Lundi 9 novembre :C’était trop cher

Lundi 9 novembre

(Jésus dit:) Moi, je suis le cep, vous, les sarments. Celui qui demeure en moi, et moi en lui, celui-là porte beaucoup de fruit; car, séparés de moi, vous ne pouvez rien faire.

Jean 15. 5

C’était trop cher

Bien sympathique, ce jeune homme; il est riche, instruit et il pratique le bien depuis sa jeunesse. Il n’est pourtant pas si sûr de lui quand il vient vers Jésus et demande: «Bon maître, que faut-il que j’aie fait pour hériter de la vie éternelle?» Jésus, par sa réponse, met en évidence quelles sont les priorités du cœur de ce jeune homme: «Une chose te manque encore: vends tout ce que tu as, distribue-le aux pauvres,… et viens, suis-moi» (Luc 18. 22).

Quelle surprise pour lui…, et pour nous! Le jeune chef respecté et respectable, impropre au royaume de Dieu? C’est impossible! Et vendrait-il ses biens auxquels il tient tant pour suivre Jésus? C’est impensable! Parce que les richesses qui le séparent de Jésus ont trop d’importance à ses yeux pour qu’il s’en détache, le jeune homme s’en va tout triste. Triste aussi est le regard du Sauveur en le voyant s’éloigner.

Que me dit le regard du Seigneur lorsqu’il se pose sur moi? Écarte de ta vie tout ce qui te sépare de moi, et suis-moi! Laisse-moi te former afin que tu me serves mieux, que tu sois plus utile.

Amour de l’argent, volonté de réussite sociale, ambitions, passions de toutes sortes, chacun peut mettre un nom sur l’obstacle qui l’empêche de donner tout son cœur à Jésus.

Il veut la première place: “Mon fils, donne-moi ton cœur”(Proverbes 23. 26).

Laisser un commentaire

Maisonsaintbenoit |
Salut universel |
Le monde de Rikuko |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Wiccanlife
| Nouvelles Disciplines Pasto...
| Ermitage des heritiers