvement de l'Eglise

 

sources: http://www.pleinsfeux.com

 

Retour en Gloire de Jésus-Christ

 

- Annoncé seulement dans le Nouveau Testament

- annoncé dans l’Ancien comme dans le Nouveau Testament

- Survient avant les temps de la Tribulation

- survient au moins sept ans

(1260 j + 1335 j incompressibles) après les temps de la Tribulation

- Son Retour survient soudainement, imprévisible, à l’improviste

- Son Retour peut être calculé à quelques jours près en fin de période de Tribulation. La présence des armées encerclant Israël et Jérusalem plus particulièrement est un des signes les plus prophétiques quant à ce retour. 200 millions de soldats: du jamais vu, une «  première  » et aussi une «  dernière  » dans le genre.

 

enlèvement de l'Eglise

 

source et auteur: http://www.duncanlong.com

 

 

Retour en Gloire de Jésus-Christ

 

sources: http://www.momentin.com

 

- Jésus-Christ vient chercher en secret Son Eglise qui vient à Sa rencontre sur les nuées, au même instant, de jour pour certains et de nuit pour les autres.

- Sa venue est publique et tout œil le verra. La terre est plongée dans les ténèbres

- Jésus-Christ vient discrètement.

- Jésus-Christ vient dans la Gloire et la Puissance comme il est impossible de concevoir.

- survient avant le Jour de la colère de l’Eternel

- survient après le Jour de la colère de l’Eternel

- Les croyants qui constituent «  L’Eglise  » montent à la rencontre de Jésus Christ dans les nuées

- Jésus Christ descend sur terre et pose le pied sur le mont des oliviers à la rencontre des croyants qui l’attendent.

- Jésus Christ revient seul

- Jésus Christ revient accompagné par les anges qui constituent l’armée céleste et Son Eglise

- Concerne seulement ceux qui sont sauvés

- concerne à la fois ceux qui sont sauvés et ceux qui ne peuvent l’être

- Seuls Les croyants sont concernés

- Les croyants et les non-croyants sont concernés

- Ravissement de l’Eglise vers des demeures célestes inconnues.

- Etablissement d’un Royaume terrestre pendant 1000 ans.

- Le corps des croyants est métamorphosé

- Les êtres humains sont séparés en deux groupes distincts: les brebis d’un côté et les boucs de l’autre.

- Pas de jugement des chrétiens enlevés en rapport avec le péché

- Jugement final en rapport avec le péché

- Pas d’établissement d’une justice divine instantanée sur terre.

- Etablissement d’une justice divine universelle instantanée sur terre.

 

 

Premier Jugement des chrétiens au tribunal de Christ

Les chrétiens enlevés auront à rendre compte de leurs paroles, de leurs pensées et de leurs actes devant le tribunal de Christ.

 » […] Car il nous faut tous comparaître devant le tribunal de Christ, afin que chacun reçoive selon le bien ou le mal qu’il aura fait, étant dans son corps(2 Cor. 5/10).

 » […] Mais toi, pourquoi juges-tu ton frère? ou toi, pourquoi méprises-tu ton frère? puisque nous comparaîtrons tous devant le tribunal de Dieu(Romains 14/10).

Les chrétiens devront rendre compte individuellement de l’usage qu’ils auront fait des dons que Dieu le leur aura accordés.

 » […] Ainsi chacun de nous rendra compte à Dieu pour lui-même(Rom. 14/12).

 » […] Car nous sommes son ouvrage, ayant été créés en Jésus-Christ pour de bonnes oeuvres, que Dieu a préparées d’avance, afin que nous les pratiquions(Ephésiens 2/10).

ce jugement est à différencier du «  jugement  » dit «  dernier  », celui qui surviendra après le deuxième retour de Jésus-Christ. Ceux qui devront paraître devant le trône blanc seront irrémédiablement condamnés pour l’Eternité car ils n’auront pas d’Avocat, c’est à dire Jésus-Christ pour les défendre devant l’Accusateur.

Aucune oeuvre si bonne soit-elle, ne peut sauver un homme. Car c’est seulement par la Grâce que l’homme peut l’être.

 » […] Car c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu. Ce n’est point par les oeuvres, afin que personne ne se glorifie(Ephésiens 2/8-9).

 » […] selon la grâce de Dieu qui m’a été donnée, j’ai posé le fondement comme un sage architecte, et un autre bâtit dessus. Mais que chacun prenne garde à la manière dont il bâtit dessus. Car personne ne peut poser un autre fondement que celui qui a été posé, savoir Jésus-Christ. Or, si quelqu’un bâtit sur ce fondement avec de l’or, de l’argent, des pierres précieuses, du bois, du foin, du chaume, l’œuvre de chacun sera manifestée; (3:13) car le jour la fera connaître, parce qu’elle se révélera dans le feu, et le feu éprouvera ce qu’est l’œuvre de chacun. Si l’œuvre bâtie par quelqu’un sur le fondement subsiste, il recevra une récompense. Si l’œuvre de quelqu’un est consumée, il perdra sa récompense; pour lui, il sera sauvé, mais comme au travers du feu(1 Cor 3/10-15).

En Conclusion du jugement, des couronnes incorruptibles, de joie, de vie, de gloire, de justice seront distribuées. Cette distinction discriminante est présente tout au long des deux Testaments.

 

2 La distinction entre l’Eglise et Israël

Avant l’incarnation de Jésus-Christ sur terre, le monde était constitué de deux catégories d’êtres humains: les Juifs d’un côté et les païens dans l’autre.

Après l’Ascension du Christ et l’effusion de l’Esprit Saint à la Pentecôte, il existe trois catégories d’êtres humains: les Juifs, les païens (ou Gentils) et l’Eglise. Cela implique donc trois niveaux d’application des prophéties Bibliques.

Dieu avait d’abord conçu des bénédictions pour Israël et uniquement Israël. Jésus en était le Messie qu’il lui destinait, un Juif donc, mais parce qu’Il est aussi omniscient, Il savait qu’Il serait rejeté par la majorité de Son peuple. L’Eglise représente une option pour les Juifs et les païens (ou Gentils): une nouvelle naissance et une nouvelle alliance depuis la Pentecôte et jusqu’à l’Enlèvement de celle-ci. Un autre Plan, un mystère totalement ignoré des prophètes de l’Ancien Testament, fût dévoilé par l’Esprit Saint à Paul. Il s’agissait de l’Existence de «  l’Eglise  » dont l’existence s’étendrait pendant un temps de grâce tout aussi inconnu des prophètes de l’Ancien Testament, depuis la crucifixion de Jésus jusqu’à son premier retour prévu pour l’Enlèvement et uniquement l’Enlèvement de celle-ci. «  L’Eglise  » est aussi appelée «  l’Epouse  » promise pour les Noces de l’Agneau. Israël conserve cependant son rôle momentanément éclipsé par l’Eglise qui ne peut la supplanter comme le prêchent certains exégètes ou l’Islam à une autre échelle. Dans le cadre de cette théologie erratique de substitution apparaissent des doctrines de démons où l’homme peu à peu est divinisé. Promesse est faite alors de l’instauration du Royaume sans la présence de Jésus-Christ en conformité avec le premier mensonge d’Eden:

 » […] mais Dieu sait que, le jour où vous en mangerez, vos yeux s’ouvriront, et que vous serez comme des dieux, connaissant le bien et le mal. (Ge 3:5).

L’Eglise

Israël

 

- «  Corps de Christ  » (Juifs ou gentils nés de nouveau) constitué de tous les chrétiens du monde

 

 

- Nationbannière des nations, à qui Dieu a fait des promesses territoriales

 

- Attend la venue de Jésus-Christ sur les nuées pour y être enlevée et échapper à la Tribulation à venir

 

 

- attend Son Messie pour réintégrer sa position à la tête des nations

 

L’Eglise est l’épouse, qui attend la venue de Jésus-Christ, l’époux.

 

 

Israël attend la venue de Jésus-Christ, son Roi.

 

- Régnera avec Jésus-Christ sur terre

 

- Réintégrera sa place à la tête des nations pendant le règne de 1000 ans de Jésus-Christ sur terre

 

 

Les chrétiens ont pour devoir d’aspirer à assister à la venue de Jésus-Christ afin d’être enlevés le plus tôt possible:

 » […] Car la grâce de Dieu, source de salut pour tous les hommes, a été manifestée. Elle nous enseigne à renoncer à l’impiété et aux convoitises mondaines, et à vivre dans le siècle présent selon la sagesse, la justice et la piété, en attendant la bienheureuse espérance, et la manifestation de la gloire du grand Dieu et de notre Sauveur Jésus-Christ, (Tite 2/11-13).

cette injonction faite aux croyants est confirmée par:

 » […] Désormais la couronne de justice m’est réservée; le Seigneur, le juste juge, me la donnera dans ce jour-là, et non seulement à moi, mais encore à tous ceux qui auront aimé son avènement(2 Tim. 4/8).

 

Avènement d’un personnage  » hors normes  »:  » l’Antéchrist-Antichrist  »

Consulter les chapitres dédiés:

Portrait robot de l’Antéchrist

 

L’Eglise, les Nations, Israël et la Grande Tribulation

L’Eglise et la Grande Tribulation

L’Eglise ne connaîtra pas la Grande Tribulation et ses abominations. De nombreux versets indiquent la soudaineté de l’Enlèvement en mois d’une seconde. Cette caractéristique vient en opposition avec le fait qu’il faut plus de temps pour engager une guerre.

