Extrait de  » Entre les mains d’un Dieu en colère, par Jonathan Edwards

L’image contient peut-être : 1 personne , texte et gros plan
Charles Finney en Français

Extrait de  » Entre les mains d’un Dieu en colère, par Jonathan Edwards (modèle pour CHARLES FINNEY)  » :
Ces vérités s’appliquent à quiconque n’appartient pas à Christ :
Ce monde de misère, cet étang de feu et de soufre, s’ouvrent au-dessous de vous, il s’agit du terrible abîme des flammes ardentes de la colère de Dieu, de la gueule béante de l’enfer. Et aucune base ni aucun appui ne vous soutient. Seul le vide vous sépare de cette destruction, et seul le bon vouloir de Dieu vous empêche d’y être précipités. Il est peu probable que vous le réalisiez clairement. Vous voyez effectivement que vous n’êtes pas encore en enfer, mais vous n’en décelez pas la vraie raison.
Vous pensez que votre bonne constitution physique ou votre hygiène de vie vous protègent. En fait, ces choses ne sont rien. Si Dieu retirait sa main, tous vos efforts ne vous empêcheraient pas plus de tomber dans l’abîme que l’air qui vous environne.
Votre impiété vous donne le poids du plomb, et tout votre être tend vers le bas, vers lenfer. Si Dieu vous laissait aller, vous plongeriez immédiatement et rapidement dans ce gouffre sans fond. Vos soins et votre prudence, tous vos artifices et votre propre justice ont, pour vous garder de l‘enfer, l’influence qu’a une toile d’araignée pour retenir la chute d’un rocher. (…) Oh, pécheur inconverti! Réfléchissez au danger effrayant que vous courez. Il y aune grande fournaise de colère, un abîme large et sans fond, un feu ardent de colère, au-dessus desquels la main de Dieu vous retient. Sa colère s’élève et brûle contre vous tout autant qu’elle s’acharne contre les damnés qui déjà peuplent l’enfer. (..) Aujourd’hui, Dieu est encore prêt à avoir pitié de vous, car c’est encore un jour de grâce. Vous pouvez crier vers lui en ce moment même, et avoir quelque espoir d’obtenir miséricorde. Mais, dès la fin du jour de grâce, vos plus lamentables cris et vos plus douloureux hurlements seront vains.
Oh, je vous supplie de réfléchir, que vous soyez jeunes ou non!
II y a toutes raisons de penser que vous, qui lisez ces lignes, subirez réellement pour toute l’éternité la misère ici décrite. Je ne sais pas qui vous êtes, ni où vous vous trouvez, ni quelles sont vos pensées.
Peut-être vous sentez-vous à l’aise, et mes paroles ne vous inquiètent pas. Elles ne s’appliquent pas à vous, pensez-vous, et vous vous assurez de pouvoir échapper à un tel sort. (..)
Vous avez ici l’occasion d’obtenir le salut. Que ne donneraient pas ces pauvres âmes damnées pour une seule occasion comme celle qui vous échoit en ce moment! 
Vous vivez donc une occasion extraordinaire, un jour où Christ ouvre toute grande la porte de la miséricorde, il s’y tient et appelle les pauvres pécheurs avec une forte voix. C’est un jour où beaucoup s’approchent de lui et entrent dans le royaume de Dieu. Ils viennent de l’est, de l’ouest, du nord et du sud. Ils sortent de la misérable condition où vous-même gisez, et ils entrent dans un état de félicité, le cœur empli d’amour à l’égard de Celui qui les a aimés et les a lavés de leurs péchés par son propre sang, et se réjouissent dans l’espérance de la gloire de Dieu.
Quelle horreur de rester en arrière en un tel jour, à voir les autres attablés au banquet, et de dépérir dans la perdition! Quel malheur de voir les autres se réjouir, alors que seule la tristesse habite votre cœur, et que votre esprit hurle de frustration! Comment pouvez-vous supporter une telle condition un instant de plus? Votre âme n’est-elle pas précieuse à vos yeux? (..)
Mon ami, « Sauve-toi, pour ta vie; ne regarde pas derrière toi, et ne t’arrête pas dans toute la plaine; sauve-toi vers la montagne, de peur que tu ne périsses » (Genèse l9:17).
sentinellenehemie.free.fr/jonathanedwards4.html

Laisser un commentaire

Maisonsaintbenoit |
Salut universel |
Le monde de Rikuko |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Wiccanlife
| Nouvelles Disciplines Pasto...
| Ermitage des heritiers