Les 18 derniers chapitres de l’Apocalypse décrivent ce qui doit arriver dans la suite//après cela, c’est à dire l’enlèvement de l’Eglise:

 » […] après cela, je regardai, et voici, une porte était ouverte dans le ciel. La première voix que j’avais entendue, comme le son d’une trompette, et qui me parlait, dit: Monte ici, et je te ferai voir ce qui doit arriver dans la suite. Aussitôt je fus ravi en esprit. Et voici, il y avait un trône dans le ciel, et sur ce trône quelqu’un était assis(Apoc. 4/1).

Le «  Monte ici  » est en relation avec l’Enlèvement de l’Eglise qui monte à la rencontre de Jésus-Christ sur les nuées.

Ce verset est un calque de deux autres tirés du Nouveau Testament bien sûr:

 » […] Car le Seigneur lui-même, à un signal donné, à la voix d’un archange, et au son de la trompette de Dieu, descendra du ciel, et les morts en Christ ressusciteront premièrement. Ensuite, nous les vivants, qui serons restés, nous serons tous ensemble enlevés avec eux sur des nuées, à la rencontre du Seigneur dans les airs, et ainsi nous serons toujours avec le Seigneur(1 Thess. 4/16-17).

Un signal, une voix, une trompette… sont mentionnés, leur séquence de déroulement étant respectée de surcroît. L’Eglise est «  l’Epouse bien-aimée «  et Jean, rédacteur de l’Apocalypse, était le disciple que Jésus préférait. Sur l’ensemble des Ecritures, dans la version Louis Segond, c’est à dire uniquement dans le Nouveau Testament car il n’existe pas dans l’Ancien, le mot «  église(s » apparaît 108 fois en l’espace de 105 versets, dont 18 au cours des 3 premiers chapitres de l’Apocalypse et une seule et dernière fois dans le 22e et dernier clôturant celle-ci. (voir la liste des occurrences du mot «  église(s« )La disparition de ce mot «  Eglise(s » à partir de ce «  Monte ici  » pendant (3 x 6=) 18 chapitres décrivant le règne de l’Antéchrist et la grande Tribulation , est intrinsèquement révélateur et en aucun cas fortuit. Les chapitres 4 et 5 décrivent l’environnement céleste de l’Eglise qui n’est plus sur terre.

L’Eglise n’est pas destinée non plus à connaître la colère de Dieu:

 » […] A plus forte raison donc, maintenant que nous sommes justifiés par son sang, serons-nous sauvés par lui de la colère(Rom. 5/9).

 » […] et pour attendre des cieux son Fils, qu’il a ressuscité des morts, Jésus, qui nous délivre de la colère à venir(1 Thess. 1/10).

 » […] Car Dieu ne nous a pas destinés à la colère, mais à l’acquisition du salut par notre Seigneur Jésus-Christ, qui est mort pour nous, afin que, soit que nous veillions, soit que nous dormions, nous vivions ensemble avec lui(1 Thess. 5/9-10).

La «  grande tribulation  » ou «  temps d’angoisse pour Jacob  » ne peut concerner qu’Israël car Jacob est fils d’Isaac, petit-fils d’Abraham, et père des 12 patriarches des tribus d’Israël.

Concernant la Fin des temps et pour répondre à leurs questions, Jésus s’adressait à ses apôtres, des juifs, inquiets à propos du sort du temple, de Jérusalem et d’Israël, leur patrie. Ses discours eschatologiques ne concernent donc pas l’Eglise.

Les versets du prophète Daniel (qui ignorait l’existence de l’Eglise) concernant le temple et les temps comptés de la tribulation:

 » […] Des troupes se présenteront sur son ordre; elles profaneront le sanctuaire, la forteresse, elles feront cesser le sacrifice perpétuel, et dresseront l’abomination du dévastateur(Daniel 11/31)

 » […] Depuis le temps où cessera le sacrifice perpétuel, et où sera dressée l’abomination du dévastateur, il y aura mille deux cent quatre-vingt-dix jours. Heureux celui qui attendra, et qui arrivera jusqu’à mille trois cent trente-cinq jours! (Daniel 12/11).

sont rappelés et confirmés dans l’évangile de Matthieu:

 » […] c’est pourquoi, lorsque vous verrez l’abomination de la désolation, dont a parlé le prophète Daniel, établie en lieu saint, -que celui qui lit fasse attention! – alors, que ceux qui seront en Judée fuient dans les montagnes; que celui qui sera sur le toit ne descende pas pour prendre ce qui est dans sa maison; et que celui qui sera dans les champs ne retourne pas en arrière pour prendre son manteau. Malheur aux femmes qui seront enceintes et à celles qui allaiteront en ces jours-là! Priez pour que votre fuite n’arrive pas en hiver, ni un jour de sabbat. Car alors, la détresse sera si grande qu’il n’y en a point eu de pareille depuis le commencement du monde jusqu’à présent, et qu’il n’y en aura jamais. Et, si ces jours n’étaient abrégés, personne ne serait sauvé; mais, à cause des élus, ces jours seront abrégés(Matthieu 24/15-22).

La Judée, le sabbat s’appliquent bien évidemment et exclusivement à Israël.

La référence 3/10 dans le livre de Malachie, le dernier de l’Ancien Testament est exceptionnel car c’est le seul où Dieu demande à l’homme de le mettre à l’épreuve.

A noter que ce Malachie n’a rien à voir avec le moine Irlandais Malachie auteur des « Prophéties des papes« …

 » […] Apportez à la maison du trésor toutes les dîmes, Afin qu’il y ait de la nourriture dans ma maison; Mettez-moi de la sorte à l’épreuve, Dit l’Éternel des armées. Et vous verrez si je n’ouvre pas pour vous les écluses des cieux, Si je ne répands pas sur vous la bénédiction en abondance.

La référence 3/10 dans le livre de l’Apocalypse, le dernier du Nouveau Testament mentionne une épreuve dont est soustraite l’Eglise:

 » […] Parce que tu as gardé la parole de la persévérance en moi, je te garderai aussi à l’heure de la tentation qui va venir sur le monde entier, pour éprouver les habitants de la terre.

Si la délivrance nous est promise, c’est bien de la Tribulation et d’une condamnation qu’il s’agit et non d’un temps d’épreuves ou de châtiments justifiés pour nous purifier en premier:

 » […] Mais quand nous sommes jugés, nous sommes châtiés par le Seigneur, afin que nous ne soyons pas condamnés avec le monde. (1 Cor 11/32).

La discorde, les divisions et autres querelles de «  clocher  » intestines dans les Eglises Evangéliques sont symptomatiques de cette période pré-tribulationniste.

 » […] Quand ces choses commenceront à arriver, redressez-vous et levez vos têtes, parce que votre délivrance approche(Luc 21/28).

et 8 versets plus tard:

 » […] Veillez donc et priez en tout temps, afin que vous ayez la force d’échapper à toutes ces choses qui arriveront, et de paraître debout devant le Fils de l’homme(Luc21/36).

Les hommes qui se convertiront pour devenir chrétiens pendant la Tribulation passeront pour la plupart par des épreuves sans nom et le martyre. Ils ne seront donc pas «  gardés  » et en si petit nombre qu’ils ne peuvent être enlevés en fin de tribulation, à Harmaguédon, lorsque Jésus-Christ pose le pied sur le mont des oliviers pour sauver Israël. La conception du Post-Millénarisme citée en fin de chapitre est donc insoutenable par simple déduction et bon sens.

C’est seulement l’absence de l’Eglise et ce qu’elle représente qui permet l’apparition de l’Antéchrist. En effet, la présence de l’Eglise sur terre comme témoignage vivant de l’Esprit Saint ne peut cohabiter avec l’abomination (à venir) à Jérusalem. Après le départ de l’Eglise, le Saint-Esprit subsiste bien sûr pour permettre que des incroyants qui conserveront le souvenir du témoignage des chrétiens constituant l’Eglise (à présent enlevée) échappent aux puissances d’égarement par amour de la Vérité et naissent de nouveau:

 » […] que personne ne vous séduise d’aucune manière; car il faut que l’apostasie soit arrivée auparavant, et qu’on ait vu paraître l’homme du péché, le fils de la perdition, l’adversaire qui s’élève au-dessus de tout ce qu’on appelle Dieu ou de ce qu’on adore, jusqu’à s’asseoir dans le temple de Dieu, se proclamant lui-même Dieu. Ne vous souvenez-vous pas que je vous disais ces choses, lorsque j’étais encore chez vous? et maintenant vous savez ce qui le retient, afin qu’il ne paraisse qu’en son temps. Car le mystère de l’iniquité agit déjà; il faut seulement que celui qui le retient encore ait disparu. Et alors paraîtra l’impie, que le Seigneur Jésus détruira par le souffle de sa bouche, et qu’il anéantira par l’éclat de son avènement. L’apparition de cet impie se fera, par la puissance de Satan, avec toutes sortes de miracles, de signes et de prodiges mensongers, et avec toutes les séductions de l’iniquité pour ceux qui périssent parce qu’ils n’ont pas reçu l’amour de la vérité pour être sauvés. Aussi Dieu leur envoie une puissance d’égarement, pour qu’ils croient au mensonge, afin que tous ceux qui n’ont pas cru à la vérité, mais qui ont pris plaisir à l’injustice, soient condamnés(2 Thess. 2/3-11).

«  ce « , puis «  celui  » qui retient ne peut être Dieu car Dieu ne peut disparaître. La disparition de l’Eglise, c’est à dire de l’ensemble des chrétiens véritables équivaut à des centaines de millions d’individus dans tous les pays et ce, à tous les niveaux de la société. Il suffit d’imaginer un instant ce que pourrait être l’explosion de la corruption, du harcèlement, de l’illégalité, de l’injustice, de l’immoralité, des intrigues,… qui ne manqueraient pas de survenir dans une administration par exemple d’où disparaîtraient subitement tous les employés consciencieux, fidèles, justes, honnêtes, zélés, non envieux… sans compter le partage ou plutôt le pillage de tous les biens (ayant appartenu aux chrétiens) soudainement abandonnés sur terre.

L’abomination atteindra un tel degré, qu’il est impossible à Dieu de laisser les siens, c’est à dire Son Eglise, (constituée principalement de chrétiens qui ont cru sans voir), assister à son apparition.

 

Les Nations et la Grande Tribulation

Les nations en rébellion totale se ligueront contre Israël, «  pierre d’achoppement  » des nations. L’apogée de ce soulèvement sera brusquement écrasé au cours de la Bataille d’Harmaguédon, au moment où Israël se croira définitivement perdu devant le nombre et la puissance déployée par ses ennemis. L’intervention divine et le jugement de Dieu est un châtiment comparable au déluge du temps de Noé.

 » […] Ce qui arriva du temps de Noé arrivera de même à l’avènement du Fils de l’homme. Car, dans les jours qui précédèrent le déluge, les hommes mangeaient et buvaient, se mariaient et mariaient leurs enfants, jusqu’au jour où Noé entra dans l’arche; et ils ne se doutèrent de rien, jusqu’à ce que le déluge vînt et les emportât tous: il en sera de même à l’avènement du Fils de l’homme(Mat. 24/37-39).

Jésus-Christ deviendra le Roi des rois en exercice à la tête de toutes les nations assujetties, comme annoncé dans:

• L’Ancien Testament:

 » […] Dans le temps de ces rois, le Dieu des cieux suscitera un royaume qui ne sera jamais détruit, et qui ne passera point sous la domination d’un autre peuple; il brisera et anéantira tous ces royaumes-là, et lui-même subsistera éternellement(Dan 2/44)

 » […] Ainsi a parlé le Seigneur, l’Éternel: voici: je lèverai ma main vers les nations, je dresserai ma bannière vers les peuples; et ils ramèneront tes fils entre leurs bras, ils porteront tes filles sur les épaules. Des rois seront tes nourriciers, et leurs princesses tes nourrices; ils se prosterneront devant toi la face contre terre, et ils lécheront la poussière de tes pieds, et tu sauras que je suis l’Éternel, et que ceux qui espèrent en moi ne seront point confus(Esaïe 49/22-23).

• Le Nouveau Testament:

 » […] Il sera grand et sera appelé Fils du Très-Haut, et le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David, son père. Il régnera sur la maison de Jacob éternellement, et son règne n’aura point de fin(Luc 1/32-33).

 » […] Le septième ange sonna de la trompette. Et il y eut dans le ciel de fortes voix qui disaient: Le royaume du monde est remis à notre Seigneur et à son Christ; et il régnera aux siècles des siècles(Apoc 11/15).

 » […] Heureux et saints ceux qui ont part à la première résurrection! La seconde mort n’a point de pouvoir sur eux; mais ils seront sacrificateurs de Dieu et de Christ, et ils régneront avec lui pendant mille ans(Apoc. 20. 6).

Israël et la Grande Tribulation

selon le Plan de Dieu, Israël doit être purifié par la grande Tribulation et amené à la repentance pour ne pas avoir su reconnaître Leur Messie.

 » […] Alors je répandrai sur la maison de David et sur les habitants de Jérusalem Un esprit de grâce et de supplication, et ils tourneront les regards vers moi, celui qu’ils ont percé. Ils pleureront sur lui comme on pleure sur un fils unique, ils pleureront amèrement sur lui comme on pleure sur un premier-né(Zacharie 12/10).

 » […] Car je ne veux pas, frères, que vous ignoriez ce mystère, afin que vous ne vous regardiez point comme sages, c’est qu’une partie d’Israël est tombée dans l’endurcissement, jusqu’à ce que la totalité des païens soit entrée. Et ainsi tout Israël sera sauvé, selon qu’il est écrit: Le libérateur viendra de Sion, et il détournera de Jacob les impiétés; et ce sera mon alliance avec eux, Lorsque j’ôterai leurs péchés. En ce qui concerne l’Évangile, ils sont ennemis à cause de vous; mais en ce qui concerne l’élection, ils sont aimés à cause de leurs pères. Car Dieu ne se repent pas de ses dons et de son appel. (Rom. 11/25-29).

après ces temps de détresse, «  le temps d’angoisse de Jacob « , considérés comme un temps de purification, vécus par les Juifs et mérités selon le Jugement (non des hommes mais dans les desseins de Dieu) divin à leur égard, un tiers seulement de la population d’Israël survivra à la Grande Tribulation. Conséquence directe de la Tribulation, la Restauration d’Israël, Lumière des nations et de sa mission première suivra.

5 La bataille d’Harmaguédon

La Bataille d’Harmaguédon est associée à la Fin de notre temps et non des temps à juste titre. Elle se situera au Nord d’Haïfa, à proximité de Jérusalem dans la plaine de Meggiddo. Cette concentration de 200 millions de soldats est unique dans l’histoire de l’humanité. C’est le deuxième retour de Jésus-Christ qui pose le pied sur le mont des oliviers et sauve Israël in extremis. Si Dieu n’avait pas décidé de raccourcir cette période tragique pour l’humanité, il n’y aurait aucun survivant. Cette notion de disparition de l’humanité ne pouvait même pas être concevable par les hommes pendant presque deux Millénaires jusqu’à ce que les premières bombes atomiques explosent sur Nagasaki et Hiroshima en 1945.

 

 

Retour en Gloire de Jésus-Christ

 

sources: http://www.momentin.com

 

6 Deuxième Retour de Jésus-Christ

De nombreux croyants auront fui dans les montagnes ou à Pétra, la cille troglodyte bien connue près de la frontière Israélo-Jordanienne.

Un tremblement de terre se produira sur le mont des oliviers où Jésus-Christ posera les pieds. La précision des versets qui suivent prouve bien qu’il existe deux sortes de retours de Jésus-Christ: l’un pour l’Enlèvement de l’Eglise puis au moins sept ans après, l’autre, pour mettre un terme à la bataille d’Harmaguédon et au règne de l’Antéchrist et de son allié, le faux prophète, premiers humains à connaître «  l’étang de feu et de soufre « , c’est à dire l’enfer.

 » […] Car, comme l’éclair part de l’orient et se montre jusqu’en occident, ainsi sera l’avènement du Fils de l’homme(Mat. 24/27).

 » […] voici, le jour de l’Éternel arrive, et tes dépouilles seront partagées au milieu de toi. Je rassemblerai toutes les nations pour qu’elles attaquent Jérusalem; La ville sera prise, les maisons seront pillées, et les femmes violées; La moitié de la ville ira en captivité, Mais le reste du peuple ne sera pas exterminé de la ville. L’Éternel paraîtra, et il combattra ces nations, comme il combat au jour de la bataille. Ses pieds se poseront en ce jour sur la montagne des oliviers, Qui est vis-à-vis de Jérusalem, du côté de l’orient; La montagne des oliviers se fendra par le milieu, à l’orient et à l’occident, et il se formera une très grande vallée: Une moitié de la montagne reculera vers le septentrion, et une moitié vers le midi. Vous fuirez alors dans la vallée de mes montagnes, Car la vallée des montagnes s’étendra jusqu’à Atzel; Vous fuirez comme vous avez fui devant le tremblement de terre, au temps d’Ozias, roi de Juda. Et l’Éternel, mon Dieu, viendra, et tous ses saints avec lui. En ce jour-là, il n’y aura point de lumière; Il y aura du froid et de la glace. Ce sera un jour unique, connu de l’Éternel, et qui ne sera ni jour ni nuit; Mais vers le soir la lumière paraîtra. En ce jour-là, des eaux vives sortiront de Jérusalem, et couleront moitié vers la mer orientale, Moitié vers la mer occidentale; Il en sera ainsi été et hiver. L’Éternel sera roi de toute la terre; en ce jour-là, l’Éternel sera le seul Éternel, et son nom sera le seul nom(Zacharie 14/1-9).

 » […] voici, le jour de l’Éternel arrive, Jour cruel, jour de colère et d’ardente fureur, Qui réduira la terre en solitude, et en exterminera les pécheurs. Car les étoiles des cieux et leurs astres Ne feront plus briller leur lumière, Le soleil s’obscurcira dès son lever, et la lune ne fera plus luire sa clarté(Esaïe 13/9-10).

 » […] Puis je vis le ciel ouvert, et voici, parut un cheval blanc. Celui qui le montait s’appelle Fidèle et Véritable, et il juge et combat avec justice. Ses yeux étaient comme une flamme de feu; sur sa tête étaient plusieurs diadèmes; il avait un nom écrit, que personne ne connaît, si ce n’est lui-même; et il était revêtu d’un vêtement teint de sang. Son nom est la Parole de Dieu. Les armées qui sont dans le ciel le suivaient sur des chevaux blancs, revêtues d’un fin lin, blanc, pur. De sa bouche sortait une épée aiguë, pour frapper les nations; il les paîtra avec une verge de fer; et il foulera la cuve du vin de l’ardente colère du Dieu tout-puissant. Il avait sur son vêtement et sur sa cuisse un nom écrit: Roi des rois et Seigneur des seigneurs.

Et je vis un ange qui se tenait dans le soleil. Et il cria d’une voix forte, disant à tous les oiseaux qui volaient par le milieu du ciel: Venez, rassemblez-vous pour le grand festin de Dieu, afin de manger la chair des rois, la chair des chefs militaires, la chair des puissants, la chair des chevaux et de ceux qui les montent, la chair de tous, libres et esclaves, petits et grands. Et je vis la bête, et les rois de la terre, et leurs armées rassemblées pour faire la guerre à celui qui était assis sur le cheval et à son armée. Et la bête fut prise, et avec elle le faux prophète, qui avait fait devant elle les prodiges par lesquels il avait séduit ceux qui avaient pris la marque de la bête et adoré son image. Ils furent tous les deux jetés vivants dans l’étang ardent de feu et de soufre. Et les autres furent tués par l’épée qui sortait de la bouche de celui qui était assis sur le cheval; et tous les oiseaux se rassasièrent de leur chair.

Puis je vis descendre du ciel un ange, qui avait la clef de l’abîme et une grande chaîne dans sa main. Il saisit le dragon, le serpent ancien, qui est le diable et Satan, et il le lia pour mille ans. Il le jeta dans l’abîme, ferma et scella l’entrée au-dessus de lui, afin qu’il ne séduisît plus les nations, jusqu’à ce que les mille ans fussent accomplis. Après cela, il faut qu’il soit délié pour un peu de temps. Et je vis des trônes; et à ceux qui s’y assirent fut donné le pouvoir de juger. Et je vis les âmes de ceux qui avaient été décapités à cause du témoignage de Jésus et à cause de la parole de Dieu, et de ceux qui n’avaient pas adoré la bête ni son image, et qui n’avaient pas reçu la marque sur leur front et sur leur main. Ils revinrent à la vie, et ils régnèrent avec Christ pendant mille ans. Les autres morts ne revinrent point à la vie jusqu’à ce que les mille ans fussent accomplis. C’est la première résurrection. Heureux et saints ceux qui ont part à la première résurrection! La seconde mort n’a point de pouvoir sur eux; mais ils seront sacrificateurs de Dieu et de Christ, et ils régneront avec lui pendant mille ans. Quand les mille ans seront accomplis, Satan sera relâché de sa prison. Et il sortira pour séduire les nations qui sont aux quatre coins de la terre, Gog et Magog, afin de les rassembler pour la guerre; leur nombre est comme le sable de la mer. Et ils montèrent sur la surface de la terre, et ils investirent le camp des saints et la ville bien-aimée. Mais un feu descendit du ciel, et les dévora. Et le diable, qui les séduisait, fut jeté dans l’étang de feu et de soufre, où sont la bête et le faux prophète. Et ils seront tourmentés jour et nuit, aux siècles des siècles. Puis je vis un grand trône blanc, et celui qui était assis dessus. La terre et le ciel s’enfuirent devant sa face, et il ne fut plus trouvé de place pour eux. Et je vis les morts, les grands et les petits, qui se tenaient devant le trône. Des livres furent ouverts. Et un autre livre fut ouvert, celui qui est le livre de vie. Et les morts furent jugés selon leurs oeuvres, d’après ce qui était écrit dans ces livres. La mer rendit les morts qui étaient en elle, la mort et le séjour des morts rendirent les morts qui étaient en eux; et chacun fut jugé selon ses oeuvres Et la mort et le séjour des morts furent jetés dans l’étang de feu. C’est la seconde mort, l’étang de feu. Quiconque ne fut pas trouvé écrit dans le livre de vie fut jeté dans l’étang de feu(Apoc. 19/10 à 20/15).

 

 

Edification:

quelles sont les conditions à respecter pour participer à l’Enlèvement et échapper à la tribulation à venir?

Attitude du croyant:

button20 Etre né de nouveau:

 » […] Jésus lui répondit: en vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît de nouveau, il ne peut voir le royaume de Dieu(Jean 3/3).

 » […] Ne t’étonne pas que je taie dit: Il faut que vous naissiez de nouveau(Jean 3/7).

 » […] Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées; voici, toutes choses sont devenues nouvelles(2 Cor 5/17).

 

• «  Se convertir  » revêt de nombreux sens comme suit:

 

• selon les références Bibliques de Strong:

se retourner, se convertir, retourner, sen retourner, ramener, revenir, passer, conversion, se détourner ;

1) d’une façon transitoire

1a) se tourner vers

1a1) vers l’adoration du vrai Dieu

1b) retourner, revenir, ramener

1b1) à l’amour et l’obéissance de Dieu

1b2) à l’amour pour les enfants

1b3) à l’amour de la sagesse et de la justice

2) d’une façon non transitoire

2a) se tourner sur soi-même

2b) se détourner

2c) retourner, revenir

 

 

 » […] Ne vous conformez pas au siècle présent, mais soyez transformés par le renouvellement de l’intelligence, afin que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait(Romains 12/2).

 » […] à être renouvelés dans l’esprit de votre intelligence, et à revêtir l’homme nouveau, créé selon Dieu dans une justice et une sainteté que produit la vérité. C’est pourquoi, renoncez au mensonge, et que chacun de vous parle selon la vérité à son prochain; car nous sommes membres les uns des autres. Si vous vous mettez en colère, ne péchez point; que le soleil ne se couche pas sur votre colère, et ne donnez pas accès au diable. Que celui qui dérobait ne dérobe plus; mais plutôt qu’il travaille, en faisant de ses mains ce qui est bien, pour avoir de quoi donner à celui qui est dans le besoin. Qu’il ne sorte de votre bouche aucune parole mauvaise, mais, s’il y a lieu, quelque bonne parole, qui serve à l’édification et communique une grâce à ceux qui l’entendent. N’attristez pas le Saint-Esprit de Dieu, par lequel vous avez été scellés pour le jour de la rédemption. Que toute amertume, toute animosité, toute colère, toute clameur, toute calomnie, et toute espèce de méchanceté, disparaissent du milieu de vous(Ephésiens 4/23-31).

 » […] Faites disparaître le vieux levain, afin que vous soyez une pâte nouvelle, puisque vous êtes sans levain, car Christ, notre Pâque, a été immolé. Célébrons donc la fête, non avec du vieux levain, non avec un levain de malice et de méchanceté, mais avec les pains sans levain de la pureté et de la vérité(1 Cor 5/7-8).

 » […] Car personne ne peut poser un autre fondement que celui qui a été posé, savoir Jésus-Christ. Or, si quelqu’un bâtit sur ce fondement avec de l’or, de l’argent, des pierres précieuses, du bois, du foin, du chaume, l’œuvre de chacun sera manifestée; (3:13) car le jour la fera connaître, parce qu’elle se rÈvÈlera dans le feu, et le feu éprouvera ce qu’est l’œuvre de chacun. Si l’œuvre bâtie par quelqu’un sur le fondement subsiste, il recevra une récompense. Si l’œuvre de quelqu’un est consumée, il perdra sa récompense; pour lui, il sera sauvé, mais comme au travers du feu(1 Cor 3/11-15).

 

 

jesussky

 

 

button20 Etre «  en Christ  »:

 » […] Car, puisque la mort est venue par un homme, c’est aussi par un homme qu’est venue la résurrection des morts. Et comme tous meurent en Adam, de même aussi tous revivront en Christ, mais chacun en son rang. Christ comme prémices, puis ceux qui appartiennent à Christ, lors de son avènement(1 Cor. 15/21-23).

 » […] Si donc vous êtes ressuscités avec Christ, cherchez les choses d’en haut, où Christ est assis à la droite de Dieu. Affectionnez-vous aux choses d’en haut, et non à celles qui sont sur la terre. Car vous êtes morts, et votre vie est cachée avec Christ en Dieu. Quand Christ, votre vie, paraîtra, alors vous paraîtrez aussi avec lui dans la gloire(Col. 3/1-4).

 

button20 Etre repentant:

 » […] Non, je vous le dis. Mais si vous ne vous repentez, vous périrez tous également(Luc 13/3).

 » […] Car Jean est venu à vous dans la voie de la justice, et vous n’avez pas cru en lui. Mais les publicains et les prostituées ont cru en lui; et vous, qui avez vu cela, vous ne vous êtes pas ensuite repentis pour croire en lui(Mat 21/32).

 » […] et il leur dit: ainsi il est écrit que le Christ souffrirait, et qu’il ressusciterait des morts le troisième jour, et que la repentance et le pardon des péchés seraient prêchés en son nom à toutes les nations, à commencer par Jérusalem(Luc 24/46-47).

 » […] Dieu, sans tenir compte des temps d’ignorance, annonce maintenant à tous les hommes, en tous lieux, qu’ils aient à se repentir, (Actes 17/30).

 

le terme «  repentir  » n’existe même plus dans les dictionnaires classiques:

 

 

• selon les références Bibliques de Strong:

- se retourner, se convertir, retourner, sen retourner, ramener, revenir, passer, conversion, se détourner ;

1) d’une façon transitoire

1a) se tourner vers

1a1) vers l’adoration du vrai Dieu

1b) retourner, revenir, ramener

1b1) à l’amour et l’obéissance de Dieu

1b2) à l’amour pour les enfants

1b3) à l’amour de la sagesse et de la justice

2) d’une façon non transitoire

2a) se tourner sur soi-même

2b) se détourner

2c) retourner, revenir

 

 

 

button20 Avoir reçu le Saint-Esprit:

 » […] Ne savez-vous pas que vous êtes le temple de Dieu, et que l’Esprit de Dieu habite en vous? Si quelqu’un détruit le temple de Dieu, Dieu le détruira; car le temple de Dieu est saint, et c’est ce que vous êtes(1 Cor 3/16-17).

 

button20 Etre fidèle dans le témoignage:

 » […] De même aussi, le Seigneur a ordonné à ceux qui annoncent l’Évangile de vivre de l’Évangile(1Co 9/14).

 » […] Jésus, s’étant approché, leur parla ainsi: Tout pouvoir m’a été donné dans le ciel et sur la terre. Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde(Mat. 28/18-20).

 

button20 se maintenir au service de Dieu:

 » […] ils écoutaient ces choses, et Jésus ajouta une parabole, parce qu’il était près de Jérusalem, et qu’on croyait qu’à l’instant le royaume de Dieu allait paraître. Il dit donc: Un homme de haute naissance sen alla dans un pays lointain, pour se faire investir de l’autorité royale, et revenir ensuite. Il appela dix de ses serviteurs, leur donna dix mines, et leur dit: Faites-les valoir jusqu’à ce que je revienne(Luc 19/11-13).

 

button20 Persévérer dans la sanctification:

 » […] Bien-aimés, nous sommes maintenant enfants de Dieu, et ce que nous serons n’a pas encore été manifesté; mais nous savons que, lorsque cela sera manifesté, nous serons semblables à lui, parce que nous le verrons tel qu’il est. Quiconque a cette espérance en lui se purifie, comme lui-même est pur(1 Jean 3/2-3).

 » […] c’est pourquoi, bien-aimés, en attendant ces choses, appliquez-vous à être trouvés par lui sans tache et irrépréhensibles dans la paix(2 Pierre 3/14).

 

button20 Etre vigilant:

 » […] veillez donc, puisque vous ne savez ni le jour, ni l’heure(Mat 25/13).

 » […] veillez donc, car vous ne savez quand viendra le maître de la maison, ou le soir, ou au milieu de la nuit, ou au chant du coq, ou le matin; craignez qu’il ne vous trouve endormis, à son arrivée soudaine. Ce que je vous dis, je le dis à tous: veillez (Marc 13/35-37).

Etre sobre:

 » […] Prenez garde à vous-mêmes, de crainte que vos cœurs ne s’appesantissent par les excès du manger et du boire, et par les soucis de la vie, et que ce jour ne vienne sur vous à l’improviste; car il viendra comme un filet sur tous ceux qui habitent sur la face de toute la terre(Luc 21/34-35).

button20 Prier et méditer

 » […] La fin de toutes choses est proche. Soyez donc sages et sobres, pour vaquer à la prière(1 Pierre 4/7).

Vivre dans l’attente de l’Enlèvement:

 » […] J’ai combattu le bon combat, j’ai achevé la course, j’ai gardé la foi. Désormais la couronne de justice m’est réservée; le Seigneur, le juste juge, me la donnera dans ce jour-là, et non seulement à moi, mais encore à tous ceux qui auront aimé son avènement(2 Tim. 4/7-8).

Etre parmi les vainqueurs:

 » […] Combats le bon combat de la foi, saisis la vie éternelle, à laquelle tu as été appelé, et pour laquelle tu as fait une belle confession en présence d’un grand nombre de témoins(1 Tim 6/12).

 » […] que celui qui a des oreilles entende ce que l’Esprit dit aux Églises: A celui qui vaincra je donnerai à manger de l’arbre de vie, qui est dans le paradis de Dieu(Apoc. 2/7)

 » […] que celui qui a des oreilles entende ce que l’Esprit dit aux Églises: celui qui vaincra n’aura pas à souffrir la seconde mort(Apocalypse 2/11)

 » […] que celui qui a des oreilles entende ce que l’Esprit dit aux Églises: A celui qui vaincra je donnerai de la manne cachée, et je lui donnerai un caillou blanc; et sur ce caillou est écrit un nom nouveau, que personne ne connaît, si ce n’est celui qui le reçoit(Apocalypse 2/17)

 » […] A celui qui vaincra, et qui gardera jusqu’à la fin mes oeuvres, je donnerai autorité sur les nations(Apocalypse 2/26)

 » […] celui qui vaincra sera revêtu ainsi de vêtements blancs; je n’effacerai point son nom du livre de vie, et je confesserai son nom devant mon Père et devant ses anges(Apoc. 3/5)

 » […] celui qui vaincra, je ferai de lui une colonne dans le temple de mon Dieu, et il n’en sortira plus; j’écrirai sur lui le nom de mon Dieu, et le nom de la ville de mon Dieu, de la nouvelle Jérusalem qui descend du ciel d’auprès de mon Dieu, et mon nom nouveau(Apocalypse 3/12)

 » […] celui qui vaincra, je le ferai asseoir avec moi sur mon trône, comme moi j’ai vaincu et me suis assis avec mon Père sur son trône. (Apocalypse 3/21)

 » […] quand ils auront achevé leur témoignage, la bête qui monte de l’abîme leur fera la guerre, les vaincra, et les tuera(Apocalypse 11/7)

 » […] ils combattront contre l’agneau, et l’agneau les vaincra, parce qu’il est le Seigneur des seigneurs et le Roi des rois, et les appelés, les élus et les fidèles qui sont avec lui les vaincront aussi. (Apocalypse 17/14)

 » […] celui qui vaincra héritera ces choses; je serai son Dieu, et il sera mon fils(Apocalypse 21/7)

 

Attitude de l’incroyant:

La terreur que devront connaître les hommes pendant la Grande Tribulation est indicible et hors de concept:

 » […] en ces jours-là, les hommes chercheront la mort, et ils ne la trouveront pas; ils désireront mourir, et la mort fuira loin d’eux(Apocalypse 9/6)

 » […] Le jour du Seigneur viendra comme un voleur; en ce jour, les cieux passeront avec fracas, les éléments embrasés se dissoudront, et la terre avec les oeuvres qu’elle renferme sera consumée. Puisque donc toutes ces choses doivent se dissoudre, quelles ne doivent pas être la sainteté de votre conduite et votre piété, tandis que vous attendez et hâtez l’avènement du jour de Dieu, à cause duquel les cieux enflammés se dissoudront et les éléments embrasés se fondront! (2 Pierre 3/10-12).

- Il faudra ne pas être du nombre des railleurs et des moqueurs:

 » […] Mais vous, bien-aimés, souvenez-vous des choses annoncées d’avance par les apôtres de notre Seigneur-Jésus Christ. Ils vous disaient qu’au dernier temps il y aurait des moqueurs, marchant selon leurs convoitises impies; (Jude 1/17-18).

 » […] afin que vous vous souveniez des choses annoncées d’avance par les saints prophètes, et du commandement du Seigneur et Sauveur, (3:3) enseigné par vos apôtres, sachant avant tout que, dans les derniers jours, il viendra des moqueurs avec leurs railleries, marchant selon leurs propres convoitises, et disant: où est la promesse de son avènement? Car, depuis que les pères sont morts, tout demeure comme dès le commencement de la création(2 Pierre 3/2-4).

- se tourner vers Jésus-Christ.

 

Preuves Scripturaires en faveur d’un enlèvement prétribulationiste

button23 Le Jour et encore moins l’heure de la première venue du Seigneur dans les nuées pour y accueillir Son Eglise/Epouse est inconnu de Lui-même. ( » […] Veillez donc, puisque vous ne savez ni le jour, ni l’heure.) (Mat. 25/13)

button23 Le Jour de la seconde venue du Seigneur sur le mont des oliviers survient très exactement selon les différentes indications Bibliques de durée de temps – 3 ans et demie, un temps – deux temps et la moitié d’un temps – 42 mois, – c’est à dire – 1260 jours – après la profanation du temple à Jérusalem par l’Antéchrist, au milieu de la Tribulation.

button23 L’Enlèvement est une espérance et une consolation.

button23 L’Enlèvement est une promesse :  » […] que votre coeur ne se trouble point. Croyez en Dieu, et croyez en moi. Il y a plusieurs demeures dans la maison de mon Père. Si cela n’était pas, je vous l’aurais dit. Je vais vous préparer une place. Et, lorsque je men serai allé, et que je vous aurai préparé une place, je reviendrai, et je vous prendrai avec moi, afin que là où je suis vous y soyez aussi. (Jean 14 /2-3)

button23 Les chrétiens seront gardés de l’heure de tentation, une Epreuve comme jamais l’humanité n’en n’a connu.  » […] Parce que tu as gardé la parole de la persévérance en moi, je te garderai aussi à l’heure de la tentation qui va venir sur le monde entier, pour éprouver les habitants de la terre. (Apocalypse 3/10).

Ce verset à propos d’une épreuve se situe dans le dernier livre du Nouveau Testament. La même référence dans Malachie, le dernier livre de l’Ancien Testament est le seul où c’est Dieu lui-même, l’Éternel des armées, qui propose à l’homme de Le mettre à l’épreuve! –  » […] Apportez à la maison du trésor toutes les dîmes, Afin qu’il y ait de la nourriture dans ma maison; Mettez-moi de la sorte à l’épreuve, Dit l’Éternel des armées. Et vous verrez si je n’ouvre pas pour vous les écluses des cieux, Si je ne répands pas sur vous la bénédiction en abondance. (Mal 3/10). On y parle des cieux…

button23 Les chrétiens sauvés et enlevés, revêtus de fin lin, blanc et pur(Apoc 19/8) se réjouissent dans les cieux aux côtés du Seigneur.

button23 S’ils descendent du ciel aux côtés de Leur Seigneur, c’est qu’ils y étaient auparavant en Sa compagnie.

button23 Les injonctions « Monte ici » et « Montez ici! » que Dieu adresse à Jean le disciple préféré et aux deux témoins qui ont été assassinés, évoquées en (Apoc. 4:1) et (Apoc. 11:12) prouvent que l’échelle de Jacob fonctionne aussi pour les hommes, en correspondance avec le ravissement et la métamorphose des chrétiens, un mystère évoqué par Paul.

button23 La métamorphose des chrétiens ne leur permettra plus de peupler la terre au moment du Règne de 1000 ans de Jésus-Christ. Ce sont donc bien les sauvés du temps de l’annonce du Royaume et non du temps de Grâce que nous vivons encore actuellement jusqu’à l’Enlèvement, qui peupleront la planète.

button23 Aucun rassemblement ne se fait avant l’Enlèvement des chrétiens à la rencontre du Seigneur dans les nuées alors que les anges en opèrent un pour séparer les méchants des justes (Mat. 13/40). Une distinction est donc faite entre les sauvés avant la tribulation et ceux qui le sont après.

button23 Un enlèvement en un clin d’œil est incompatible avec un tri entre les brebis et les boucs après rassemblement, une séparation qui concerne donc les sauvés au moment de la fin de la tribulation et de la seconde venue en Gloire de Jésus-Christ pour vaincre l’Antéchrist et le faux prophète et les expédier dans l’étang de soufre et de feu.

button23Toujours en (Apocalypse 4:1)  » […] si une porte était ouverte dans le ciel, c’est une preuve qu’elle avait été fermée pendant un temps comme du temps de Noé où c’est Dieu Lui-même qui a fermé la porte de l’arche. (Ge 7/16).

button23 Des couronnes ont été distribuées aux saints, ressuscités donc…

button23 Les chrétiens constituent l’Eglise véritable et non celle de Rome. Les 19 derniers chapitres sur les 22 que compte l’Apocalypse n’y font plus référence alors qu’elle est mentionnée 22 fois dans les 3 premiers.

button23  » […] Le mystère de l’iniquité agissant déjà, pour que l’Impie (L’Antéchrist donc, l’homme de péché) apparaisse, il faut que Celui qui le retient encore ait disparu(2Th2/7)

button23 Croire que les saints puissent être placés sous coupe de Satan  » […] à qui il a été donné autorité pendant les temps comptés de la Tribulation, c’est contester et annuler le caractère définitivement victorieux de Jésus-Christ à la croix!

 

elie_elisee_s

Gravure: illustration Gustave Doré (1832-1883)

Elie enlevé sur un char de feu

A noter que cette illustration de Gustave Doré…

Eglise St Elie à Tchernobyl

Départ d’Elie sur son char en présence d’Elisée

 Eglise St Elie Ville de Tchernobyl (Ukraine) —

— Pas de copyright  Document personnel  Gérard Colombat  21/02/2008 

 

 

a été reprise sur le fronton de l’église St Elie en cours de restauration dans la zone interdite de Tchernobyl

Départ d'Elie sur son char en présence d'Elisée

Départ d’Elie sur son char en présence d’Elisée

button23 Des justes comme NoéHénochLot… ont été (prévenus parfois), épargnés et gardés. Hénoch a été enlevé comme le prophète Elie.

button23 Les noces se font au ciel puis le festin a lieu sur terre.

button23 La tribulation est :

- un temps d’épreuves et de purification préparant Israël à sa Restauration et sa place privilégiée dans le Plan de Dieu et le Millénaire de règne de Jésus-Christ.  » […] 144 000 évangélisateurs seront d’origine Juive.

- un temps de Loi et non plus de Grâce comme encore à présent. Ce temps de la Grâce était totalement inconnu des prophètes de l’Ancien Testament.

 

boutcar Quelques autres points de vue de conception:

• L’Amillénarisme

L’Amillénarisme suppose que l’Apocalypse en particulier est symbolique est permet des interprétations différentes voire même contradictoires selon les temps, les lieux et les hommes.

• Le Post-Millénarisme

Le Post-Millénarisme stipule que le règne de Jésus-Christ aura lieu après et non avant le Millénium. Ce Millénium aurait été préparé par l’Eglise afin de permettre le retour de Jésus-Christ… Théorie tout à fait inacceptable si l’on se réfère à la totalité des indications apportées par tous les versets Bibliques s’y rapportant.

 

rapture

 

 

Prophéties accomplies ou en voie d’accomplissement concernant uniquement notre génération

 

 

Prophéties

 

 

Référence Biblique

 

Le bien devient mal et le Mal est appelé bien. 2 Timothée 3/1-3
Accroissement du nombre des faux-Christs Matthieu 24/4-5
Accroissement du nombre des faux-prophètes Matthieu 24/24
Accroissement du nombre des fausses religions et autres hérésies Matthieu 24/24
Retour des religions païennes, de l’occultisme et des pratiques Satanistes et autres profanations I Timothée 4/1
Accroissement (parfois exponentiel avec les start-ups du net pour exemple) de la prospérité et des richesses. Le luxe se vend de mieux en mieux. Jacques 5/3
Possibilité de mettre volontairement l’Euphrate à sec (à partir des barrages Turquie). Euphrate à sec (naturellement à cause de a sécheresse et du détournement d’une partie des eaux en amont en Turquie). Apocalypse 16/12-14
La dégradation écologique s’accentue de jour en jour, sur le plan mondial, pays riches ou pauvres confondus, et ce de manière irréversible. Apocalypse 11/18
Accroissement exponentiel du nombre des tremblements de terre Apocalypse 6/12-15
 

L'Etat d'Israël est né

— « State of Israel is born/L’Etat d’Israël est né »  Jérusalem 

— Pas de copyright  Document personnel  Gérard Colombat  16 Juin 2011 

Cliquer sur l’image pour obtenir un agrandissement

Renaissance d’Israël (les bourgeons du figuier) Matthieu 24/32-34
Renaissance de la langue Hébraïque Sophonie 3/9
Renaissance du Saint Empire Romain (CEE puis UE et Club de Rome avec le Marché commun pour origine politico-économique). Daniel 2/20-44
Israël refleurit et gagne sur les déserts (Neguev, Jéricho…). Esaïe 27/6
Israël ouvert au monde sans murs et sans portes. Ezechiel 38/11
Retour massif des juifs en Israël Ezechiel 37/21
Retour des juifs Éthiopiens (72 000) en Israël Sophonie 3/10
Jérusalem reconstruite dans 9 directions. Jérémie 31/38-40
Projet de reconstruction du temple à Jérusalem. Esaïe 2/2 et 3
Formation des Prêtres et Lévites pour pratiquer le culte dans le temple Ezechiel 43/14-19
Les parfums sont reconstitués par process chimique alors que les plantes d’origine ont disparu de la surface du globe
La race des vaches rousses étant reconstituée, leur sacrifice est possible. Nombres 19
Israël entouré de nations arabes hostiles Psaumes 83/4-8
« Autoroute » militaire construite en Asie en direction du Moyen-Orient Apocalypse 9/14; 15; et 16/12-14
Armée chinoise bientôt forte de 200 000 000 d’hommes (dont 70 000 000 de jeunes hommes — soit 1/3 — qui ne peuvent se marier faute de pouvoir trouver une épouse en raison de la politique de dénatalisation massive). Apocalypse 9/14; 16
Course mondiale aux armements Matthieu 24/6-7 et Joël 3/9
Armes nouvelles, armes de l’ombre (H.A.A.R.P.), armes de Fin des temps avec destruction de la planète possible. Luc 21/26
Puissance militaire des Soviétiques et invasion d’Israël possible par les hordes Moscovites (Gog et Magog). Ezechiel 38/1-12
Globalisation Mondiale et préparation d’un Nouvel Ordre Mondial Daniel 7/14

Apocalypse 13/7

Disparition du cash, BIOCHIPAGE de tous les citoyens du monde et CONTROLE ECONOMIQUEde l’humanité reposant sur un nombre clé: 666 Apocalypse 13/15-18
MARQUE mondiale imposée aux hommes comme signe d’allégeance à un Dictateur Unique assisté d’un gourou chef de propagande (Tandem Hitler/Himmler en pire) Apocalypse 13/18
Les pestes frappent un quart de l’humanité Apocalypse 6/8
Famine mondiale (orchestrée). Apocalypse 6/5-6 et Matthieu 24/7
Fausse Église Apostate et idolâtre en formation à l’échelon mondial (Eglise Catholique Romaine et Œcuménisme). Apocalypse 17
Antisémitisme croissant à l’échelon mondial. Matthieu 24/9-10
MONDOVISION et Communications mondiales (Lady DI). Apocalypse 11/9-10
La Connaissance augmente de manière exponentielle (codes Bibliques ou avec Interneten particulier). Daniel 12/4
Eléments en fusion (bombes nucléaires). Luc 21/26 et 1 Pierre 3/10-12
Signe céleste prodigieux Apocalypse 12
Défaite de l’Irak (guerre du Golfe). Jérémie 50/1 et 51/27
Reconstruction de la Babylone originelle (par Saddam Hussein qui se prend pour Nabuchodonosor II). Esaïe 13/13/1,6,19,

Chapitres complémentaires sur ce site:

 

fleanime Un faux enlèvement? première partie:

fleanimeUn faux enlèvement? deuxième partie:

fleanimeUn faux enlèvement? troisième partie:

 

flecjaun Un autre regard sur l’enlèvement

 

fleched Clin œil sur l’enlèvement

 

Exhortations et mises en garde:

 

 

  butalert

Exhortations et mises en garde

 

- éprouvez les esprits

 » [. . .] Bien-aimés, n’ajoutez pas foi à tout esprit; mais éprouvez les esprits, pour savoir s’ils sont de Dieu, car plusieurs faux prophètes sont venus dans le monde. Reconnaissez à ceci l’Esprit de Dieu: tout esprit qui confesse Jésus-Christ venu en chair est de Dieu; et tout esprit qui ne confesse pas Jésus n’est pas de Dieu, c’est celui de l’antéchrist, dont vous avez appris la venue, et qui maintenant est déjà dans le monde. (1 Jean 4/1-3).

 

 

- prenez garde

 » [. . .] Je vous exhorte, frères, à prendre garde à ceux qui causent des divisions et des scandales, au préjudice de l’enseignement que vous avez reçu. Éloignez-vous d’eux. Car de tels hommes ne servent point Christ notre Seigneur, mais leur propre ventre; et, par des paroles douces et flatteuses, ils séduisent les c??urs des simples. (Romains 16/17-18)

 

 

- reprends-les sévèrement

 » [. . .] Ce témoignage est vrai. C’est pourquoi reprends-les sévèrement, afin qu’ils aient une foi saine, et qu’ils ne s’attachent pas à des fables judaïques et à des commandements d’hommes qui se détournent de la vérité. (Tite 1/13-14).

 

 

- vous éloigner

 » [. . .] nous vous recommandons, frères, au nom de notre Seigneur Jésus-Christ, de vous éloigner de tout frère qui vit dans le désordre, et non selon les instructions que vous avez reçues de nous. (2 Thess. 3/6)

 

 

- ne prenez point part

 » [. . .] Examinez ce qui est agréable au Seigneur; et ne prenez point part aux ??uvres infructueuses des ténèbres, mais plutôt condamnez-les.(Ephésiens 5/10-11)

 

 

- Éloigne-toi

 » [. . .] ayant l’apparence de la piété, mais reniant ce qui en fait la force. Éloigne-toi de ces hommes-là. (2 Timothée 3/5)

 

 

- ne le recevez pas

 » [. . .] Si quelqu’un vient à vous et n’apporte pas cette doctrine, ne le recevez pas dans votre maison, et ne lui dites pas: Salut! car celui qui lui dit: Salut! participe à ses mauvaises œuvres (2 Jean 10-11).

 

 

- n’ayez point de communication

 » [. . .] Et si quelqu’un n’obéit pas à ce que nous disons par cette lettre, notez-le, et n’ayez point de communication avec lui, afin qu’il éprouve de la honte. (2 Théssaloniciens 3/14)

 

 

- Eloigne de toi

 » [. . .] Eloigne de toi, après un premier et un second avertissement, celui qui provoque des divisions, sachant qu’un homme de cette espèce est perverti, et qu’il pèche, en se condamnant lui-même. (Tite 3/10-11)

 

 

- Sortez du milieu d’eux

 » [. . .] C’est pourquoi, sortez du milieu d’eux, et séparez-vous, dit le Seigneur; Ne touchez pas à ce qui est impur, et je vous accueillerai. (2 Cor. 6/17)

 

 

- combattre pour la foi

 » [. . .] Bien-aimés, comme je désirais vivement vous écrire au sujet de notre salut commun, je me suis senti obligé de le faire afin de vous exhorter à combattre pour la foi qui a été transmise aux saints une fois pour toutes. Car il s’est glissé parmi vous certains hommes, dont la condamnation est écrite depuis longtemps, des impies, qui changent la grâce de notre Dieu en dissolution, et qui renient notre seul maître et Seigneur Jésus-Christ. (Jude 1/3-4)

 

 

 

 

Barre de separation

 

 

Annexes

 

 

 

• Calcul possible du «  Jour  » de l’entrée triomphale de Jésus dans Jérusalem

Une seule fois en effet, au cours de sa vie terrestre, Jésus-Christ a accepté d’être considéré comme Roi et Messie et d’être acclamé de la sorte, au moment de son entrée triomphale à Jérusalem sur un ânon.

«  [. . .] Après avoir ainsi parlé, Jésus marcha devant la foule, pour monter à Jérusalem. Lorsqu’il approcha de Bethphagé et de Béthanie, vers la montagne appelée montagne des oliviers, Jésus envoya deux de ses disciples, en disant : Allez au village qui est en face ; quand vous y serez entrés, vous trouverez un ânon attaché, sur lequel aucun homme ne s’est jamais assis ; détachez-le, et amenez-le. Si quelqu’un vous demande : Pourquoi le détachez-vous ? vous lui répondrez : Le Seigneur en a besoin. Ceux qui étaient envoyés allèrent, et trouvèrent les choses comme Jésus leur avait dit. Comme ils détachaient l’ânon, ses maîtres leur dirent : Pourquoi détachez-vous l’ânon ? Ils répondirent : Le Seigneur en a besoin. Et ils amenèrent à Jésus l’ânon, sur lequel ils jetèrent leurs vêtements, et firent monter Jésus. Quand il fut en marche, les gens étendirent leurs vêtements sur le chemin. Et lorsque déjà il approchait de Jérusalem, vers la descente de la montagne des oliviers, toute la multitude des disciples, saisie de joie, se mit à louer Dieu à haute voix pour tous les miracles qu’ils avaient vus. Ils disaient : Béni soit le roi qui vient au nom du Seigneur ! Paix dans le ciel, et gloire dans les lieux très hauts ! Quelques pharisiens, du milieu de la foule, dirent à Jésus : Maître, reprends tes disciples. Et il répondit : Je vous le dis, s’ils se taisent, les pierres crieront ! Comme il approchait de la ville, Jésus, en la voyant, pleura sur elle, et dit : Si toi aussi, au moins en ce jour qui t’est donnétu connaissais les choses qui appartiennent à ta paix ! Mais maintenant elles sont cachées à tes yeux. Il viendra sur toi des jours où tes ennemis t’environneront de tranchées, t’enfermeront, et te serreront de toutes parts ; ils te détruiront, toi et tes enfants au milieu de toi, et ils ne laisseront pas en toi pierre sur pierre, parce que tu n’as pas connu le temps où tu as été visitée  ».

Ces deux extraits soulignés par mes soins, prouvent que les Pharisiens auxquels Jésus fait allusion sont soumis à des puissances d’aveuglement pour ne pas avoir su «  calculer  » l’arrivée et la visite de leur Prince-Messie (ou Messie-Roi) au Jour fixé par les Ecritures ! — A propos du mot «  calculer  », le terme «  compter  » est à mettre en relation directe avec le mot américain «  computer  » qui ne compte qu’une lettre supplémentaire et qui signifie «  calculateur  » — . Pour resituer l’exactitude des prophéties messianiques dans le temps, Daniel retranscrivant ce que lui avait annoncé l’ange, avait prédit dans sa prophétie des 70 semaines avec 3000 ans d’avance, la venue d’un Prince-Messie :

«  [. . .] Sache-le donc, et comprends ! Depuis le moment où la parole a annoncé que Jérusalem sera rebâtie jusqu’à l’Oint, au Conducteuril y a sept semaines ; dans soixante-deux semaines, les places et les fossés seront rétablis, mais en des temps fâcheux. Après les soixante-deux semaines, un Oint sera retranché, et il n’aura pas de successeur. Le peuple d’un chef qui viendra détruira la ville et le sanctuaire, et sa fin arrivera comme par une inondation ; il est arrêté que les dévastations dureront jusqu’au terme de la guerre. Il fera une solide alliance avec plusieurs pour une semaine, et durant la moitié de la semaine il fera cesser le sacrifice et l’offrande ; le dévastateur commettra les choses les plus abominables, jusqu’à ce que la ruine et ce qui a été résolu fondent sur le dévastateur « . (Daniel 9/25-27).

Il suffit de convertir ces 70 «  semaines d’années  » de Daniel en jours à partir de la date mentionnée par Néhémie concernant le décret du roi Artaxerxès de faire reconstruire la ville de Jérusalem :

«  [. . .] Au mois de Nisan, la vingtième année du roi Artaxerxès, comme le vin était devant lui, je pris le vin et je l’offris au roi. Jamais je n’avais paru triste en sa présence. . Le roi me dit : Pourquoi as-tu mauvais visage ? Tu n’es pourtant pas malade ; ce ne peut être qu’un chagrin de cœur. Je fus saisi d’une grande crainte, et je répondis au roi : Que le roi vive Eternellement ! Comment n’aurais-je pas mauvais visage, lorsque la ville où sont les sépulcres de mes pères est détruite et que ses portes sont consumées par le feu ? et le roi me dit : que demandes-tu ? je priai le Dieu des cieux, et je répondis au roi : Si le roi le trouve bon, et si ton serviteur lui est agréable, envoie-moi en Juda, vers la ville des sépulcres de mes pères, pour que je la rebâtisse. Le roi, auprès duquel la reine était assise, me dit alors : Combien ton voyage durera-t-il, et quand seras-tu de retour ? Il plut au roi de me laisser partir, et je lui fixai un temps. Puis je dis au roi : Si le roi le trouve bon, qu’on me donne des lettres pour les gouverneurs de l’autre côté du fleuve, afin qu’ils me laissent passer et entrer en Juda, et une lettre pour Asaph, garde forestier du roi, afin qu’il me fournisse du bois de charpente pour les portes de la citadelle près de la maison, pour la muraille de la ville, et pour la maison que j’occuperai. Le roi me donna ces lettres, car la bonne main de mon Dieu était sur moi  ». (Néhémie 2/1-8)

Les années Bibliques comptent 360 jours, comme l’indiquent sans équivoque les équivalences scellant cette donnée sur l’étendue des Saintes Ecritures, que ce soit laGenèse en début de l’A. T. ou l’Apocalypse de Jean en fin du N. T. , où il est précisément question de la moitié de la 70e semaine exprimée de plusieurs manières différentes :

1260 jours ou

- 42 mois (et 42 x 30 = 1260) ou

- «  un temps, des temps et la moitié d’un temps  » (une année, deux années et la moitié d’une année en langage symbolique).

Toute la période comprise entre la 69et la 70e semaine correspond à un temps «  élastique  », le Temps de la Grâce, totalement ignoré des prophètes de l’Ancien Testament mais connu de DIEU seul, pas même de Jésus-Christ. Il y a cependant un «  Jour fixé  ».

La 70e semaine correspond à la Tribulation de 7 ans de l’Antéchrist, la deuxième moitié de 3 ans 1/2 constituant les temps terribles de la «  Grande Tribulation « . Il faut donc se référer aux 69 semaines :

 

 

69 x 7 x 360 = 173880 jours

• décret du roi Artaxerxès :

5 Mars 444 avant J. C. (date connue)

+ 476 ans + 25 jours (5 au 30 Mars)

• entrée triomphale de Jésus à Jérusalem :

= 30 Mars 33 après J. C. (date connue)

 

 

Pour retrouver le nombre exact de jours, soit 173880 jours, il faut convertir les 476 années basées sur le cycle lunaire en jours calendaires réels basés sur le cycle solaire, tenant compte des années bissextiles et de la valeur en moyenne pondérée (légèrement inférieure à 365 jours un quart) pour chacune de ces années, rajouter les 25 jours compris entre le 5 Mars et le 30 Mars et ne pas commettre l’erreur d’inclure l’année zéro après J. C. qui n’existe pas, naturellement, soit :

 

476 ans x 365, 2421989 jours 173855 j + 25 j = 173880 jours

 

 

 

 

• «  Le silence du Ciel  » ou «  Le silence des anges « :

Hitler n’a pas été le premier à concevoir l’industrie crématoire, une «  solution  » que lui avait inspirée le Malin pour se dÈbarrasser de Juifs. Du temps du règne du Dictateur Nebucadnetsar, on peut lire dans le livre du prophète Daniel que 3 hommes liés, Schadrac, Méschac et Abed-Nego, avaient miraculeusement survécu à l’épreuve d’une fournaise ardente dans laquelle ils avaient été plongés puis rejoints par un ange dont la figure ressemblait à celle d’un fils des dieux. L’odeur même caractéristique du brûlé n’avait pas eu de prise sur eux!

 » […] Ils prirent la parole et dirent au roi Nebucadnetsar: O roi, vis éternellement! Tu as donné un ordre d’après lequel tous ceux qui entendraient le son de la trompette, du chalumeau, de la guitare, de la sambuque, du psaltérion, de la cornemuse, et de toutes sortes d’instruments, devraient se prosterner et adorer la statue d’or, et d’après lequel quiconque ne se prosternerait pas et n’adorerait pas serait jeté au milieu d’une fournaise ardente. Or, il y a des Juifs à qui tu as remis l’intendance de la province de Babylone, Schadrac, Méschac et Abed-Nego, hommes qui ne tiennent aucun compte de toi, ô roi; ils ne servent pas tes dieux, et ils n’adorent point la statue d’or que tu as élevée. Alors Nebucadnetsar, irrité et furieux, donna l’ordre qu’on amenât Schadrac, Méschac et Abed-Nego. Et ces hommes furent amenés devant le roi. Nebucadnetsar prit la parole et leur dit: Est-ce de propos délibéré, Schadrac, Méschac et Abed-Nego, que vous ne servez pas mes dieux, et que vous n’adorez pas la statue d’or que j’ai élevée? Maintenant tenez-vous prêts, et au moment où vous entendrez le son de la trompette, du chalumeau, de la guitare, de la sambuque, du psaltérion, de la cornemuse, et de toutes sortes d’instruments, vous vous prosternerez et vous adorerez la statue que j’ai faite; si vous ne l’adorez pas, vous serez jetés à l’instant même au milieu d’une fournaise ardente. Et quel est le dieu qui vous délivrera de ma main? Schadrac, Méschac et Abed-Nego répliquèrent au roi Nebucadnetsar: Nous n’avons pas besoin de te répondre là-dessus. Voici, notre Dieu que nous servons peut nous délivrer de la fournaise ardente, et il nous délivrera de ta main, ô roi. Sinon, sache, ô roi, que nous ne servirons pas tes dieux, et que nous n’adorerons pas la statue d’or que tu as élevée. Sur quoi Nebucadnetsar fut rempli de fureur, et il changea de visage en tournant ses regards contre Schadrac, Méschac et Abed-Nego. Il reprit la parole et ordonna de chauffer la fournaise sept fois plus qu’il ne convenait de la chauffer. Puis il commanda à quelques-uns des plus vigoureux soldats de son armée de lier Schadrac, Méschac et Abed-Nego, et de les jeter dans la fournaise ardente. Ces hommes furent liés avec leurs caleçons, leurs tuniques, leurs manteaux et leurs autres vêtements, et jetés au milieu de la fournaise ardente. Comme l’ordre du roi était sévère, et que la fournaise était extraordinairement chauffée, la flamme tua les hommes qui y avaient jeté Schadrac, Méschac et Abed-Nego. Et ces trois hommes, Schadrac, Méschac et Abed-Nego, tombèrent liés au milieu de la fournaise ardente. Alors le roi Nebucadnetsar fut effrayé, et se leva précipitamment. Il prit la parole, et dit à ses conseillers: N’avons-nous pas jeté au milieu du feu trois hommes liés? ils répondirent au roi: certainement, ô roi! Il reprit et dit: eh bien, je vois quatre hommes sans liens, qui marchent au milieu du feu, et qui n’ont point de mal; et la figure du quatrième ressemble à celle d’un fils des dieux. Ensuite Nebucadnetsar s’approcha de l’entrée de la fournaise ardente, et prenant la parole, il dit: Schadrac, Méschac et Abed-Nego, serviteurs du Dieu suprême, sortez et venez! et Schadrac, Méschac et Abed-Nego sortirent du milieu du feu. Les satrapes, les intendants, les gouverneurs, et les conseillers du roi s’assemblèrent; ils virent que le feu n’avait eu aucun pouvoir sur le corps de ces hommes, que les cheveux de leur tête n’avaient pas été brûlés, que leurs caleçons n’étaient point endommagés, et que l’odeur du feu ne les avait pas atteints. Nebucadnetsar prit la parole et dit: béni soit le Dieu de Schadrac, de Méschac et d’Abed-Nego, lequel a envoyé son ange et délivré ses serviteurs qui ont eu confiance en lui, et qui ont violé l’ordre du roi et livré leurs corps plutôt que de servir et d’adorer aucun autre dieu que leur Dieu! voici maintenant l’ordre que je donne: tout homme, à quelque peuple, nation ou langue qu’il appartienne, qui parlera mal du Dieu de Schadrac, de Méschac et d’Abed-Nego, sera mis en pièces, et sa maison sera réduite en un tas d’immondices, parce qu’il n’y a aucun autre dieu qui puisse délivrer comme lui. Après cela, le roi fit prospérer Schadrac, Méschac et Abed-Nego, dans la province de Babylone.(Daniel 3 9/30).

 

 

 

Barre de separation

 

Documents complémentaires

 

Le kit de survie

par Kurt Seland

http://www.raptureme.com/French/survival_french.html

Ce manuel répond à un double objectif :

1)    D’abord, avertir ceux qui le lisent avant l’enlèvement des événements qui vont se produire dans les derniers jours, selon les prophéties bibliques. D’après ces données, personne ne devrait souhaiter vivre sur terre après l’enlèvement. C’est donc notre espoir que ceux qui nous lisent à temps parviendront à croire, à chercher Dieu et à se repentir afin d’être sauvés. Le salut est tellement simple que beaucoup n’arrivent pas à l’accepter. Mais aussi, il est complexe, car il vous change la vie et se base sur une chose que l’on ne peut pas voir : la foi. Ceci dit, il reste à la portée de tous, dans la mesure où Jésus a déjà tout accompli. Si vous désirez être sauvé et recevoir la vie éternelle, adressez à Jésus cette simple prière avec foi et humilité : « Seigneur Jésus, je sais que je suis un pécheur et te demande de pardonner mes péchés ; accorde-moi s’il te plaît un cœur nouveau. Je te soumets ma vie entière. » Désormais, changez votre manière de vivre de sorte qu’elle soit en accord avec la voie de Dieu. Si vous faites cela avant l’enlèvement, trouvez-vous une bible, lisez-la et étudiez-la. Venez devant le Seigneur par la prière pour qu’il vous aide à vivre selon sa volonté.


2)    Par contre, pour ceux qui sont restés après l’enlèvement, ce manuel se veut un véritable kit de survie. Vous avez toujours l’opportunité de vous repentir et d’accéder à la vie éternelle. La même prière pour demander le salut est toujours valable ; la seule différence, c’est que vous allez faire une courte expérience de l’enfer durant le temps qu’il vous restera sur terre.
Permettez-moi d’être franc avec vous. Si vous lisez ce manuel après l’enlèvement, il y a des chances que vous n’allez pas survivre, physiquement. Il est même hautement probable que vous mouriez. Ce manuel a pour but principal la survie de votre âme. Vous allez de toute manière endurer d’atroces souffrances. La seule question est celle-ci : est-ce que vous allez au ciel ou en enfer après votre mort ?

1. Définition de l’Enlèvement

L’enlèvement aura lieu lorsque Jésus rappellera ses disciples (des croyants juifs et non-juifs) au son d’une trompette. En un clin d’œil, ces croyants seront enlevés de la terre et transportés dans les airs pour être avec Jésus au ciel. Pour ceux qui ont un héritage juif, l’enlèvement est illustré par la fête des Trompettes (Lévitique 23 :24). Cette fête juive symbolise le rassemblement. A l’appel de la Trompette (ndt : « shofar », l’instrument traditi